* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Articles et enseignements majeurs divers hérésies, apostasie, séductions, occultisme, oecuménisme SERVITEURS DE DIEU: Vrais ou faux ?


JEAN-BAPTISTE ET LE FEU DE DIEU, PAR LÉONARD RAVENHILL

Luc 3 :16

Nous allons regarder dans l’Evangile de Luc au chapitre 3.

Je suppose que la plupart d’entre nous pouvons citer Jean 3:16 sans le regarder. Combien d’entre nous peuvent citer Luc 3:16 ? Il s’agit de l’autre face de la pièce, il devrait être tout autant connu. Eh bien, voici ce qu’il dit… dans la bonne version King James.

Luc 3:16 :  » Jean répondit. Il leur dit à tous: Moi, je vous baptise d’eau; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit «  et dans cette version, «  et de feu. «  Mais l’original dit :  » Le feu du Saint-Esprit « .

 

Parce que Dieu est un feu dévorant. Le Saint-Esprit est un Esprit de feu. Et Jésus a dit :  » Je suis venu sur la terre pour apporter le feu.  »

Il n’y a aucun moyen d’échapper au feu.

 

C’est en quelque sorte un stéréotype de mon cru, mais je dois encore le dire haut et fort. Je crois que ce soir le monde est en train de se diriger vers le feu de l’enfer parce que l’Eglise a perdu le feu du Saint-Esprit, c’est aussi simple que cela.

Entre Malachie et Matthieu, vous avez 400 ans d’obscurité sans aucune lumière prophétique. 400 années de silence sans aucune voix prophétique. Et puis, soudain, comme par un bouleversement, et de façon inattendue, cet étrange homme, Jean-Baptiste, est venu, marquant de stries le ciel qui était totalement noir. La Parole dit qu’il était  » une lumière qui réchauffe et qui éclaire « . Jésus, le plus grand personnage de l’histoire, dit :  » Aucun homme n’est comparable à Jean-Baptiste. « . Ni même Esaïe, ni même Jérémie, ni aucun autre de ces très éminents saints. C’est un personnage très, très remarquable.

Jean-Baptiste apparaît dans le désert. Ce n’était pas seulement

 

un désert physique ;

 

c’était un désert moral,

 

c’était un désert politique,

 

 

c’était un désert religieux.

 

Réfléchissez-y : retournez en arrière dans l’Ecriture et lisez Esdras et Néhémie. Ils avaient établi un gouvernement en Israël composé de 120 prêtres et dirigeants. Ces prêtres et ces anciens dirigeaient Israël. Pendant 450 ans, ils ont dominé cette nation. Je dis que c’était une jungle theologique.

En 170 avant Jésus-Christ, il y avait un homme qui portait le nom étrange d’Antioche Epiphanes. Il est nécessaire de faire des recherches sur son nom et sur sa parenté. Il avait pris le pouvoir dans Jérusalem, pollué le temple, il entraînait les Juifs à sacrifier à des idoles, il construisit une statue de Jupiter où il devait y avoir l’autel des offrandes brûlées. Il brûla les Ecritures publiquement. Il interdit le culte de Yahvé. Et toute cette infamie se poursuivait. En 37 avant Jésus-Christ, vint Hérode le Grand. Il livra la nation aux Romains, favorisa l’immoralité, massacra les nobles gens ; il construisit ce magnifique temple qui s’élevait.

Ainsi, dans cet horrible contexte fait de meurtres, de viols, de débauche, de souffrance et d’agonie, Jean-Baptiste apparut sur la scène. Un personnage remarquable.

Voyez-vous, aujourd’hui, nous essayons d’organiser. Nous essayons de réunir ensemble des groupes de gens. Dieu n’a jamais fait cela. Dieu prend des individus. Il prend Moïse et l’emmène dans le désert. Jean-Baptiste est resté dans le désert jusqu’au jour où il a dû paraître.

 

Jésus, le Fils de Dieu qui a délaissé la Gloire, a passé 30 ans d’apprentissage pour le ministère !

Jean-Baptiste, 30 ans de formation.

L’apôtre Paul au moins 30 ans.

Moïse au moins 40 ans ;

et nous, nous voulons aller à l’école biblique pendant six mois pour devenir un super prophète !

C’est le critère du temps qui tue la majorité d’entre nous. Dites-moi combien de temps vous passez seul avec Dieu et je vous dirai à quel point vous êtes spirituel.

 

Non pas le nombre de réunions auxquelles vous allez.

 

Non pas le nombre de dons que vous avez.

 

Non pas le nombre de sermons que vous prêchez.

 

Non pas le nombre de records que avez remportés.

 

Dites-moi combien de temps vous passez seul avec Dieu… et je vous dirai à quel point vous êtes spirituel.

La Parole ici me dit de cet homme remarquable, Jean-Baptiste, qu’il était dans le désert jusqu’au jour où il dut paraître. Paraître d’après le commandement de Dieu Lui-même bien sûr.

Il était dans le désert, dans toutes les dimensions. Il est dit qu’il demeurait parmi les bêtes sauvages et les choses féroces. La chose remarquable qui me frappe, alors que je relis cela aujourd’hui, c’est qu’il n’avait pas de modèle de fonction. Elisée avait Elie. Josué avait Moïse comme modèle de fonction. Timothée avait Paul comme un super modèle devant lui. Et à travers toute l’Ecriture, vous trouvez ces hommes qui ont vécu avec un certain géant et qui sont devenus comme lui. Mais cet homme-là n’avait aucun modèle devant lui. Que faisait-il à errer sur les rochers ?  » Il mangeait du miel sauvage « , est-il dit. Et il était avec des bêtes sauvages… et il était un homme sauvage.

Le chapitre 3 de Luc vous donne une sorte d’aperçu du côté effroyable du ministère de cet homme. Regardons ce premier verset :

 

 » … La quinzième année du règne de Tibère César, -lorsque Ponce Pilate était gouverneur de la Judée, Hérode tétrarque de la Galilée, son frère Philippe tétrarque de l’Iturée et du territoire de la Trachonite, Lysanias tétrarque de l’Abilène, et du temps des souverains sacrificateurs Anne et Caïphe « .C’est à peu près aussi rafraîchissant qu’une bouche remplie de sable, n’est-ce pas ? Mais qu’est-ce que vous avez donc à en faire ? Si ce n’est que cela vous donne un cadre.  » Du temps des souverains sacrificateurs Anne et Caïphe « , c’est illégal. Ils ne pouvaient avoir qu’un seul souverains sacrificateur, mais ils en avaient deux. Alors vint  » Jean, le fils de Zacharie, dans le désert. Et il parcourut toute la contrée entourant le Jourdain prêchant le baptême de repentance pour la rémission des péchés.  »

 

Mes amis, çà ce n’est pas une mince affaire de prêcher cela de nos jours. Qui prêche la repentance ? Il y a un vieil hymne qui dit que la Repentance c’est

 

 » d’abandonner les péchés que je commettais avant,

et de montrer, par une sincère affliction,

que je ne les commets plus. « La repentance, c’est plus que de dire :  » Je suis désolé « . La repentance est mentale. C’est quelque chose qui se situe dans ma pensée. Je marchais dans ce sens, et je me tourne dans ce sens-ci. Quand je marche dans cette direction-là, je suis en train de dire :   » Dieu est dans l’erreur et je suis dans le bon.  » Quand je fais volte-face, je dis :   » Dieu a raison, s’il m’envoie en enfer, c’est Lui qui est a raison. « 

C’est cela la repentance. Ce n’est pas seulement me repentir du péché que j’ai commis, c’est me repentir de la motivation qui m’a fait commettre le péché. C’est passer outre le fruit pour s’attaquer à la racine parce que si la racine de la corruption est là, il va y avoir des mauvais fruits qui en résulteront. Romains 6 nous parle de produire des fruits de sainteté, et cela s’applique ici à des personnes régénérées, et non pas des personnes qui prétendent être remplies du Saint-Esprit.

Jean sortit, se leva et exerça alors son ministère. Et des gens vinrent à lui. Il connut un succès dans tous les endroits que vous pouvez dénombrer. Géographiquement, des gens vinrent du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest. Il connut un succès au niveau social. Des gens vinrent de toutes les couches de la société. Ils disaient à la multitude qui venait pour se faire baptiser :  » Vous, races de vipères.  » Cela est-il agréable ? Connaissez-vous quelqu’un qui oserait se tenir dans la Première ou la Dernière Eglise Baptiste demain matin et dire :  » Vous, races de vipères. Je suis fatigué de vous parler.  » Oh ? A coup sûr on lui ferait une offrande d’amour, n’est-ce pas ? On le ferait sortir de la ville !  » Oh, races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ?  » Il ne condamnait pas seulement leur péché, mais il disait :  » Il y a une porte, et lorsque vous la traversez, c’est la colère éternelle de Dieu. « 

Nous avons mis aux oubliettes la colère de Dieu. Un ami à moi a vu un autocollant collé sur le pare-brise d’une voiture, et savez-vous ce qui y était écrit ?  » Jésus revient et Il est aussi furieux que l’enfer.  » Sacrilège ? Non. 2 Thessaloniciens dit qu’Il revient dans une feu consumant pour juger ce monde. En d’autres termes, Il est aussi furieux que l’enfer. Sans doute que l’expression n’est pas très heureuse, mais c’est la vérité. Voyez-vous, nous cherchons tous un  » gentil Jésus doux et humble.  » L’attitude du chrétien moyen aujourd’hui consiste à se décontracter pour être enlevé. Mais Il revient dans une flamme de vengeance contre ce monde. Il y a un temps où la patience de l’Esprit arrive à son terme. Il y aura un jour pour la vengeance de Dieu. Et quand Dieu se met en colère, vous ne pouvez pas vous imaginer ce que c’est. C’est comme un millier de volcans qui explosent. Il a réservé un jour où Il va juger le monde

 

et le pauvre monde aveugle ne sait pas grand chose de cela,

et la pauvre Eglise aveugle ne pense pas beaucoup à cela.

 

(…) Si vous étiez à Londres et que vous passiez devant la maison de la Reine et que vous entendiez quelqu’un dire :   » La Reine est chez elle « , vous vous demanderiez comment il le sait. En fait, c’est parce que quand elle est chez elle, le drapeau est levé, et quand elle n’est pas chez elle, le drapeau n’est pas étendu. Je crois que le signe de la présence de Dieu dans un sanctuaire est la colonne de feu. C’est la vibration vivante d’un Dieu éternel qui se tient au milieu et qui fait quelque chose que vous ne pouvez pas expliquer. Dieu échappe aux définitions. Je ne peux pas L’expliquer. Je peux l’expérimenter. Je sais quand Il me touche lorsque je suis seul la nuit, à deux ou trois heures du matin. Je sais que Sa Présence Vivante rentre dans mon bureau dans une vague spécial d’onction.

Mais remarquez qu’Il n’est pas venu avant qu’ils sortent du camp ! !

Il y a eu de très très rares occasions où le Dieu Tout Puissant a ravivé des dénominations mortes. Les hommes qui ont remué leur génération ont dû sortir du camp. N’est-il pas dit dans Hébreux 13 :12

qu’Il est sorti du camp ? C’est très bien, mais quand arrive le verset 13,

c’est vous qui sortez du camp et subissez Son reproche.

Peut-être que dans très peu de temps Dieu suscitera un clivage quelque part dans cette ville, j’espère qu’Il le fera. Et vous aurez à sortir du camp. Vous aurez à quitter votre groupe, et vous aurez à vous joindre à des gens qui ont l’onction de Dieu. Il se peut qu’ils soient pauvres, et qu’ils n’aient pas de fenêtres avec des verres colorés, ni de magnifique chorale…

Je suis impressionné par la chose suivante. Il se peut que vous ne le soyez pas, mais moi, oui. Verset 9 :  » Il vint que, comme Moïse entrait dans le tabernacle, la colonne de nuée descendit, et se tint à l’entrée du tabernacle… Et tout le peuple vit la colonne de nuée.  » Ne serait-ce pas merveilleux… ? Imaginez que vous puissiez répondre à votre enfant comme une de ces mères israéliennes aurait pu faire. Son petit garçon la réveille la nuit et lui dit :  » Maman, des fois je pense à cette époque où nous étions en Egypte, je pense à ce terrible voyage que nous avons fait et je me demande ce qui va se passer.  » Elle l’entoure de ses bras et lui dit :  » Chéri, tu vois ça ? Cette colonne de nuée couvrant cet endroit ? C’est le lieu saint. Notre Dieu Saint le marque par Sa présence de feu. « 

N’est-il pas dit dans les Hébreux que Dieu a fait les anges pour qu’ils servent les esprits, et de ces ministres des flammes de feu ? Nous avons des bonhommes de neige sur nos chaires avec des pics de glace accrochés tout autour. Si jamais le feu venait, il y aurait de la fonte !

Je redis ceci : cet homme, Jean-Baptiste n’avait pas de modèle devant lui. Je crois que cet homme allait et venait parmi les bêtes sauvages, et là, il ne mangeait pas beaucoup. Quelques grosses mouches, vous savez, un petit peu plus grosses que ces horribles choses qui dévorent mon jardin, des sauterelles. De grosses, grosses bestioles. Il les attrapait, les posait sur un rocher et les faisait cuire. Trois fois par jour, il mangeait des hamburgers aux sauterelles. Rien d’autre à manger que des sauterelles et du miel sauvage. Et pourtant, les gens s’approchaient de lui pour l’écouter. Je vous le redirai encore, pour mon propre plaisir et peut-être aussi le vôtre : jamais vous n’avez besoin d’annoncer un feu. Que ce soit un feu spirituel ou un feu physique. La chose qui s’annonce soi-même le plus c’est le feu.

Je me rappelle être rentré chez moi entre une et deux heures du matin en Angleterre. J’ai dit à ma femme :  » Ma douce chérie, une des grosses usines en ville est en feu, allons-y. Il est presque deux heures du matin, il n’y aura personne là-bas. «  Tout le monde dans la ville s’est réveillé avec la même idée, ils sont donc tous allés. Nous n’avions pas pu pénétrer plus près qu’à trois pâtés de maison de l’endroit. J’ai dit :   » Mon cœur, nous allons contourner…  » Nous avons fait le tour dans notre petite voiture, vous savez, ces minuscules petites choses. Eh bien, nous sommes descendus à moitié chemin sur la rue. Le feu était si féroce que nous n’avons même pas pu rester là-bas, le feu était si terrible dans sa majesté. Cette grande usine était en train de brûler.

Je me demande combien d’entre nous ont réellement vu un homme qui est en feu pour Dieu.

Quand le Saint-Esprit est venu dans la chambre haute, comment est-Il venu ? Est-Il venu comme une colombe ? Quand Jésus a reçu son baptême, l’Esprit est descendu sur Lui comme une colombre. Il n’y avait rien en Lui à purifier. Il vient à nous dans un feu parce que nous avons besoin de purification.

Je me souviens d’une nuit passée à Gillingham, à l’Est de Londres. Nous avions loué une église. Je vous dirai qui était venu, si vous avez lu  » Le contrebandier de Dieu « . Il parlait d’un homme surnommé Oncle Hoppy. Eh bien, Oncle Hoppy  » espérait  » dans la réunion ce jour-là.

Il est venu dans la voiture dans le pire état que j’aie jamais vu. Il était cinglé, pardonnez-moi le mot, mais c’était un cinglé sanctifié. Il est venu dans des habits qui étaient presque usés. Il avait acheté tous ses vêtements à l’Armée du Salut. Sa vieille voiture remontait la rue en ronronnant bruyamment, avec des rhumatismes dans toutes ses roues et de l’asthme dans le moteur. Elle sanglotait et soupirait lorsqu’elle montait la pente… mais il a donné des milliers de dollars pour la mission.

Il est resté avec nous pendant la demi-nuit de prière.

Je n’oublierai jamais cette nuit de prière. Il y a eu un déferlement de bénédictions. Dieu est venu dans une telle puissance à certains moments que j’avais eu peur d’ouvrir les yeux. Nous avons commencé à prier à 9 heures du soir. Nous avons fini entre une heure et deux heures du matin. Il y avait une vieille dame au fond, assise sur une chaise roulante, une dame aux cheveux blancs.  » Oh frère  » a t-elle dit (elle ne connaissait aucun de nos noms),  » n’était-ce pas merveilleux ! « . J’ai dit :  » Oui, ce l’était.  »  » Une des meilleures… J’ai été dans beaucoup de réunions de prière, celle-ci a été l’une des plus formidables, des plus puissantes. N’était-ce pas merveilleux ?  » J’ai dit :  » C’est certain, je l’ai dit.  »  » Avez-vous senti quelque chose de différent vers une heure ?  » J’ai dit :  » Oui, j’ai senti une main ou quelque chose venir… J’ai senti mon esprit vivifié.  »  » C’était juste après cela.  »  » Juste après cela, quoi ?  »  » Vous ne l’avez pas vu ?  »  » Non, non, j’avais la tête baissée, j’étais en train de prier.  » Elle a dit :  » Une langue de feu est descendue sur la tête du premier, est passée au suivant, est allée sur le suivant, encore sur le suivant, et ainsi de suite jusqu’à la fin. C’était terrible.  » Ce n’est pas surprenant que tous nous ayons senti un magnifique sursaut de la Vie de Dieu – ou la puissance de Dieu, appelez-le comme vous le voulez.

Voyez-vous, il y a une différence énorme entre le réveil et l’évangélisation. J’en ai grandement assez, je ne lis presque jamais les comptes-rendus des réunions qui me parviennent. Chacun prétend qu’il est en train de convertir la moitié de l’Amérique. Si vous ajoutez ensemble toutes les listes des gens sauvés, alors tout le monde aux Etats-Unis, la population entière a été sauvée et remplie du Saint-Esprit plus de six fois durant les 10 dernières années. Et pourtant, nous sommes aussi muets et morts et aussi damnés que nous l’étions avant.

Vous voulez savoir ce qu’est la prédication ? Etudiez le chapitre 3 de l’Evangile de Luc, et quand vous l’aurez lu, lisez le chapitre 26 des Actes des Apôtres où Paul se tient debout devant un roi païen dans un tribunal païen et déclare :  » Dieu m’a appelé à prêcher. «  Et il résume ce qu’est la prédication :

 

C’est ouvrir les yeux des aveugles,

 

les transporter des ténèbres à la lumière,

De la puissance de Satan à Dieu,

Afin qu’ils reçoivent la pardon des péchés et l’héritage parmi les sanctifiés.

Les gens s’avancent et viennent devant l’autel, c’est vrai, mais allez-les voir chez eux et demandez-leur ce qui s’est passé. » Oh, ah, ah, ah, ah. J’ai confessé mes péchés. « 

Il n’y a pas un seul évangéliste parmi 50 en Amérique aujourd’hui qui prêche le salut. Ils prêchent le pardon. «  Venez seulement et recevez le pardon.  » Ce n’est pas le salut.

Jésus est venu pour faire plus que seulement pardonner nos péchés.

 

Il est venu pour quelque chose de nouveau,

Il est venu pour nous sauver de l’enfer,

Il est venu pour nous sauver du péché et de la vie de péché.

 

Pas seulement notre péché passé, mais pour arrêter cette besogne condamnable qui attriste tant Dieu.  » Celui qui est né de Dieu ne…  » – N.E.-  » … NE pèche pas.  » Vous allez dire que c’est impossible de ne plus pécher. Nous pouvons ne paspécher.

Que s’est-il passé quand Pierre a prêché le jour de la Pentecôte ? Qu’est-il dit ? Ils eurent le cœur touché. Après cela, Etienne a prêché. Et quand il a prêché, la même chose est survenue. Le jour de la Pentecôte, Pierre a dit aux hommes dont il s’était enfui en courant :

 » Vous avez crucifié le Seigneur de Gloire. Vous l’avez tué.  »

Etienne a déclaré : 

 » Vous avez tué le Fils de Dieu. « 

C’est cela, la prédication.

Lorsque Nathan le prophète est allé voir David, il n’a pas dit :   » Tu sais, certains d’entre vous sont coupables. «  N’est-ce pas ? Il a dit :  » Tu es cet homme ! « 

Oh, les gens disent :   » J’aimerais aller dans une église du Saint-Esprit « . Le voudriez-vous réellement ? Aimeriez-vous entendre quelqu’un dire :  » Eh, mon ami, écoute, la nuit dernière, tu as commis adultère. Tu as fraudé avec l’argent cette semaine. Tu as un esprit de haine dont Dieu dit que c’est aussi mauvais que commettre un meurtre  » ? Encore une fois, Jésus n’est pas venu pour nous sauver seulement de nos péchés, mais de notre propension à pécher. Quand ils ont entendu ces hommes, ils ont eu le cœur touché.

Je reviens au chapitre 3, verset 7 :  » Oh, race de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ? Portez des fruits dignes de la repentance.  » Et arrêtez de dire :  » Nous avons Abraham pour père. «  N’est-ce pas sympathique ? Il les a appelés vipères et maintenant il dit :  » Dieu peut faire autant au travers des pierres qu’au travers d’Abraham. Ne vous vantez pas d’avoir Abraham; si Dieu voulait, Il changerait ces pierres en enfants pour L’adorer. «  Cela assène un sacré coup à leur théologie, n’est-ce pas ? Au verset 9, il est dit : «  La cognée est mise à la racine; tout arbre qui ne porte donc pas de fruit est arraché et jeté au feu. Et les gens lui demandèrent…  » Il ne leur a pas demandé ! Ils étaient si conscients de leur culpabilité qu’ils sentaient comme un serpent ou un scorpion les piquer. Ils n’osaient pas regarder en arrière à cause de leurs péchés. Ils n’osaient pas regarder devant à cause du jugement. Ils n’osaient pas regarder autour d’eux, quelqu’un aurait pu venir les assaillir. Et donc ils ont crié.

C’est cela le réveil ! Ce n’est pas chanter quelques chœurs sentimentaux, puis lancer l’invitation :  » Voudriez-vous venir ? Jésus est en train d’attendre, frappant des mains dans le ciel, Il serait si accablé si vous ne veniez pas. «  Jésus n’a rien à faire du tout que vous veniez ou que vous ne veniez pas. Il a fait tout ce qu’Il a pu pour vous. Vous devez faire le reste. Il ne va pas vous forcer à vous soumettre par le fouet. Il ne va même pas vous demander de chanter :  » L’amour si grandiose, si divin, réclame mon âme, ma vie, tout de moi. «  La balle est de votre côté pour le faire. Mais remarquez qui étaient ces personnes.

Verset 10, les gens lui demandèrent :   » Que ferons-nous ? « 

Verset 12 :  » Alors les publicains vinrent aussi pour se faire baptiser, et lui dirent : Maître, que devons-nous faire ? « 

Verset 14 : les soldats, c’étaient des Romains qui vivaient dans une société païenne, ils n’avaient jamais vu un homme en feu pour Dieu. Il n’avaient jamais vu un prêtre qui se moque éperdument de leurs décorations.

Souvenez-vous comment est né cet homme. Son père Zacharie est allé au temple, et alors qu’il se dirigeait vers l’autel, il y a eu un ange qui se tenait à la droite de l’autel… Et il lui dit :   » Ne crains pas… ta femme va enfanter un fils.  » Et Dieu a accompli un miracle en élevant cet enfant. Zacharie a fait cela une seule fois dans sa vie. Il y avait derrière lui une file d’attente d’au moins 2000 prêtres, attendant tous le tour où, une fois dans leur vie, ils entreraient en long habit blanc dans le Lieu Saint. Cela est effrayant. Quand il est à l’intérieur, il y a une personne merveilleuse du nom de Gabriel :  » Ne crains pas, j’ai un message de Dieu pour toi. « 

A moins que vous ne l’ayez déjà vécu, si vous marchez avec Dieu, un jour vous allez vous trouver dans une réunion en train de penser que le Dieu Tout-Puissant ne parle à personne d’autre dans l’assemblée qu’à vous. Pourquoi me choisit-Il pour me mettre à part ?

Parce que vous avez des oreilles pour entendre, ce que vous n’aviez pas auparavant.

Parce que vous avez une faim de Dieu que vous n’aviez pas avant.

Vous m’avez entendu dire ceci et je le redis : je suis terrifié à l’idée de me trouver au trône du jugement avec un milliard de gens qui me regardent et entendent Dieu me dire :   » Mon fils, j’avais tant de choses à te dire, mais tu ne pouvais pas les supporter. Tu n’avais pas assez grandi. « .

Un homme laisse à son fils des millions de dollars. Il ajoute une clause dans son testament, disant :  » Tu ne peux dépenser la moindre fraction de cet argent avant l’âge de 20 ans. Cet argent est entièrement lié jusqu’à ce que tu aies assez de bon sens pour l’utiliser.  » -.

Je crois que le Dieu Tout-Puissant est en train de dire cela à l’Eglise d’aujourd’hui. Nous avons peiné avec les dons de l’Esprit, ou plutôt nous les avons pris à la légère. Nous sommes beaucoup plus intéressés par les dons de l’Esprit que par le Saint-Esprit Lui-même. Et Dieu a des trésors au-delà de notre compréhension.

Donc, Jean a ému le peuple. Ils disent :   » Que ferons-nous ?  » Les publicains crient. Ils sont toute une bande, n’est-ce pas ? Des vauriens avec des cœurs de pierre. Et pourtant, sous la conviction de l’Esprit, ils crient :  » Que ferons-nous ?  » Et Jean donne la réponse au verset 16, en disant :   » Moi, je vous baptise d’eau, mais il y en a un qui vient après moi, et je ne suis même pas digne de délier la courroie de Ses souliers. Il vous baptisera du Saint-Esprit et de Feu.  » Ou du Feu du Saint-Esprit.

Nous parlons du baptême de l’Esprit – c’est réellement le baptême de Jésus. Rien de ce que vous pouvez obtenir de ce côté-ci de l’éternité ne vient en dehors de Jésus-Christ. Mon cher vieux doyen appelait la venue du Saint-Esprit sur nous,  » le don de couronnement de Jésus « .

 » Il a Son van à la main. Il nettoiera en profondeur Son aire. Mais Il brûlera la balle dans un feu qui ne s’éteint pas. Et il fit plusieurs autres choses… «  Je me demande ce qu’étaient ces choses. C’est dommage qu’Il n’ait pas laissé une liste, n’est-ce pas ?

Voilà un homme sans soutien financier.

Il n’a aucun programme.

Il n’a l’approbation de personne.

Il a l’armée romaine contre lui.

Il a l’armée religieuse des Juifs contre lui.

Il a les Pharisiens contre lui.

Il n’a pas d’argent (il n’en a pas besoin) et

Il n’a pas un ministère de miracles – il est dit très clairement :  » Jean ne fit aucun miracle  » –

Personne ne court après lui en suppliant :  » Aie pitié de mon fils, il est lunatique.  » Personne ne crie :  » Impur, impur, impur  » ou  » ouvre-moi les yeux « , ou  » Je suis sourd « , ou quelque chose d’autre. Personne n’a dit cela.

Il n’a jamais débouché les oreilles des sourds.

Il n’a jamais ouvert les yeux des aveugles.

Il n’a jamais guéri une jambe cassée ou un bras cassé.

Il n’a pas ressuscité de morts –

Il a ressuscité une nation morte. TOUT SEUL.

Dieu a laissé cet homme à l’école du silence. Il parlait à Dieu, marchait avec Dieu et pleurait devant Dieu. Il vivait avec Jérémie. Il vivait avec les prophètes. Il savait ce qu’Esaïe voulait dire en prophétisant qu’un jour un homme viendrait dans le désert en criant :  » Préparez le chemin du Seigneur. Aplanissez la route dans le désert pour notre Dieu.  » Esaïe 35 dit que cette route sera appelée la voie de la sainteté, et que l’homme qui voyage à pieds, même atteint de folie, n’aura pas besoin d’y errer.

 » Il vous baptisera du Saint-Esprit et de Feu . » Dieu travaille toujours avec une minorité. Vous avez une merveilleuse liste dans 1 Corinthiens 15 des personnes qui ont vu Jésus dans la puissance de Sa résurrection. (…) Et ensuite, il est dit qu’Il a été vu par 500 frères à la fois. Et je suis convaincu dans mon esprit que c’était à ces 500 qu’Il a dit :  » Patientez, jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut.  » Combien sont partis ? 120 ! 380 parmi eux ne se sont pas gênés. C’est toujours ainsi. Dieu utilise une minorité.

Il n’y a toujours qu’un petit nombre de gens qui veulent sortir hors du camp.

Il n’y a toujours qu’un petit nombre de gens qui veulent mourir avec Lui.

La seule liberté qu’avaient les lépreux était de pouvoir marcher hors du camp. C’était l’endroit où allaient toutes les ordures de la ville. C’était l’endroit où l’on jetait des cadavres humains et des cadavres d’animaux. C’était un fossé qui sentait mauvais. Et l’homme le plus Saint qui ait jamais existé est sorti hors du camp afin que vous entriez dans le camp ! Et malgré cela, vous devez presque forcer certaines personnes à coup de fouet pour qu’elles aillent à l’église. Si moi j’allais à l’église où elles se rendent, eh bien je souhaiterais aussi qu’on me fouette. N’est-ce pas une tragédie, presqu’un blasphème, que d’aller à une réunion où vous dites :   » Oh, mon gars, cette réunion était froide, n’est-ce pas ?  »  » La réunion était si morte.  » Comment pouvez-vous avoir le Christ vivant dans une réunion morte ? Ou disons-le autrement : comment pouvez-vous avoir une réunion morte si le Christ vivant est là ? Comment allez-vous vous en sortir ? Après tout, notre travail, c’est de connaître l’éternité, de parler d’un temps où il n’y a pas de limites et aucune autre considération matérialiste, tout cela s’est évanoui. Nous allons dans un Royaume qui n’a rien à voir avec ces choses matérielles, et néanmoins, nous sommes si mous et si indifférents face aux choses éternelles.

William Booth, le fondateur de l’Armée du Salut, a presque été mis à la porte de l’Eglise méthodiste à coups de pied. Ce jour-là, une fois dehors, il a posé la main sur l’épaule de sa femme, et a dit :   » Chérie, nous allons lever une armée.  »

 » Avec quoi ?  »  

 » Nous allons recueillir tous ceux qui ont été chassés ou abandonnés des églises, nous allons à la gouttière.  »

Et il a écrit un magnifique hymne :

Toi, Christ, de la flamme ardente et purificatrice, envoie le feu.

(Nous devrions apprendre cela)

Ton sang s’est acquis le don qu’aujourd’hui nous revendiquons, envoie le feu.

Regarde en bas et vois cet hôte qui attend, donne-nous le Saint-Esprit promis.

Nous voulons une autre Pentecôte,

(Je ne suis pas sûr que nous la voulions, mais nous en avons besoin)

Pour rendre forts et courageux nos cœurs faibles, envoie le feu.

Pour raviver un monde mourant à sauver, envoie le feu.

Oh, regarde-nous déposer nos vies sur Ton autel, tout de nous ce jour-même.

Pour couronner l’offrande, maintenant nous prions, envoie le feu.

De nouveau,  » rends forts et courageux nos cœurs faibles. «  La seule façon d’extraire les impuretés de l’or est de le passer au creuset. Aujourd’hui, on utilise un creuset à induction. Il suffit d’appuyer sur le bouton, et la chaleur vient, l’or coule au fond du creuset, et un ouvrier assis à côté prend une passoire et enlève les impuretés qui sont au dessus et les jette. L’homme est là pendant une demi-heure, après cela il s’en va.  » Êtes-vous fatigué ?  »  » Non.  »  » Pourquoi partez-vous ?  »  » L’or est pur.  »  » Comment le savez-vous ?  »  » Parce que je vois mon reflet sur l’or. « 

Malachie n’a t-il pas dit :   » Quand Il viendra, Il purifiera l’argent ?  » Qui subsistera au jour de Sa venue ?

Allons ! Nous parlons de réveil d’une année. Si nous avons le Réveil du Saint-Esprit, peut-être que nous ne dormirons pas pendant les 10 premiers jours de l’année. Dieu va opérer une telle épuration, une telle purification, sans doute pas chez votre mari ou votre femme, mais chez vous. Il y a 50 ans, le chœur le plus populaire était :

 » Que la beauté de Jésus soit vue en moi,

Toute Sa passion et Sa pureté magnifiques,

Oh, Toi, Divin Esprit, épure toute ma nature,

Jusqu’à ce que la beauté de Jésus soit vue en moi « .

Le fondeur s’assit là-bas,

Il me tient dans une fournaise, et Il la chauffe, et Il la chauffe, et Il la chauffe – et parfois cela ressemble à l’enfer.

Il jette dehors ce qu’Il n’aime pas : mon orgueil, mon ambition, ma luxure secrète, mon caractère, mon manque de pardon, mon obstination (nous ne pensons pas beaucoup à ça, mais l’obstination est comparable au péché de la sorcellerie dans la Parole de Dieu).

 

Il me purifie jusqu’à ce qu’Il voie en moi Son reflet. Il ne se satisfera pas de moins. Il ne vient pas pour faire de moi un grand prédicateur, ou un grand écrivain, ou un grand chanteur, ou un grand organisateur. Il vient parce qu’Il veut refléter Sa beauté dans ma vie. La douceur, l’humilité et la sainteté.

 

La vie égoïste s’en va.

Les intérêts personnels s’en vont.

La gloire personnelle s’en va.

L’auto-promotion s’en va.

La justice propre s’en va.

Pensez-vous que c’est facile ? Nous vivons avec cela depuis si longtemps que nous nous aimons nous-mêmes. Et Dieu depuis bien longtemps a arrêté de nous aimer. Et l’Ecriture parle de la Parole de Dieu comme d’un miroir. Vous savez, quand le réveil vient, Il nous tend le miroir et nous nous voyons nous-mêmes.

Vous souvenez-vous de la vieille histoire de Cromwell ? Un artiste lui a demandé en suppliant de bien vouloir poser pour lui, et Cromwell avait une bien grosse verrue sur le menton. Et l’artiste l’a peint sans la verrue. Quand il a terminé sa peinture, il a dit :  » Qu’en pensez-vous ?  » Cromwell a répondu :  » Peignez-moi avec la verrue et entièrement ! Cela fait partie de moi.  »

 » Seigneur, peins-moi, mais ne me montre pas ma verrue. Ne me montre pas que je suis au fond égoïste, tourné vers mes intérêts propres, et en recherche d’auto-promotion,

Je suis plein d’orgueil,

Je suis plein de colère,

Je suis plein d’amertume,

J’ai un problème de manque de pardon…

ne me montre pas comme quelqu’un d’aussi laid que le démon.  » Des gens brillants aujourd’hui vous disent que votre problème est que votre image de vous-mêmes est trop pauvre, vous avez une si faible image de vous-mêmes. Non, votre problème, c’est que vous avez une trop bonne image de vous-mêmes !  » Peins-moi avec la verrue et entièrement. « 

Il vous baptisera du Saint-Esprit. William Booth a choisi comme slogan :  » Feu et Sang « . Studebaker, le fabricant de wagons et de voitures, se tenait un jour à New Castle, en Pennsylvanie, à la fin de l’année 1890. Il était en train de dire au revoir à un jeune homme qui était l’orateur en milieu universitaire le plus brillant des Etats-Unis. Il s’appelait Brengle. Studebaker lui a serré la main et lui a dit :  » Brengle, je souhaiterais être aussi certain de devenir président des Etats-Unis que je suis certain que vous deviendrez l’Archevêque de Canterbury.  » Studebaker et son ami avaient des camarades à l’université. Studebaker, le pauvre, n’est devenu qu’un millionnaire. Le jeune homme avec son talent d’orateur, est parti et a déposé tout cela au pied de Jésus.

Il est allé à Londres et au quartier général de l’Armée du Salut, tout épuisé ; cela lui avait pris quatre semaines pour s’y rendre par bateau.

 » Voyons, qui êtes-vous ? «  a demandé William Booth. «  Je suis Docteur Brengle.  »  » Docteur Brengle ? « 

Ils n’avaient pas besoin de médecins ; leur théologie n’était pas malade.

 » D’où venez-vous ?  »  » J’ai entendu dire que le Saint-Esprit est ici. J’ai traversé l’Atlantique, je veux être rempli du Saint-Esprit. Je ne suis pas dépendant de ma théologie, de mon savoir. J’ai beaucoup d’érudition,

mais j’ai besoin du Feu,

j’ai besoin du Feu,

j’ai besoin du Feu ! « 

William Booth a dit : «  Vous avez visé juste. Demain matin, à cinq heures, vous allez polir les chaussures de 50 étudiants. « 

Et aucun d’eux n’avait une seule jambe. Il y avait 100 grosses bottes allongées ! Et il était hors de question de les asperger d’eau : il fallait les polir ! Mais le Dr Brengle a dit plus tard :  » C’est là que Dieu m’a enseigné une leçon sur la patience. « 

Ils n’ont pas ouvert la porte en disant :  » Nous attendions un homme comme vous pour venir enseigner sur le livre de la Révélation. Nous aimerions que vous dirigiez la réunion de prière demain matin. «  Ils lui ont dit :  » Mets la main dans la pâte. «  Brengle l’a fait. Et il s’est attendu à Dieu, et Dieu l’a rempli du Saint-Esprit.

Plus tard, on a demandé à une personne sourde après une des réunions de Brengle pourquoi elle s’était avancée jusqu’à l’autel si elle n’avait pas pu entendre le message. Elle a répondu :   » Parce que j’ai vu ce que jamais je n’avais vu chez un prédicateur de toute ma vie.  »  » Qu’était-ce ?  »  » J’ai vu la beauté de Jésus en lui alors qu’il prêchait.  » Je ne sais pas ce qu’il disait, mais je savais qu’il y avait quelque chose en lui que je n’avais pas ! « 

Allons-y, les parents, vivez-vous d’une telle manière que vos enfants voudront avoir quelque chose se trouvant dans votre vie, quelque chose de merveilleux ? Quelque chose qu’ils n’arrivent pas à voir à l’école, quelque chose qu’ils ne voient pas dans les magazines ? Et qu’ils ne voient pas à l’église, peut-être ?

Ma mère a été un modèle à imiter pour moi, mon père a été un exemple. La meilleure chose qu’il ait jamais faite, c’est de m’amener à une réunion de prière lorsque j’avais 14 ans. Et je me souviens que cette nuit-là, c’est venu sur moi, souvent, souvent, souvent.

Voyez-vous, nous avons une idée fixe selon laquelle la seule raison que vous avez à être rempli du Saint-Esprit, c’est parce que vous allez être missionnaire. La plus grande catastrophe en Amérique ne se trouve pas dans les bordels de nuit, ni dans l’avortement, la plus grande catastrophe en Amérique est dans les foyers.

Il ne s’agit pas de ce que VOUS, vous devez apporter à Dieu. Il s’agit de ce que DIEU peut vous donner. Nous n’avons plus d’hommes tels que nous en avions autrefois. Quand Whitefield est arrivé en Angleterre, la population de Boston était de 12 000 habitants, et il en attira 14 000 en une nuit sans routes goudronnées, sans restaurants. Quelqu’un a dit :  » J’ai mis ma femme sur le dos de la vieille jument et je me suis levé. La neige était si épaisse que nous avons peiné en traversant collines et vallées, et finalement je suis descendu et j’ai juste mené le cheval. Et j’étais trempé jusqu’au cou. Il n’y avait pas de banc, pas d’abri, je me tenais là debout dans la neige et j’ai entendu un homme qui s’embrasait avec Dieu ! Je n’avais pas encore réalisé jusqu’à ce que je bouge que mon pantalon était presque endurci à cause du gel, il était tout mouillé et il était froid comme de la glace. Nous sommes rentrés à la maison. La pauvre vieille jument était épuisée le lendemain de notre retour, mais nous, nous sommes retournés et nous sommes allés une nouvelle fois.  » Pourquoi ont-ils parcouru tout ce chemin ? Les prédicateurs n’ont plus à faire cela maintenant. Il suffit d’avoir assez d’argent et vous avez une émission à la télévision, et de pauvres gens à l’esprit exubérant croient que vous avez mis le monde sens dessus, sens dessous. Et nous sommes aussi profondément enfoncés dans le pétrin que nous ne l’étions avant de commencer.

Dieu ne cherche pas une organisation. Il recherche  » l’agonisation « . Et Il nous parle de la prière par le Saint-Esprit. Et je veux en apprendre plus. C’est bien au-delà de la prière en langue. Je ne suis pas en train de critiquer les langues en disant cela.

Avec toutes les églises pentecôtistes que nous avons et tout ce qu’elles ont fait durant ces 25 dernières années, nous n’avons pas pu toucher cette nation pour Dieu. Comment se fait-il que les 120 aient mis le monde sens dessus, sens dessous ? Ils n’avaient pas d’argent, ils n’avaient pas le petit écran, ils n’avaient pas la possibilité de transmettre ce qu’ils disaient vers un million de foyers.

Je suis sûr dans mon propre cœur que ce que Dieu recherche, c’est de prendre la totale possession de quelques hommes dans leur esprit, leur âme, leur pensée et leur volonté.

J’ai étudié dans une petite université, l’Université Cliff. Elle a connu un seul réveil, je n’y étais pas. Un de mes amis y était dans les années 1932 et 33. Il avait connu la Première Guerre mondiale. C’était un ivrogne, un blasphémateur, et tout ce qu’on peut imaginer. Une très précieuse et magnifique dame l’a conduit à Christ et il est tombé amoureux d’elle, et ils ont planifié ensemble le jour de leur mariage. Un jour, ils sont allés à une vieille réunion de Sainteté et ils ont chanté, c’était un hymne. Mais est venue la strophe :

 » Ici, je Te donne tout ce que je suis et tout ce que j’ai,

Amis, temps, provisions terrestres,

Âme et corps, tout est à Toi

Tout est à Toi pour l’éternité. « 

Et il l’a chantée.  » Me voici, je Te donne mes amis.  » Il pensait :  » Elle est la seule amie que j’ai au monde ; nous allons nous marier dans trois mois. J’ai une maison remplie de meubles tout neufs.  » Et le Seigneur a dit :  » Tu veux être rempli du Saint-Esprit, cela te coûtera tout. Reporte ton mariage dans trois ans. Donne-Moi tout ton temps. Tes provisions terrestres, ce sont tous les meubles que tu as pour l’avenir, vends-les et utilise l’argent pour aller à l’université Cliff. « 

Il est allé à l’Université Cliff. Il y avait environ 35 étudiants là-bas, autant qu’il y en avait quand j’étais à cette université, 35 hommes. Il s’est levé un matin à environ 2 heures du matin, avec un désir intense de Dieu. Il s’appelait Dan Philips. Il est descendu en pyjama dans la salle de conférence, entre 1 heure et 2 heures du matin et a commencé à crier à Dieu. Il a juste hurlé :  » Seigneur, je suis un prédicateur. Seigneur, je gagne des âmes, mais mon cœur n’est pas rempli de sainteté, il n’est pas rempli d’amour, il n’est pas rempli de la puissance de l’Esprit, il n’est pas rempli d’humilité, il n’est pas rempli de douceur, il n’est même pas rempli de paix. Fais descendre Ton feu dans ce cœur qui est le mien.  » Et il a crié pendant environ une demi-heure, et tous les hommes dans l’université se sont levés et ils étaient tous là dans cette pièce en pyjamas, en train de crier à Dieu. Et l’Esprit du Dieu vivant est venu sur eux. Et le vent du Saint-Esprit a balayé l’université pendant des semaines.

Il ne pensait pas lorsqu’il avait abandonné sa vie et sa future femme, et tout ce qu’il avait à Manchester que cela aurait comme résultat que toute une université serait réveillée. Nous avions dans cette université quelques uns des prédicateurs les plus brillants. Samuel Chadwick y était, Joe Brice y était, quelques excellents prédicateurs d’Angleterre y étaient, mais leur prédication n’a rien fait. Le réveil est venu quand un homme a obéi à Dieu, et a plié la couverture de son lit dans un coin pour descendre dans la pièce qui était froide, et quand il a dit :  » Dieu, j’ai seulement besoin du Saint-Esprit, pas pour ce soir, mais pour toute ma vie. Je veux remplir à nouveau ma vie continuellement avec l’Esprit.  »

Ce n’est pas suffisant d’être rempli de Son Saint-Esprit il y a dix ans. Cela m’est égal de savoir quand tu as été baptisé.

 

La question n’est pas de savoir si tu étais rempli il y a dix ans, mais si tu es rempli ce soir.

Es-tu rempli de Dieu ce soir ?

Es-tu rempli d’amour ce soir ?

Es-tu rempli de puissance ce soir ?

Es-tu rempli de passion pour les perdus ?

 

Allons, au nom de Dieu. Dieu est en train de nous dépasser.

Il est possible que tu hurles si tu as des dons, mais tu ne hurles pas pour avoir le fruit. Ce n’est pas facile. Dieu ruinerait ta carrière. Il détruirait ton mode de vie. Mais s’Il le fait… Si tu Le laisses faire… S’Il peut t’utiliser pour déverser au travers de toi Son réveil, un jour la colonne de feu va venir, et sais-tu quoi ? Nous n’aurons pas besoin de faire de la publicité. Il y aura une telle humilité, une telle douceur, une telle sainteté, une telle tendresse, une telle bonté pleine d’amour – tout le fruit de l’Esprit.

Nous allons chanter l’hymne de Mr Hatch – un brillant prédicateur anglais qui avait une église qui craquait, une tonne d’argent. C’était le prédicateur préféré de la ville.  » Mais une nuit,  » dit-il,  » je suis allé dans mon bureau, et j’ai dit : ‘Seigneur, je ne suis pas satisfait avec la popularité, je ne suis pas satisfait avec la faveur des hommes, je ne suis pas satisfait avec mon éloquence. Souffle sur moi, souffle de Dieu.’  » Et il a saisi un morceau de papier sur lequel il a composé cet hymne que nous allons chanter maintenant.

Peut-être voulez-vous rencontrer Dieu d’une manière nouvelle. Si c’est le cas, pourquoi ne pas vous agenouiller à votre place pendant que nous chanterons. Laissez les autres chanter. Agenouillez-vous quelque part et dites :  » Seigneur, je veux quelque chose ce soir que je n’ai jamais eue dans ma vie. Je veux la destruction de ma vie propre, de mes intérêts personnels, de mon caractère, de mon orgueil, de ma crainte de l’homme, de ma crainte de l’avenir, ma crainte de ce que ma famille penserait de moi, détruis tout cela. « 

Tout l’enfer est en train d’observer cette réunion en ce moment. Tous les anges y plongent leur regard. Et Jésus est en train d’attendre de voir le fruit du travail de Son âme.


25/04/2017
0 Poster un commentaire

UNE EGLISE BIBLIQUE, PAR PAUL WASHER.

Note MAV: bien que la vidéo soit sous-titrée, j’ai demandé à Micheline de la retranscrire pour ceux qui ne peuvent rester 1h30 devant leur écran. Le message est d’importance vtale et rejoint quantités de messages ou prophéties qui avertissent sur l’état apostat de ce qu’on appelle aujourd’hui « Eglise » mais qui n’est en rien l’Eglise telle qu’elle est définie dans le NT

Commentaire joint à la vidéo: «  Les églises aujourd’hui sont envahies d’idées de l’anthropologie profane, de la psychologie profane et de la sociologie profane. Maintenant, ne pensez pas que vous allez avoir une église biblique en purgeant votre évangélisme de ça. Vous devez puger votre mariage, votre idée de l’homme, votre idée de la vérité de ça. Vous devez tout purgez de ça. La Parole de Dieu est vraie. Et si quelque chose ne s’accorde pas avec la Parole de Dieu, cette chose n’est pas vraie et ce n’est pas une vérité additionnelle. » 

 

Transcrit par Micheline, message écrit de Paul Washer

C’est un grand privilège pour moi et le frère Leiter d’être ici avec vous, un grand privilège. Et on m’a donné en quelque sorte une tâche insurmontable ou difficile de prendre  une heure et de prêcher tout ce qui devrait être prêché sur une église biblique.

Et je pense que cela demanderait plus longtemps qu’une heure. Mais nous allons regarder quelque chose sur…. euh ? oh, bon, faites attention avec ce genre de déclaration (prêchez aussi longtemps que vous le voulez.). Vous pourriez le regretter. Mais nous allons parler de l’église. Et si vous êtes ici ce soir, vous êtes certainement ici parce que vous avez une inquiétude ou une nervosité sur la façon dont sont les choses, sur le déclin spirituel dans votre pays, en Europe aussi bien qu’en Amérique, cherchant quelque chose.

Bon, laissez moi partager avec vous. Il y a beaucoup de personnes et beaucoup de mouvements qui peuvent vous donner quelque chose. Il y a toutes sortes de choses qui se passent dans le christianisme aujourd’hui. Cela ressemble à un cirque offrant certains aspects du christianisme, une certaine puissance, une certaine joie, une certaine vie. Tant de choses, tant de trucs, tant de promesses, la santé, la prospérité, la vie comme vous le voulez, votre meilleure vie maintenant, absolument tout est posé devant vous. Ce que Jésus Christ pose devant vous, c’est ceci : La promesse de la vie éternelle, et une croix. Ce que Jésus Christ pose devant vous est ce qui importe réellement. Et c’est un caractère rendu conforme à son image. Les auteurs du nouveau testament,bien qu’ils parlent assez fréquemment de toutes les bénédictions que Dieu peut déverser sur un homme, et tout le conseil de l ‘écriture nous dit que les bénédictions de Dieu sont nombreuses, mais pour ceux qui sont venus à connaitre Christ, je pense qu’ils l’ont fixé dans leur coeur que toute bénédiction autre que la conformité à Christ est une moindre bénédiction.

Je veux être comme Jésus. Je veux être rendu conforme à sa volonté, et non d’une façon religieuse extravagante. Je veux être rendu conforme à l’image de Jésus-Christ dans ma relation personnelle avec Dieu le Père, et je veux être rendu conforme à l’image de Jésus-Christ dans les relations de ma vie, en particulier la plus intime. Maintenant, je mentionne ça parce que c’est vraiment tellement important pour moi. Je prêchais il y a plusieurs années à Austin Texas. Et après avoir fini mon premier sermon, ce comité d’église, c’est un comité dans l’église qui cherche un nouveau pasteur, il est venu à moi, et il disait, « voudriez-vous être notre pasteur ? »

J’ai dit, « Quoi  ? ».

Ils dirent , « voudriez vous réfléchir à être notre pasteur ? » et je les ai regardés et j’ai dit, « êtes-vous fou ? » et ils dirent, « Pourquoi dites-vous cela ? ». J’ai dit , « vous ne savez pas si j’aime ma femme ou non. »

La remarque que je faisais, c’est : vous ne connaissez rien de moi. Le diable prêche bien. Mais le vrai christianisme se voit dans la vie, la vie cachée d’un homme, d’une femme, et la mort à soi-même, et l’abandon de soi au nom de Christ à Dieu le Père dans la puissance du Saint-Esprit, et en donnant cette vie aux autres. Nous entendons beaucoup parler aujourd’hui de tout faire pour la Gloire de Dieu, et c’est vrai. C’est une affirmation vraie.

Mais je crains que nous ne l’utilisions souvent pour oublier le deuxième commandement.

Le premier est d’aimer le Seigneur, votre Dieu de tout votre coeur, âme, esprit et force. Et le deuxième est d’aimer votre prochain comme vous même dans un service sacrificiel et plein de joie.

Donc, le christianisme dont je parle ce soir, n’est pas un gigantesque spectacle religieux dans un Colisée. Ce n’est pas d’obtenir votre meilleure vie maintenant, la voiture que vous voulez, la maison que vous voulez ou la santé parfaite. Ce dont cela parle, c’est : Connaitre Dieu le Père et connaitre Jésus-Christ qu’Il a envoyé, et d’être rendu conforme à son image.

Quelle joie ! Être capable, réfléchissez à cela, être capable d’aimer comme Il aime. Etre capable de le représenter. Le connaitre. C’est le christianisme.

Maintenant, nous allons parler un peu de l’Église. La plupart d’entre nous, ont cette  idée ecclésiastique et organisationnelle de l’Église. Nous pensons à des bâtiments avec des clochers sur le dessus et des croix sur le dessus des clochers. Nous pensons à ces belles pelouses. Nous pensons à des hommes âgés, prêchant des messages très ennuyeux.  Nous pensons à toute sorte de choses, quand nous réfléchissons à l’Église. Mais nous devons comprendre ce qu’est vraiment l’Église. Ce n’est rien de ça. L’Église n’est pas tant une organisation,mais elle est un organismeC’est une entité vivante. C’est une création de Dieu par son fils et pour son fils. Elle est relationnelle. Maintenant, je veux que vous gardiez ce mot à l’avant de votre esprit. Elle est relationnelle.

L’église, comme votre vie personnelle, parle d’une relation avec Dieu et une relation avec les frères et les soeurs en Christ. Vous voyez, cela ne parle que de relation. Ce n’est que ça. Il y a tant qui est fait, habillé en costume religieux, mais cela a réellement tellement peu de signification. Dieu nous a appelés dans une relation avec Lui-même. Il a fait ça alors que nous sommes des individus. Il a fait ça de façon collective, comme un corps, et Dieu nous a appelés à être en relation les uns avec les autres, à nous aimer les uns les autres comme frères et soeurs en Christ. Et donc, la première chose que je veux que vous voyez, c’est que quand nous parlons de l’Église, nous parlons d’un organisme, quelque chose d’organique dans la nature.

Maintenant, il y a deux passages dans l’écriture, et nous n’allons pas passer beaucoup de temps dessus, parce que nous allons regarder différentes choses ce soir. Mais, pendant un moment,je veux que vous alliez dans Jérémie et je veux que  vous voyez l’origine de l’église, son origine divine. Jérémie chapitre 31, rapidement.

Maintenant, si vous regardez au verset 31 de Jérémie 31, il dit,:

« voici, les jours viennent, dit l’Eternel, où je ferais avec la maison d’Israël et la maison de Judas une alliance nouvelle, non comme l’alliance que j’ai traité avec leurs pères, le jour où je l’ai saisi par la main pour les faire sortir du pays d’Egypte, alliance qu’ils ont violé, quoique je sois leur maître, dit lEternel. ».

Maintenant la première chose que je veux que vous compreniez c’est quelque chose au sujet de la nation d’Israël. Croyez vous honnêtement que tous ceux qui sont sortis d’Egypte, guidés par Moïse, étaient des croyants ? Non, pas du tout. En fait, la grande majorité d’entre eux était des idolâtres. Ils adoraient des dieux boucs, des dieux démons, toutes sortes de choses même dans le désert alors qu’ils étaient conduits partout par Dieu. Nous regardons au fond une nation physique qui a été appelée à sortir d’Egypte. Ils étaient du sang d’Abraham. Mais la plupart d’entre eux n’avait pas la foi. C’est pour cela qu’ils sont morts dans le désert, n’est-ce-pas ?

Donc, ils étaient au fond une nation charnelle faisant des choses charnelles qui a du être soumise par des lois et des autorités et ceci et cela. Ils ont du être soumis, dans un sens, par le fouet afin de les garder dans le rang. Et pour quoi cela ? Parce que leur coeur n’avait pas été changé.

Maintenant, je veux que vous réfléchissiez à quelque chose pendant un moment. La plupart des églises aujourd’hui sont comme cela. Pleines d’un groupe de gens dont les coeurs n’ont pas été changés et les pasteurs passent beaucoup de leur temps à faire quoi ? D’essayer de motiver, manipuler, pousser, bousculer, forcer, organisant toutes sortes de petites fêtes et toutes sortes de petits trucs, et ceci et cela, et tant d’autres choses juste pour essayer de garder un groupe de gens ensemble dans le nom de Jésus.

Voici la puissance de l’évangile ! pas beaucoup de la puissance de l’évangile manifestée là, n’est-ce-pas ? des gens innombrables identifiés dans ce pays, dans mon pays à certaines dénominations ou certaines églises, mais cela n’a aucune puissance,aucune influence sur leur vie, rien.

La vraie église n’est pas comme cela. Vos idées de l’église en tant que bâtiment ; comme une structure ecclésiastique et organisationnelle de gens aux coeurs divisés assistant ensemble, et devant être maintenus ensemble, par la manipulation, la force et les trucs ?

Ce n’est pas l’Église.

Maintenant, il va nous dire ce qu’est l’Eglise. « mais voici l’alliance que je ferais avec la maison d’Israël, après ces jours-là, dit l’Eternel : je mettrais ma loi au dedans d’eux, je l’écrirais dans leur coeur. » Maintenant, vous devez comprendre que Dieu ne parle pas ici de manière poétique. Or, pourquoi dis-je cela ? Parce que, quelquefois, nous entendons des choses tellement belles dans l’écriture et nous disons, « oh, c’est beau, » mais nous ne considérons pas ce qu’Il dit. Il dit: dans l’Église par la venue du Messie, Il va créer un nouveau peuple, et ils ne vont pas être un groupe de gens qui ont simplement des tablettes de pierre qu’ils regardent et a qui ils désobéissent. Il va créer un groupe de gens et Il va transformer leurs coeurs, et il va mettre Sa Volonté, Ses Lois, Ses désirs dans leur coeur. Vous voyez cela  ? Ils vont  être changés. Et j’utilise le mot « désir ». Je sais que cela peut être un peu dangereux, mais il y a une raison pour ça. Quand je dis qu’Il met ses lois dans votre coeur, vous pouvez encore avoir cette idée mécanique que, oui, ces lois sont dedans, là, et je dois y obéir. Mais quand je dis « désir », Il ne vous révèle pas simplement Sa Volonté:  Il change votre coeur pour que Sa volonté, soit votre Volonté, et vous désirez faire ce qu’Il désire.

C’est pour cela que Jean écrit dans son épitre, que les commandements de Dieu pour le peuple de Dieu ne sont pas pesants. Ils désirent ces choses. Vous voyez ça ? C’est ce qu’est l’Eglise. Il continue et il dit, « je mettrais ma loi au dedans d’eux, je l’écrirai dans leur coeur; et je serais leur Dieu, et ils seront mon peuple. » Tout au long de l’ancien testament, il y a ce désir passionné que nous voyons dans les paroles sortant de la bouche de Dieu dans lesquelles Il dit constamment, en regardant vers le futur, « un jour, ils seront mon peuple. Je serai leur Dieu. J’aurai un peuple sur cette terre, et je serai le Dieu de ce peuple. »

Ce moment est arrivé avec la venue de Christ. Par sa mort et sa résurrection; par l’oeuvre du Saint Esprit, Dieu s’est  crée un peuple pour Lui. Maintenant, ils ne sont pas un peuple qui a simplement tourné une nouvelle page. Ils ne sont pas un peuple qui a simplement décidé qu’ils veulent vivre un style de vie plus élevé. Ils ne sont pas un peuple, qui, un jour, a décidé : nous allons changer et être meilleurs. Non ! Ils sont un peuple en qui Dieu a agi par sa propre puissance. Il les a transformés. Maintenant, êtes vous ce peuple ? Savez-vous, comme nous tous, je lutte encore contre beaucoup de manques,  beaucoup de faiblesses, beaucoup de luttes dans ma vie chrétienne.

Mais, il n’y a aucun doute, le témoignage des miens, les gens autour de moi, et les gens qui m’ont connu il y a 25 ans, ce gars n’est pas la même personne que je connaissais. Je sais que mes désirs ont changé. Un jour venant de, «  allons faire la fête, allons nous battre si c’est possible, courons après les filles, nous allons nous saouler, faire ceci, » Au lendemain, « je ne veux plus du tout faire ça. »

Que m’est-il arrivé ? Je veux Christ. Je veux le connaitre. Je veux plaire à Dieu et être un plaisir pour Dieu. Connaissez-vous ça comme une réalité dans votre propre vie ? Votre religion a-t-elle quelque chose où vous essayez juste de faire les choses qui sont bien, ou bien Christ vous a-t-il transformés afin que vous vouliez le connaitre. Voulez-vous faire Sa volonté, vous vous réjouissez de faire Sa volonté ? Que vous est-il arrivé ?

le frère Leiter dit assez souvent  que le christianisme de la plupart des gens est au fond ceci : Ils essaient de faire toutes les bonnes choses qu’ils détestent, afin de plaire à Dieu. Ce n’est pas le christianisme. Le christianisme c’est quand, » je veux faire ceci. » et vous n’êtes pas triste parce que vous regardez la volonté de Dieu, et vous pensez, je dois le faire. Vous êtes triste quand vous regardez la volonté de Dieu et réalisez que vous n’avez pas réussi.

Le fardeau ne vient pas de l’obligation d’obéissance, le fardeau vient quand nous voyons que nous avons désobéi.

Pourquoi ? Nous sommes transformés. Nous sommes de nouvelles créatures. Nous sommes des saints de Dieu. Nous sommes des enfants de Dieu. Nous sommes des fils du Dieu vivant. Nous sommes guidés par l’Esprit. Vous voyez ?

Quand il dit, « une nouvelle créature, » Quand il dit, « je l’écrirai sur leur coeur, ». Il ne parle pas de façon métaphorique jusqu’au point où cela n’a plus de signification. Il ne parle pas de manière poétique pour que ce soit une absurdité magnifique. Non. Quand une personne est sauvée, elle devient une nouvelle créature. C’est de cela dont est constitué l’église. Maintenant, Il dit ceci : « Celui n’enseignera plus son  prochain, ni celui-là son frère, en disant : Connaissez l’Eternel ! car tous me connaitront. » Ce n’est pas dire que, dans l’église, il n’y aura pas d’enseignement ni de pasteur, des évangélistes, etc….mais, ce qu’Il dit, c’est : le peuple d’Israël, bien qu’ils aient vu ces magnifiques manifestations de Dieu, ils ne les ont pas comprises. Ils pouvaient voir Dieu partager l’eau, et ensuite aller adorer une idole de bouc. Ils pouvaient voir le feu descendre des cieux et ensuite faire un veau d’or. Ils ne comprenaient pas.

En témoignant aux gens – et je sais beaucoup d’entre vous avez eu la même expérience- vous déversez votre coeur sur quelqu’un en lui parlant de la Grâce de Dieu, et il ne comprend rien du tout. Quelqu’un dit, « Monsieur allez-vous aller au ciel quand vous mourrez ? » « Oh, oui, je vais aller au ciel ». «  Pourquoi le pensez-vous ? » « eh bien, je suis un homme bien. Je suis un homme bien », et donc, vous expliquez, pendant les vingt minutes suivantes, chaque passage de la Bible qui explique qu’il est une bête misérable sous la colère de Dieu. Il dit «  oui » à chacun des passages; et ensuite quand vous dites, « Monsieur, allez-vous aller au ciel ? » « oui. » « Pourquoi ? » « je suis un homme bien. »

Maintenant, c’est là où vous seriez. Vous comprenez ça ? Vos ténèbres seraient jusqu’à ce niveau, et même pire. Mais que s’est-il passé ? Ce passage, il vous a enseigné :

« Ils seront enseignés par Dieu. » Il a lui-même illuminé votre esprit et a changé votre coeur.

Tant de gens qui passent, en particulier ces évangélistes à la T.V. Je pense que nous devrions mettre la plupart d’entre eux sur un bateau et les envoyer quelque part sur une île où il n’y a personne. Mais ils disent, « la nature surnaturelle du christianisme et le surnaturel ceci et le surnaturel cela. »

Surnaturel ? Il y a plus de puissance surnaturelle de Dieu manifestée dans la régénération d’un seul coeur que dans la création de l’univers lui-même.

Surnaturel : nous ne nous émerveillons pas  de ce qui est vraiment surnaturel. Vous dites, « bon, frère Paul, croyez-vous que Dieu puisse guérir les gens ? » J’ai vu Dieu guérir les gens dans les montagnes, là où il n’y avait aucun docteur, pas fréquemment, mais selon Sa volonté, Son plan, et Son but. Mais je veux vous dire quelque chose, je n’étais pas excité, mais je l’étais quand j’ai vu le Saint-esprit littéralement prendre un homme mort spirituellement et le rendre vivant.Vous voyez cà ?

Il y a la nature surnaturelle du christianisme, mais centrée sur ce qui est vraiment surnaturel et important. Maintenant, il continue et il dit ceci, « car tous me connaitront, depuis le plus petit jusqu’au plus grand » Or, le connaitront-ils tous au même point que Jonathan Edwards ou un Calvin ou un Luther ou quelqu’un comme ça ? Non, je ne suis même pas dans leur ligue. Donc, qu’est ce que cela signifie ? eh bien, continuons. Il est dit, « car tous me connaitront,depuis le plus petit jusqu’au plus grand, dit l’Eternel. Car je pardonnerai leur iniquité,et je ne me souviendrai plus de leurs péchés. » Ils entreront  dans une relation avec Lui,en sachant qu’Il est le seul vrai Dieu, et ils auront une conscience profonde que par Sa main, Il les a purifiés, libérés de leur péché.

Il n’y aura pas le bruit de la suffisance là. Ils ne diront pas, « Dieu et moi avons accompli ça. »! Ils auront une conscience profonde que Dieu s’est occupé de leur iniquité, et qu’Il a tout fait lui-même. Maintenant, une autre chose. Continuons. Sautons vraiment rapidement au verset 38, du chapitre 32. Encore, « Ils seront mon peuple, et je serais leur Dieu » Et regardez ce qu’Il dit, « je leur donnerai un même coeur et une même voix. » Avez-vous déjà vu ces marches pour Jésus, les marches d’unité  qu’ils font, et dans lesquelles toutes ces différentes dénominations se rassemblent, et essaient de prouver au monde qu’il y a l’unité entre elles, alors qu’en fait il y a très peu d’unité entre elles. Et elles marchent toutes ensemble en chantant « Kumbaya » et nous prouvons au monde que nous sommes un. Ce n’est pas ce que Jésus veut dire, OK ? Ce n’est pas ce que Jésus veut dire. Vous mettez deux chrétiens ensemble, deux chrétiens, et bien qu’ils puissent différer sur certaines choses, mais vous mettez deux chrétiens ensemble et, mon ami, vous trouvez l’unité. Vous trouverez l’Esprit témoignant avec l’esprit. Vous trouverez la joie.

C’est stupéfiant; je peux m’asseoir, par exemple, dans un avion en Zambie, et m’asseoir à coté d’une personne que je n’ai jamais rencontrée de ma vie, et après un moment, sortir ma Bible, vous savez, en espérant que ce gars me dise quelque chose « qu’est-ce-que c’est ? »

Quelquefois, je sors mon nouveau testament en grec, alors il regardera et dira, « qu’est-ce-que c’est ? » Je ne le lis pas très bien, mais il fait réellement un grand outil de témoignage. Peu importe où je suis dans le nouveau testament grec, je lis Jean 3.16 quand il me demande de lui lire quelque chose. Mais je peux m’assoir avec quelqu’un que je n’ai jamais rencontré, et nous commençons à parler et découvrons que nous sommes tous les deux des croyants en Jésus Christ, et c’est une fête pendant le reste du vol. Nous sommes un.

Les gens disent, « Il y a tellement de désunion dans les églises. »Non il n’y en a pas. Il y a beaucoup de désunions, avec un tas de gens charnels qui sont des boucs essayant d’agir comme des brebis. C’est le problème.

Mais quand vous mettez ensemble des croyants, il y aura l’unité. Cela signifie-t-il qu’il n’y aura jamais de désunion ? Non, pas du tout, parce qu’il y a le péché en nous tous. Cela ne signifie pas qu’il n’y aura jamais de désunion. Cela ne signifie pas qu’il n’y aura jamais de désaccord. Mais cela signifie que quand nous regardons à tout le parcours de la relation, il y a un amour fraternel, une unité, là. Je me souviens d’une des illustrations que j’aime utiliser par rapport à cela, je voyageais dans les montagnes il y a des années et des années dans la zone rouge que les communistes, les maoïstes contrôlaient. Et nous étions perdus. Il faisait nuit noire et nous avions peur, un autre missionnaire et moi-même. Et nous avions suivi notre chemin dans ce petit village et je me tenais au bord de ce village. Mon frère qui était avec moi était Péruvien. Et il est entré et il est ressorti. Il dit, « je ne vois aucun militaire. » Donc, nous avons un peu avancé et je me faisais tout petit afin que tout le monde pense que j’étais petit, et nous sommes allés vers un homme , « Y at-t’il des frères ici ? » et il a dit, (?), « la vieille femme là-bas. Elle est l’une d’entre vous » Et donc je suis allé là-bas, et j’ai frappé à la porte. Et après quelques minutes, la porte s’est ouverte en grinçant. C ‘est une petite hutte adobe en bout creusée dans l’arrière d’une falaise. Et cette petite femme, elle est grande comme ça, elle a ouvert la porte avec sa lanterne et a regardé. Et j’ai dit : « nous sommes des frères. » Elle savait ce que cela voulait dire en Espagnol:

« Nous sommes des évangéliques, nous sommes chrétiens, et nous avons besoin d’aide ».

 

Et elle est allé….je n’oublierais jamais ce visage. Elle nous a attrapés et nous a poussés pour entrer, nous a amenés au sous-sol qu’ils avaient creusé dans le coté de la montagne là, et nous a fait descendre là. Un petit garçon est venu. Elle lui a donné des instructions. Et soudain il est parti.

Il revient en courant. Et ensuite cet homme apparait. Il a deux poulets; et un autre pauvre fermier arrive avec du yucca et ils commencent à préparer. Et nous sommes restés là toute la nuit. Bon, maintenant ils avaient été gagnés au Seigneur par un groupe de missionnaires nazaréens. Les nazaréens et moi pourrions nous asseoir et débattre de certaines questions.  Nous aurions pu.  Mais c’était des gens qui connaissaient Christ et savaient que leurs péchés avaient été pardonnés, et parce que j’étais un prédicateur dans le nom de Jésus, ils étaient prêts à risquer leur vie. Il y a l’unité. Maintenant, la théologie est extrêmement importante. Elle est extrêmement importante. Mais je vais vous dire ceci : je ne séparerai et ne briserai pas la communion avec quelqu’un qui n’est pas d’accord avec moi sur certaines choses mais je me séparerai des gens qui s’écartent du christianisme historique, qui prêchent un autre Christ et ainsi de suite. Mais, vous voyez il y a l’unité là.

Ils connaissaient Christ. Ils se réjouissaient en Christ. c’est ce qui arrive quand vous avez une église et c’est une église de gens qui ont été convertis, qui ont été régénérés par l’Esprit de Dieu. Y aura-t-il immaturité ? Oui. Y aura-t-il des problèmes ? Vivez avec moi un moment, vous aurez votre réponse. Mais les gens seront-ils capables de voir qu’il y a quelque chose de différent au sujet de ce groupe de gens et que ce quelque chose est leur amour ? Jésus dit, « ils sauront, le monde saura que vous êtes mes disciples par l’amour que vous avez les uns pour les autres ! » Maintenant, Il dit, «  je leur donnerai un même coeur et une même voix » et ensuite, « afin qu’ils me craignent. »

Voici quelque chose sur nous en tant que chrétiens. Nous pouvons gâcher, mais il y a quelque chose que Dieu a fait en nous. Il a mis Sa crainte dans nos coeurs. Dans une relation de mariage, la mienne, quelquefois j’agirais comme un crétin. Savez-vous quel est ce mot ? et ne pas vouloir le reconnaitre, ne pas vouloir dire à ma femme, « je suis désolé ». Et je sortirais de là et j’irais dans mon bureau, j’ai un livre à écrire, j’ai un sermon à préparer. C’est comme si le Seigneur été là, «  c’est bien, tu vas le faire tout seul jusqu’à ce que tu ai réglé cette affaire ». Mais vous savez quoi ? IL y a la crainte en moi, il y a une crainte. Il y a un malaise, un trouble dans mon coeur, un frisson. Et je sais que je dois revenir et je dois m’excuser et je dois régler cette affaire. Vous voyez, vous avez un groupe de gens a qui ont été donné un nouveau coeur, et dans ce nouveau coeur, la loi de Dieu a été écrite.

Et non seulement la loi de Dieu a été écrite, mais il a mis sa crainte en nous, afin que même quand nous avons des conflits, des désaccords et des problèmes, c’est la crainte du Seigneur qui nous fait nous humilier tout de suite encore et reconnaitre nos torts et travailler à la restauration. C’est l’église.

Maintenant, je veux que nous allions pendant un moment…. à nouveau, j’ai dit que j’allais passer d’un verset à l’autre. Je veux que nous allions dans Matthieu 28. Vous connaissez la grande mission au verset 18 «  Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi : Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. » Oh ce passage ! ce passage! le mois dernier, j’ai passé à peu près trois semaines sur « toute autorité m’a été donnée » oh, mon ami, ça m’a brisé. Nous avons très peu idée de ce que cela signifie. Mais je vous encourage à lire Daniel 7 et Psaume 2. Une telle autorité lui a été donnée. Il a tellement d’autorité que tous les rois, toutes leurs actions et décrets sont sans importance ils ne comptent même pas. C’est comme si ils n’existaient même  pas.

Quand son royaume est apparu, il y a deux mille ans, tout le reste s’est terminé. Oh, Il permet aux rois et aux nations de jouer encore, comme si ils avaient la vie et la puissance. Mais ils n’en ont aucune. Il les gouverne tous. Maintenant,  mais il est dit ceci, «  allez, faites de toutes les nations des disciples » Je suis si heureux qu’il n’ait pas mis ici, « allez et prêchez l’évangile ». Vous dites, « bon, pourquoi, frère Paul ? Sur Youtube, c’est de cela dont vous ne faites que parler, vous n’avez qu’un seul sermon. » Parce que c’est tellement facile…. maintenant Adolphe Monod, le célèbre pasteur réformé français, il disait, « oh, la croix de la prédication de la croix, » expliquant que la prédication de la croix était un tel fardeau à cause de sa grandeur, parce qu’un prédicateur ne pourrait jamais prêcher la croix comme elle devrait l’être.

Mais il y a une autre raison pour laquelle la prédication de l’évangile est beaucoup plus facile que de faire des disciples.

Vous voyez, quelqu’un écoute un prédicateur comme moi sur Youtube et vous me voyez prêcher maintenant. Mais vous ne me connaissez pas. Oui je sais comment faire pour associer les phrases ensemble. Mais me connaissez vous réellement ? Savez vous réellement si je suis un homme saint? Vous voyez qu’en prêchant l’évangile, je peux prêcher, allez. Je peux me tenir devant des gens, et, garçon, ressembler à quelqu’un de très, très spirituel. Et ensuite partir et vous ne voyez jamais ma vie. Vous voyez ça ? c’est tellement facile.

Mais Il dit , « allez et faites des disciples », et qu’est-ce- que cela signifie ?

Faire des disciples, cela signifie que vous allez, au moins pendant un moment, m’imiter comme j’imite Christ, me suivre comme je suis Christ. Je vais vous enseigner, non seulement avec mes paroles, mais je vais vous enseigner pendant que vous me regardez vivre 24 heures par jour.

C’est dur. C’est une partie du travail de l’église. C’est…. vous savez, quand j’étais missionnaire au Pérou la première fois, je faisais des disciples, des disciples et des disciples. Et c’était dur parce que les gens regardaient votre vie. Mais je vais vous dire quelque chose qui a été encore plus difficile : mes trois enfants.  En faire des disciples. Parce que, vous savez, ils sont….. ils peuvent, vous savez, « papa, tu as dis ça. Pourquoi as tu fais ça ? » vous voyez, c’est tellement humiliant, mais c’est tellement bon. Je préférais être brisé afin que l’hypocrisie soit arrachée de moi plutôt que de mettre un masque et faire penser aux gens que je suis quelque chose que je ne suis pas. Voyez, faire des disciples, cela signifie que vous vivez avec les gens. Vous touchez les gens. Vous êtes impliqués dans leur vie. J’évangélisais un jour et j’avais eu un réveil difficile. J’étais dehors. Je tendais des tracts. Et je prêchais, et les gens me jetaient les tracts, et j’ai vu ce gars qui ressemblait à une sorte de punk, et il est partie dans une direction. J’ai marché jusque là et lui ai tendu un tract. J’ai dit, « tenez, c’est un tract de l’évangile sur Jésus-Christ ». Il s’est retourné et il a dit, « tu ne te soucie pas de moi. » et il m’a arrêté sur mon chemin. Il continue, « te soucie assez de moi pour être mon ami, pour venir chez moi, pour me connaitre et mes problèmes et ma vie foutue en l’air, ou êtes vous juste ici pour gagner des bons points pour Dieu ? »

Se soucier des gens. C’est pour cela que vous devez faire très, très attention dans votre évangélisation. Les gens peuvent reconnaitre le superficiel je veux juste mettre une autre encoche à ma ceinture. Regardez moi, « je suis un prédicateur que tout le monde persécute. » Ce n’est pas par rapport à vous. Pour faire des disciples, vous devez entrer dans une relation avec les gens. Et pour avoir une église, vous vous engagez à entrer dans une relation profonde avec les gens. C’est pour cela qu’un de nos missionnaires a dit, « Frère Paul, nous devons commencer une église dans cette région. » J’ai dit, «  bon, pourquoi sentez-vous que nous devions commencer une église ? » « nous devons commencer une église ici parce que si nous commençons cette église ici, ensuite nous pouvons commencer cette église là-bas, et nous pouvons l’utiliser comme une sorte de mère ou une graine  pour planter d’autres églises là-bas. »

Et j’ai dit, « Stop. Vous n’implantez pas des églises afin de pouvoir implanter une autre église. Vous implantez une église parce que vous vous souciez des gens. Et si vous avez une toute autre idée de ça, vous finissez par utiliser les gens pour accomplir votre vision. » Vous voyez, l’église est pour ces gens. Et je veux que vous réfléchissiez à certains des plus grands écrivains parmi les réformateurs, les puritains, les premiers baptistes. Ils ne sont jamais montés dans un avion. Ils n’ont jamais voyagé, certains d’entre eux, en dehors de leur pays. Certains d’entre eux, même en dehors de leur ville. Mais tandis qu’ils s’occupaient du troupeau, et leurs sermons, leurs écrits, leurs vies qu’ils rependaient dans un troupeau ont été utilisées pour changer le monde.

Adolphe Monod, le gars était tellement intelligent, sa tête a du être aussi grosse. Il pouvait tout faire à l’université. Il pouvait faire des études critiques en Hébreu. Ensuite, ils l’ont envoyé là, des études critiques dans le nouveau testament. Ensuite, là-bas, l’histoire du monde. Ce gars pouvait tout faire. Et ils le voulaient tellement à l’université, et il disait « non, je veux aller m’occuper de ce petit troupeau. » et le livre qu’il a écrit (?) The Farewell, ce sont 19 sermons qu’il a prêché sur son lit de mort à son troupeau. Et les quelques derniers sermons alors qu’il était couché sur le dos comme ça, et il pouvait seulement regarder le plafond parce qu’il ne pouvait même plus tourner la tête pour regarder le troupeau. Ce livre est d’une valeur inestimable. Quelquefois nous voulons tant faire que nous ne faisons rien. Et quelquefois nous faisons tant et vous pouvez y discerner là, mon ami, vous ne faites que vous créer un nom pour vous même. Vous êtes centrés sur une grande chose que vous allez faire.  Je prêchais l’année dernière dans un endroit et les gens venaient de partout, mais cela ne venait pas réellement du Seigneur. C’était la célébrité et cela puait. Et je suis parti dans le coin et le pasteur est venu vers moi et il a dit, « Paul, peut être devrait tu aller quelque part et mourir, afin que personne n’entende plus jamais ton nom. »

Et ce qu’il voulait dire, c’est que peut être tu dois t’éloigner de tout ce cirque et aller t’occuper d’un petit troupeau de gens  et mourir là-bas et t ‘éloigner de ce désordre. Vous voyez, voici ce que je veux que vous voyez. J’ai 47 ans. Je suis comme…, je ne suis pas aussi vieux que ces deux gars là, mais je vieillis. Je ne suis pas aussi âgé que lui mais je vieillis. Je commence  à me faire vieux, et j’ai découvert que quand vous êtes arrivés en haut de la montagne, vous commencer à descendre beaucoup plus vite. Je vieillis et je ne veux pas gaspiller ma vie. Et ce que je vois, c’est que beaucoup de grands trucs, des grands plans, des grandes idées et tout ce que nous savons sur comment gagner le monde, ce n’est que la chair quelquefois, parce que nous voulons toucher tout le monde, mais ne nous touchons personne.

Et donc, il dit, « faites des disciples. » et ensuite il dit ceci. Regardez ça. Il dit, « faites de toutes les nations des disciples, baptisez les au nom du Père du fils et du Saint Esprit, et enseignez leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. » Maintenant, réfléchissez à ceci. Il ne dit pas juste, « enseignez-les. » il dit, « enseignez leur à observer tout ce que je vous ai prescrit » vous ne pouvez pas leur enseigner à observer ce que Dieu vous a prescrit à moins que vous n’obéissiez à ce que Dieu vous a prescrit. Et donc, l’église nous donne l’opportunité de vivre, d’étoffer ceci,  de vivre dans l’obéissance devant d’autres personnes et d’être une influence avec nos vies.

Et donc l’église est une communauté de personnes qui ont professé la foi en Jésus-Christ et confessé sa Seigneurie et se sont rassemblés pour l’adorer, mais ce sont aussi rassemblés afin de pouvoir mutuellement  s’encourager les uns les autres dans le but de la conformité à l’image de Jésus-Christ. Maintenant, c’est stupéfiant. J’étais au Pérou il y a des années et un jeune marine américain, c’était un malheureux accident. Il  avait son fusil et il a tourné…. le coup est parti et il a été touché à la tête. Et il est resté là couché à l’hôpital, mort cérebralement pendant trois ou quatre jours avant qu’il ne soit débranché. Et je ne savais pas ceci, mais je suis allé essayer de témoigner devant lui et il y a ces deux marines en uniforme complet se tenant de chaque coté de la porte. J’ai demandé à quelqu’un « Qu’est-ce-que c’est ? » et le marine dit « aucun marine ne meurt seul. » Wow ! bon, j’ai commencé à parler à quelqu’un et j’ai découvert que si un groupe de marines court, le premier marine arrive quand le dernier marine arrive. Ils arrivent ensemble. Donc, si vous courrez en premier, et ce gars est le dernier, ne pensez pas franchir la ligne à moins que vous ne preniez ce gars et ne l’ameniez avec vous. Bon, vous parlez d’un exemple de la vie chrétienne . « je grandis » Oui, et votre frère ? et votre soeur en Christ ? Vous voyez, sans une église,nous ne pouvons rien faire de tout ça.

Vous voulez avoir une église biblique ? Pourquoi voulez-vous avoir une église biblique ? pour pouvoir dire que vous avez une église biblique ? Voulez vous avoir une église biblique afin de, vous savez, ce que je veux dire…. Pour pouvoir commencer un groupe d’églises bibliques ? Ou voulez vous juste honorer Dieu et aimer les gens, que quelque chose arrive ou pas ? Maintenant, il continue , et je veux que nous allions pendant un moment dans Ephésiens 4. Je veux parler du leadership pendant un moment, chapitre 4. Parlant de Christ au verset 11 « Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ. » Or, c’est à la fois un merveilleux texte et un texte très dangereux. Qu’est ce que je veux dire ? Il a donné des hommes doués à l’église pour faire quoi ? Pour le perfectionnement des saints. Mais,la plupart du temps quand ceci est prêché, c’est prêché d’une façon un peu militante. Qu’est ce que je veux dire ? C’est prêcher…, « regardez, dans notre église nous devons continuer à avancer, nous devons continuer à faire des choses. Regardez, je te forme pour que tu puisses sortir et faire le ministère, et ce ministère, c’est gagner des gens et faire grandir cette église. »

Et que suis-je en train de faire ? Je transforme cette chose en une usine, en un endroit où les saints viennent travailler. Vous voyez ça ? Vous êtes un ouvrier dans la ruche, dans la fourmilière. « Nous devons aller. Nous devons grandir. Nous devons bâtir. Nous devons faire. Je te forme, tu pars. »  Les gens m’ont demandé plusieurs fois aujourd’hui, comment se fait-il que certaines églises commencent en voulant être bibliques et ensuite finalement ils finissent par prendre le même chemin que toutes les autres églises ? Voici les raisons. Ils transforment la vie de l’église presque en une sorte d’usine, un atelier. Maintenant, devons-nous faire des oeuvres de service ? Nous devons absolument faire des oeuvres de service. Mais je veux que vous regardiez ceci d’une manière un peu différente, Il nous a donné des hommes doués pour le perfectionnement des saints. Maintenant le perfectionnement des saints ne signifie pas juste qu’ils peuvent sortir et travailler et amener plus de gens à l’intérieur. Le perfectionnement des saints signifie les préparer, les faire grandir en maturité, les aider à être capables d’entrer fortement dans une vie dévotionnelle personnelle, dans une marche personnelle avec Christ. Ce n’est pas juste les former pour sortir pour faire quelque chose. C’est les former afin qu’ils puissent être quelque chose.

Etre comme Christ. Et aussi ce perfectionnement est pour l’édification du corps de Christ. Or, évidemment, cela inclut l’évangélisation. Mais je dois t’équiper, pas seulement pour sortir et gagner quelqu’un et l’amener et il reste aussi immature que le reste d’entre nous. Je dois t ‘équiper pour te rendre capable de le servir. Servir le corps aussi, pour l’aider à grandir dans la maturité. Je dois équiper les maris pour faire quoi ? pour servir leurs femmes. Je dois équiper les pères pour faire quoi ? pour servir leurs enfants. Je dois équiper les femmes pour servir leurs maris et leurs enfants.  Vous voyez comment nous prenons un verset automatiquement assumons que c’est ce qu’il signifie ?

Equipez les tous afin qu’ils puissent sortir de là et faire un tas d’oeuvres. Equipez les afin qu’ils puissent être comme Christ, se servir les uns les autres, et témoigner au monde, mais pas dans une machine, une dent dans une roue, une usine comme une ruche, ou une fourmilière où tout le monde sort, se rassemble et revient à l’intérieur. Vous voyez, encore, regardez ce dont nous parlons, les relations, s’aimer les uns les autres, prendre soin les uns des autres, pas aussi soucieux de franchir la ligne d’arrivée en premier, mais franchir la ligne avec nos autres frères et soeurs en Christ , comme une église.

Maintenant,il continue et il dit « pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère, et de l’édification du corps de Christ. » Maintenant, regardez, vous pouvez le voir. « Jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du fils de Dieu à l’état d’homme fait,  à la mesure de la stature parfaite du Christ. » Etre une partie d’une église, c’est faire un engagement a être bibliquement pratiquement  concerné par les autres personnes de ce corps afin qu’ils puissent devenir tout ce que Dieu désire qu’ils soient.

Maintenant, continuons. Je veux que nous allions maintenant dans 2 Timoûthée chapitre 3, l’église, sa doctrine, ses pratiques doivent être basées sur la parole de Dieu. Maintenant, il dit ici, « dès ton enfance tu connaissais les saintes lettres, qui peuvent te rendre âge à salut par la foi en Jésus Christ. » Comment une personne en vient à connaitre le Seigneur ? par les écrits sacrés, par l’écriture.  Laissez moi partager avec vous. Nous parlerons peut être de cela ce soir sur l ‘évangélisation, mais j’ai vu récemment des gens en venir à connaitre le Seigneur, pas comme le résultat d’une rencontre d’une fois ou un témoignage par un tract. J’ai vu des gens venir au Seigneur après 8 mois d’étude biblique, après 8 mois d’étude dans l’écriture. Mon beau-frère, John Green, d’Angleterre est un grand évangéliste. Il ne prêche pas. Il ne devrait pas prêcher. Mais en ce qui concerne le fait de parler face à face avec une personne…. il a récemment amené  un gars à mon bureau avec lequel il parlait  depuis environ 8 mois, étude biblique après étude biblique, allant dans toute l’écriture, allant dans toute l’écriture.

Ecoutez moi. Prêcher dans les rues ? Oui. Témoigner aux gens, des tracts ? oui. Avez-vous déjà pensé à entrer dans une relation avec certaines de ces personnes. Les inviter dans un café une fois par semaine, deux fois par semaine, allant dans toute l’écriture, étudiant l’écriture. Pas juste frapper et rater comme un sniper avec un fusil, leur donnant un seul coup pour arriver à connaitre le Seigneur, mais peut être dire, « je vais répandre ma vie dans cette personne. »  Et ensuite il dit, «  toute écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre. » Quand j’étais au séminaire il y a plusieurs années, mon professeur, il se tint devant la classe un jour et il dit, « chut….chut, écoutez. » « quoi ? » « écoutez. J’entends des pas. Oui. Ce sont les pas d’Aristote marchant dans ces couloirs et ils sont plus forts que les pas des apôtres. »

L’argument qu’il avançait était, beaucoup de ce que nous faisions avait plus à voir avec la philosophe grecque qu’avec le Nouveau Testament, disant que c’était mal. Je veux que vous sachiez quelque chose, non seulement en marchant dans l’église, mais marchant dans votre esprit et votre coeur se trouvent la psychologie, la sociologie, l’anthropologie, les doctrines de cette époque, et ils vous détruiront. Nous ne devons pas rajouter aux écritures les sciences sociales pour avoir une église.

Une église est fondée sur la parole de Dieu, et n’a pas besoin de l’aide d’une source extérieure. Je vais vous donner un exemple. Si je devais enseigner,maintenant, sur la responsabilité du père à être l’éducateur principal dans la vie de son enfant, beaucoup d’entre vous partiraient….parce que ce n’est pas pratiqué ici. Oui. Ou si je commençais à enseigner sur la soumission biblique de la femme au mari, certaines d’entre vous, mesdames sortiraient certainement les cornes et les griffes et m’attaqueraient tout de suite, parce que ce n’est pas pratiqué ici. C’est haït. C’est méprisé. Des années et des années et des années de formation et tous les arts sombres que vous avez reçu. Vous êtes allés à l’école maternelle. Ils ne vous ont pas enseigné le Psaume 1. Ils vous ont enseigné les voies du monde. Vous êtes allés à l’école primaire, ils vous ont enseigné toutes les doctrines de cette époque. Vous êtes allé au lycée et ils ont fait la même chose. Etant enfant, à chaque fois que vous avez allumé la télévision, ils vous ont enseigné d’une manière complètement contraire au christianisme. Et maintenant,vous vous demandez pourquoi il est si difficile de vivre la vie chrétienne ? Vous voyez ?

Il y a des choses que l’écriture enseigne que, si je vous enseignais maintenant, peut être que certains d’entre vous se lèveraient de colère et se jetteraient par cette fenêtre. Ou me jetteraient par cette fenêtre, parce que vous n’avez même pas commencé à poser la question parce que l’on vous enseigné le contraire encore encore et encore. N’amenez pas ces sciences dans l’église parce que les sciences sociales ne sont pas des sciences de par la définition pure de la science. Et n’amenez pas quelque chose dans l’église dont la théorie principale change environ une fois tous les trois ans. Nous devons fonder l’église sur les écritures, et l’église et les écritures n’ont besoin d’aucune aide extérieure.

Laissez-moi vous en donner un exemple parfait. Vous allez vers un conseiller chrétien qui est aussi un psychologue et vous dites, « j’ai besoin de conseils ». Il dit, « OK. » vous entrez. Vous dites, « maintenant, avant que nous commencions, je comprends que vous êtes un psychologue chrétien. Quelle est votre base d’autorité ? Or, c’est une bonne question dans un débat, l’apologétique, la philosophie laïque, ok ? Quelle est la base de votre autorité ? Vous allez commencer à me dire des choses. Quelle est la base de votre autorité ? » Et donc, vous dites, « bon, la Bible. » Je dis, « quels sont les autres livres ? » « eh bien, je….. vous savez, la vérité de l’écriture, mais toute vérité est une vérité de Dieu, donc la vérité que nous trouvons aussi dans les livres est vraie, aussi. » « bon, j’ai un problème. » « bon, quel est votre problème ? » « eh bien, je vois là Freud, Rogers et Skinner, ces principaux gars de l’ouest en ce qui concerne la psychologie. » « oui, alors ? » «  eh bien, Freud a dit que Rogers et Skinner étaient des idiots. et Rogers et Skinner ont dit que Freud était un pervers. Et Skinner a dit que Rogers ne savait pas de quoi il parlait, et tout ce que Rogers a écrit contredisait Skinner. Donc maintenant voici ma question : Si ces trois hommes se contredisent les uns les autres, et tous les autres contredisent la bible, qui est l’autorité ? » et il continue, « eh bien, je choisis…. vous savez, la Bible, bien sûr, est l’autorité. et ensuite je choisis parmi ces hommes ce qui est vrai » « donc maintenant vous êtes l’autorité. », vous voyez le problème ?

Il y a une seule autorité et c’est l’écriture. S’ils ne parlent pas selon la loi et les prophètes, il n’y a aucune lumière en eux. Mais c’est devenu la religion de cette époque et un des plus grands obstacles de l’église biblique, un grand obstacle.

Or, je réalise que j’ai pu rendre fous des gens et si je l’ai fait par mon attitude, je m’excuse, les églises aujourd’hui sont envahies par les idées de l’anthropologie profane, la psychologie profane et la sociologie profane. Maintenant,ne pensez pas que vous allez avoir une église biblique  en purgeant ça de votre évangélisation. Vous devez en purger votre mariage, votre idée de l’homme, votre idée de la vérité. Vous devez tout purger de ça. La parole de Dieu est vraie. Et si quelque chose ne s’aligne pas avec la parole de Dieu, ce n’est pas vrai et ce n’est pas une vérité additionnelle. Vous voyez ?

Beaucoup d’entre vous, laissez moi vous poser une question, vous diriez peut être, « oui, frère Paul, je crois en l’inspiration de l’écriture. Je suis un chrétien conservateur. Je crois en l’inspiration de l’écriture, que l’écriture a été inspirée par Dieu, qu’elle est infaillible, sans erreurs, que c’est une communication fidèle de la vérité de Dieu. »Ok. Vous croyez à l’inspiration de l’écriture ? Vous avez gagné seulement la moitié de la bataille. Voici la question suivante. Mais croyez vous à la suffisance de l’écriture ?  Croyez vous que l’écriture est suffisante pour rendre l’homme de Dieu adéquat pour toute oeuvre bonne ou l’homme de Dieu a-t-il aussi besoin de Freud, Skinner, Rogers et tout le reste afin de conseiller le peuple de Dieu, afin d’enseigner le peuple de Dieu, afin de former le peuple de Dieu ? Vous voyez, c’est ce que l’écriture dit. Toute écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger,pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre.  Toute oeuvre bonne qui doit être faite dans le corps, toute oeuvre bonne, l’écriture peut nous y préparer de façon adéquate. La Bible dit dans 2 Pierre chapitre 1, Tout ce dont nous avons besoin pour la vie et la sainteté nous a été donné.  Tout ce dont nous avons besoin pour diriger notre mariage a été donné dans ce livre. Tout ce dont nous avons besoin pour élever nos enfants nous a été donné dans ce livre. On le trouve ici. Là. Et vous devez prendre une décision. Voulez-vous une église biblique, ou voulez-vous une église à moitié biblique ? Il n’y en a pas, comme le philosophe a dit, « Qu’est-ce-que Jérusalem a à voir avec Athènes ? » Qu’est-ce-que le christianisme a à voir avec toutes ces doctrines de l’époque qui ne donnent aucune lumière et n’apportent aucune bénédiction et tuent tout fruit dans la vie d’une personne?

Maintenant, je veux aller vers une autre chose et ensuite nous conclurons ça, parce que je sais que j’ai vraiment dépassé le temps. Regardons juste pendant un moment la vie du corps. Je veux que nous allions au chapitre 12 du livre de Romains, verset 3 «  Par la Grâce qui m’a été donnée, je dis à chacun de vous de n’avoir pas de lui-même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments  modestes, selon la mesure de la foi que Dieu a départie à chacun. » Ecoutez. Tandis que vous grandissez dans la marche chrétienne, vous allez rencontrer de vrais et honnêtes croyants qui ne sont pas aussi matures, qui sont plutôt problématiques. Vous devez constamment vous poser cette question. Qu’ai je que je n’ai pas reçu, et si je l’ai reçu, pourquoi me glorifierais-je ? Qui a fait de vous ce que vous êtes ? Par la grâce de Dieu, vous avez été sauvés. Par la grâce de Dieu, une oeuvre de sanctification continue en vous. Il n’y a pas de place pour se glorifier dans la vie chrétienne. et il n’y  a pas de place pour mettre en comparaison un saint en face d’un autre. Je me rappelle une fois une femme qui avait fait beaucoup de dégâts avec sa méchanceté dans l’église, et un matin elle vint en courant descendant l’allée. Je prêchais,et elle pleurait, et elle est tombée au pied de l’estrade et elle criait à Dieu pour le pardon. Et j’ai regardé et j’ai vu les visages des gens dans cette foule et ils étaient comme, incrédules, sans volonté de pardon. La femme avait fait des choses mauvaises. Et je suis descendu et j’ai mis ma main sur son épaule et j’ai prié pour elle. Après ça, certaines personnes sont venues vers moi et elles ont dit, « comment avez-vous pu toucher cette femme ? » et j’ai dit, « parce que si elle n’obtient pas le pardon, je dois aussi aller en enfer ». Vous voyez ça ?

La miséricorde… vous savez, si vous avez besoin de preuves que nous ne sommes pas rendus parfaits au moment de notre conversion, si vous avez besoin de preuves de ça, alors écoutez simplement cette déclaration de Jésus-Christ; « heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde » J’ai honte, à cause de ce verset, et je vais vous dire pourquoi. Un homme comme moi qui a reçu une telle miséricorde, on doit me dire d’être miséricordieux ? On doit me rappeler d’être miséricordieux? Après la miséricorde que j’ai reçu, après les choses que j’ai faites et qui ont été pardonnées. On doit me rappeler d’être miséricordieux ? c’est pathétique. Et donc, la vie du corps est, encore, bâtie autour de l’humilité. Elle est bâtie autour de la miséricorde. Elle est bâtie autour du fait de penser aux autres. Et il dit : « Car, comme nous avons plusieurs membres dans un seul corps et que tous les membres n’ont pas la même fonction, ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres. »

Maintenant, dans 1 corinthiens, Paul parle de ça plus longtemps et je ne veux pas y aller parce que je ne voulais pas passer toute la nuit en vous ayant tous assis ici. Quelquefois je regarde ma femme et, vous savez, les hommes sont vraiment mauvais dans le fait que nous commençons parfois à penser que nos femmes sont un prolongement de nous, et nos enfants sont un prolongement de nous. Nous oublions que ce sont des personnes à part entière. Il y aura des choses entre nos femmes et Christ dont nous ne serons pas au courant. Mais, quelquefois, je m’assois là et j’essaie de me rappeler de ceci. Elle est la fille de Dieu. Maintenant, je ne sais pas si certains d’entre vous ont des filles. Mais j’ai une petite fille. Je ne sais pas où mon christianisme irait si quelqu’un essayait de lui faire du mal, mais je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour les arrêter. Si vous ne voulez pas vraiment être mon ami, alors faites quelque chose de mal à ma fille.

Je ne peux même pas imaginer ; quelqu’un devrait me retenir si quelqu’un faisait quelque chose à ma fille. Et j’essaie toujours de me rappeler de ma femme dans ce contexte avec son père. Elle est la fille de Dieu. Je vais l’embêter ? Je vais lui faire du mal  ? si moi, étant mauvais, je peux aimer autant ma fille au point de me jeter devant un train pour elle,  ou combattre un homme sur la face de la terre au moins pendant deux secondes avant qu’il ne me mette KO, vais-je supposer que je veuille traiter avec Dieu de cette manière, en traitant durement sa fille ? Maintenant emmenons ça plus loin. Vous voyez, C.S. Lewis a dit ceci une fois et je ne peux pas le citer directement, mais au fond il a dit ceci, « il n’y a pas de gens ordinaires » Toute personne que vous rencontrez sera un jour, soit un monstre dans le ventre de l’enfer ,soit une créature si splendide et glorieuse que si vous pouviez la voir maintenant dans cet état futur, vous tomberiez sur votre face et auriez tendance à l’adorer. »

Bien, maintenant je veux que vous pensiez ça au sujet de votre frère en Christ pendant un moment, votre soeur en Christ. Ne traitez pas cette personne d’une manière dure. Réalisez ce qu’ils sont. Réalisez ce qui a été payé pour eux. Réalisez ce qu’ils vont devenir. Comprenez la relation qu’ils ont avec Dieu, vous commencerez à les traiter différemment. Vous voyez ça ?Ils ne sont pas simplement des petits croyants ordinaires qui vont à l’église. Ils sont à Dieu et un jour ils seront plus glorieux que quiconque pourrait même imaginer. C’est l’église. Et il continue et dit que nous sommes des membres. On me dit que je suis un avec ma femme et que seul un homme insensé déchire sa propre chair. Seul un homme insensé pratique l’automutilation, nous savons tous ça. Vous voyez un homme au bord de la rue, et il se déchire le bras, vous ne dites pas, «  Aie, comment ça va ? » vous dites, « c’est une personne très tourmentée. » Bon, maintenant, attaquez ma femme, c’est de la folie, la pire forme, pour la déchirer.  Le frère et la soeur en Christ, la même chose, des membres. Et rappelez vous de ceci. Vous ne déchirez pas juste un de vos membres. Vous déchirez un des membres de Christ, une partie de son corps. L’église à Corinthe a été fermement avertie que quiconque détruit le corps, Dieu le détruira. Vous voyez, vous devez avoir une vue élevée de Dieu. Vous avez entendu ça encore et encore. Nous devons avoir une vue élevée de Dieu. C’est vrai. Connaissez-vous autre chose aussi ? Vous devez avoir une vue élevée des autres croyants, de ce qu’ils sont, ce qu’ils seront, ce qui a été payé pour eux. Et nous sommes des membres. Maintenant, bon, je veux faire ça en Amérique, mais ici en Europe, vous, les amis, êtes beaucoup plus civilisés. Mais je vais le faire de toute façon. Allons. Qui a des chaussures de tennis ? Qui veut être volontaire ? Qui est vraiment brave ? Y-a-t-t’il quelqu’un de brave ? Vous n’avez pas besoin de chaussures de tennis, vous pouvez le faire en chaussettes. OK, levez-vous. Et, vraiment, les amis, si cela vous parait bizarre, comprenez juste que je suis américain, je suis du Sud. Je n’ai pas de culture, Ok ?  Bon je veux que vous courriez jusqu’à cette barre aussi vite que vous le pouvez, et ensuite vous revenez en courant. Aussi vite que vous le pouvez.  Allez ! oh, j’aurais du lui mettre des chaussures de tennis, il est presque passé par la fenêtre ! Ok, maintenant, je veux que vous saisissiez un pied comme cela, et je veux que vous courriez jusqu’à là-bas, la moitié du chemin, et ensuite vous revenez.

La moitié ? oui, juste la moitié. Nous ne voulons pas que vous passiez par la fenêtre,. Ok. C’est plus lent n’est-ce-pas ? Bien. Maintenant saisissez ce pied comme ça, et saisissez l’autre et ramenez le en arrière. Bien, merci. Maintenant, regardez. J’ai enlevé un membre et il ne pouvait pas bouger aussi vite, aussi rapidement, et définitivement il n’était pas aussi gracieux. J’ai enlevé un membre. J’ai enlevé deux membres et je l’ai rendu complètement infirme. Il ne pouvait même pas marcher. Maintenant, pensez-vous que tout membre dans le corps de Christ est important ? Ce n’est pas seulement un encouragement pour tous les saints à en arriver à comprendre leurs dons et leur partie dans le corps de Christ, mais c’est aussi nécessaire  pour eux d’apprécier tout saint et de les encourager à être une partie du corps, parce que nous avons besoin d’eux. Maintenant,si vous dites aux saints, « regardez. Nous avons besoin de vous pour servir selon vos dons. Nous avons besoin de vous pour être une partie de ce corps parce que, nous sommes incapables de faire ça . »

A nouveau c’est mécanique. Nous vous voulons juste pour être une partie de l’usine. mais si vous dites, « nous avons besoin de vous dans ce corps pour servir selon vos dons parce que nous, en tant que corps, avons besoin de vous. Nous avons besoin de vos dons. Nous avons besoin de ce que Dieu a fait dans votre vie. Nous avons besoin de vous en tant que personnes. Nous avons besoin de vous. » C’est l’église, vous voyez, c’est l’ église, que nous sommes membres les uns des autres. Et ensuite il continue et il dit ceci…. je veux juste aller rapidement au verset 9 à cause du manque de temps il dit, « que l’amour soit sans hypocrisie. Ayez le mal en horreur, attachez vous fortement au bien, soyez plein d’affection les uns pour les autres. » Donc vous voulez avoir une église ? Voulez-vous être plein d’affection les uns pour les autres ? Je ne parle pas de se montrer le dimanche, d’écouter un sermon et de se sauver. Je parle en fait d’entrer dans une relation. Vous voyez, le christianisme, en particulier maintenant dans les milieux reformés, de beaucoup de manière est devenu presque comme aller au théâtre. Les gens ont leurs prédicateurs favoris, et leur adoration préférée, et donc ils entrent et ils prennent leur siège dans l’église. Nous devrions avoir un truc avec un distributeur de pop corn et un endroit où vous pouvez poser votre coca pour regarder votre prédicateur favori, regarder votre chantre favori, et ensuite dire  au revoir. Et la meilleure chose, c’est que c’est gratuit. A moins que vous ne soyez dans une église baptiste et alors ils vous font payer une dime. C’est gratuit. Ce n’est pas l’église. J’entends des ministres dire tout le temps, « la Bible dit que vous n’abandonnerez pas votre assemblée. » et ce qu’ils disent c’est « écoutez, vous devez venir m’écouter prêcher. »

Mais, ce qui est dit c’est que vous n’abandonnez pas votre assemblée afin de pouvoir vous servir les uns les autres, out exhorter les uns les autres, vous encourager les uns les autres. C’est pour cela, au moins, qu’il y a moins d’obstacle à faire ce genre de chose dans une petite communauté. Et si la communauté s’agrandit, pour soit, certains des membres qui sont dans cette communauté qui sont d’une certaine partie de la ville, envoyez les là-bas pour commencer une autre église, ou au moins séparer cette entité en une sorte d’église de maison et de choses comme ça, afin que vous puissiez en fait être impliqués dans le service les uns pour les autres. Une autre chose qui est très importante. Je prêchais dans un endroit de l’Alabama il y a quelques semaines à un groupe de gens à Tharptown, Alabama. Et j’aime ces gens, ils sont formidables. Et je prêchais, et cela devenait un peu long. Je sais que vous ne pouvez pas croire ça, mais cela devenait un peu long et j’ai dit, « maintenant, arrêtez ça; » Ils m’ont regardé comme ça. Et j’ai dit, je dis ce que vous pensez. vous pensez tous à partir d’ici et à aller à El Rancho. » El rancho est le meilleur restaurant mexicain là-bas près de l’église. En fait, c’est le seul restaurant dans toute la ville. et j’ai dit, « je sais ce que vous faites. Vous ne pensez plus à l’église, vous pensez à aller à El Rancho. » Et ils étaient tous, vous savez, tous se sentaient coupables. Mais j’ai dit ça parce que je voulais leur enseigner quelque chose. J’ai dit, « maintenant, arrêtez. demandez vous maintenant. Jouez vous à l’église ? » j’ai dit, « je veux que vous regardiez quelque chose un peu différemment. juste là, vous êtes assis sous la prédication de la parole de Dieu. Nous avons adoré de façon collective et nous avons prié de façon collective. Maintenant, vous pensez que vous avez fait quelque chose de spirituel, et ensuite vous allez partir et vous allez aller à El Rancho et faire quelque chose de pas aussi spirituel. » J’ai dit, «  en fait, la façon dont vous devez regarder ça, c’est, vous partez d’ici pour aller à l’église. » et ils étaient comme, « bon, que voulez-vous dire ? » j’ai dit, « maintenant, si vous allez là-bas et parlez de votre équipe de foot ball préférée ou quelque chose, pas nécessairement. » J’ai dit, «  mais réalisez vous , vous ne vous parlez pas les uns aux autres maintenant. Vous ne vous servez pas les uns les autres. Vous écoutez un sermon, qui est nécessaire, vous avez adorer de façon collective et prié de façon collective, ce qui est tout nécessaire et bon et c’est une partie de l’église, mais, que dites vous maintenant si dès que je termine ceci, nous allons tous à El Rancho et avons une église ? » Nous allons là-bas, nous nous asseyons à table avec un ami croyant,lui parlons, essayons de le connaitre, découvrons ce qui se passe dans sa vie, mangeons des frites. Dieu est bon. Et allons en connaitre un autre, aimer un autre, bénir un autre, »Vous voyez, toute leur idée de l’église  tourne autour du fait de venir à un endroit, d’adorer collectivement, d’écouter une étude biblique et ensuite de partir. Ce n’est pas l’église.

C’est une partie vraiment essentielle de l’église. Mais, regardez, là vous revenez à l’identifier avec un service, une réunion, un endroit de réunion. C’est vous de façon collective vous occupant les uns des autres. Il y avait un pasteur là-bas en Argentine et il avait fait grandir l’église jusqu’à environ six cent, et voici le langage qu’il utilisait. Il disait, «  parce que j’ai fait grandir l’église jusqu’à six cent. » et il disait, « (j’étais misérable.) » il disait , «  finalement, je suis arrivé sous…. Je ne savais même pas pourquoi. Je savait  juste que quelque chose était mal ;  savait que quelque chose était terriblement mal. » alors il a prit du temps pour la prière et le jeune, et l’étude des écritures et il semblait que le Seigneur lui avait mis sur le coeur  par l’étude des écritures, que tout ce qu’il avait bâti n’était que du foin, du bois et du chaume, qu’il devait recommencer.  C’est un gars vraiment charmant, un très bon orateur, savait comment faire les choses, et je pense que les gens venaient à cette église en foule. Et Dieu disait….. alors voici ce qu’il a fait. Le dimanche suivant, vous savez, ils avaient ce grand service d’adoration et tout le reste, et le responsable de la musique dit, « et maintenant, le pasteur Ortiz » disons « va venir nous donner la parole de Dieu. » Et il s’est levé et il a marché jusqu’à là-bas, et il dit, « aimez-vous les uns les autres comme Jésus vous a aimé. » et il s’est assis. et le responsable de la musique s’est énervé et il a dit, « nous aurons un autre chant avant le sermon principal. » Alors ils chantent un autre chant, et ensuite, « maintenant notre pasteur viendra et… » il continue, « non, vraiment. aimez vous les uns les autres comme Christ vous a aimés. » Il a dit qu’il avait fait cela pendant six semaines. Et il a dit que la sixième semaine, deux des diacres assis sur les rangs de devant, un sur le rang de devant, l’autre au second rang, celui sur le rang de devant s’est tourné, et il a dit, « aussitôt que j’ai commencé à dire, aimez-vous les uns les autres le diacre s’est tourné et a dit hey, je pense savoir ce qu’il essaie de nous dire. » et ce qui s’est passé, c’est qu’ils ont commencé à se servir les uns les autres, s’occupant les uns les autres.  L’esprit de Dieu a commencé à oeuvrer. Les diacres ont commencé à chercher les veuves dans l’église qui été seules. Toutes ces sortes de choses. Vous voyez ? C’est l’église. C’est l’église. Maintenant, il continue et dit, «  par amour fraternel, soyez pleins d’affection les uns pour les autres, par honneur, usez de prévenances réciproques. Nous ne sommes pas un peuple qui en connait beaucoup sur l’honneur. En Amérique nous nous glorifions, « nous n’avons pas de roi, nous n’allons jamais avoir un roi, et je moque de qui vous pensez être, je suis juste aussi bon que vous »

C’est notre mentalité. Un esprit indépendant, – je n’incline la tête devant personne.  Ce n’est pas chrétien ! Il dit « par égard, usez de prévenances réciproques.Ayez du zèle et non de la paresse. Soyez fervents d’esprit, servez le Seigneur. » Regardez,. Mais cette paresse, regardez ce qu’il y a dedans. Ne lambinez pas quand vous vous dévouez les uns pour les autres. Ne lambinez pas quand vous usez de prévenances les uns envers les autres. réjouissez vous en l’espérance, soyez patients dans l’affliction. « Persévérez dans la prière, » pour vos frères et soeurs en Christ. « Pourvoyez aux besoins des saints, Exercez l’hospitalité. »Faites vous ça ? Exercez vous l’hospitalité ? Inviter les gens chez vous, les nourrir ? Appeler d’autres croyants, Hey venez dans ma maison demain. Je vais préparer un pot de ragout et nous parlerons du Seigneur. Ouvrez vous votre maison ? Savez-vous que c’est une des qualifications d’un ancien ? Il doit être hospitalier, il doit ouvrir sa maison. Et sinon, il n’est pas qualifié

Je me moque que ce soit le meilleur enseignant sur la face de la terre. Vous voyez ? Vous pouvez dire , « oh nous pouvons oublier cela parce que c’est un grand enseignant de la Bible . » Non, vous ne pouvez pas. « Bénissez ceux qui vous persécutent, bénissez et ne maudissez pas » Maintenant, je veux que vous réfléchissiez à ça pendant un moment Un gars dit : je mettrais ça dans le contexte du mariage. Un gars dit, « je n’arrive pas à aimer ma femme. » Il est chrétien. Il est dans l’église. IL vient devant le pasteur et il dit, « je n’arrive pas à aimer ma femme. » Okay, vous n’arrivez pas à l’aimer comme votre femme ? « non » Pouvez-vous l’aimez comme une croyante ? « non » Pouvez vous l’aimer comme une personne perdue ? « non » Pouvez l’aimer comme un ennemi qui vous persécute et vous maudit ? « non » Christ vous a commandé de l’aimer de toutes ces manières

Vous voyez, vous n’êtes pas seulement appelé à aimer votre frère.Vous êtes appelé à aimer votre ennemi qui vous persécute et vous maudit et veut votre condamnation éternelle. Donc si vous êtes appelé à aimer ce gars , encore plus surement vous pouvez aimer votre frère. Vous voyez ça ?

Savez vous, honnêtement, quel est mon but dans la vie ? J’ai un peu… j’ai découvert que je n’allais pas tout avoir, vous savez, Je n’allais pas être capable de tout accomplir, alors j’ai pensé, « je vais définir un but » Mais c’est quand même un but qui englobe tout,. Si je peux grandir dans mon amour envers ma femme, si je peux manifester un amour  identique à celui de Christ envers elle, c’est mon but.

Vous dites, « bon, c’est un peu mince ! » Evidemment, vous n’êtes pas un mari. mais regardez ceci, si je peux aimer la personne avec laquelle j’ai la relation la plus proche, la plus intime, elle, voyant tous mes défauts, et moi ayant à supporter tous les siens, alors l’amour ne va pas être un problème avec qui que ce soit d’autre n’est ce pas ? Je suis si fatigué, je l’ai dit à quelqu’un. Ils disaient, « Pourquoi allez vous planter une église quelque part ? » j’ai dit, «  je suis fatigué de prêcher le christianisme, je veux aller le vivre quelque part. » Vous savez, les gars, si c’est une église et si ce n’est pas votre but, alors ce que vous allez faire, c’est, vous allez sortir et amener des gens et faire d’eux des fils de l’enfer deux fois pire que vous. Mais ce but est, d’être comme Christ et de le suivre. C’est l’église. Un groupe de gens dévoués à Christ, dévoués les uns pour les autres. C’est ça. Alors vous pouvez avoir toutes ces autres choses et les anciens et tout le reste, mais si vous n’avez pas ça, alors vous n’avez pas une église, ok ? Bon. Prions.

Père, je viens devant toi et je prie, Seigneur, que tu nous aides à comprendre et à appliquer ces vérités, pour être transformés par elles, dans le nom de Jésus, Amen.


18/05/2016
0 Poster un commentaire