* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Bernard Emkeyes


ETRE UNE BÉNÉDICTION POUR QUELQU'UN ( BERNARD EMKEYES )

 

Beaucoup de personnes prient pour recevoir un miracle dans leur vie, mais nous devons réaliser que nous pouvons être, nous-mêmes, un miracle pour quelqu'un d'autre.

Chaque jour, selon notre attitude, nous pouvons apporter quelque chose de bon autour de nous : nous pouvons encourager, nous pouvons aider, nous pouvons être gentils... nous pouvons devenir le miracle qu'attend une autre personne. Notre joie provient de la mise en application des dons de Dieu. Et je pense que si beaucoup de personnes ne sont pas heureuses aujourd'hui, c'est parce qu'elles se focalisent sur leurs fardeaux, sur leurs difficultés ou sur leurs besoins. Mais, nous ne devons pas être focalisés sur nous-mêmes, nous devons chercher à être une bénédiction pour les autres.

Quand vous vous levez le matin, faites cette prière : « Seigneur, montre-moi quelqu'un à qui je peux apporter du bonheur ou de l'encouragement ! Montre-moi quelqu'un qui vit une difficulté afin que j'apporte la solution à ses problèmes ! ». Vous devez prendre conscience que vous pouvez être cette personne que Dieu a choisie afin que sa bonté se manifeste. Je ne parle pas forcément de quelque chose de très grand, mais d'un sourire ou d'un encouragement. Rappelez-vous de ce principe : vivre pour donner. Vous êtes porteurs de la bénédiction de Dieu, et chaque jour vous devriez sortir de chez vous avec une bénédiction à apporter à quelqu'un d'autre. Cette personne peut-être votre époux, votre enfant, votre voisin ou même un étranger. N'attendez pas Noël ni l'anniversaire pour apporter de la joie autour de vous. Chaque jour vous êtes une bonne nouvelle pour votre entourage, et vous devez manifester l'amour que vous avez pour eux. Chaque jour, vous devez leur dire combien vous êtes attachés à eux. C'est à cela que le Seigneur nous appelle.

Soyez cette bénédiction qui apporte de la joie, qui apporte du soutien, qui apporte la vie ! Dites aux personnes que vous aimez combien elles comptent pour vous ; soyez bons avec ceux qui vous entourent. C'est exactement cela que le monde a besoin.

Soutenez votre entourage

Ne sous-estimez pas l'impact de votre attitude sur ceux qui vous entourent. N'avez-vous pas remarqué combien il est facile de se décourager lorsque vous rencontrez une personne qui est découragée et qui vous raconte tous ses problèmes ? Mais vous, vous portez en vous quelque chose de spécial ! Vous ne pouvez pas être découragés car vous avez le plus grand, Dieu, avec vous. Et Dieu vous appelle à encourager ceux qui ont les bras baissés, à apporter une parole d'espoir, de soutien qui va permettre à cette personne de sortir de son problème.

Dieu vous a choisis pour apporter la joie et le réconfort autour de vous, et je crois que le monde en a beaucoup besoin. Il y a tellement de personnes qui sont seules, qui souffrent, qui sont abattues, et il y a tellement peu de personnes qui apportent du soutien et du réconfort. Cela fait partie de notre mission d'enfant de Dieu. Nous devons être des donneurs, c'est-à-dire des personnes qui donnent, qui apportent. Ce que Dieu nous apporte, la joie, la paix, l'amour, nous devons le répandre autour de nous. Cessons d'être des personnes qui veulent toujours recevoir, mais cherchons à être des personnes qui donnent. Cherchons à semer de l'amour, de la joie, de l'encouragement dans la vie de ceux qui nous côtoient. C'est une mission formidable ! Nous ne devons plus nous demander : « Comment vais-je être béni ? Que vais-je recevoir aujourd'hui ? » Désormais, notre préoccupation est : « Comment puis-je faire pour apporter une bénédiction à quelqu'un d'autre ? ». Dieu nous a choisis afin que nous soyons une bénédiction pour les autres ! C'est formidable de se dire que nous sommes appelés à être une bénédiction pour notre prochain. Dieu nous destine à bénir et à faire du bien aux personnes qui nous côtoient chaque jour ! C'est formidable ! Alors, chaque matin, notre prière devrait être : « Père, aide-moi à être un miracle pour quelqu'un aujourd'hui ; Aide-moi à être sensible aux besoins des personnes que je rencontrerai aujourd'hui ». 

Un jour, un homme téléphonait dans une cabine et j'étais assis à côté. Je pouvais voir, aux larmes qui coulaient sur ses joues, que cet homme apprenait une mauvaise nouvelle. Lorsqu'il raccrocha et qu'il sortit de la cabine, je lui ai demandé s'il allait bien et il m'a répondu : « Non, je viens d'apprendre le décès de mon père ». Alors, je lui ai proposé d'aller prendre un café et de discuter un peu. En apprenant le décès de son père, cet homme s'est, tout d'un coup, senti perdu, désorienté. A ce moment-là, il avait besoin de retrouver son calme, de passer du temps avec quelqu'un pour simplement parler. Et j'ai senti que je pouvais être cette personne. Pourtant, j'avais des rendez-vous ; mais je n'ai pas regardé à mes occupations, j'ai regardé à la détresse de cette personne et à l'aide que je pouvais lui apporter. Alors, nous avons passé l'après-midi ensemble et je l'ai raccompagné à la gare car il devait prendre un train. Ce jour-là, j'ai été la bénédiction que cette personne attendait. Et malgré les rendez-vous que j'ai dû annuler, j'ai ressenti beaucoup de joie dans mon coeur. 

Je crois que nous pouvons tous être un miracle pour quelqu'un ! Et cela nous fait du bien, cela réconforte notre coeur. Dieu nous demande de réconforter, de soutenir, d'aider notre prochain. Et quand nous mettons en pratique ce qu'il nous demande de faire, alors nous sommes heureux. Les dons de Dieu nous rendent joyeux !

L'ennemi essaiera toujours de nous empêcher d'être cette bénédiction : « Pourquoi perdrais-tu un après-midi avec une personne que tu ne connais pas ? Tu as autre chose de mieux à faire et après tout, cela ne te regarde pas ».  Mais dans ces situations, Dieu nous parle. Et si nous l'écoutons, alors, nous devenons une bénédiction pour quelqu'un.

18 Abraham deviendra certainement une nation grande et puissante, et en lui seront bénies toutes les nations de la terre.

 

Plus nous bénissons, plus nous nous épanouissons

Dieu nous bénit pour qu'à notre tour, nous puissions bénir ! Ne recherchez pas uniquement la bénédiction pour vous, mais cherchez à être une bénédiction pour les autres ! Et plus vous bénissez ceux qui vous entourent, plus Dieu vous bénit en retour car il voit tout ce que vous faites, même dans le secret. C'est un point essentiel qu'il est important de comprendre : lorsque nous bénissons notre prochain, nous sommes nous-mêmes bénis ! Jésus nous montre l'exemple : partout où il allait, il bénissait les personnes, il guérissait les malades et il consolait les affligés.

38 vous savez comment Dieu a oint du Saint-Esprit et de force Jésus de Nazareth, qui allait de lieu en lieu faisant du bien et guérissant tous ceux qui étaient sous l'empire du diable, car Dieu était avec lui.

 

C'est aussi notre ministère, nous qui sommes enfants de Dieu. Jésus nous a montré l'exemple à suivre, et chaque jour, nous devons chercher à agir comme lui. Ce n'est pas si compliqué : nous n'avons qu'à sortir de chez nous, et écouter ce que Dieu nous met sur le coeur. Cela peut être aider une personne, encourager une autre, écouter, complimenter. Nous devons saisir chaque opportunité de faire du bien.

Un jour, alors qu'il pleuvait beaucoup, je roulais en voiture dans le centre-ville de Marseille et en passant dans une rue, j'aperçois deux personnes âgées trempées, car elles marchaient sans parapluie. Alors au feu rouge, je m'arrête, je baisse ma vitre et je leur dis : « Tenez, prenez mon parapluie ». Ces personnes me regardent, toutes interrogatives, et me disent : « Mais monsieur, c'est votre parapluie ! Si nous vous le prenons, vous n'en aurez plus ». Et je leur réponds : « Ce n'est pas grave ! Moi, je suis à l'abri dans ma voiture tandis que vous, vous êtes sous la pluie ». A ce moment-là, ce parapluie était la solution au problème de ces personnes. Et même si je n'avais plus de parapluie pour me protéger, le principal était d'avoir pu être une bénédiction pour ces personnes. Et quelques années après, alors que j'étais sous un porche en attendant patiemment que la pluie cesse, un commerçant sort de son magasin et me propose de me prêter un parapluie pour que je puisse me rendre à mon rendez-vous. Le bien que j'avais fait envers ces personnes âgées m'a été rendu ce jour-là. Avec Dieu, le bien que nous faisons n'est jamais perdu ; il nous le rend toujours à un moment ou à un autre. Sachez que Dieu voit tout ! Le bien que vous faites autour de vous, vous le retrouvez un jour. Le principal est de faire les choses avec le coeur. Dieu agit ainsi : il aime lorsque nous aidons notre prochain avec notre coeur, et il nous le rend en nous bénissant.

10 Ainsi donc, pendant que nous en avons l'occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi.

 

Lorsque vous avez l'opportunité d'être bons, ne le refusez pas sous prétexte d'être occupés ou que cela vous demande un effort. Ne ratez pas l'occasion d'être une bénédiction pour quelqu'un. Si vous voyez un collègue de travail abattu, ne vous contentez pas de penser : « Ce n'est pas si grave : il est peut-être dans un mauvais jour ou alors il est un peu fatigué ». Ne pensez pas que cela ira mieux demain et que ce n'est pas votre affaire. Non. Prenez du temps et proposez-lui d'aller boire un café. Réconfortez-le, encouragez-le et dites-lui des paroles positives. Dieu ne veut pas que nous restions insensibles à la détresse de ceux qui nous entourent ; Il nous appelle au contraire à prendre du temps pour les aider. Dieu nous appelle à nous soutenir les uns les autres. Alors ne soyons pas indifférents, insensibles, renfermés sur nous-mêmes mais bien au contraire, soutenons toutes les personnes que nous voyons dans l'abattement.

Les personnes âgées sont aussi des personnes dont nous devons prendre soin. Souvent, elles se retrouvent isolées, car nous sommes trop occupés pour prendre soin d'elles. Pourtant, la Parole de Dieu nous enseigne qu'il est important d'honorer nos anciens ; cela peut-être en allant passer une heure ou deux avec elles ou simplement en leur téléphonant. Ce n'est pas beaucoup d'efforts pour nous, et cela peut représenter tellement de joie pour ces personnes ! Nous devons rechercher à donner aux autres et non pas seulement à recevoir.

Un jour, des personnes discutaient dans l'église, et l'une d'entre elles disait qu'elle voulait bien venir plus souvent à l'église, mais qu'il n'y avait personne pour l'accompagner et que sa santé lui empêchait de se déplacer seule. Alors, quand un frère a entendu cela, il est immédiatement allé voir cette personne pour lui proposer d'aller la chercher et de la raccompagner chaque dimanche car cela lui faisait plaisir de la voir à l'église. Et cela permit à cette personne âgée de pouvoir revenir régulièrement à l'église, comme elle le faisait avant. Pour le frère, cela lui demandait simplement de faire un détour pour aller chercher cette personne. Mais pour elle, cela a tout changé : elle pouvait de nouveau venir à l'église. Dieu a vu sa détresse et a pourvu en lui envoyant ce frère.

Etre une bénédiction n'est pas quelque chose de compliqué, cela demande juste d'être à l'écoute de ce que Dieu nous met sur le coeur. Des actions qui peuvent ne pas nous paraître importantes peuvent signifier beaucoup pour la personne qui reçoit.

16 Honore ton père et ta mère, comme l'Eternel, ton Dieu, te l'a ordonné, afin que tes jours se prolongent et que tu sois heureux dans le pays que l'Eternel, ton Dieu, te donne.

 

C'est intéressant de remarquer que c'est le seul commandement accompagné d'une promesse. La Bible nous enseigne ici ce principe : nous devons nous occuper de nos parents, et cela doit être une joie pour nous. Plus généralement, nous devons prendre soin des anciens car nous pouvons être ce miracle que ces personnes attendaient. De plus, nous aussi, nous deviendrons certainement des personnes âgées et Dieu enverra alors une personne pour prendre soin de nous. Rien ne se perd car Dieu est un Dieu de bénédictions.

Le juste retour

1 Jette ton pain sur la face des eaux, car avec le temps tu le retrouveras;

La moindre gentillesse peut vous revenir sous la forme d'une bénédiction bien plus grande. Quand nous aidons notre prochain, quand nous faisons les courses pour une personne qui ne peut plus se déplacer ou que nous lui tondons la pelouse, Dieu sourit et il est content. Ne prenons pas cela comme une corvée ni comme un travail ingrat, mais au contraire, ayons la joie de pouvoir bénir ces personnes car en retour, Dieu nous bénit également. J'ai, tout autour de moi, des personnes très dévouées qui sont prêtes à m'aider. Si j'ai besoin d'un plombier, je sais à qui m'adresser, si j'ai besoin d'un jardinier, je sais qui appeler... et je remercie Dieu pour cela. Ces personnes sont une bénédiction pour moi.

Etre une bénédiction pour quelqu'un d'autre est un sentiment que Dieu met dans notre coeur. C'est-à-dire que notre dévouement fait partie de notre caractère ; et souvent, nous n'attendons rien en retour, nous le faisons simplement ! Parfois même, nous pouvons aider quelqu'un qui nous a fait du mal. Et cela est la manifestation du véritable amour que Dieu met dans notre coeur. Car il est facile d'aider une personne que nous aimons bien, mais c'est plus difficile de faire du bien à une personne qui nous a fait souffrir, qui n'a pas toujours été correcte envers nous. Mais Dieu nous appelle à cela. Ce qui est formidable aussi, c'est que si la personne que vous aidez ne peut rien vous donner en retour, Dieu pourvoira et vous rendra le bien que vous faites. Dieu donne toujours en retour, et les paiements de Dieu, sa bénédiction, sont bien meilleurs que ce que l'homme peut apporter.

De la même manière que vous pouvez aider une personne, sachez que Dieu vous enverra toujours quelqu'un pour vous soutenir dans la difficulté et pour vous en sortir. Un jour, alors que j'avais besoin de m'acheter une voiture, j'en discutais avec un ami qui lui, s'achète souvent des véhicules. Et en parlant, il me dit : « Si tu veux, je connais bien ce concessionnaire et je peux demander au vendeur de te faire une bonne remise sur le prix ». Effectivement, quelques jours après, je me suis rendu chez ce concessionnaire en disant que je venais de la part de cette personne, et le vendeur m'a tout de suite dit : « Pas de problème, je vous fais la remise ! ». Vous voyez : ce jour-là, mon ami a été une bénédiction pour moi.

17 Celui qui a pitié du pauvre prête à l'Eternel, Qui lui rendra selon son oeuvre.
Ici, le mot « pitié » n'est pas à prendre dans un sens péjoratif ni dans un sens d'apitoiement ; souvent, nous considérons que « faire pitié » veut dire « faire peine », mais il faut le comprendre dans le sens d'aider une personne qui est dans la difficulté. Ainsi, lorsque vous faites quelque chose pour une personne qui en a besoin, cela plaît à Dieu et il vous récompense. Quand vous aidez votre prochain, c'est comme si vous le faisiez pour Dieu. Et Dieu n'est pas oublieux ! Il vous rend selon votre oeuvre. Et la faveur de Dieu est formidable.

 

Imaginez la joie que peut ressentir Dieu lorsque vous donnez des chaussures à des orphelins ou que vous accompagnez une personne âgée à l'Eglise. Etre un père pour un enfant, un ami pour une personne âgée, un soutien pour une personne qui traverse des difficultés financières... chaque fois que vous faites cela, vous prêtez à Dieu. Le plus beau est lorsque cela se fait avec le coeur, sans que cela ne soit une corvée pour vous. Aujourd'hui, tout devient une corvée dès que cela dérange nos habitudes. Mais, nous qui sommes enfants de Dieu, nous devons faire les choses avec le coeur, car c'est l'amour de Dieu qui est notre moteur.

Dieu ne veut pas que nous vivions seuls, isolés ; Il veut que nous soyons une famille. Et dans une famille, nous échangeons nos bons comme nos mauvais moments ; nous donnons mais nous recevons beaucoup. Chacun a un rôle à jouer, pas seulement le père de famille. Souvent, dans les églises, les membres voudraient que le pasteur soit toujours présent pour ceci ou pour cela, mais il ne peut pas ! Dans une famille, tous les membres s'entraident, et pas seulement le père.

Pourquoi vous imaginer tout le temps qu'il n'y a que le pasteur qui puisse vous aider ? Ne pensez-vous pas qu'un frère, qu'une soeur puisse prier pour vous ? Puisse vous soutenir dans la difficulté ? Ouvrez votre coeur et sachez recevoir le miracle que Dieu vous envoie : il peut être un membre de votre église, de votre famille, ou même un étranger. De la même manière que Dieu nous appelle à être un miracle pour notre prochain, notre prochain peut, lui aussi, être un miracle pour nous. Dieu aime que nous fassions les choses avec coeur, et il n'est pas oublieux. Sachez que tout ce que vous faites, Dieu le voit, et il vous le rend : sa faveur est sur vous.

Amen.


27/01/2015
1 Poster un commentaire

EMBRASSEZ LE CHANGEMENT ( BERNARD EMKEYES )

 

Voici une certitude : les choses changent ! Le travail change, les habitudes changent, les modes de vie changent... même l'économie change. Dieu nous a créés avec la faculté de nous adapter au changement, mais certaines personnes ont du mal à s'adapter au changement. Elles disent constamment : « De mon temps, les choses étaient mieux, il y avait plus de respect, plus d'échanges... ». Si nous ne veillons pas à nous adapter aux évolutions, nous nous retrouverons très vite en décalage avec les gens qui nous entourent.

Si Dieu nous invite à changer, c'est qu'il ne veut pas que nous restions figés dans nos pensées ni dans nos actes. S'adapter au changement est une nécessité et nous devons garder le coeur ouvert aux nouveautés. Mais cela ne doit pas être non plus une raison pour faire n'importe quoi : changer pour changer, sans aucun réel motif, est davantage un signe d'instabilité que d'adaptation. Une personne qui veut changer de mari après une dispute doit plutôt chercher à se réconcilier qu'à changer.

Nous devons donc savoir nous adapter aux situations nouvelles et ne pas rester figés sur des acquis ni sur des conceptions anciennes. Face à la vie de tous les jours, nous devons apprendre à renouveler notre façon de voir pour avoir un regard nouveau.

Dieu nous appelle premièrement à la transformation par l'Esprit, afin de devenir des êtres spirituels, mais il nous invite également à nous adapter au changement afin de ne pas nous retrouver en déphasage avec notre société. Parmi les douze tribus, il y avait celle d'Issacar dont les membres devaient sonder les temps présents afin d'en suivre l'évolution. Cette ouverture envers le monde nous permet de grandir et d'accroitre notre potentiel.

Changer pour entrer dans le plan de Dieu

Comprenez que le changement est nécessaire pour entrer dans le plan divin. En effet, pour accomplir la mission de Dieu, pour marcher suivant sa volonté, nous devons agir selon ses pensées qui sont bien souvent éloignées des nôtres. Ainsi, nous devons d'abord faire tout un travail de changement au niveau de nos pensées pour pouvoir ensuite accomplir la volonté divine. C'est pour cela que Dieu nous fait passer par des épreuves ! Ces situations sont destinées à nous faire changer !

La Parole de Dieu est là pour nous ouvrir l'esprit. Elle n'est pas une parole qui enferme, qui opprime ou qui assujettit ; elle est la Parole qui libère l'esprit. Elle nous ouvre les yeux sur nous-mêmes, elle nous permet de remettre en question nos conceptions, souvent fausses, que nous avons de la vie pour nous permettre d'entrer dans la dimension de Dieu. Et les personnes qui résistent au changement de la Bible se battent contre Dieu : elles s'accrochent à leurs conceptions et veulent garder la maîtrise de leur vie ; cette attitude les empêche de rentrer dans le plan de Dieu. Le changement est nécessaire pour suivre la voie de Dieu.

La vie n'est pas un parcours figé ! Au contraire, elle évolue sans cesse. Et l'objectif de cette évolution est de toujours être en phase avec les plans de Dieu. Car s'il faut changer pour entrer dans le plan de Dieu, nous devons ensuite continuer d'évoluer afin de nous adapter aux nouveaux objectifs de Dieu. Et lorsque nous sommes dans la destinée de Dieu, nous sommes bénis.

Combien de fois nous tournons autour du pot ? Plutôt que d'entrer franchement et entièrement dans ce que Dieu nous demande, nous avançons à moitié et nous disons : « Oui, mais... ». Nous commençons une chose, mais nous n'allons pas jusqu'au bout. Nous nous disons motivés, mais nous ne suivons pas la pensée de Dieu qui est pourtant claire : Dieu ne cache rien à ses enfants, il montre, il révèle ; mais pour percevoir ces choses, encore faut-il être à l'écoute, encore faut-il avoir les pensées renouvelées.

La plupart du temps, nous savons ce que Dieu attend de nous. Mais nous préférons rester campés sur nos positions et vivre notre vie comme nous l'entendons. Dans ces moments-là, Dieu nous fait vivre des situations nouvelles pour nous amener à rentrer dans sa pensée.

Nous devons faire plus que nous adapter au changement. Nous devons le vivre, le comprendre, l'embrasser ! Nous devons changer si nous ne voulons pas nous retrouver en retard sur la société, tellement décalés que finalement nous ne sommes même plus capables de communiquer avec les gens qui nous entourent. N'oublions pas que Jésus nous envoie vers ce monde qui ne le connait pas afin de lui communiquer la Parole de vie. La Bible n'est pas une nourriture rassie ! Quelle que soit l'époque à laquelle nous vivons, l'homme a toujours eu des attentes, l'homme a toujours eu des besoins. Et la Bible est cette manne qui répond à tout cela. De tous temps l'homme est à la recherche de Dieu, et la Bible est la Parole qui montre la voie. Nous devons donc veiller à ce que le message de la Bible continue à être entendu par cette société qui nous entoure.

La routine et les habitudes sont des obstacles au changement. Elles nous installent dans un confort agréable que nous ne voulons pas bousculer sous peine de perdre ce confort. Nous vivons une routine quotidienne : travail, famille, amis, mais nous n'allons pas au fond de ce que Dieu nous appelle à faire. Certes nous vivons confortablement, mais il y a le revers de la médaille : nous ne mettons pas en pratique les dons que Dieu nous a confiés et nous n'entrons pas dans sa vision. Nous tournons, nous hésitons, mais nous ne faisons pas le grand saut.

Dieu veut que nous entrions pleinement dans notre appel. Mais pour cela, il doit d'abord transformer notre mentalité, changer nos pensées, ôter le formalisme et la religiosité qui nous empêchent de vivre la puissance de Dieu. Nous sommes conditionnés par notre éducation, par notre culture et il nous est difficile d'en sortir. Notre passé nous tient prisonniers et nous empêche d'avancer vers l'avenir.

Combien de fois certains cherchent à imiter une personne qu'ils considèrent comme un modèle. Mais ils ne pourront jamais exprimer leur propre personnalité tant qu'ils cherchent à reproduire celle d'une autre personne ; c'est incompatible et cela entraîne une perte de confiance.

Nous ne pouvons pas dire : « Je veux être comme telle ou telle personne » car Dieu veut développer notre identité et les capacités qu'il nous a données ! Plutôt que de voir des modèles chez les autres, nous devons prendre conscience des dons que Dieu a mis en nous.

Le fondateur de notre Eglise, le pasteur SAMYN, a été également l'un des fondateurs des églises les « Assemblées de Dieu » à Marseille, aux côtés de Douglas SCOTT. Il a beaucoup oeuvré pour cette implantation ; mais un jour, alors qu'il assistait à une campagne de T.L. OSBORN, Dieu lui a montré une vision différente dans laquelle il devait manifester tous les dons, sans les brider. De retour dans son Eglise, le pasteur SAMYN n'a pas été compris par l'assemblée qui voulait rester dans son formalisme. C'est alors qu'il a fondé « La Mission Chrétienne Française » qui est l'Eglise dans laquelle nous sommes aujourd'hui. Mais avant de fonder cette église, avant de rentrer véritablement dans son appel, le pasteur SAMYN a dû transformer sa manière de penser pour adapter ses pensées à celles de Dieu.

Nous devons apprendre à changer, à nous adapter et ne pas avoir peur d'aller de l'avant. Cela ne va pas sans difficultés car bien souvent les personnes qui nous entourent ont du mal à comprendre. Ce matin encore une personne m'interpellait en me disant qu'elle ne comprenait pas pourquoi il y avait une batterie dans la chorale alors qu'il n'y en avait pas à son époque. Cet exemple est révélateur : beaucoup de personnes ne font pas la part des choses. Mettre une batterie dans une chorale d'Eglise ne change en rien le message annoncé. C'est seulement la façon dont il est annoncé qui est différente. Le message de la Bible est Eternel ; mais les moyens que nous utilisons pour l'annoncer doivent évoluer afin de continuer à toucher les personnes. Tous les moyens sont bons pour parler de Dieu.

Ne pensez pas que le changement est une question d'âge ni que c'est plus difficile pour une personne âgée d'évoluer. C'est faux car tout dépend du caractère. Lorsque je suis devenu pasteur, il y avait une dame qui s'occupait du secrétariat de l'Eglise depuis plus de quarante-cinq ans. Elle avait plus de quatre-vingt ans et avait longtemps travaillé avec les pasteurs qui m'ont précédé. Malgré toute la peine qu'elle a pu ressentir à leur décès, malgré toutes ces années pendant lesquelles elle a travaillé à leurs côtés, le jour où nous avons commencé à travailler ensemble elle m'a dit : « Maintenant Bernard, c'est toi le nouveau pasteur, et je ferai les choses comme toi tu l'entends ». Elle n'a pas essayé de conserver les anciennes habitudes, elle n'a pas essayé de conserver le cadre comme il était avant, non ! Elle a embrassé le changement. Dieu nous invite sans cesse à avancer.

Changer pour s'adapter aux évolutions

Combien de fois notre regard sur le changement est négatif ? Quel dommage ! Les époques évoluent et il est normal que les situations évoluent également. Ce qui se faisait hier est différent de ce qui se fait aujourd'hui ! Et demain sera encore différent. C'est le cours normal de la vie et nous ne devons pas nous y opposer. Nous ne devons pas résister au changement, mais l'accompagner. Dieu nous appelle au changement car il veut que nous grandissions.

Certains pensent que changer, c'est aussi prendre le risque de se tromper. Cela est vrai, mais Dieu nous tend toujours la main pour nous ramener sur le bon chemin. La peur de l'erreur ne doit pas nous rendre immobiles, elle ne doit pas nous paralyser. Celui qui veut nous paralyser, c'est l'ennemi, pas Dieu.

De plus, l'erreur nous sert d'expérience. Lorsque nous nous trompons, nous en tirons les conséquences et nous nous remettons en marche. Et si le même piège se présente à nouveau devant nous, alors nous serons en mesure de l'éviter.

10 Il l'a trouvé dans une contrée déserte, Dans une solitude aux effroyables hurlements; Il l'a entouré, il en a pris soin, Il l'a gardé comme la prunelle de son oeil, 11 Pareil à l'aigle qui éveille sa couvée, Voltige sur ses petits, Déploie ses ailes, les prend, Les porte sur ses plumes.

 

Dieu nous aime comme la prunelle de ses yeux et il nous protège. Même si nous nous égarons, il veille sur nous et nous ramène dans ses voies. S'il nous demande de changer, c'est pour notre bien. Alors ne résistez pas au changement de Dieu. Prenez soin de ce que Dieu vous donne, et notamment de votre famille. Combien de personnes négligent leurs proches, rejettent cet esprit de famille car ils partent chercher à l'extérieur ce que Dieu leur a déjà donné dans leur foyer. Ils pensent que tout est mieux à côté et ne voient même plus ce qu'ils ont.

Les personnes qui ne peuvent pas s'adapter au changement sont celles qui regardent toujours au passé. Dans le deuxième chapitre des Actes des apôtres nous est racontée la naissance de l'Eglise. A Jérusalem étaient restées cent vingt personnes qui persévéraient dans la prière. Mais combien leur situation devait être difficile ! Ils venaient de perdre leur maître et le simple fait de se rassembler était dangereux car ils étaient persécutés. Je pense qu'à ce moment-là, beaucoup de ceux qui avaient suivi Jésus avaient fait marche arrière pour retourner à leur ancienne vie. Mais ceux qui sont restés, ceux qui n'ont pas eu peur de bouleverser leur quotidien, ont vu la gloire de Dieu se manifester et son Esprit descendre sur eux le jour de pentecôte.

Suite à cet évènement, ils allèrent prêcher l'Evangile dans la rue et plus de trois mille personnes ont cru au Seigneur Jésus. Voilà ce qu'ont fait ces cent vingt personnes qui n'ont pas eu peur de changer radicalement de style de vie ni des changements que cela allait entraîner dans leur quotidien. Ils n'ont pas failli car ils ont gardé les yeux tournés vers Jésus. Ils ont veillé à garder un coeur bien disposé, et tout cela leur a permis de rentrer dans la vision de Dieu et de voir sa gloire se manifester.

Ne regardez pas avec vos yeux, mais avec ceux de l'Esprit ! Ne réfléchissez pas avec vos pensées, mais avec celles de Dieu, et vous verrez combien il peut faire de grandes choses.

Dieu voit grand ! Il donne l'espoir et veut vous faire réussir ! Il renouvelle vos forces et vous fait rajeunir comme l'aigle ! Le plus important n'est pas la jeunesse de votre corps mais celle de votre esprit. Et la pensée de Dieu garde votre esprit jeune ! C'est pour cela que nous pouvons voir souvent des jeunes côtoyer des personnes âgées dans les Eglises car elles sont renouvelées dans leurs pensées ; elles ne sont pas dans la logique humaine mais dans la logique divine.

Dieu vous a créés pour exceller en toutes choses. Il veut vous placer à la tête afin que vous puissiez vous épanouir. Mais pour atteindre ce niveau, nous devons changer ! Et c'est ce que Dieu veut faire en chacun de nous.

Beaucoup trop de personnes se répètent qu'elles ne sont pas capables. En réalité, elles ont peur d'elles-mêmes et cela les empêche d'aller de l'avant. Mais je veux dire à chacune de ces personnes : « Quand je vous regarde, ce n'est pas vous que je vois ! Je vois la personne de Christ ! Et si vous pensez que vous n'êtes pas capables, je sais que Jésus peut faire de vous les meilleurs ».

Trop souvent nous nous regardons comme des êtres charnels, sans apercevoir la présence de Dieu ni la lumière de Christ qui vit en nous. Mais le fait d'être chrétien fait de nous des enfants de Dieu ! Et pour cela, nous ne pouvons pas nous regarder comme n'importe quelle autre personne du monde car nous sommes porteurs de l'Esprit de Dieu !

Les personnes qui vivent sans Dieu sont vides, certes. Mais vous, vous avez quelque chose que les autres n'ont pas : Jésus. Quand vous travaillez, quand vous parlez... Jésus est toujours avec vous ! Ne l'oubliez pas ! Mais cette présence protectrice, rassurante, nécessite également une certaine tenue : vous ne pouvez pas vous comporter comme tout le monde. Jésus est saint, et si vous voulez qu'il demeure à votre côté, vous devez adopter une attitude qui respecte la Bible. Ce ne sont pas les chrétiens qui doivent se comporter comme le monde, mais le monde qui doit adopter l'attitude chrétienne ! Nous sommes porteurs d'un trésor qui donne la vie : Christ. Et nous devons veiller à ne pas l'abîmer. Il y a tellement de bénédictions dans les voies de Dieu.

Changer pour être bénis

Job est un exemple d'adaptation au changement. C'était un homme très riche et très respecté. Mais du jour au lendemain, ses enfants meurent, tout son bétail est dispersé et il tombe gravement malade. Alors qu'il vivait comme un seigneur, il a dû affronter la douleur à la fois physique et sentimentale. Un tel changement de situation n'est pas facile à vivre ; beaucoup se seraient révoltés à sa place. Mais Dieu était resté sa priorité ! Et cela lui permit de surmonter ses douleurs et de s'adapter à sa nouvelle vie. Ce changement de condition a été très difficile pour Job, mais il a pu le surmonter en s'appuyant sur Dieu.

Dans la vie, nous pouvons tous vivre des bouleversements. Que ce soit la maladie, la perte d'un proche ou autre chose, notre vie peut basculer du jour au lendemain et nous donner l'impression que c'est la fin. C'est dans ces temps que nous devons nous appuyer entièrement sur Dieu pour nous adapter à ce changement afin de pouvoir repartir. Dans ces périodes, nous ne devons surtout pas nous laisser abattre car la vie continue et Dieu a toujours des bénédictions en réserve pour nous.

Bien souvent, ces déserts de la vie sont des temps pendant lesquels nous nous rapprochons beaucoup de Dieu. Il nous donne la force de surmonter cette épreuve et de nous adapter à une nouvelle vie. Cela demande de notre part de l'ouverture d'esprit et une capacité à envisager une vie différente.

L'essentiel n'est pas de tout maîtriser, mais de se laisser guider par notre coeur. L'essentiel n'est pas de toujours agir selon notre intellect, mais de savoir écouter Dieu et de suivre sa voie. Nous devons savoir embrasser le changement de Dieu. Cela fait peur de se confier à Dieu car nous ne savons pas toujours où il va nous amener. Mais cette réaction est charnelle : Dieu nous aime ! Et quoi qu'il nous demande, c'est toujours pour notre bien.

5 Recommande ton sort à l'Eternel, Mets en lui ta confiance, et il agira.

 

La difficulté est d'aller jusqu'au bout de ce que Dieu nous demande. Très peu y arrivent. Regardez ce qu'il s'est passé lorsque Moïse envoya les douze espions en terre de Canaan. Seulement deux étaient revenus en disant que la promesse de Dieu était réalisable. Pourtant, tous connaissaient sa Parole ; tous avaient entendu la promesse divine. Mais seulement deux acceptèrent de se confier à Dieu ; les autres ont eu peur car ils se sont uniquement fiés à ce qu'ils voyaient. 

Quand nous embrassons le changement, cela implique toute notre personne. Dieu ne nous veut pas à moitié ! Il nous veut en entier. Et sachez qu'il a choisi chacun d'entre nous pour être des porteurs de lumière dans le monde et pour annoncer sa Parole aux nations.

Souvent j'entends des personnes dire : « Je n'ai pas eu le travail que je voulais.. Je ne me suis pas marié avec l'homme dont je rêvais... Je n'ai pas acheté la maison que je désirais tant... ». Mais connaissez-vous la volonté de Dieu pour votre vie ? Avez-vous compris la destinée qu'il a prévue pour vous ? Je dis à ces personnes de chercher premièrement le plan de Dieu car en ne se focalisant plus sur leur vie mais sur Dieu, elles recevront en retour tout ce que leur coeur désire. En répondant à l'appel de Dieu nous avons tout à gagner ! Suivre Dieu, ce n'est pas perdre, ce n'est pas se gâcher, mais au contraire, c'est s'accomplir. N'oubliez pas que Job, parce qu'il a fait confiance à Dieu et qu'il lui est resté fidèle, a fini sa vie en étant bien davantage béni que ce qu'il ne l'était au départ.

Certains s'obstinent à penser que s'ils n'arrivent pas à suivre Dieu c'est à cause de l'ennemi qui les en empêche. Mais c'est faux ! Il ne faut pas mettre le diable partout car ce sont souvent des excuses. Bien sûr, l'ennemi attaque ; mais il ne pourra jamais s'opposer à la volonté de Dieu ! Rien ne peut empêcher le plan de Dieu de s'accomplir ! Au contraire, c'est bien souvent nous qui ne voulons pas suivre Dieu.

Une bonne fois pour toutes, arrêtons d'hésiter et entrons dans le plan de Dieu. Que nous soyons jeunes ou moins jeunes, nous avons un message de liberté à apporter à ce monde qui vit captif. Ne pensez pas qu'il n'y a que dans l'Ancien Testament que des murailles tombaient. Aujourd'hui, des millions et des millions de personnes vivent emprisonnées dans leurs pensées, et Dieu veut faire tomber ces murailles-là aussi ! Même dans l'Eglise nous pouvons voir des personnes captives ! Elles sont prisonnières de leurs habitudes, de leur façon de penser, de leur éducation, de leur confort... Alors que Dieu est un Dieu de liberté. Son message est espérance car il veut amener un jour nouveau dans chaque vie.

Je suis convaincu que Jésus est la réponse pour l'humanité ! Et notre devoir est de répandre son message. Alors ne vous focalisez pas sur votre vie, mais concentrez vos regards sur Dieu et soyez ses imitateurs. Ne vous emprisonnez pas dans vos pensées mais ouvrez-vous, et n'ayez pas peur de changer ! Avec Dieu, rien n'est figé. Un jour nous oeuvrons dans une direction, et quelques temps plus tard Dieu nous fait changer de route et nous oeuvrons dans une nouvelle direction. Rien n'est figé, et c'est pour cela que nous devons apprendre à changer.

Je sais une chose : l'homme a la capacité de s'adapter à n'importe quelle situation, même la plus dure.

Changeons, adaptons-nous pour suivre Dieu car je suis convaincu que son plan est le meilleur pour chacun de nous.

Prière : Seigneur, merci pour ta Parole.
Je te demande de toucher tes enfants et de leur donner d'embrasser le changement. Qu'ils ne restent pas figés dans leurs pensées ni dans leurs obstinations, mais qu'ils s'emparent de la destinée que tu as pour chacun d'entre eux. Tu as des plans de bonheur et tu nous donnes d'aller toujours plus loin. Mais combien de fois je vois des personnes qui hésitent tellement qu'elles finissent par ne pas entrer par la porte. Mais quand tes portes s'ouvrent, ta bénédiction se trouve derrière. Puis tu nous ouvres encore de nouvelles portes pour aller de bénédictions en bénédictions. Seigneur, pendant la marche, combien de fois sommes-nous tentés de retourner en arrière ? Mais tu nous appelles à toujours fixer nos regards en avant, sur les projets que tu formes pour nous. Aide-nous à nous soumettre à tes attentes. Que nous ne soyons pas têtus ni obstinés, mais que nous nous laissions mouler entre tes mains afin que nous soyons celui ou celle que tu veux que nous soyons car tu veux toujours le meilleur pour nous.
Dans le Nom de Jésus, Amen.


29/12/2014
0 Poster un commentaire

PRENDRE DE BONNES HABITUDES ( BERNARD EMKEYES )

Une étude a démontré que 97 % de notre comportement est basé sur nos habitudes 

L'habitude est une action que nous faisons de manière inconsciente, sans y penser. Une étude a montré que 97 % de notre comportement est basé sur nos habitudes : la façon dont nous agissons avec les gens, comment nous dépensons notre argent ou encore comment nous interprétons les évènements. C'est un constat : la plupart de ce que nous faisons est dicté par ce que nous avons appris dans le passé, par les habitudes que nous avons prises.

Bien évidemment, je suppose que nous avons tous de bonnes habitudes ; mais nous devons surtout réaliser que nous en avons de mauvaises et qu'elles nous éloignent de ce que Dieu a en réserve pour nous. Toujours être en retard, dépenser sans compter, avoir des pensées négatives sont autant de mauvaises habitudes qui nous empêchent d'évoluer et qui nous maintiennent dans la médiocrité.

Par exemple, une personne désordonnée et paresseuse doit chaque jour lutter pour faire quoi que ce soit. C'est autant d'énergie de perdue et de temps de gâché.

Ainsi, si vous voulez que votre vie change, vous devez commencer par combattre vos mauvaises habitudes et en adopter de bonnes. Je vous invite à agir dès aujourd'hui car plus tôt vous le faites, plus vite votre vie sera transformée positivement. Sachez que vous avez la possibilité de changer dès aujourd'hui si vous en prenez la ferme décision.

Comprenez qu'une mauvaise habitude peut vous faire manquer les opportunités de Dieu ou même pire, vous faire passer à côté du plan de Dieu pour votre vie. Prenez l'exemple d'une personne qui obtient miraculeusement un entretien d'embauche. Dieu l'a bénie, mais le jour du rendez-vous, elle arrive en retard car elle a cette mauvaise habitude de ne pas être ponctuelle. Ce retard fait qu'elle ne passera même pas l'entretien et, alors que Dieu lui ouvrait une porte, elle n'a pas pu saisir cette occasion d'évoluer. Les mauvaises habitudes affectent également notre être intérieur : une personne qui court toujours après le temps vit constamment dans un état de stress et de nervosité qui impacte sa santé. Nous devons réagir ! Nous avons tous de mauvaises habitudes, mais nous devons nous efforcer de les combattre.

Commencer par regarder à soi

Ce changement nous demande de la sincérité avec nous-mêmes. Quand il nous arrive un évènement négatif, nous disons trop souvent que c'est le sort qui s'acharne contre nous alors que c'est nous qui sommes fautifs ! Si vous partez de chez vous vingt-cinq minutes avant le départ de votre train et que vous mettez vingt-cinq minutes pour aller à la gare, vous prenez un gros risque ! Et si vous le manquez, vous ne pourrez ne vous en prendre qu'à vous-mêmes. La solution est simple : partir quelques minutes avant et prévoir un délai de sécurité. Quand de telles situations se présentent à vous, ne vous cherchez pas d'excuses mais regardez la réalité en face.

Nous attendons que Dieu fasse tout, mais nous avons aussi notre part du travail à accomplir. Une personne qui demande à Dieu d'être en pleine forme doit également savoir se coucher à une heure convenable, sinon cela ne fonctionne pas ! Nous devons être cohérents entre ce que nous demandons à Dieu et la façon dont nous vivons. Nous devons changer nos mauvaises habitudes si nous voulons entrer dans la terre de bénédictions ! Dieu veut le meilleur pour chacun de nous, il veut déverser ses faveurs dans notre vie, mais il faut pour cela que notre attitude soit celle que Dieu attend de nous : une attitude responsable et combative. Et je vous rappelle que notre attitude dépend de nos habitudes.

En peu de temps, nous pouvons réellement briser ces mauvaises habitudes. C'est pour cela qu'il est important de commencer ce travail immédiatement car vos habitudes d'aujourd'hui déterminent votre caractère de demain ; elles impactent aussi les fruits que vous récolterez plus tard. Par exemple, une personne qui n'est pas organisée et qui perd tout ce qu'elle a entre ses mains aura la réputation d'être une personne à qui il ne faut rien confier. Et cette image va coller à la peau de cette personne et la poursuivre.

Il est faux de penser que les mauvaises habitudes font partie du caractère d'une personne et qu'elles ne se changent pas. Souvent j'entends des personnes dire : « J'arrive en retard, mon père arrive en retard.... C'est ainsi, cela fait partie de notre caractère ». Mais je veux vous dire que lorsque Dieu vous a fait naître sur cette terre, il vous a créés libres ! Il vous a créés pour vivre dans la bénédiction ! Et vous devez combattre chaque mauvaise habitude car elle ne fait pas partie de vous. Commencez par faire un point de toutes vos mauvaises habitudes : vous coucher tard, laisser trainer les choses, ne pas être ponctuels. Ensuite, vous pourrez prendre la décision de changer. Le changement d'habitude est réellement une lutte. Je me souviens de ce témoignage à propos d'un père qui enseignait son fils à ce sujet. Il disait ainsi : « Fils, à l'intérieur de chaque personne se déroule une bataille entre deux mondes. Le premier est celui de l'ennemi, du diable ; il est rempli de jalousie, de haine, de manque de pardon, d'orgueil. L'autre monde est celui de Dieu : il y a de la joie, de l'amour, de la tendresse, de l'humilité. Ces deux mondes s'affrontent sans cesse ». Alors l'enfant demande à son père quel est le monde qui gagne, et il lui répond : « Dans quel monde te situes-tu ? C'est à toi de décider ».

Ne choisissez pas le mauvais monde, celui de la jalousie et de la haine, mais choisissez le bon, celui de la paix et de l'amour. Cette histoire montre combien il s'agit d'un choix de notre part. Chacun peut décider d'évoluer dans un monde d'individualisme et d'égoïsme, ou dans un monde de partage et d'entraide. Cette décision vous appartient. Vous avez peut-être l'impression de ne pas être estimés à votre juste valeur, vous vous sentez rejetés ou encore vous n'avez pas envie d'aller au travail le matin ; cette insatisfaction va faire naître en vous quelque chose de mauvais pour votre esprit : du ressentiment. Ne laissez pas ce ressentiment s'exprimer en vous mais combattez-le. Lorsque vous sentez cette irritation monter en vous, agissez et ne laissez pas cette pensée prendre le dessus. Quelle que soit la circonstance, le meilleur choix pour vous est de ne pas gémir et de remercier Dieu.

Arrêtons de nous plaindre sans cesse et apprenons à dire merci à Dieu pour notre travail, pour notre famille, pour notre vie ! Cessons de toujours regarder à ce qui ne va pas, de penser que le monde abuse de notre gentillesse... Tout ce que nous faisons, nous le faisons avant tout pour Dieu : il voit tout et nous rendra en fonction de ce que nous avons fait.

Votre travail ne sera jamais idéal, mais il est une bénédiction de Dieu. Votre époux ne sera jamais parfait, mais il est celui que Dieu a choisi pour vous et c'est au travers de cette personne qu'il vous bénit. Alors arrêtez de vous plaindre car non seulement vous vous créez du ressentiment, mais en plus vous annulez la bénédiction de Dieu.

Se préparer à faire des efforts

Un jour, une personne a dit qu'il était facile de prendre de mauvaises habitudes, mais qu'il était difficile de vivre avec. En d'autres termes, c'est facile de râler, de se mettre en colère, de ne pas respecter ses engagements ; mais ces attitudes nous empêchent de voir la faveur de Dieu se manifester dans notre vie, et en finalité, nous sommes perdants. Nous en devenons même aigris. Par exemple, c'est facile d'aller faire du shopping et de dépenser tout son salaire en une journée. Mais imaginez les conséquences que cela aura lorsque vous ne pourrez pas payer votre loyer ou votre facture d'électricité : vous serez bien en difficulté.

A l'inverse, les bonnes habitudes sont difficiles à prendre et demandent des efforts supplémentaires. En effet, ce n'est pas facile de rejeter une pensée négative, de résister aux jeux vidéo pour se coucher tôt ou de ne pas en vouloir à une personne qui nous regarde de travers. Mais sachez que ce sont les bonnes habitudes qui vont vous permettre de vivre en paix et de vous épanouir. Les bonnes habitudes vous demanderont des efforts et parfois même des sacrifices, mais elles sont le prix à payer pour avoir une vie qui porte du fruit. Par exemple, il est difficile de se lever le dimanche matin pour aller à l'Eglise quand nous avons travaillé toute la semaine. Mais nous sommes tellement heureux lorsque nous ressortons du culte et que nous avons passé un temps dans la présence du Seigneur. C'est difficile de pardonner à une personne qui nous a fait souffrir, mais le pardon libère notre coeur de ressentiment et ramène la paix.

Ainsi, si vous avez la volonté de suivre la Parole de Dieu et que vous êtes disposés à payer le prix du changement, vous vous retrouverez dans une position inconfortable au départ, mais votre vie va ensuite nettement s'améliorer. Imaginez un alcoolique qui se sèvre : au début, c'est difficile pour lui de se passer de l'alcool, il se sent mal et il doit faire beaucoup d'efforts pour résister. Mais s'il persévère, il vaincra son addiction à l'alcool et il retrouvera une bonne santé.

Bien sûr, la prière est une aide et elle soutient celui qui veut s'en sortir. Mais cela n'empêche pas qu'il y a beaucoup d'efforts à faire ! Le point de départ d'une nouvelle habitude est la décision. Une personne qui fume et qui veut sortir de cet esclavage ne peut se contenter d'attendre que cette addiction passe ; elle doit prendre la décision d'arrêter : « Aujourd'hui je décide d'arrêter de fumer ! », et nous savons que Dieu est alors à nos côtés pour nous soutenir. Même si le combat semble difficile, sachez que celui qui est avec nous, le libérateur, est plus fort que celui qui est contre nous !

Nous devons combattre ces mauvaises habitudes car elles sont destructrices : combien de vies se sont perdues ou gâchées à cause de l'alcool, de la cigarette, d'une absence quotidienne de ponctualité ?

Nous avons notre part de travail à faire. Nous ne pouvons pas attendre que les bonnes habitudes s'installent dans notre vie sans que nous ne fassions rien ! Nous devons le vouloir et tout mettre en oeuvre pour changer. Et nous devons savoir être constants dans les efforts que cela nous demande ! Une bonne habitude demande du temps pour s'installer, et durant ce délai, nous devons persévérer avec constance. L'apôtre Paul dit dans :

15 Car je ne sais pas ce que je fais : je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais.

Pour réellement changer, nous devons nous mettre en accord avec la Bible car si nous sommes d'accord avec Christ, alors il nous donne ce que nous lui demandons. Dieu agit lorsque nous suivons sa Parole. C'est ensemble que nous transformons les mauvaises habitudes en bonnes. Notre identité de chrétien ne nous dispense pas de nos responsabilités. Etre un enfant de Dieu ne nous empêche pas d'être responsables dans notre vie, dans notre comportement ou dans nos habitudes.

Souvent les personnes cherchent à se déresponsabiliser. Soit elles attendent que le miracle se produise sans rien faire, soit elles admettent la fatalité en se disant que c'est à cause des générations précédentes : « Que veux-tu que je fasse ? Mon père et mon grand-père étaient alcooliques, c'est normal que je le sois aussi ! ». Je veux vous dire que ces raisonnements sont faux ! Dieu a fait de chacun de vous une personne d'excellence et il vous a créés pour être heureux et en bonne santé et non pas pour vivre sous le poids du malheur.

Prendre de bonnes habitudes, c'est renverser la spirale dans laquelle nous nous sommes installés. Certains sont habitués à râler dès qu'ils se lèvent ; changez cela et faites comme David : il louait Dieu pour ses bontés dès son réveil. Il s'était habitué à n'avoir que de bonnes paroles pour adorer Dieu et le remercier pour tout ce qu'il faisait dans sa vie. Agir ainsi deux ou trois matins et laisser tomber, ce n'est pas bon ! Oui, au départ cela va paraître difficile et demandera des efforts. Mais si nous persévérons, nous en récolterons rapidement les bons fruits. Le piège est de penser qu'il n'est plus possible de changer. J'entends souvent les personnes dire : « Mais à mon âge, je ne peux plus changer », d'autres disent « Même en m'efforçant, je n'arrive pas à changer car mon ancien caractère reprend toujours le dessus ». Sachez qu'il n'y a rien que Dieu ne peut transformer.

Une habitude existe que si vous la mettez en pratique. Vous avez donc le pouvoir de résister. Une personne qui fume sait que c'est une mauvaise habitude. Le changement passe par une prise de décision qui doit se manifester : « Aujourd'hui je ne fumerai pas ! ». Il faut savoir dire stop et s'abstenir. Nos engagements doivent se traduire par des actions concrètes et ne pas rester au stade de la pensée. Combien de personnes disent : « Aujourd'hui, j'arrête de fumer ! » et vous les voyez dès le lendemain avec une cigarette à la main ? Cette attitude ne provoquera aucun changement.

Le désir de Dieu est que nous prenions de bonnes résolutions dans notre coeur. C'est le point de départ pour être bénis. Il veut que nous prospérions dans notre maison, que nous portions du fruit, que nous soyons une personne responsable. Mais très souvent, nos mauvaises habitudes nous empêchent de voir la gloire de Dieu. Un jour, un couple de l'Eglise était venu me voir car il avait des problèmes financiers ; tous les deux travaillaient, ils avaient un bon salaire, et pourtant, ils ne s'en sortaient pas. De mon côté, je ne comprenais pas comment ce couple faisait pour avoir des problèmes d'argent. Puis, nous avons discuté, et leur souci était qu'ils dépensaient sans compter. Dès qu'ils recevaient l'argent, ils le dépensaient aussitôt. Alors, je leur ai dit qu'ils devaient apprendre à gérer leur argent et qu'il fallait d'abord payer leur facture avant d'inviter cinq ou six personnes à manger dans un bon restaurant. Cela n'était pas agréable car cela leur demandait des efforts. Mais petit à petit, l'épouse a commencé à faire attention aux dépenses : prévoir l'argent pour le loyer, pour les courses, pour les factures... Et finalement, au bout d'un an, la situation s'était rétablie et ils avaient payé toutes leurs dettes.

Cet exemple nous montre qu'il n'y a pas que Dieu qui doit agir ! Certes il nous donne l'intelligence, mais c'est à nous d'avoir la force de prendre les bonnes décisions !

28 A tes résolutions répondra le succès; Sur tes sentiers brillera la lumière.

Dieu est sage : aider un frère ou une soeur pour pallier aux conséquences de ses mauvaises habitudes n'est pas la meilleure solution ! Si nous voulons réellement l'aider, ce n'est pas en lui donnant de l'argent mais en l'aidant à bien gérer ses dépenses ; nous aidons véritablement notre prochain en l'aidant à prendre de bonnes habitudes. 

Dieu veut que nous vivions libres et il nous en donne les capacités. Mais combien le manque de sagesse nous amène à agir sans écouter la Parole de Dieu et à vivre de mauvaises attitudes. Nous faisons ce que nous voulons et non ce que Dieu veut.

Savoir être patient

Adopter de bonnes habitudes prend du temps et nous devons apprendre à être patients. Souvent, l'empressement des personnes à voir des résultats les découragent et leur font reprendre leurs mauvaises habitudes. Mais si nous voulons voir des résultats, si nous voulons avancer, nous devons persévérer dans nos efforts car Dieu voit tout et il nous récompense tôt ou tard. Mon désir aujourd'hui est que vous puissiez travailler tout particulièrement une bonne habitude : celle d'être toujours dans la joie, ainsi que nous le dit l'apôtre Paul dans :

16 Soyez toujours joyeux.

Je vois trop de personnes, de chrétiens même, qui ne sont pas heureux, et cela me fait mal. Je dirais même que je ne comprends pas : l'Evangile est la Parole qui donne la vie, nous avons donc tout pour être heureux ! Et pourtant, beaucoup de chrétiens vivent dans les gémissements et dans les plaintes. 

Nous portons la vie de Christ, et mon souhait est que vous soyez dans la joie même lorsque vous traversez des difficultés. Plutôt que de regarder à ce qui ne va pas, aux contrariétés et sans cesse d'en parler, apprenez plutôt à discuter des merveilles de Dieu, à vous réjouir de la beauté de la vie, à rire.

Etre constamment négatif est une mauvaise habitude qui non seulement nous gâche la vie, mais aussi qui ne résout aucun problème. Au contraire, cela conduit les personnes à la dépression. Vous devez combattre cette habitude par la joie. Tous les jours vous devez être heureux car vous avez à vos côtés Dieu qui vous aime et qui veut votre bien.

Prière : Seigneur, aujourd'hui est un jour nouveau et nous désirons que ton Esprit-Saint parle à notre coeur. Montre-nous toutes les mauvaises habitudes que nous avons et aide-nous à prendre la décision de les combattre.

Saint-Esprit, fais que tes enfants se ressaisissent ! Donne-leur de la maturité spirituelle, de la maîtrise de soi, de l'amour ! Il y a peut-être un prix à payer pour sortir de ces mauvaises habitudes ; ce ne sera pas facile de se débarrasser de sa négativité, de sa colère, de sa manière de gérer son temps ou de gaspiller son argent. Mais chaque effort que nous faisons est récompensé. Et un jour viendra où Dieu vous libèrera complètement des mauvaises habitudes qui vous ont emprisonnés.

Ma prière est que vous adoptiez de bonnes habitudes ! Ne soyez pas captifs de vos mauvaises habitudes, mais soyez-en libérés. En faisant cela, vous rentrerez dans le plan de Dieu et ses bénédictions se déverseront dans votre vie : l'épanouissement, les victoires, la prospérité...

Dans le nom de Jésus, Amen.


19/12/2014
0 Poster un commentaire

AIMER SON PROCHAIN ( BERNARD EMKEYES )

 

Le pardon lave votre coeur et votre pensée ; il libère du poids du ressentiment et de l'amertume.
100003178670570pizapw1418110403.jpg

La vie nous apprend beaucoup sur la façon d'aimer. Il est facile d'aimer les personnes avec lesquelles nous nous entendons bien, mais Dieu désire nous enseigner le véritable amour, celui qui ne dépend ni des circonstances, ni des personnes. Et cela est plus difficile. Il y a quatre situations dans lesquelles aimer son prochain peut être compliqué : les personnes difficiles, les personnes exigeantes, les personnes décevantes et les personnes destructrices. À un moment donné ou à un autre de notre vie, nous sommes tous confrontés à l'une de ces situations. Et Dieu nous demande également d'aimer ces personnes de la meilleure façon.

Les personnes difficiles sont les personnes avec qui vous avez du mal à communiquer ou à travailler. Au premier abord, elles paraissent froides et vous avez du mal à établir un contact avec elles. Leur humeur est changeante, elles peuvent être désagréables sans raison et peuvent être odieuses dans leur manière de se comporter. Mais ce qui les caractérise avant tout est leur impolitesse.

Les personnes exigeantes sont très rigides quant à leur organisation. Elles ont un programme à respecter absolument, elles sont insistantes et têtues, elles pensent avoir toujours raison, elles sont très centrées sur elles-mêmes et pensent rarement aux autres. Elles attendent la perfection de leurs proches et peuvent être humiliantes. Elles laissent peu de place aux autres et se soucient peu de leur situation.

Les personnes décevantes sont celles à qui vous accordez votre confiance et que vous appréciez, mais qui auront tendance à vous trahir. Elles sont infidèles, déloyales, elles peuvent rompre les promesses qu'elles vous ont faites. Parfois elles sont malintentionnées et agissent consciemment.

Les personnes destructrices. C'est le cas le plus difficile car ces personnes cherchent à vous nuire de manière intentionnelle. Cela est dur à dire, mais il y a dans le monde des personnes animées de mauvaises intentions qui souhaitent le mal des personnes qui les entourent. Elles sont dangereuses et vous en connaissez peut-être. L'esprit de destruction de ces personnes blesse, nuit et fait du mal. Aussi compliqué que cela puisse paraître, n'oublions pas que Dieu nous demande d'aimer notre prochain comme-nous même, sans faire de distinction. Alors comment faire pour aimer ces personnes ?

5 elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s'irrite point, elle ne soupçonne point le mal,

Ce verset nous explique quatre points fondamentaux de l'amour :

  • L'amour ne fait rien de malhonnête,
  • L'amour ne cherche point son intérêt,
  • L'amour ne s'irrite point,
  • L'amour ne soupçonne pas le mal.

Lorsque vous saisissez ces quatre points, vous comprenez qu'il est possible d'aimer n'importe quelle personne. Et lorsque vous les mettez en pratique, alors vous commencez réellement à grandir et à comprendre ce que signifie aimer son prochain.

Les personnes difficiles

Il y en a de plus en plus car la société elle-même devient de plus en plus difficile et impolie. Les personnes sont de plus en plus froides, distantes. Devons-nous les rejeter ? Devons-nous les écarter de notre vie ? Ou devons-nous les accepter et essayer de les faire évoluer dans le bon sens ? L'impolitesse se manifeste partout : au travail, dans votre famille, dans la rue, à la caisse de votre supermarché. Quelle est votre réaction face à ces personnes ? L'amour est plein de tact. En d'autres termes, vous ne devez pas leur répondre d'une manière grossière. Vous devez vaincre le mal par le bien, ou dans ce cas-là, la grossièreté par la douceur. Ce n'est pas parce qu'une personne se comporte mal que vous devez agir de même ! En premier lieu, vous devez commencer par les écouter avec calme. La solution face à une personne qui se comporte de façon grossière avec vous est de lui répondre avec douceur et bienveillance. Vous verrez qu'immédiatement, la personne en face de vous se raisonne et se calme. L'amour apaise les situations.

 

13 Celui qui répond avant d'avoir écouté Fait un acte de folie et s'attire la confusion.
 Il est essentiel d'apprendre à écouter. D'ailleurs, il est même impoli de ne pas écouter quelqu'un qui parle ou de ne pas le laisser terminer sa phrase. Et pourtant, combien de fois cela nous arrive-t-il ? Ne pas écouter quelqu'un qui parle signifie que nous pensons déjà savoir ou connaître ce qu'il va nous dire. Mais cela est faux et présomptueux de notre part. L'amour écoute avant tout. Il cherche à découvrir l'autre, à comprendre ce qu'il peut ressentir. L'amour est indulgent et nous appelle à pardonner à notre prochain, comme Dieu nous a pardonné par Christ.

 

Face à ces personnes difficiles, nous ne devons pas crier plus fort qu'elles mais apprendre à dire les choses telles qu'elles devraient l'être. Face à l'énervement, c'est en ayant des paroles calmes que nous arriverons à apaiser les situations. Nos paroles ont un pouvoir : elles peuvent transformer les situations et les personnes qui les entendent. Prenez l'exemple d'une personne qui manque de confiance. Si vous lui répétez qu'elle est douée et qu'elle peut faire de grandes choses, petit à petit elle va reprendre confiance en elle et elle osera tenter.

La franchise est souvent l'excuse que prennent ces personnes pour justifier leur grossièreté : « Moi je veux être franc alors je dis la vérité comme je la pense ». Mais il n'est pas nécessaire d'être grossier pour dire la vérité. Au contraire, nous devons apprendre à la dire avec respect et douceur. Se respecter mutuellement est quelque chose de très important. Dire la vérité est un devoir. Cependant nous ne devons pas la dire pour nous défouler mais pour aider la personne qui est en face de nous. Combien de personnes vous accusent et vous condamnent sous prétexte de vous dire la vérité ? Cette attitude est contraire à l'amour de Dieu. 

Ainsi, chaque fois que nous disons une chose à notre voisin, nous devons toujours chercher à ce que cela soit constructif pour lui : « Comment parler à mon prochain pour l'aider ? Qu'est-ce que je peux lui dire ? ». Même lorsque la personne vous irrite, vous devez toujours chercher à parler dans son intérêt.

21 Celui qui est sage de coeur est appelé intelligent, Et la douceur des lèvres augmente le savoir.

Le ton que vous utilisez détermine la façon dont vos paroles vont être perçues. Quand vous parlez avec douceur, alors vous pouvez beaucoup apporter à votre prochain. Mais lorsque vous parlez avec sévérité et colère, la personne en face se replie et il devient impossible de communiquer avec elle. Tout le monde est perdant : vous n'arrivez pas à transmettre votre message, et la personne en face n'évolue pas. Vous pouvez dire quelque chose de très difficile à une personne, le tout est de le dire sur un ton d'amour ; vos paroles seront alors mieux entendues et porteront beaucoup plus de fruits. A l'inverse, vous n'avez pas envie d'écouter une personne qui vous parle avec arrogance.

Les personnes exigeantes

Ces personnes possèdent leurs propres normes, et lorsque vous ne les respectez pas, elles vous le font savoir. Dans leur esprit, tout est réglé, tout est cadré et tout doit se dérouler comme elles l'ont décidé. Sinon, cela ne va pas. Alors comment répondre à cette exigence ? Le meilleur exemple reste encore Jésus. 

5 Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, 6 lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, Lire la suite
Notre attitude doit être la même que celle de Jésus : bien qu'il fut Dieu, il n'est pas resté sur son piédestal mais il a pris un corps comme le nôtre pour être un serviteur. Ainsi, nous devons veiller à ne pas nous placer au-dessus des autres ni à prendre les gens de haut.

 

Comment vous comportez-vous avec vos collègues de travail ? Quel regard portez-vous sur les personnes qui vous entourent ? Vous placez-vous au-dessus ? Ou au contraire en-dessous ? Une véritable relation se base sur le respect de la personne. Mais aujourd'hui, combien de personnes ne sont même plus respectées ? Parfois, des chefs de service passent auprès de leurs employés sans connaître leur nom ni même leur dire bonjour. Et mon avis est qu'une partie du malaise que vit notre société à l'heure actuelle provient de ce manque de reconnaissance au travail.

Qu'en est-il du respect dans votre famille ? Avec votre époux ou votre épouse ? Avec vos enfants ? Parfois, nous sommes davantage respectueux envers un étranger qu'envers notre propre famille ; et je trouve cela dérangeant.

1 Rappelle-leur d'être soumis aux magistrats et aux autorités, d'obéir, d'être prêts à toute bonne oeuvre, 2de ne médire de personne, d'être pacifiques, modérés, pleins de douceur envers tous les hommes.
Beaucoup de relations meurent faute de respect, d'amour, de douceur. Les personnes n'expriment plus ce qu'elles ressentent et cela crée de la distance. Ce sont les petites attentions qui tissent les liens d'une relation : un coup de téléphone, un bouquet de fleurs, une carte d'anniversaire. Cela s'appelle tout simplement la courtoisie. Un principe fondamental: ne faites pas aux autres ce que vous n'aimeriez pas que l'on vous fasse. Ou alors, faites aux autres ce que vous aimeriez qu'ils fassent pour vous. Alors comment réagir face aux personnes exigeantes ? Dois-je me laisser faire ? Non, ce n'est pas ce que nous dit Jésus. Quand il devait faire face aux pharisiens ou aux principaux sacrificateurs qui voulaient le piéger, il ne se laissait pas influencer ! Il se défendait !

 

Les personnes décevantes

Excepter Dieu, sachez que tôt ou tard, tout le monde vous décevra : votre famille, votre époux, vos amis, vos collègues. Pourquoi cela ? Parce que personne n'est parfait. Alors comment réagir face à une personne qui vous a déçu ?

1 Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté.
Voici la bonne attitude que nous devons avoir lorsque nous voyons un proche faire quelque chose qui n'est pas bon pour lui. La Bible nous enseigne que nous devons le redresser avec un esprit de douceur. Nous ne devons être ni sévères ni en colère, mais doux. Il nous appartient de choisir la bonne réaction.

 

Face à une mauvaise action, Dieu nous invite à parler avec douceur, surtout lorsque nous nous adressons à un enfant. Sachez que vous pouvez faire beaucoup de mal à un enfant par vos paroles, et le blesser pour de nombreuses années. La Bible dit que nos paroles doivent édifier et guérir. Alors n'hésitez pas à encourager vos enfants, montrez-leur combien ils sont porteurs de vos espoirs et expliquez-leur que l'avenir leur est ouvert. Alors vous les aiderez à aller de l'avant et à évoluer dans le bon sens.

Les personnes destructrices

C'est le point le plus délicat car il s'agit de personnes qui vous ont fait du mal. Comment aimer les personnes qui vous ont blessés ? Qui ont eu des propos haineux à votre égard ? Qui vous ont manipulés ? Cela est difficile car elles ont causé des blessures en vous qui parfois ne sont toujours pas guéries. Mais voilà comment vous devez réagir.

Premièrement, vous ne devez pas vivre avec ces blessures en ruminant sans cesse le mal qu'elles ont pu vous faire. En leur pardonnant, vous vous libérez de ce poids qui vous paralyse et de cette douleur qui vous ronge de l'intérieur. Le ressentiment est autodestructeur ; il vous empoisonne et vous devez chercher à vous en libérer au plus tôt. La rancune que vous avez envers une personne qui vous a fait du mal produit en vous de l'amertume. Ainsi votre souffrance est double : vous êtes blessés, et l'amertume augmente votre douleur. Même si votre blessure est ancienne, le fait de ne pas pardonner et de continuer à y penser fait que vous ramenez sans cesse votre passé au présent, et une blessure qui vous a fait du mal dans le passé continue à vous faire souffrir dans le présent. C'est un cercle douloureux qui n'a qu'une seule façon de se terminer : le pardon. Dieu vous appelle à vivre libres ! Les blessures du passé ne doivent pas impacter votre vie d'aujourd'hui ! Vous devez vous en libérer ! Et cela dépend de vous ! Ne laissez pas le passé gâcher votre avenir. Libérez-vous en afin d'aller librement de l'avant.

Deuxièmement, évitez de reparler du mal que vous a fait une personne chaque fois que vous vous disputez avec elle. Souvent c'est un réflexe : lorsque nous nous disputons avec une personne proche, au bout d'un moment nous finissons toujours par lui répéter tout ce qu'elle nous a fait de mal dans le passé. Mais chaque fois que vous en reparlez, vous ravivez la douleur, et la plaie ne peut pas se guérir.

Troisièmement, ne racontez pas aux autres vos disputes. J'appelle cela du bavardage malsain parce qu'en agissant ainsi, vous cherchez en fait à mettre les gens de votre côté et à discréditer l'autre personne. Mais encore : plus vous parlez de vos déboires, plus vous soufflez sur les braises. Lorsque vous vous disputez avec une personne proche, cela ne regarde que vous et cette personne.

25 Et, lorsque vous êtes debout faisant votre prière, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses.

 

Se libérer par le pardon

Dieu peut-il apporter la guérison à la trahison ? A l'infidélité ? A la honte ? A des relations rompues ? A tout cela je réponds : « Oui ! Bien sûr ! ». Mais pour cela, vous devez faire votre part de travail. Vous devez premièrement accepter l'amour de Dieu pour vous et son pardon. Car ce n'est qu'après avoir accepté ces bonnes choses de Dieu que vous pourrez les donner à votre prochain.

Comprenez que le pardon est bénéfique pour vous. Il vous libère du passé qui vous tenait prisonniers et vous permet de vous tourner vers l'avenir. Votre regard sur la vie change car vous ne regardez plus au travers de vos blessures du passé mais avec l'espérance en l'avenir.

Je ne dis pas que pardonner signifie oublier tout le mal que l'on nous a fait ; pardonner n'est pas devenir amnésique ; mais pardonner veut dire laisser tomber : laisser tomber l'amertume que nous ressentons, laisser tomber toute la souffrance subie par les coups reçus. Cela n'est possible qu'en nous tournant vers Dieu. Dieu ne vous demande pas de faire comme si rien ne s'était passé. Il ne vous demande pas non plus de masquer ni de nier le mal que l'on vous a fait ni même d'aller demander pardon à la personne qui vous a mis des coups ; il vous dit de pardonner, c'est différent. Le pardon lave votre coeur et votre pensée ; il libère du poids du ressentiment et de l'amertume.

Dieu ne veut pas que l'on se force à pardonner car cela peut créer de l'hypocrisie. Une personne blessée, qui se force à pardonner et qui va voir la personne qui l'a offensé pour lui dire que tout est oublié mais qu'au fond de son coeur l'amertume demeure, cela n'est pas une attitude correcte ; elle amène les personnes à être fausses. Dieu aime la vérité. Et il vaut mieux ne rien dire plutôt que de faire semblant d'avoir pardonné. 

Alors que faire face à une situation qui nous blesse ? Sur le moment, nous devons faire face et affronter. Ce n'est que dans un second temps que nous pouvons commencer le travail de pardon. Par exemple, un couple qui traverse un divorce difficile doit en premier lieu faire face à cette procédure souvent douloureuse. Mais une fois séparées, ces personnes pourront alors commencer à pardonner. Parfois cela peut prendre plusieurs années selon ce qui s'est passé, mais le principal est de rechercher le pardon ; et au temps voulu de Dieu, il lavera les coeurs de tout ressentiment. Je vous le répète : le pardon est essentiel car il vous rend libres. Il vous permet de tourner la page du passé et d'ouvrir une nouvelle page d'avenir. Sans le pardon, il est difficile de se tourner vers l'avenir sereinement car l'amertume nous rattrape, les blessures ressurgissent et notre passé refait surface pour  gâcher notre présent et hypothéquer notre avenir. Le pardon est le seul moyen de ne plus être esclaves de notre passé.

Face à une personne qui vous fait du mal, l'erreur est de faire comme si rien ne se passait. Mais ce n'est pas en ignorant le mal qu'il ne vous touche pas. Il vaut mieux affronter ce mal pour pouvoir ensuite le pardonner. Ignorer ne résout rien. Et lorsque la situation dure et que malgré tous vos efforts rien ne s'arrange, il faut alors déposer. Dépassé un stade, vous vous rendez bien compte que vous ne pouvez plus rien faire ; alors déposez au pied de la croix. Persévérer dans une situation bloquée augmente votre souffrance et votre amertume. Confiez-vous à Dieu et laissez-le agir. Il prendra votre défense et aplanira vos difficultés.

Cela concerne aussi toutes vos anciennes blessures qui durent depuis des années et qui ne se referment pas. Déposez-les aux pieds de Christ. Ne vous accrochez pas à votre amertume mais laissez Dieu guérir votre coeur. N'oubliez pas que pour pouvoir pardonner aux autres, vous devez premièrement accepter le pardon de Dieu pour vous-mêmes. Cela vous libère de la culpabilité.

Faites cette expérience dès aujourd'hui: pensez à une personne qui vous a blessé et envers laquelle vous éprouvez encore de l'amertume, puis déposez cette souffrance au pied de la croix. Ne retenez plus cette douleur, mais laissez-la aller. De la même manière que Dieu a pardonné vos fautes, pardonnez aussi à ces personnes qui vous ont fait du mal. Permettez à Dieu de laver votre coeur. Libérez-vous de ce poids du passé et tournez-vous pleinement vers l'avenir.

Prière : Seigneur, merci pour ce temps pendant lequel tu parles à tes enfants. Je sais que c'est un message délicat car il est difficile et douloureux de pardonner et d'aimer des personnes qui nous ont fait souffrir. Mais tu nous demandes cela pour notre bien.
Tu nous demandes aussi d'aimer notre prochain sans distinction : que ce soient les personnes avec lesquelles tout se passe bien, mais aussi les personnes difficiles, exigeantes, décevantes ou destructrices. Seigneur, aide-nous à les aimer comme tu veux que nous les aimions.
Merci pour le pardon que tu nous donnes. Que nous aussi nous puissions pardonner à ces personnes. Cela peut concerner quelqu'un qui a gâché notre vie, qui a meurtri notre coeur ; aide-nous à laisser aller cette douleur et à nous en débarrasser.
Seigneur, fais que nous ne soyons plus sous le joug du passé qui nous empêche d'avancer, mais qu'aujourd'hui soit un jour nouveau, tourné vers l'avenir. Que nos mauvaises expériences du passé ne viennent pas gâcher nos expériences d'aujourd'hui. Donne-nous de partir sur de nouvelles bases, d'avoir un coeur de chair et non pas de pierre, insensibilisé à cause des souffrances du passé.
Seigneur, que chaque jour nous puissions nous approcher de la croix pour que tu nous laves de toutes fautes et de toutes condamnations. Donne-nous d'aimer notre prochain.
La vie est un don de Dieu, et notre prochain un cadeau.
Que Dieu vous bénisse, Amen. 


09/12/2014
0 Poster un commentaire

VIVEZ AVEC DIEU AU QUOTIDIEN ( BERNARD EMKEYES )

 

Comment vivre une journée avec Dieu ?
10849833_1525543684384157_3625660831831650722_n.jpg

Réveil difficile ? Problèmes au travail ? Difficultés financières ? Chaque jour, nous avons de nombreuses raisons de vouloir rester couchés. En effet, c'est comme si nous étions épuisés d'avance par tous les combats qu'il faudrait mener tout au long de notre journée. Et face à cela, quelle est notre attitude ? Nous subissons notre vie en attendant des jours meilleurs alors que Dieu nous appelle à apprécier notre quotidien et à vivre chaque jour avec Lui.

Entretenir sa relation

Dès notre réveil, nous pouvons prier : « Je te remets ma journée Seigneur, fortifie-moi, donne-moi de prendre courage dans chacune de mes activités. Montre-moi comment te mettre à la première place tout au long de cette journée. » Nous pouvons également lire la Bible, prier en famille, écouter une prédication sur Internet. À chacun de voir quel est le moment de la journée où il se sent plus disponible pour entretenir sa relation avec Dieu.

Dieu est un Dieu pratique : Il nous montre comment agir dans nos actes quotidiens, dans les « petites choses de la vie », pour garder la bonne attitude. Avant d'agir, nous devons donc prier pour Lui demander de nous guider et de nous protéger en toute situation ! C'est pour cela que notre relation avec Dieu doit être quotidienne.

6 Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun.

Passer du temps avec Dieu

Mais, l'important n'est pas tant le nombre d'heures que nous passons avec Dieu mais le fait que nous le fassions avec coeur. Dieu veut avant tout que nous entretenions une relation quotidienne qui soit sincère avec Lui. En effet, une personne qui aura prié « seulement » 5 minutes mais avec coeur ne sera pas moins bénie qu'une autre qui aura lu sa Bible toute la journée. Dieu connait nos contraintes quotidiennes, nos difficultés et Il les comprend.

Il ne nous appelle pas à devenir des chrétiens acharnés qui agissent par principe comme si nous étions des automates. Il appelle chacun de nous à Le rechercher et à passer du temps avec Lui quotidiennement car :

29 C'est de là aussi que tu chercheras l'Eternel, ton Dieu, et que tu le trouveras, si tu le cherches de tout ton coeur et de toute ton âme.

C'est comme cela qu'Il fortifie notre foi et nous donne de grandir dans son Esprit. En effet, si nous n'arrivons pas à donner du temps à Dieu chaque jour, comment pourrait-Il nous confier de grandes choses pour son oeuvre ?

 

Être chrétien chaque jour et en toute situation

Souvent, nous nous fixons des objectifs ambitieux : annoncer la Parole de Dieu à travers le monde, organiser de grands évènements pour Dieu, etc. Mais en attendant, nous oublions de donner de la valeur aux petites choses de notre vie chrétienne : prier avec un frère en difficulté, aider une soeur à préparer une fête pour l'Eglise, animer l'école du dimanche. C'est tout aussi important aux yeux de Dieu.

En effet, Dieu nous appelle à devenir des êtres spirituels qui agissent chaque jour pour Lui ! Nous sommes aussi chrétiens lorsque nous supportons nos enfants avec patience, que nous restons polis avec des collègues de travail méprisants ou que nous encourageons un ami dans la difficulté. Dieu donne de la valeur à toutes ces choses-là parce qu'Il donne de la valeur aux petites choses de la vie. Il veut que nous soyons des chrétiens tous les jours de notre vie, dans chacune de nos activités et quelles que soient les personnes que nous rencontrions.

14 C'est pourquoi, bien-aimés, en attendant ces choses, appliquez-vous à être trouvés par lui sans tache et irrépréhensibles dans la paix.

 

Nous devons remercier Dieu pour toutes les bénédictions quotidiennes qu'Il nous offre. Ne soyons pas des chrétiens des « grandes occasions » mais des êtres spirituels au quotidien dans les petites choses de notre vie ! Rendons à Dieu la place qui Lui est due chaque jour dans notre vie : Il nous montrera comment agir et pourra nous forger pour accomplir de plus grandes choses pour son oeuvre.

4 Ayez recours à l'Eternel et à son appui, Cherchez continuellement sa face !

05/12/2014
0 Poster un commentaire