* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Charles Stanley


SUR LES RAILS ( Charles F. Stanley )

images (2).jpg

 

 

Lisez | Hébreux 12.1-3

Avez-vous parfois l’impression que votre vie a dévié de sa trajectoire? Les choses allaient bien quand tout à coup, vous n’avez plus su dans quelle direction vous tourner. Il nous arrive à tous de traverser des circonstances où, spirituellement parlant, nous ne semblons pas voir la route à prendre. Heureusement, nous trouvons en Hébreux 12.1-3 un plan clair qui nous aide à retrouver notre chemin lorsque nous avons bifurqué.

Il nous faut premièrement rejeter « tout fardeau ». Ici, le fardeau signifie littéralement « un poids ». Autrement dit, nous devrions épurer notre vie de tout ce qui nous alourdit. Le stress, la culpabilité, la crainte, la honte et les regrets ne sont que quelques-uns des fardeaux qui peuvent nous écraser tandis que nous nous efforçons d’avancer. Nous n’irons pas loin, chargés de tout ce bagage.

Deuxièmement, il nous faut rejeter « le péché qui nous enveloppe si facilement ». Votre péché vous a-t-il jamais donné l’impression que vous étiez impuissant devant lui? Le péché qu’on néglige se développe à une vitesse fulgurante. Petit au départ, il a le potentiel de vous étouffer, à moins que vous ne le déraciniez tôt.

Troisièmement, il nous faut courir « la carrière qui nous est ouverte », c’est-à-dire toujours fixer les yeux sur Jésus. Si nous tombons, nous nous relevons et poursuivons la course. Aussi déterminés qu’un athlète olympique, nous persévérons, les yeux rivés sur le but, malgré les obstacles et les distractions.

Même dans les moments où nous sommes désorientés, nous savons que Dieu a un plan précis pour nous. Il connaît notre passé, notre présent et notre destination. Jésus a tracé notre voie et il nous attend à la ligne d’arrivée.

 


06/01/2015
2 Poster un commentaire

RENDEZ GRÂCES EN TOUTES CHOSES ( Charles F. Stanley )

1093331-jouir-de-l-39-t.jpg

Un commandement difficile à obéir, mais combien enrichissant

 

travailler, se reposer, souffrir, guérir, rire, pleurer, douter, croire, avoir besoin, recevoir, désirer, donner, servir, aimer, mourir, vivre

Lire la Bible n’est pas toujours facile. Si cette pensée vous est déjà passée par la tête, mais que vous aviez honte d’en parler, vous n’êtes pas le seul. L’Écriture renferme certainement beaucoup de choses que nous pouvons comprendre sans grande difficulté, mais nous tombons parfois sur un passage qui nous rend perplexes ou, pire encore, qui nous irrite ou nous contrarie. Quelquefois, c’est simplement parce que nous ne comprenons pas ce que le Seigneur dit dans le texte. Toutefois, si ce passage nous rend mal à l’aise, c’est souvent parce que nous n’aimons pas son message. Il est plus facile d’en faire fi et de porter notre attention sur des sujets agréables que de s'y attarder et d’y obéir avec l'aide de Dieu. En fin de compte, la Bible est difficile à lire parce qu’elle nous met au défi de changer.

L’un des versets qui peut vraiment nous énerver est 1 Thessaloniciens 5.18 : « Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ. » Mais qu’en est-il des situations difficiles et douloureuses? Être reconnaissant parce qu’on souffre semble totalement insensé.

Si j’avais écrit la Bible, j’aurais dit : « Rendez grâces pour la plupart des choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ. » Il est facile d’être reconnaissant des bonnes choses de la vie – la naissance d’un enfant, une augmentation de salaire, l’achat d’une maison ou des nouvelles encourageantes du médecin. Mais si vous perdez votre emploi, découvrez que votre enfant fait usage de drogues ou apprenez par votre médecin qu’il ne vous reste que six mois à vivre, comment Dieu peut-il s’attendre à ce que vous lui exprimiez de la gratitude?

Il y a quelque temps, j’ai dû affronter ce dilemme : je me suis blessé à l’épaule, ce qui me causait une douleur insupportable. Après avoir lu ce verset, j’ai dit au Seigneur : « Je sais que c’est ta Parole, mais ce n’est pas raisonnable de rendre grâces quand j’ai si mal. Je n’ai pas envie d’être reconnaissant. » Puis j’ai remarqué que le verset ne disait pas : « Rendez grâces en toutes choses quand vous en avez envie. » Ce commandement n’a rien à voir avec nos sentiments. Il nous place devant le choix de faire ce que Dieu dit. Toutes les fois que ce dernier nous donne un commandement dans la Bible, c’est pour notre bien.

La gratitude influence tous les domaines de notre vie

En nous commandant de toujours rendre grâces, Dieu ne remue pas le couteau dans la plaie ni ne nous appelle à mettre notre intelligence de côté. Il sait que notre décision d’être reconnaissants dans toutes nos circonstances influence grandement chaque domaine de notre vie chrétienne. Voici quelques leçons que j’ai apprises :

La gratitude nous fait prendre conscience de la présence constante du Seigneur à nos côtés. Même si la gratitude ne nous vient pas naturellement quand nous traversons des circonstances difficiles, décider de remercier Dieu de ce qu’il nous accompagne nous rend plus sensibles à sa présence rassurante.

Elle nous motive à chercher son but pour notre situation. Savoir que le Seigneur permet des problèmes et des épreuves pour réaliser ses bons objectifs atténue notre douleur. Même si nous ne comprenons pas pourquoi nous endurons des souffrances, nous pouvons remercier Dieu parce que nous savons qu’au temps favorable, il fera tout concourir à notre bien. Pendant ce temps, nous pouvons nous appuyer sur le fait qu’il utilise chaque épreuve pour nous transformer à l’image de son Fils (Ro 8.28,29).

Rendre grâces nous aide à nous soumettre à Dieu. Quand la situation que nous traversons est la dernière chose que nous aurions voulu voir se produire, remercier le Seigneur nous permet de suivre l’exemple de Christ et de dire comme lui : « Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne » (Lu 22.42). La gratitude nous aide à reconnaître que la volonté de Dieu est la meilleure, même si elle n’est pas facile à accepter; c’est ainsi que nous pourrons lui céder nos désirs. Même si nos circonstances restent inchangées, nous soumettre à Dieu change notre cœur.

La gratitude nous rappelle notre dépendance continuelle du Seigneur.L’orgueil, la suffisance et l’indépendance s’envolent toutes les fois que nous nous retrouvons dans une situation qui nous laisse impuissants et désespérés. S’il n’y a aucune solution à notre problème, rendre grâces à Dieu pour sa souveraineté sur toutes choses nous rappelle que lui seul est notre force.

La reconnaissance est un ingrédient essentiel à la joie. On ne peut pas être « toujours joyeux » (1 Th 5.16) sans rendre grâces en toutes choses (v. 18). C’est la raison pour laquelle les gens qui ne sont pas reconnaissants sont si grincheux. La joie est un sentiment de contentement intérieur qui découle d’une profonde assurance que tous les plans de Dieu sont bons et qu’il est aux commandes de chaque situation. Si cette joie surnaturelle se trouve dans notre cœur, il est facile de rendre grâces.

Une attitude reconnaissante fortifie notre témoignage auprès des incroyants. Le monde est rempli de gens fâchés, frustrés et accablés à cause des difficultés de la vie, mais un croyant reconnaissant ressemble à une lumière qui brille dans l’obscurité. Les gens de son entourage voudront savoir pourquoi il ne ronchonne pas ni ne se plaint comme tous les autres. Il pourra alors leur parler de son merveilleux Sauveur.

Remercier Dieu porte notre attention sur lui plutôt que sur nos épreuves. La clé d’un cœur reconnaissant est de comprendre le caractère de Dieu, parce que connaître ses attributs merveilleux stimule la confiance et la gratitude. Il sait exactement ce que nous traversons, il nous aime inconditionnellement et nous comprend parfaitement. Lorsque nous le remercions dans les temps difficiles, il devient plus grand, et nos épreuves, plus petites.

L’apôtre Paul est un exemple formidable d’un homme qui a souffert de dures épreuves, mais qui est resté reconnaissant parce qu’il était capable de les voir selon la perspective de Dieu. En 2 Corinthiens 4.16-18, il écrit que nos souffrances présentes sont « nos légères afflictions du moment ». Si vous traversez une période vraiment pénible, ces paroles peuvent vous sembler ridicules. Vous avez peut-être souffert physiquement toute votre vie ou subissez une épreuve accablante depuis des décennies. Votre affliction semble à peine légère ou momentanée.

Pourtant, Paul compare notre situation sur terre à ce qui nous attend dans l’éternité. Pour lui, 40 années de douleur et d’épreuves ne sont nullement comparables au « poids éternel de gloire » à venir (v. 17). Quelle pensée incroyable! Notre douleur actuelle a le potentiel de nous faire récolter une gloire incomparable au ciel. Voilà une bonne raison de rendre grâces à Dieu!

Quand le poids de nos circonstances nous épuise, remercier Dieu nous donne de l’énergie. La plupart d’entre nous peuvent endurer de courtes épreuves, mais si elles se poursuivent longtemps, la tension émotionnelle et physique devient exténuante. Si une maladie qui perdure, des problèmes relationnels non résolus ou des pressions financières deviennent insupportables, il est temps de commencer à remercier Dieu parce qu’il a promis de donner de la force à celui qui est fatigué (És 40.29). Il déploiera son énergie surnaturelle en nous pour que nous puissions supporter patiemment l’épreuve et en sortir victorieux.

La gratitude transforme l’inquiétude en une paix qui surpasse toute intelligence (Ph 4.6,7). J’ai appris ce principe alors que je traversais une période très difficile. Un jour que j'étais anxieux à propos d’une situation, j’ai découvert que me plaindre, m’irriter et me disputer avec Dieu ne changeaient pas mes circonstances. En désespoir de cause, j’ai finalement commencé à le remercier. C’est alors que j’ai reçu sa paix incompréhensible. Ma situation n’a pas changé pendant un bon moment, mais la paix de Dieu a gardé mon cœur durant toute l’épreuve.

Que choisirez-vous?

Le choix n’est pas toujours facile. La plupart du temps, nous préférerions sortir de nos difficultés plutôt que de remercier Dieu au milieu d’elles. Cependant, avez-vous déjà considéré qu’il pourrait très bien vouloir que vous restiez dans une situation éprouvante pendant un certain temps? Je sais que cela ne semble pas être la manière selon laquelle un Dieu aimant agirait, mais rappelez-vous que son but est de faire ce qui est le mieux pour vous, et non ce qui vous sied, vous convient ou vous réjouit.

Les plans de Dieu pour vous ne se limitent pas à votre vie sur terre; iI travaille à votre bien éternel. Remerciez Dieu dès aujourd’hui, peu importe la situation dans laquelle vous vous trouvez. Après tout, quel autre choix avez-vous? L’amertume, le ressentiment et les ronchonnements? Dieu vous a créé pour que vous connaissiez une joie éternelle, ce qui est de loin préférable à la mélancolie. La transformation commence par un petit mot fort simple qui vient du cœur : merci.

Répétez-le souvent. Puis redites-le encore et encore. Votre joie sera rayonnante : une lumière qui brille dans un monde obscur et désespéré.


06/01/2015
0 Poster un commentaire

" Dieu de grâce "

100003178670570pizapw1406730664.jpg

Lisez | Jean 1.14 18

Imaginez-vous recevoir pour aucune raison un gros cadeau magnifiquement emballé. Ce colis renferme un objet d’une grande valeur pour vous. Vous lisez avec empressement la carte pour connaître l’identité de votre bienfaiteur généreux. À votre consternation, vous constatez qu’il s’agit d’une personne que vous avez évitée et avec qui vous avez été désagréable!

Ce scénario représente la grâce du Père qui a envoyé son Fils Jésus sur la terre pour nous sauver (Jean 3:16). 
Aucune occasion spéciale à souligner; il avait simplement le désir de donner. Son cadeau a été livré, malgré le fait que soit les hommes ont ignoré le Seigneur, soit ils se sont rebellés contre lui. Il s’agit de la grâce, c’est-à-dire de la bonté et de la bienveillance que Dieu déverse sur ceux qui n’en sont pas dignes et ne peuvent les lui rendre.

Le Fils révèle la plénitude de la bonté du Père. En vivant une vie parfaite sur la terre, Jésus a respecté toutes les exigences de la loi divine. Puisqu’il était sans péché, il était en mesure de nous racheter de notre rébellion. C’est ce qu’il a fait en s’offrant en sacrifice sur la croix pour nous sauver de tous nos péchés, passés, présents et futurs. Quand nous recevons Jésus comme Sauveur, Dieu accepte donc son œuvre comme rachat de toutes nos méchancetés. Qui plus est, lors de notre conversion, la vie parfaite de Christ nous est imputée; sa justice devient nôtre, par la foi (Rom 4.5). Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. (Ephésiens 2:8 )

Que ferez-vous du don de grâce de Dieu? Le refuserez-vous ou lui direz-vous « merci » tout en vous efforçant d’apprendre à mieux connaître Jésus? Si vous connaissez déjà le Seigneur Jésus-Christ, l’avez-vous tenu pour acquis récemment?

                                                         Charles Stanley


30/07/2014
0 Poster un commentaire