* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Donato Anzalone


LA PARABOLE DES DIX VIERGES...

 

“Alors le royaume de Dieu sera semblable à dix vierges...” - Matthieu 25:1
100003178670570pizapw1409292252.jpg

Cette parabole est en continuation directe avec le discours de Jésus en Matthieu 24 sur la fin des temps. Après avoir parlé longuement des signes de la fin des temps, à savoir :
- de faux prophètes qui séduiront les croyants 
- une nation s'élèvera contre une nation
- un royaume contre un royaume
- des famines, des tremblements de terre
- vous serez haïs de toutes les nations à cause de mon nom
- l'iniquité sera accrue
- la détresse sera si grande qu'il n'y en a pas eu de pareille et beaucoup d'autres.

Dans ce contexte, Jésus continue son discours et dit : « Alors » ou plus précisément, « en ce temps-là », « le Royaume de Dieu sera semblable à dix vierges... ». C'est dans ce contexte-là que Jésus introduit la Parabole des dix vierges.
- Que veut-il dire à ses disciples ?
- Son message est-il actuel pour nous ?
- Quelles sont les leçons que nous pourrions en tirer ?

« Alors », « En ce temps-là ». Jésus parle de la fin des temps, et de comment seront les choses pendant la fin des temps. Quand ? Juste avant son retour. Ainsi, après avoir énuméré une liste – non exhaustive – des terribles événements qui se dérouleront à la fin des temps, Jésus continue et annonce son retour.
C'est très important, car aucune doctrine de la fin des temps ne serait biblique qu'avec l'annonce de la catastrophe, sans  qu'il ne soit mention de la seconde venue de notre Seigneur Jésus Christ. La Bonne Nouvelle est que Jésus revient.

Or, la venue de Jésus se jouera dans un contexte terrible. « En ce temps-là », c'est à dire en plein milieu de catastrophes à l'échelle mondiale, Jésus reviendra et il trouvera l'Eglise qui est ici représentée par ces dix vierges. 

L'huile

L'image centrale de cette parabole est l'huile. Les cinq vierges folles ne prirent pas d'huile avec elles, alors que les vierges sages en prirent. (v.3-4). L'huile est le symbole du Saint-Esprit. Pendant que les dix vierges s'endorment, elles s'endorment toutes avec leurs lampes allumées ; mais au milieu de la nuit, lorsque l'époux arrive, elles se réveillent toutes au son de l'appel.
Toutefois, seules les vierges sages avaient encore de l'huile pour aller à l'encontre de l'époux. Pourquoi était-ce important ? Parce que l'époux ne pouvait pas voir ces jeunes filles venir si leurs lampes n'étaient pas allumées. Ainsi, dans les derniers temps, seule une partie de l'Eglise réalisera son besoin d'être toujours remplie du Saint-Esprit, l'autre non.

Or, la communion intime avec le Saint-Esprit joue un rôle déterminant maintenant, imaginez-vous combien elle sera cruciale dans les temps de la fin. Jésus reconnaîtra seuls ceux qui sont remplis du Saint-Esprit. Au verset 11 il est dit : « Plus tard les autres vierges vinrent, et dirent : « Seigneur, Seigneur, ouvre-nous » ; mais il répondit ... : « Je ne vous connais pas ».

Les dix vierges représentent des gens sauvés. Il ne s'agit pas ici de penser que les cinq vierges folles impliquent qu'une partie de l'Eglise n'est pas sauvée. Comme les sages, elles ont de l'huile, mais elles ne réalisent pas leur besoin du Saint-Esprit dans leurs vies. On pourrait plutôt dire que Jésus se réfère ici à des personnes charnelles. Nées de nouveaux, mais ne réalisant pas que la vie chrétienne est bien plus que le salut, c'est une marche quotidienne dans la sanctification et vers la maturité en Christ. « A celui qui vaincra » s'adressent les promesses dans l'Apocalypse.

Ainsi Jésus représente l'Eglise de la fin des temps par dix vierges, les unes folles, les autres sages, les unes charnelles et les autres spirituelles.

On peut dire que les cinq vierges folles sont inconscientes. Elles vivent leurs vies de tous les jours, mais ne sont pas conscientes des dangers de l'apathie spirituelle.

Une vie chrétienne sans passion est une vie sans mission

Les cinq vierges folles n'ont pas perdu leur salut. Dans ce passage Jésus n'implique pas que les vierges folles représentent des chrétiens ayant perdu leur salut. Est-il possible de perdre son salut ? Oui et non. Le salut ne se perd pas. Lorsque quelqu'un reçoit la vie éternelle, personne ne peut le ravir de la main de Dieu (Jean 10 :28). Personne ? Oui, sauf la personne elle-même. Je suis la seule personne qui peut ouvrir la main de Dieu et m'éloigner de Lui. Les avertissements se trouvant dans Hébreux sont assez clairs là-dessus. Lorsque je reçois la vie éternelle, personne ne peut me ravir de la main de Dieu, sauf moi.Ainsi, techniquement nul ne peut perdre son salut, mais il est possible – même si c'est difficile – de rejeter son salut. 

Dans cette parabole, ce n'est pas le salut qui est jeu. Mais c'est le fait d'être prêt pour l'enlèvement lorsque l'époux reviendra ; lorsque Jésus revient. Prêt pour quoi ? Il dit au verset 13 : « Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure »
L'image est celle du retour de Christ, qui prend avec lui les vierges sages car elles étaient prêtes. Ensuite, la porte se referme derrière lui. Une fois cette porte fermée, il est impossible d'entrer dans la salle où se passe la fête.

Être prêt

Cette parabole nous montre que lorsque le fin des temps viendra, ALORS, en ce temps-là, au milieu des signes terribles qui se dérouleront pendant la fin des temps, le Fils de l'Homme viendra – l'époux – prendre avec lui l'église qu'il a tant aimée et pour qui il est mort sur la Croix. Mais l'Eglise qu'il emmènera est une Eglise qui paraîtra devant Lui « glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible » (Ephésiens 5.27).

Il vient prendre une Eglise qui est prête, remplie du Saint-Esprit, sanctifiée, mature ; une Eglise unie à Lui par l'intimité du Saint-Esprit. Ce n'est pas la lettre mais l'Esprit qui vivifie et qui prépare l'Eglise à être prête pour le retour de Christ et ainsi échapper aux terribles tribulations qui frapperont la terre.

Cette parabole enseigne donc, que en ce temps-là le royaume de Dieu sera... C'est un moment bien précis à la fin de la fin des temps. Il n'est pas comme cela maintenant. Mais un jour il sera comme cela. Remarquez que toutes les autres paraboles du Royaume disent toujours : « Le Royaume EST semblable », mais seul ici le verbe est au futur, le Royaume SERA semblable ; ce qui indique bien qu'il y aura un changement radical à la fin des temps. Le Royaume sera semblable à une Eglise composée de chrétiens qui seront prêts à être enlevés et d'autres qui ne seront pas prêts.

La parabole des dix vierges parle d'être prêt ou pas pour l'enlèvement. Pas pour être ou ne pas être sauvés. Les dix vierges représentent des personnes sauvées. Mais, seules celles qui seront prêtes pourront être enlevées lorsque l'époux reviendra.

La parole de Dieu parle beaucoup du fait d'être prêt pour l'enlèvement et le salut n'est pas la seule condition pour être enlevé. Jésus parle d'être prêt pour son retour, il dit qu'il faut « occuper » le terrain jusqu'à ce qu'Il vienne, « Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait » (Mt 24:36) ; « Car, comme l'éclair part de l'orient et se montre jusqu'en occident, ainsi sera l'avènement du Fils de l'homme » (Mt 24:27), « Alors on verra le Fils de l'homme venant sur les nuées avec une grande puissance et avec gloire » (Marc 13:26), « Faites-les valoir jusqu'à ce que je revienne. » (Luc 19:13), et beaucoup d'autres avertissements.

Par cette parabole et tant d'autres passages dans la Bible, le Seigneur nous prévient : le moment de la venue de Christ est secret, et Il viendra « enlever » ceux qui sont prêts. Prions pour que nous puissions tous l'être, car c'est son désir. Tout en enseignant le besoin d'être préparé pour l'enlèvement, la Parole donne de nombreux passages qui montrent que si nous marchons avec le Seigneur, dans la foi et l'obéissance, et si nous lui faisons confiance, il nous rendra prêts pour son retour. 
 

23 Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! 24 Celui qui vous a appelés est fidèle, et c'est lui qui le fera.

 

“Alors le royaume de Dieu sera semblable à dix vierges...” - Matthieu 25:1

Cette parabole est en continuation directe avec le discours de Jésus en Matthieu 24 sur la fin des temps. Après avoir parlé longuement des signes de la fin des temps, à savoir :
- de faux prophètes qui séduiront les croyants 
- une nation s'élèvera contre une nation
- un royaume contre un royaume
- des famines, des tremblements de terre
- vous serez haïs de toutes les nations à cause de mon nom
- l'iniquité sera accrue
- la détresse sera si grande qu'il n'y en a pas eu de pareille et beaucoup d'autres.

Dans ce contexte, Jésus continue son discours et dit : « Alors » ou plus précisément, « en ce temps-là », « le Royaume de Dieu sera semblable à dix vierges... ». C'est dans ce contexte-là que Jésus introduit la Parabole des dix vierges.
- Que veut-il dire à ses disciples ?
- Son message est-il actuel pour nous ?
- Quelles sont les leçons que nous pourrions en tirer ?

« Alors », « En ce temps-là ». Jésus parle de la fin des temps, et de comment seront les choses pendant la fin des temps. Quand ? Juste avant son retour. Ainsi, après avoir énuméré une liste – non exhaustive – des terribles événements qui se dérouleront à la fin des temps, Jésus continue et annonce son retour.
C'est très important, car aucune doctrine de la fin des temps ne serait biblique qu'avec l'annonce de la catastrophe, sans  qu'il ne soit mention de la seconde venue de notre Seigneur Jésus Christ. La Bonne Nouvelle est que Jésus revient.

Or, la venue de Jésus se jouera dans un contexte terrible. « En ce temps-là », c'est à dire en plein milieu de catastrophes à l'échelle mondiale, Jésus reviendra et il trouvera l'Eglise qui est ici représentée par ces dix vierges. 

L'huile

L'image centrale de cette parabole est l'huile. Les cinq vierges folles ne prirent pas d'huile avec elles, alors que les vierges sages en prirent. (v.3-4). L'huile est le symbole du Saint-Esprit. Pendant que les dix vierges s'endorment, elles s'endorment toutes avec leurs lampes allumées ; mais au milieu de la nuit, lorsque l'époux arrive, elles se réveillent toutes au son de l'appel.
Toutefois, seules les vierges sages avaient encore de l'huile pour aller à l'encontre de l'époux. Pourquoi était-ce important ? Parce que l'époux ne pouvait pas voir ces jeunes filles venir si leurs lampes n'étaient pas allumées. Ainsi, dans les derniers temps, seule une partie de l'Eglise réalisera son besoin d'être toujours remplie du Saint-Esprit, l'autre non.

Or, la communion intime avec le Saint-Esprit joue un rôle déterminant maintenant, imaginez-vous combien elle sera cruciale dans les temps de la fin. Jésus reconnaîtra seuls ceux qui sont remplis du Saint-Esprit. Au verset 11 il est dit : « Plus tard les autres vierges vinrent, et dirent : « Seigneur, Seigneur, ouvre-nous » ; mais il répondit ... : « Je ne vous connais pas ».

Les dix vierges représentent des gens sauvés. Il ne s'agit pas ici de penser que les cinq vierges folles impliquent qu'une partie de l'Eglise n'est pas sauvée. Comme les sages, elles ont de l'huile, mais elles ne réalisent pas leur besoin du Saint-Esprit dans leurs vies. On pourrait plutôt dire que Jésus se réfère ici à des personnes charnelles. Nées de nouveaux, mais ne réalisant pas que la vie chrétienne est bien plus que le salut, c'est une marche quotidienne dans la sanctification et vers la maturité en Christ. « A celui qui vaincra » s'adressent les promesses dans l'Apocalypse.

Ainsi Jésus représente l'Eglise de la fin des temps par dix vierges, les unes folles, les autres sages, les unes charnelles et les autres spirituelles.

On peut dire que les cinq vierges folles sont inconscientes. Elles vivent leurs vies de tous les jours, mais ne sont pas conscientes des dangers de l'apathie spirituelle.

Une vie chrétienne sans passion est une vie sans mission

Les cinq vierges folles n'ont pas perdu leur salut. Dans ce passage Jésus n'implique pas que les vierges folles représentent des chrétiens ayant perdu leur salut. Est-il possible de perdre son salut ? Oui et non. Le salut ne se perd pas. Lorsque quelqu'un reçoit la vie éternelle, personne ne peut le ravir de la main de Dieu (Jean 10 :28). Personne ? Oui, sauf la personne elle-même. Je suis la seule personne qui peut ouvrir la main de Dieu et m'éloigner de Lui. Les avertissements se trouvant dans Hébreux sont assez clairs là-dessus. Lorsque je reçois la vie éternelle, personne ne peut me ravir de la main de Dieu, sauf moi.Ainsi, techniquement nul ne peut perdre son salut, mais il est possible – même si c'est difficile – de rejeter son salut. 

Dans cette parabole, ce n'est pas le salut qui est jeu. Mais c'est le fait d'être prêt pour l'enlèvement lorsque l'époux reviendra ; lorsque Jésus revient. Prêt pour quoi ? Il dit au verset 13 : « Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure »
L'image est celle du retour de Christ, qui prend avec lui les vierges sages car elles étaient prêtes. Ensuite, la porte se referme derrière lui. Une fois cette porte fermée, il est impossible d'entrer dans la salle où se passe la fête.

Être prêt

Cette parabole nous montre que lorsque le fin des temps viendra, ALORS, en ce temps-là, au milieu des signes terribles qui se dérouleront pendant la fin des temps, le Fils de l'Homme viendra – l'époux – prendre avec lui l'église qu'il a tant aimée et pour qui il est mort sur la Croix. Mais l'Eglise qu'il emmènera est une Eglise qui paraîtra devant Lui « glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible » (Ephésiens 5.27).

Il vient prendre une Eglise qui est prête, remplie du Saint-Esprit, sanctifiée, mature ; une Eglise unie à Lui par l'intimité du Saint-Esprit. Ce n'est pas la lettre mais l'Esprit qui vivifie et qui prépare l'Eglise à être prête pour le retour de Christ et ainsi échapper aux terribles tribulations qui frapperont la terre.

Cette parabole enseigne donc, que en ce temps-là le royaume de Dieu sera... C'est un moment bien précis à la fin de la fin des temps. Il n'est pas comme cela maintenant. Mais un jour il sera comme cela. Remarquez que toutes les autres paraboles du Royaume disent toujours : « Le Royaume EST semblable », mais seul ici le verbe est au futur, le Royaume SERA semblable ; ce qui indique bien qu'il y aura un changement radical à la fin des temps. Le Royaume sera semblable à une Eglise composée de chrétiens qui seront prêts à être enlevés et d'autres qui ne seront pas prêts.

La parabole des dix vierges parle d'être prêt ou pas pour l'enlèvement. Pas pour être ou ne pas être sauvés. Les dix vierges représentent des personnes sauvées. Mais, seules celles qui seront prêtes pourront être enlevées lorsque l'époux reviendra.

La parole de Dieu parle beaucoup du fait d'être prêt pour l'enlèvement et le salut n'est pas la seule condition pour être enlevé. Jésus parle d'être prêt pour son retour, il dit qu'il faut « occuper » le terrain jusqu'à ce qu'Il vienne, « Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait » (Mt 24:36) ; « Car, comme l'éclair part de l'orient et se montre jusqu'en occident, ainsi sera l'avènement du Fils de l'homme » (Mt 24:27), « Alors on verra le Fils de l'homme venant sur les nuées avec une grande puissance et avec gloire » (Marc 13:26), « Faites-les valoir jusqu'à ce que je revienne. » (Luc 19:13), et beaucoup d'autres avertissements.

Par cette parabole et tant d'autres passages dans la Bible, le Seigneur nous prévient : le moment de la venue de Christ est secret, et Il viendra « enlever » ceux qui sont prêts. Prions pour que nous puissions tous l'être, car c'est son désir. Tout en enseignant le besoin d'être préparé pour l'enlèvement, la Parole donne de nombreux passages qui montrent que si nous marchons avec le Seigneur, dans la foi et l'obéissance, et si nous lui faisons confiance, il nous rendra prêts pour son retour. 
 

23 Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! 24 Celui qui vous a appelés est fidèle, et c'est lui qui le fera.
                                                                Donato Anzalone

 


29/08/2014
0 Poster un commentaire

" LES DESSEINS DE DIEU SE RÉALISERONT "

100003178670570pizapw1408603860.jpg

“Oui, j'appelle Dieu, le Très-Haut, Dieu qui mènera tout à bien pour moi.” (Psaumes 57.2 - semeur) Autre traduction: « Oui, j'invoque Dieu, le Très Haut, Dieu qui mènera à bien ses desseins pour moi. » 

Ce texte est formidable. Il révèle deux choses principales. Tout d'abord, le psalmiste dit que Dieu a des desseins pour nous. Cette phrase doit être comprise de deux manières. Premièrement, et c'est une bonne nouvelle, elle indique que nous ne sommes pas sur la terre pour rien, mais nous sommes ici pour accomplir le plan que Dieu a réservé pour nous. Ensuite, il déclare qu'Il réalisera ses desseins. 

Tout ceci est rassurant. Nous vivons dans une période de l'histoire où nous avons besoin de savoir ce que nous faisons sur cette terre. Il nous faut un but, des objectifs, une raison de vivre. Dans Ephésiens 2:10, l'Apôtre Paul écrit : « Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions. »  Le Seigneur a bel et bien préparé à l'avance – prévu, projeté – de nombreuses missions pour chacun de nous. Il nous a crées en vue de ces oeuvres. Ce qui implique qu'en nous créant, il pensait déjà à ce que nous allions faire et donc, il nous a dotés, chacun, avec tous les ingrédients nécessaires pour accomplir ces oeuvres. 

C'est un peu comme quelqu'un qui crée une calculette. En la créant, il la dote de tout ce qu'il désire que cette calculette puisse accomplir. Si c'est une simple calculette, son créateur y placera les fonctions simples : addition, soustraction, multiplication, division et en général la racine carrée et le pourcentage, sans oublier la fonction égal, bien sûr. Si il conçoit une calculette scientifique il ajoutera les grandes fonctions courantes : cosinus, tangentes, sinus et toutes les fonctions permettant les calculs de fractions, équation, différentielles, etc... Chaque calculette est conçue pour accomplir ce pourquoi elle est prévue.

Nous pouvons dire que pareillement, chacun de nous est crée avec toutes les « fonctions » qui correspondent aux oeuvres que le Seigneur a prévues d'avance pour nous. Les plans et les projets de Dieu pour nous se réaliseront certainement.

La deuxième façon de comprendre ce texte, est que le Seigneur a aussi des desseins pour nos vies – pas uniquement ce qu'Il veut que nous réalisions, mais aussi des choses que LUI veut concevoir dans nos vies. Et là aussi, le psalmiste dit que Dieu réalisera ses desseins qu'Il a prévu pour nous. Cette même affirmation se retrouve formulée en Philippiens 1.6 où l'Apôtre Paul affirme : « je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus Christ. ». Ce que le Seigneur a commencé de faire en nous, Il l'achèvera. 

Oh comme c'est merveilleux de savoir qu'Il est en mesure d'accomplir Sa Parole dans nos vies, Ses desseins dans nos vies, Sa volonté pour nos vies. La bonne nouvelle de ce passage est que les plans et les projets de Dieu se réaliseront dans nos vies. Cette phrase devrait rester gravée dans nos coeurs pour le reste de notre existence. Quoiqu'il arrive, les plans de Dieu se réaliseront. Viennent les obstacles et les circonstances adverses, les desseins de Dieu se réaliseront.

L'ennemi de nos âmes peut venir et nous harceler, rien ne pourra empêcher le Seigneur d'accomplir ce qu'Il a commencé en nous. Voilà comment la souveraineté de Dieu fonctionne en notre faveur. Dieu n'est pas contre nous. Il est pour nous ; et ce qu'Il a débuté en nous il l'achèvera. Aucune arme ne pourra arrêter les plans de Dieu pour nos vies. Ils se réaliseront tous. 

Il répète cette vérité en Esaïe 14.24 et 27 : «L'Éternel des armées l'a juré, en disant: Oui, ce que j'ai décidé arrivera, Ce que j'ai résolu s'accomplira... L'Éternel des armées a pris cette résolution: qui s'y opposera? Sa main est étendue: qui la détournera? » et en Psaumes 138:8 le psalmiste dit : « L'Eternel terminera ce qu'il a commencé pour moi...»

Aucune puissance au monde n'est en mesure d'arrêter les plans et les desseins de Dieu. Penser et croire le contraire veut dire croire que notre ennemi est plus fort que notre Seigneur. Oh, mais le diable n'est pas aussi puissant que ce que certains chrétiens pensent. Certes, il possède certains atouts, mais ils ne valent rien devant la toute puissance de notre Père Céleste. Les desseins de Dieu se réaliseront. Point final.

 100003178670570pizapw1408603906.jpg

                                                         

                                                      Donato Anzalone


21/08/2014
0 Poster un commentaire

REMERCIER DIEU POUR TOUTES CHOSES ?

100003178670570pizapw1407816578.jpg

Vous est-il déjà arrivé de lire un verset dans la Bible et pensé que Dieu aurait mieux fait de ne pas l'inclure dans sa parole? Par exemple, quand il dit : « aimez vos ennemis », ou bien « supportez-vous les uns les autres » ou encore « apportez à la maison du trésor toutes les dîmes », « soumettez-vous les uns aux autres » ?

Il y a quelques versets pour lesquels je me suis dit plus d'une fois : “Qu'est-ce que ce verset fait dans la Bible ?”. Par exemple, j'ai toujours eu des problèmes avec Ephésiens 5.20 : 

20 rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ,

J'ai lu et relu ce verset des milliers de fois au cours de ma vie chrétienne et à chaque fois, j'ai eu le sentiment que quelque chose ne tournait pas rond avec ce verset. En effet, dois-je vraiment remercier Dieu pour toutes choses ? C'est aussi ce que beaucoup de frères et soeurs dans la foi nous conseillent quand nous passons par de lourdes épreuves : « Remercie le Seigneur pour cela ». Je n'arrive pas à saisir cela. Il faut dire que je n'ai pas vocation à être masochiste et par conséquent, lorsque je suis victime d'une catastrophe ou que j'ai un problème, de part ma nature je n'ai pas du tout envie de remercier Dieu pour ces choses.

 

Or très souvent, ce ne sont pas les versets de la Bible qui ne devraient pas y figurer, mais nous devrions plutôt faire attention à la manière dont nous interprétons ces versets.

Si nous prenons ce verset à la lettre et hors du contexte de la Parole de Dieu, il semblerait que nous devrions en effet remercier Dieu pour toutes choses. Ainsi, nous devrions Le remercier pour les tremblements de terre, pour la famine qui tua des milliers d'Ethiopiens en 1984, ou pour Hitler et ses millions de victimes; sans oublier le Tsunami qui en 2004 tua près de 250.000 personnes ; ou encore pour la fait que la belle-mère est décédée la veille, et pourquoi pas parce qu'un enfant est mort prématurément. Pensez-vous vraiment que le Seigneur s'attend à ce que nous le remerciions pour cela ? Bien sûr que non.

Un principe fondamental de l'interprétation des Ecritures est ce que l'on appelle « l'analogie de la foi », ou en d'autres termes : la parole s'interprète par la Parole. Chaque passage est confronté à d'autres afin de nous assurer de sa bonne interprétation.

Par exemple, en 1 Thessaloniciens 5.18, il est dit : «  Rendez grâce EN toutes choses, car c'est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ ». Ce verset ne dit pas de remercier Dieu POUR mais EN toutes choses, ou en toutes circonstances. En d'autres mots, nous ne remercions pas le Seigneur pour tout ce qui nous arrive, car ce serait du pur fatalisme, mais en toutes circonstances, malgré les situations, nous allons remercier Dieu – non pas pour les situations, mais pour le fait qu'Il est notre Dieu et qu'il possède toutes les solutions pour toutes les situations. Ainsi, si je roule en voiture sur l'autoroute et qu'un pneu crève, je ne vais pas remercier le Seigneur pour ce pneu crevé, mais pour le fait que Dieu a une solution pour me sortir de ce problème.

De même, il est clair que le Seigneur ne nous demande pas de Le remercier pour ce qu'Il n'a pas fait, ou pour ce que le Diable fait. En fait, remercier Dieu pour toutes choses équivaudrait à attribuer à Dieu toutes choses, y compris ce que le Diable entreprend. Nous savons du reste que Jésus est venu apporter la vie abondante, et que c'est le diable qui est venu pour voler, égorger et détruire (Jean 10 :10). Ainsi, tout ce qui peut être placé dans ces trois catégories ne vient pas de Dieu et il n'est certainement pas nécessaire de LE remercier pour cela.

De surcroit, Hébreu 11.6 dit que Dieu est le « rémunérateur de ceux qui le cherchent ». Mais lisons complètement ce verset : « Or, sans la foi il est impossible de Lui être agréable, car il faut que celui qui s'approche croie que Dieu existe et qu'il le rémunérateur de ceux qui le cherchent ». Voici une définition assez exceptionnelle de la foi. La foi c'est croire que Dieu existe ET....qu'Il est le rémunérateur... La foi, c'est bien plus que croire, c'est croire que Dieu est, et c'est aussi croire qu'Il est POUR NOUS. Il est le rémunérateur. Rémunérer veut dire : ajouter, rétribuer, payer... Une autre traduction dit qu'il est celui qui récompense. Rémunérer veut toujours dire ajouter, jamais retrancher. Ainsi, si un homme doit avoir son bras amputé en raison d'une gangrène, il ne doit pas  « remercier » Dieu parce qu'on lui enlève le bras. Dieu n'enlève pas, il ajoute ! De même, si quelqu'un doit se faire enlever un rein car il est ne fonctionne plus, cela ne sert à rien de remercier Dieu pour cela, il en est pour rien. La maladie ne vient pas de Dieu, elle est le résultat direct de la chute de l'homme dans le jardin d'Eden. La maladie vient de notre ennemi.

A force de mal interpréter la Parole de Dieu et de remercier le Seigneur POUR toutes choses, nous développons en nous une mentalité de passivité. Nous commençons à nous résigner, à accepter toutes choses, et en fin de compte à croire que tout vient de Dieu. Mais ce n'est pas le cas ! La Bible nous dit clairement ce qui vient de Dieu : la vie abondante et tout ce qui contribue à la vie et la piété (1 Pierre 1.3)

Ainsi, lorsque Ephésiens dit de rendre grâce à Dieu pour toutes choses, le contexte est clair : d'abord il dit de ne pas s'enivrer de vin car c'est de la débauche – donc, ne remerciez pas le Seigneur car un de vos proches s'enivre de vin !!! – mais d'être rempli du Saint-Esprit, et ensuite le passage dit comment l'être : « entretenez-vous par des psaumes, par des hymnes, et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre coeur les louanges du Seigneur;” (remarquez, ce sont chaque fois des choses qui sortent de notre bouche lorsque nous sommes remplis de l'Esprit) et il continue en nous exhortant à remercier Dieu pour toutes choses. Quelles choses? Toutes les choses que nous disons sous l'influence de l'Esprit et qui sont en accord avec ce que le Seigneur nous a donné en Christ.

Pour terminer, je me permets d'insérer une partie d'un commentaire de Kenneth Wuest qui expose très bien ce passage: « Beaucoup de commentateurs lisent dans le « toutes choses » ce qui peut y avoir de plus étendu que possible, à savoir les bonnes comme les mauvaises choses. L'Epître aux Ephésiens ne parle pas de la souffrance du croyant, mais au contraire de ce que le croyant reçoit du Seigneur (Ephésiens 1 :3 : nous sommes bénis de toutes les bénédictions spirituelles), et de sa réponse en conséquence de ce qu'il a reçu. Il est ainsi beaucoup plus correct en prenant en compte le contexte de toute la lettre aux Ephésiens de comprendre le « toutes choses » comme se référant à toutes les bénédictions du chrétien, tout le bon qui vient de Dieu. »*

Amen. Le chrétien doit remercier Dieu EN toutes choses, en toutes circonstances, mais il ne doit certainement pas remercier Dieu pour toutes choses qui seraient contraires à Sa Parole et à Sa nature. Dieu est lumière et il ne peut accomplir les oeuvres des ténèbres.

                                                     Donato Anzalone

 


12/08/2014
0 Poster un commentaire

" Avez-vous déjà essayé la prière ? "

100003178670570pizapw1406870706.jpg

La prière est puissante pour changer les choses !

Il y a de nombreuses années, une collègue me racontait que toute petite, elle souffrait régulièrement d'infections, et qu'au bout de plusieurs années de souffrance, son père – un pasteur – avait décidé que cette fois-ci, il allait prier plutôt que d'aller voir le médecin d'abord. Dès qu'il eut prié, l'infection s'arrêta complètement. Je lui répondis : « Comment, il n'avait jamais prié pour ta condition ? »« Non » répondit-elle, « il avait l'habitude de prier pour les autres, mais pour moi, il n'avait jamais essayé la prière ».

Je rencontre beaucoup de gens qui me parle de leurs problèmes, de leurs maladies, des catastrophes familiales, et de tas de situations insurmontables qui assaillent leurs familles. Et je leur demande : « avez-vous essayé la prière ? »  

C'est une question que je pose aussi à vous, lecteurs : « Avez-vous essayé la prière ? », êtes-vous allé rencontrer Dieu dans la salle de son trône de grâce ? Quelques-fois, comme ce pasteur, nous sommes tellement pris par les problèmes des autres, que nous oublions que la prière fonctionne pour tous, même pour nous. 

Oui, la prière fonctionne pour le croyant et l'incroyant. La Bible dit :

13 Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.

Dieu répond aux non-croyants. Il répond à quiconque vient à lui par la foi. La femme cananéenne (donc, une femme ne faisant pas partie de l'alliance avec le Père), en appela à Jésus pour obtenir la guérison de sa fille. Au début, il semble que Jésus ne veut pas l'aider – pourquoi devrait-il aider une non-croyante ? – mais ce n'était qu'un prétexte pour annoncer aux croyants que la guérison c'est le pain des enfants de Dieu... Et, voyant la foi de cette femme, il lui dit que sa fille est guérie.

 

Dieu répond à tout le monde. Il dit au croyant :

3 Invoque-moi, et je te répondrai; Je t'annoncerai de grandes choses, des choses cachées, Que tu ne connais pas.

22 Tournez-vous vers moi, et vous serez sauvés, Vous tous qui êtes aux extrémités de la terre ! Car je suis Dieu, et il n'y en a point d'autre.

 

Dieu dit : « Invoquez-moi », « Tournez-vous vers moi », et Jésus dit : « Venez à moi ». 

Le Seigneur Jésus nous apprend à prier avec une prière, celle du notre Père. Nous la trouvons en Luc 11.1-4

1 Jésus priait un jour en un certain lieu. Lorsqu'il eut achevé, un de ses disciples lui dit : Seigneur, enseigne-nous à prier, comme Jean l'a enseigné à ses disciples. 2 Il leur dit : Quand vous priez, dites : Père ! Que ton nom soit sanctifié; que ton règne vienne. Lire la suite

Voyez-vous, les gens ont l'habitude de prier : « Donne-moi », « Donne-moi »... Ici, Jésus nous le rappelle : « donne-moi, pardonne-moi, conduis-moi, délivre-moi». C'est ce que la majorité des chrétiens font. Ils prient principalement pour eux et rien que pour eux. Mais, si nous analysons bien cette prière, nous verrons que le Seigneur nous donne une clé, pour que notre prière devienne une prière puissante qui change les choses.

Regardez dans Actes 12. Le méchant roi Hérode vient de faire tuer l'Apôtre Jacques. L'église entière est dans l'effroi. Voilà maintenant que Pierre est arrêté. Le roi, voyant que la foule apprécia son geste contre Jacques, veut maintenant mettre à mort Pierre.
Oh, mes amis, une petite note de parenthèse : A chaque fois, dans la Bible, que les leaders ont cédé aux volontés du peuple, cela a toujours été une catastrophe. Que l'on tienne compte de cette remarque !

MAIS, la Bible dit que l'église se mit à prier. Pourquoi Jacques fut-il mis à mort ? Peut-être était-ce parce que l'église n'avait pas prié. Mais, maintenant elle prie, car quand on essaye la prière, celle-ci change les situations insurmontables.  Un ange du Seigneur vint et délivra Pierre, et toute l'église s'en réjouit, et le verset 24 dit :« que la Parole de Dieu croissait et se répandait de plus en plus et le nombre de disciples augmentait ».

Lorsque l'église prie, les plans de l'ennemi forgés contre elle ne réussissent pas !

« Donne-moi, pardonne-moi, conduis-moi, délivre-moi ». Est-ce là la bonne manière de nous approcher du Seigneur ? Voyons ce que le Seigneur nous apprend avec cette prière. 

  • Premièrement, quand vous priez, rappelez-vous que vous priez au Père

« Notre Père... » Ce n'est pas à un étranger que nous nous adressons, ni à un inconnu, mais à un parent, notre Père. Lorsque vous dites à Dieu : « Notre Père », vous impliquez que vous êtes sauvés, que vous Lui apparteniez, que vous faites partie de Sa famille. Et il aime prendre soin des siens. 

  • Deuxièmement, quand vous priez, rappelez-vous où vous apportez vos prières : dans les Cieux

« Qui êtes aux Cieux... ». Non seulement le Seigneur est dans les cieux, mais c'est aussi là que nous nous dirigeons. Quelles que soient les difficultés que nous expérimentons, rappelons-nous toujours de notre destination. Les Cieux, c'est la vision de ce qui devrait être sur la terre. Là, il n'y a pas de larmes, pas de maladie, pas de pauvreté, pas d'échec, pas de rivalité, pas de jalousie... Le ciel est l'endroit le plus beau et le plus merveilleux de l'univers, et Dieu y règne. Et pour beaucoup d'entre nous, c'est aussi là que se trouve leur père, leur mère, le frère, leur oncle, leur tante, et de nombreux amis qui ont quitté cette terre et demeurent désormais dans la présence du Seigneur. Le Ciel, c'est l'éternité. Et nos prières doivent aussi être imprégnées des choses concernant l'éternité. 

  • Troisièmement, quand vous priez, pensez au Nom duquel vous priez.

Oh, vous ne priez pas à n'importe qui. Vous priez à Celui qui a reçu un nom et quel nom : 

9 C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom,10 afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, Lire la suite

 

C'est le Nom de Jésus. Le nom de Celui qui nous a rachetés. C'est par ce Nom que nous venons au Père. C'est ce nom qui nous sauve :

12 Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

 

Nous ne portons pas nos prières au Père en notre propre nom. Nous n'allons pas avec notre nom de famille, le nom de notre église ou de notre dénomination mais avec le Nom de Jésus. Le ciel entier se réjouit lorsque nous venons au Père avec ce nom.

Lorsque j'avais douze ans, mes parents étaient grossistes en fruits et légumes. Un jour, au marché matinal, mon papa m'envoie encaisser une facture. J'arrive chez le client de mon père qui était lui-même en conversation avec son propre client. Dès qu'il me vit, il interrompu son entretien disant à son client : « Ce garçon est petit mais son nom est grand ! » Wow ; me dis-je. Le nom que je porte est un grand nom. Oui, dans ce monde, le nom de mon père était important, mais permettez-moi de vous dire que le Nom de mon Père Céleste est encore plus grand. 

  • Quatrièmement, vous priez rappelez-vous du Royaume

« Que ton règne vienne »... Oh, voilà le coeur de notre Dieu. Que son Règne vienne, que sa volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Voyez-vous, lorsque nous prions, notre première pensée doit être le royaume de Dieu.

33 Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus.

 

Le Règne de Dieu c'est la présence de Dieu dans nos vies, dans nos circonstances, dans nos pensées, nos conversations, notre style de vie. Le Règne de Dieu c'est là où la volonté de Dieu s'accomplit. Voyez-vous, le Ciel est le lieu où la volonté de Dieu est accomplie en permanence. Tout ce que nous avons besoin se trouve là ; tout ce qui se trouve là nous appartient grâce au sacrifice de Jésus sur la Croix. Lorsque nous prions au Père qui est dans les Cieux, nous lui rappelons qu'Il est souverain dans nos vies, et qu'il a tout racheté pour nous. Nous lui rappelons que tout ce qui se trouve dans les Cieux doit venir sur la terre. C'est son choix. C'est sa volonté. Que ta volonté soit faite sur la terre comme aux cieux. Alléluia. 

Jésus disait à Joseph et Marie qu'il devait s'occuper des affaires de son Père. Nous aussi. Lorsque nous prions, nous faisons exactement cela. Nous nous arrangeons pour que les choses du royaume de Dieu dans les cieux, puissent venir sur la terre par nos prières.

Voyez-vous, avant de dire au Père : « donne-moi, pardonne-moi, conduis-moi, délivre-moi », il serait bon de faire Sa volonté. 

Beaucoup disent qu'ils désirent que Dieu les entende, mais sont-ils occupés à faire sa volonté ? A réaliser le plan de Dieu pour leur vie ? Le Père désire que chacun accomplisse ses desseins.  Beaucoup veulent les miracles, mais ne sont pas prêts à faire sa volonté. 

Maintenant, une fois que vous vous êtes occupés des affaires de Dieu, maintenant vous pouvez vous approchez de lui et lui dire : « Donne-moi ; Pardonne-moi ; Conduis-moi ; Délivre-moi ». Certains disent : « Je suis dans une situation désespérée ». 

Pensez-donc au roi ézéchias. Le prophète Esaïe vient vers lui et lui donne une parole qui vient directement de Dieu : « mets ta maison en ordre, car tu t'en vas mourir, et tu ne vivras plus ” (Esaïe 38.1). Oh, mais cela sont les paroles de Dieu. “Mets ta maison en ordre car tu vas mourir, un point c'est tout.” C'est Dieu qui l'a décret, et nul ne peut changer cela. On ne peut changer ce que Dieu a déclaré !

Oh, mais lisez votre Bible. Vous allez découvrir que notre Dieu peut être persuadé, il peut être convaincu, il peut être touché. Dieu est joignable. Nous pouvons changer les décrets de Dieu par nos prières. 

Voyons la suite de ce passage : « 

2 Ezéchias tourna son visage contre le mur, et fit cette prière à l'Eternel : 3 O Eternel ! souviens-toi que j'ai marché devant ta face avec fidélité et intégrité de coeur, et que j'ai fait ce qui est bien à tes yeux ! Et Ezéchias répandit d'abondantes larmes. Lire la suite

 

Le Seigneur dit à Esaïe : « Arrête. Retourne chez le roi Ezéchias et dit lui : « J'ai entendu tes cris, j'ai vu tes larmes et tu ne mourras pas !!! » Et sa vie fut prolongée de 15 ans.

Nous pouvons changer les choses par la puissance de la prière. Regardez ce qui s'est passé à notre fille. Elle est née avec des conditions physiques inimaginables. Elle ne pouvait pas marcher, ni parler, et avait de gros problèmes moteurs, elle aurait dû mourir en pleine adolescence. Mais nous sommes allés vers le Père, nous avons pensé aux Cieux, nous lui avons parlé de Son Nom, de Son Royaume de Sa Volonté... Ensuite, nous avons dit : « donne-nous, pardonne-nous, conduis-nous, délivre-nous »... et la prière a changé sa destinée. Le Seigneur a dit : « Stop. J'ai entendu vos cris, j'ai vu vos larmes... votre fille ne mourra pas. Je la délivrerai... Je la guérirai... » ; et Il l'a guérie ! A Lui soit toute la gloire.

Quand les choses ne vont pas comme vous le voulez... avez-vous jamais pensé à essayer la prière ? Elle fonctionne !

                                                                Donato Anzalone


01/08/2014
0 Poster un commentaire

Soutien ton pasteur !

1403026293_92402_300x0x0x0.jpg
« Je vous donnerai des bergers selon mon coeur » Jérémie 3:15
 

La charge qui repose sur le pasteur est bien plus grande que ce que la plupart des membres de l'église peuvent imaginer.Son mandat lui vient de Dieu lui-même, et c'est à lui avant tout qu'il devra rendre des comptes, même s'il est « salarié » de l'église. Peu de gens sont conscients des différentes tâches qui attendent leur pasteur. Très souvent il prendra des rôles différents et portera beaucoup de chapeaux. Outre ses très importantes tâches pastorales, il s'incombera de beaucoup d'autres responsabilités, un jour il s'occupera de l'administration de l'église ; un autre jour il sera conseiller, conducteur de travaux en cas de construction ou de transformations dans l'église ; scribe pour aider certains membres, qui ne seraient en mesure de le faire, à rédiger une lettre ; d'autres fois il viendra résoudre les problèmes de conflit entre membres d'églises, et la liste peut continuer infiniment.

Il suffit de suivre son pasteur pendant quelques jours pour s'apercevoir qu'il fait bien plus qu'il ne le peut avec le peu de temps qui lui reste. Quand on pense que la préparation d'une prédication prend environ seize heures  et qu'il prêche souvent deux ou trois fois par semaine – ce qui fait déjà environ quarante-huit heures de travail ardu, sans compter toutes les autres responsabilités qui sont à sa charge – on peut s'imaginer que le pasteur est un homme extrêmement occupé et trop souvent surchargé.

Mais tout ceci ne l'arrête pas. Il ne se plaint pas. Il sait que c'est Dieu qui l'a appelé et fait tout ce qui est en son pouvoir pour remplir son ministère. D'ailleurs, il est oint pour cela. En revanche, il sait aussi que seul, il ne peut pas tout faire, car la vision que Dieu lui a donnée est plus grande que lui et qu'il lui faut des collaborateurs pour l'accomplir. Ainsi, il s'entoure de compagnons de travail qui l'assistent dans de nombreuses tâches. Le travail d'une église locale est passionnant et merveilleux, c'est ce qui donne énormément de joie à votrepasteur. Il contribue au succès de chacun qui, dans l'église, se donne pour prendre possession du terrain et faire avancer ainsi le royaume de Dieu dans la ville.

Toutefois, une des clés du succès pour l'expansion du Royaume de Dieu, réside dans le soutien que l'on donne au pasteur.

Son rôle est tellement primordial. Quelle erreur de penser qu'il n'est qu'un prédicateur, ou un « employé » de l'église. Il est la pierre angulaire de chaque église. Tout repose sur lui – certes, après le Seigneur Jésus. Mais il est justement doté d'une autorité déléguée par Jésus, la tête de l'Eglise – et chaque membre d'église ferait bien d'en prendre conscience.
Le pasteur de l'église est similaire à Moïse. Dans Exode au chapitre dix-sept, Amalek attaque Israel. Moïse, Aaron et Hur se mettent à part sur la colline. Et tant que Moïse lève les mains, Josué prend l'avantage sur l'ennemi, mais une fois qu'il les abaisse, Amalek reprend le dessus. Aaron et Hur s'en rendent compte et vont faire ce que chaque leader, chaque collaborateur, chaque assistant de pasteur devraient faire dans l'église : ils vont tenir les mains de Moïse levée, et grâce à leur soutien, grâce à leur humilité, grâce au fait qu'ils se sont placé aux côtés de Moïse, ont soulevé ses bras, l'assistant dans sa lourde tâche, Josué remporte la victoire. Israël a gagné non seulement parce que Moïse tenait les mains levées, mais aussi parce que Hur et Aaron l'aidèrent à les garder levées. Ce que Hur et Aaron firent est ce que chaque membre d'église devrait faire : soutenir son pasteur.

Comment soutenir votre pasteur ?

En l'assistant, en priant chaque jour pour lui, en lui permettant de s'appuyer sur vous, en le protégeant, en l'encourageant, en le défendant, en volant à son secours, en se portant volontaire à chaque fois qu'il fait appel à de l'aide, en approuvant ce qu'il fait, en souffrant avec lui, en le réconfortant, en lui donnant des coups de pouce, en l'épaulant, et la liste pourrait continuer... Il y a tellement de chose que chacun pourrait faire pour soutenir son pasteur.

C'est aussi ton rôle. Vois donc ce que tu pourrais faire pour soutenir ton pasteur. Une grosse partie du succès de ton église locale repose sur ce que toi, ainsi que les autres membres de ton église, font pour aider le pasteur dans sa tâche. Si tu prends la ferme décision de devenir un soutien actif de ton pasteur, non seulement il sera aidé, l'église en bénéficiera, mais toi aussi, tu en récolteras les bénédictions.

En semant ta vie dans son ministère, tu récolteras ce que Dieu a réservé pour toi.

 
                                                         Donato Anzalone

18/06/2014
0 Poster un commentaire