* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Exhortations, prière Israël-Palestine, Palestiniens Terrorisme


LA COMMUNION AVEC CHRIST, ROMPUE ET RESTAURÉE – HUDSON TAYLOR

Transmis par Elisabeth777

« C’est pourquoi nous devons d’autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportés loin d’elles. » (Hébreux 2:1)

Notre expérience, pour la plupart d’entre nous, montre combien facilement la communion avec Christ peut être rompue et combien sont nécessaires les exhortations que notre Seigneur adresse à ceux qui sont de fait les sarments du véritable Cep, et qui ont été purifiés par la Parole qu’Il a donnée, et qui demeurent en Lui.

 

Les défaillances ne peuvent jamais Lui être imputées. « Voici, Je suis toujours avec vous.  »

Mais, hélas, l’épouse oublie souvent l’exhortation qui lui est adressée dans le psaume 45 : » Ecoute, ma fille, vois, et prête l’oreille; oublie ton peuple et la maison de ton père. Le roi porte ses désirs sur ta beauté; puisqu’il est ton seigneur, rends-lui tes hommages. »

Dans cette section, l’épouse a rétrogradé de sa position de bénédiction, tombant dans un état de mondanité. Peut-être le repos même de la nouvelle joie qu’elle venait de trouver a-t-il rendu ses pieds trop sûrs; peut-être pensait- elle qu’en ce qui la concernait, elle n’avait pas besoin de l’exhortation :  » Petits enfants, gardez-vous des idoles. « 

Ou il est possible qu’elle ait pensé que l’amour du monde avait été évacué de façon si forte qu’elle pouvait revenir en toute sécurité et, par un peu de compromis de sa part, qu’elle pourrait gagner ses amis à suivre son Seigneur aussi. Peut-être n’avait-elle pensé que très rarement au fait que, heureuse qu’elle était d’être sauvée et libre, peut-être avait-elle oublié que le courant – le cours de ce monde – était contre elle; et insensiblement elle a glissé, dérivé de nouveau vers cette position de laquelle elle avait été appelée à sortir, inconsciente pendant tout ce temps de ce qu’elle rétrogradait. Il n’est pas nécessaire, lorsque le courant va à notre encontre, de tourner la tête du bateau dans le sens inverse du courant pour dériver; ou, pour un athlète courant une course, de se retourner pour rater le prix.

Ah, combien souvent l’ennemi réussit, par un stratagème ou un autre, à tenter le croyant en l’éloignant de cette position de consécration entière à Christ dans laquelle seule la plénitude de Sa puissance et de Son amour peut être expérimentée.

Nous disons la plénitude de Sa puissance et de Son amour, car il se peut qu’il n’ait pas cessé d’aimer son Seigneur. Dans le passage plus haut, l’épouse L’aime encore véritablement, bien que d’un cœur non entier; il y a encore une puissance dans Sa Parole à laquelle elle n’est pas insensible, bien qu’elle ne se plie pas à une obéissance immédiate. Elle réalise à peine combien elle cause du tort au Seigneur, et combien réel est le mur de séparation entre eux. A ses yeux, la mondanité semble n’être qu’une chose insignifiante; elle n’a pas réalisé la vérité solennelle des nombreux passages dans la Parole de Dieu qui parlent dans des termes non mesurés de la folie, du danger, du péché de la camaraderie avec le monde.

 » N’aimez pas le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui. « 

 » Ne savez-vous pas, adultères, que l’amour du monde est inimitié contre Dieu ? Ainsi donc, quiconque veut être ami du monde se rend lui-même ennemi de Dieu.  »

 » Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger, car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle?… C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur, et Je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour Moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant. « 

Nous devons faire notre choix : nous ne pouvons pas jouir à la fois du monde et de Christ.

L’épouse n’avait pas appris cela; elle voulait pleinement jouir des deux, sans penser le moins du monde qu’ils seraient incompatibles. Elle observe avec joie l’approche de l’époux.  » C’est la voix de mon bien-aimé! Le voici, Il vient, sautant sur les montagnes, bondissant sur les collines. Mon bien-aimé est semblable à la gazelle ou au faon des biches. Le voici, Il est derrière notre mur, Il regarde par la fenêtre, Il regarde par le treillis. « 

Le cœur de l’épouse bondit lorsqu’elle entend la voix de son Bien-aimé alors qu’Il vient à sa recherche. Il a franchi les collines; Il s’approche d’elle; Il se tient derrière le mur; Il regarde même par la fenêtre; avec des mots tendres et touchants, Il l’attire à Lui. Il ne prononce aucun reproche, et Ses supplications pleines d’amour pénètrent profondément dans sa mémoire.

 » Mon Bien-aimé ouvre la bouche et me dit : Lève-toi, Mon amour, Ma toute belle, et viens à Ma rencontre. Car l’hiver est passé, la pluie a cessé. Les fleurs paraissent sur la terre; c’est le temps où chantent les oiseaux, et la voix de la tourterelle retentit dans le pays; les figuiers sont remplis de fruits verts, et les vignes sont en fleur, elles exhalent leur parfum. Lève-toi, Mon amour, Ma belle, et viens. Toute la nature est sensible au retour de l’été, et toi, Mon épouse, serais-tu insensible face à Mon amour ? Lève-toi, Mon amour, Ma toute belle, et viens à Ma rencontre. « 

Une telle supplication peut-elle être vaine ? Hélas, c’est possible, cela l’a été! Par des mots encore plus attendrissants, l’époux continue ainsi :

 » Ô Ma colombe qui es dans les fissures du rocher, dans le creux des endroits escarpés, laisse-Moi voir ton visage, laisse-Moi entendre ta voix ! Car douce est ta voix et accueillant ton visage. « 

C’est merveilleux de penser que Dieu désire avoir une communion avec nous, et que Celui dont l’amour avait autrefois fait de Lui l’Homme de Douleur puisse aujourd’hui faire de Lui l’Homme de Joie par la dévotion pleine d’amour des cœurs humains. Mais aussi forts que soient son amour et Ses désirs à l’égard de Son épouse, Il ne peut pas aller plus loin. Là où elle se trouve, Il ne peut pas aller. Mais certainement qu’elle ira à sa rencontre. N’a-t-Il pas un droit sur elle ? Elle ressent Son amour et en jouit, laissera-t-elle Ses désirs s’évanouir ? Car, remarquons que ce n’est pas l’épouse qui languit en vain de voir son Seigneur, mais l’époux qui la cherche. Il est malheureux qu’Il cherche en vain !

 » Attrapez-nous les renards, les petits renards qui détruisent les vignes; car nos vignes sont en fleur »,poursuit-Il.

 

Les ennemis peuvent être petits, mais les dégâts sont importants.

Un petit bouquet de fleurs, si minuscule qu’on l’aperçoit à peine, peut aisément être ravagé, mais, partant, c’est le potentiel de production des fruits de toute une branche qui risque d’être à jamais détruit. Et combien nombreux sont les petits renards! Des petits compromis avec le monde; la désobéissance à la tranquille petite voix dans les petites choses; des petites indulgences de la chair par rapport à la négligence du devoir; des petits mouvements de politique : agir mal dans des petites choses afin que du bien puisse en sortir; et la beauté et le caractère fructueux de la vigne sont sacrifiés.

Nous avons là une triste illustration du caractère trompeur du péché dans la réponse de l’épouse. Au lieu de sauter à la rencontre de l’époux, elle console d’abord son cœur par le souvenir de Sa fidélité, et de Son union avec Lui.

 » Mon bien-aimé est à moi, et je suis à Lui: Il paît Son troupeau parmi les lis. « 

Ma position est d’être en sécurité, je n’ai pas besoin de m’inquiéter à ce sujet. Il est à moi, et je suis à Lui; et rien ne peut altérer cette relation. Je peux Le trouver maintenant à n’importe quel moment, Il paît Son troupeau parmi les lis. Tandis que le soleil de la prospérité brille sur moi, il se peut que je me fasse du bien à moi-même en sûreté ici sans Lui. Dans le cas où l’épreuve et les ténèbres viendraient, il est certain qu’Il ne faillira pas envers moi.

 » Avant que le jour se rafraîchisse, et que les ombres fuient, reviens!… sois semblable, mon bien-aimé, à la gazelle ou au faon des biches, sur les montagnes qui nous séparent. « 

Sans se soucier de Ses désirs, elle Le congédie avec légèreté avec la pensée : ‘Un peu plus tard je jouirai de Son amour’; et l’époux affligé s’en va ! Pauvre épouse stupide ! Elle découvrira bientôt que les choses qui la satisfaisaient quelque temps plus tôt ne peuvent plus la satisfaire, et qu’il est plus facile de tourner une oreille muette vers Son tendre appel que de rappeler ou trouver son Seigneur absent.

Le jour se rafraîchissait, et les ombres s’évanouissaient, mais Il ne revint pas. Alors dans la nuit solennelle, elle se rendit compte de son erreur : il faisait sombre et elle était seule. Se retirant pour aller se reposer, elle garda encore l’espoir de Le voir revenir – c’est la leçon non encore assimilée que la mondanité est un obstacle absolu à la pleine communion.  » Pendant la nuit, sur mon lit, j’ai cherché Celui que mon cœur aime : je L’ai cherché mais je ne L’ai pas trouvé. « 

Elle attend et tombe dans la lassitude : Son absence devient insupportable.

 » J’ai dit : Je me lèverai maintenant, et me promènerai autour de la ville, dans les rues et sur les grandes routes. Je chercherai Celui que mon âme aime. Je L’ai cherché mais je ne L’ai pas trouvé !  »

Combien différente était sa situation par rapport à ce qu’elle aurait dû être ! Au lieu de Le chercher seule, désolée et dans l’obscurité, elle aurait pu aller avec Lui pour se baigner dans les rayons de soleil, et se coucher sur Son bras. Elle aurait pu échanger la vue partielle de son Bien-aimé à travers le treillis lorsqu’elle ne pouvait plus dire : ‘Rien ne nous séparera’, contre la joie de Ses embrassements, et Sa confession publique de ce qu’elle était Son épouse choisie.

« Les sentinelles qui font la tournée autour de la ville me trouvèrent : je leur dis : ‘Avez-vous vu Celui que mon âme aime ? Je les dépassèrent à peine lorsque je trouvai Celui que mon âme aime.  »

Elle avait déjà obéi à Son commandement : «  Lève-toi et sors ».

Sans craindre des reproches, elle Le chercha dans l’obscurité, et lorsqu’elle commença à confesser son SEIGNEUR, elle le retrouva vite et fut restaurée dans Sa faveur :

 » Je Le tenais, et ne voulais pas Le laisser partir, avant de L’avoir emmené dans la maison de ma mère, et dans la chambre de celle qui m’avait enfantée. « 

La Jérusalem d’en haut est notre mère à tous. C’est là que nous jouissons de la communion, non par des moyens mondains ou avec une indulgence issue de notre propre volonté. Une fois la communion pleinement restaurée, la section s’achève de la même manière que la première, avec la responsabilité d’amour de la part de l’époux de s’assurer que rien ne vienne déranger son épouse.

 » Je vous le conjure, ô filles de Jérusalem, par les gazelles, et par les biches des champs, (par tout ce qui est aimant et beau et constant), ne réveillez pas Mon amour avant qu’elle ne le veuille. « 

Que nous puissions tous, tandis que nous vivons ici-bas, dans le monde mais n’appartenant pas au monde, trouver notre maison dans les lieux célestes auxquels nous avons été élevés, et où nous sommes ensemble assis avec Christ. Envoyés dans le monde pour rendre témoignage de notre MAÎTRE, que nous soyons toujours des étrangers là-bas, prêts à Le confesser comme le véritable objet de la dévotion de notre âme.

 » Que tes demeures sont aimables, Eternel des armées! Mon âme soupire et languit après les parvis de l’Eternel, mon cœur et ma chair poussent des cris vers le Dieu vivant. Le passereau même trouve une maison, et l’hirondelle un nid où elle dépose ses petits… Tes autels, Eternel des armées! Mon roi et mon Dieu! Heureux ceux qui habitent Ta maison! Ils peuvent Te célébrer encore. Heureux ceux qui placent en Toi leur appui! Ils trouvent dans leur cœur des chemins tout tracés. Lorsqu’ils traversent la vallée de Baca, ils la transforment en un lieu plein de sources, et la pluie la couvre aussi de bénédictions. Leur force augmente pendant la marche, et ils se présentent devant Dieu à Sion. Eternel, Dieu des armées, écoute ma prière! Prête l’oreille, Dieu de Jacob! Toi qui es notre bouclier, vois, ô Dieu! Et regarde la face de Ton oint ! Mieux vaut un jour dans Tes parvis que mille ailleurs; je préfère me tenir sur le seuil de la maison de mon Dieu, Plutôt que d’habiter sous les tentes de la méchanceté ! Car l’Eternel Dieu est un soleil et un bouclier, l’Eternel donne la grâce et la gloire, Il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l’intégrité. Eternel des armées! Heureux l’homme qui se confie en Toi! »(Psaumes 84).

Référence: Union and Communion (Union et Communion), James Hudson Taylor

http://www.adoredieu.com/texte/textes-enseignements/3179-la-communion-avec-christ-rompue-et-restauree-hudson-taylor-2

 
« C’est pourquoi nous devons d’autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportés loin d’elles. » (Hébreux 2:1)

 


et, toujours transmis par Elisabeth 777

8 citations pour nous encourager à prier

 

1. « Si nous voulons faire beaucoup pour Dieu, il faut que nous lui demandions beaucoup : nous devons être des hommes de prière. » Edward Payson

2. « Satan tremble quand il voit le plus faible des chrétiens à genou. »
William Cowper

3. « Aujourd’hui, j’ai tellement de travail que je n’aurai pas le temps de tout mener à bien. Il faut donc que je passe deux fois plus de temps dans la prière. » Proverbe de table

4. « Ne pas invoquer et prier Dieu, alors que nous savons qu’il est le Seigneur, que tous nos biens viennent de lui, et qu’il nous convie à lui demander ce qu’il nous faut, c’est comme si quelqu’un, sachant qu’un trésor est enfoui dans une terre, le laissait là par indifférence, sans prendre la peine de le déterrer. » Calvin

5. « La prière est-elle votre volant ou votre roue de secours ? » Corrie Ten Boom

6. « Les gens ne prient pas parce qu’ils n’ont pas goûté à quel point le Seigneur est bon. » Daniel Wong

7. « Nous ne pouvons comprendre ce qu’est la prière sans comprendre premièrement que nous sommes en guerre. » John Piper

8. « Si vous désirez cette puissance splendide dans la prière, vous devez demeurer dans une union d’amour, vivante, persistante, consciente et pratique avec le Seigneur Jésus Christ » C. H. Surgeon

 

http://bibletudeorg.blogspot.fr/2016/01/8-citations-pour-nous-encourager-prier.html


26/04/2016
0 Poster un commentaire

« PIERRE SORTIT, ET LE SUIVIT. » ACTES 12:9, PAR H.E. ALEXANDER

prison-Le récit d’Actes 12 est une leçon qui nous enseigne comment nous devons prier et comment Dieu agit.

Dieu n’encourage pas la paresse: ce que nous pouvons faire, nous devons le faire.

Mais les choses et l’oeuvre de Dieu appartiennent au domaine spirituel où les capacités humaines sont impuissantes. C’est pourquoi nous prions pour ce qui est impossible, au-delà de nos forces. Là, il faut l’action spirituelle des puissances spirituelles, il faut le secours divin.

 

Quand Dieu nous met en face de sujets qui nous dépassent, comme la conversion des autres, leur délivrance et leur bénédiction, telle conquête ou telle oeuvre à accomplir, nous sommes en effet devant ce que Dieu seul peut faire. Il est bon de le comprendre; toute la gloire Lui en revient.

L’Eglise qui priait sous la pression des circonstances adverses s’était adressée au bon endroit;mais elle n’avait pas confiance dans ses propres prières, et l’exaucement était là, tandis qu’elle l’ignorait. Dans ce cas, l’exaucement était quelqu’un, Pierre, que notre texte montre sortant de prison et suivant son libérateur.

Si souvent, comme les disciples de Jérusalem, nous manquons de persévérance dans la prière ! Ou bien nous prions, mais sans nous attendre à être exaucés. La réponse de Dieu est peut-être en marche, et nous n’y pensons pas. Pendant que nous prions, et après que nous avons prié, Dieu a déclenché Sa puissance et a mis en mouvement l’exaucement. N’a-t-Il pas dit:« Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez ». Matthieu 22:22; « Si vous demandez quelque chose en Mon Nom, je le ferai »? Jean 14:14.

Recevons cette vue spirituelle qui suit le Seigneur dans Ses plans, dans Son action et dans Ses exaucements. Notre prière pénètre au-dedans du voile, et l’exaucement vient aussi d’au-dedans du voile. C’est là que nous touchons le sceptre d’or, c’est là que nous nous emparons des promesses écrites de notre Père céleste.

Oh! que Dieu nous accorde la simplicité de croire, et la persévérance de la foi pour que nous obtenions ce que nous Lui avons demandé conformément à Sa volonté. Qui sait si Pierre, notre exaucement, n’est pas déjà sorti de prison et en route ?

H.E. Alexander

http://www.bible-ouverte.ch/meditations/manne-du-matin/mars/1680-manne-29-mars.html


22/04/2016
0 Poster un commentaire

ATTENTION: NE JOUEZ PAS AVEC LE PÉCHÉ SEXUEL. – TIM CONWAY


15/04/2016
0 Poster un commentaire

« Pas maintenant ! » au terrorisme à Jérusalem : comment prier, Par Rick Ridings

Transmis par Elisabeth777

Palestinian demonstrators hurl stones at Israeli troops, not seen, in east Jerusalem, Tuesday, March 16, 2010. Dozens of masked Palestinians hurled rocks at police and set tires ablaze across the holy city's volatile eastern sector, where thousands of officers, including reinforcements brought in from other locations, were in place for a fifth straight day. (AP Photo/Dan Balilty)

Je suis certain que vous êtes au courant de la récente vague d’attaques de terreur en Israël, centrée sur Jérusalem.  Depuis le 1er octobre et jusqu’à aujourd’hui, le nombre de victimes est celui-ci : 7 personnes ont perdu la vie, 99 furent blessées, parmi elles, 10 se trouvent dans un état de santé préoccupant.  Beaucoup nous ont demandé la façon dont nous avons été conduit à prier à Succat Hallel.  Voici quelques points principaux :

 

 

1.  Je crois que nous devons « réappliquer » un « un ordre de musellement et de retenue » sur l’incitation démoniaque.  De nombreux lecteurs vont se souvenir que durant un pareil mois d’incitation et de violence à Jérusalem, en octobre il y a un an, alors que la plupart des journalistes prédisaient un soulèvement à long terme, j’ai reçu une vision concernant un dragon menaçant, le Mont du temple et la provocation.  Pour une description de la vision complète, cliquez HERE

En bref, dans cette vision, j’ai vu un énorme dragon qui tournoyait de façon menaçante au-dessus du Mont du Temple ici à Jérusalem.  A chaque fois qu’il crachait du feu de sa bouche, de la violence se libérait sur le Mont du temple.  Mais j’ai su que cette fois, il planifiait quelque chose de beaucoup plus large. Soudainement, j’ai vu deux mots dans les cieux :

« PAS MAINTENANT ».

Alors, un gigantesque pied est descendu des cieux et a cloué le dragon au sol.  Ensuite, le Seigneur s’est abaissé, a mis des chaines aux pieds du dragon et l’a emprisonné dans la mosquée souterraine sur le coin sud-est du Mont du Temple.  Alors, j’ai vu le Seigneur mettre un verrou sur la porte avec un compteur de temps qui y était attaché, ce qui semblait indiquer qu’il serait libéré pour faire quelque chose d’assez grand, dans le timing du Seigneur, mais que maintenant n’était pas le temps.  Dans la suite de la vision, j’ai senti que le Seigneur disait que nous devions Lui demander, en tant que Juge de l’Univers, de donner un « ordre de musellement et de retenue » pour réduire le dragon au silence pour cette période de temps.  Deux jours après avoir proclamé « l’ordre de musellement et de retenue », un terroriste palestinien majeur, qui avait été emprisonné, fut découvert en train de délivrer un message d’incitation au travers d’enregistrements passés en contrebande.  Il a été mis au confinement solitaire et, en peu de temps, la violence est retombée.

Alors que j’implorais le Seigneur pour recevoir la révélation si maintenant était le temps ou le décompte était terminé, et s’il était accordé un plus grande liberté à cet esprit, j’ai reçu une nouvelle vision :  j’ai vu qu’une puissance démoniaque avait partiellement entrouvert les barreaux du cachot, et avait réussi a partiellement enlever la muselière de sa bouche.  Le dragon crachait un peu de feu et frappait avec sa queue, essayant de s’échapper du cachot.  J’ai alors entendu le Seigneur dire que nous devions « réappliquer l’ordre de musellement et de retenue ».  Alors que nous proclamions cela, j’ai vu deux anges forts entrer dans la cellule du dragon et dire « Aux pieds !! ».  Et, comme un chien dressé, le dragon a arrêté de s’acharner et s’est assis.  Les anges ont alors complètement remis la muselière sur son museau et ils ont réparé les barreaux, de façon à ce qu’il ne puisse plus s’enfuir.  Je vous encouragerais à vous joindre à nous et à continuer de proclamer cet « ordre de musellement et de retenue » et ce « Pas Maintenant ! » jusqu’à ce que nous voyions une complète accalmie de la situation comme ça s’est passé l’an dernier en novembre et en décembre.

2. Proclamez que le Seigneur « retranchera ceux qui tranchent » Lundi dernier, lors de la soirée à Succat Hallel, notre cher ami le Dr Gene Little a partagé un portion de l’Ecriture très spécifique à proclamer.  Quasiment toutes les attaques terroristes actuelles sont des coups de couteaux.  Gene a partagé que le mot désignant l’ancien peuple, les Keréthiens, signifie à la base « ceux qui coupent/ qui tranchent ».  Nous avons ressenti une forte onction  alors que nous proclamions Ezéchiel 25 : 15-17 :

« Ainsi dit le Seigneur, l’Éternel: A cause de ce que les Philistins ont fait par vengeance, et parce qu’ils se sont vengés cruellement, dans le mépris de leurs âmes, pour détruire par une inimitié perpétuelle,  à cause de cela, ainsi dit le Seigneur, l’Éternel: Voici, j’étends ma main sur les Philistins, et je retrancherai les Keréthiens, et je ferai périr le reste qui est sur le bord de la mer; et j’exercerai sur eux de grandes vengeances par des châtiments de fureur; et ils sauront que je suis l’Éternel, quand j’exécuterai sur eux ma vengeance. » 

Nous continuons à proclamer que le Seigneur « retranchera ceux qui tranchent » à Jérusalem et dans tout Israël.

3. Priez pour que les racines d’incitation soient déracinées Nous avons fortement senti que nous devions proclamer Nombres 23 :23 : « La magie ne peut rien contre Jacob, ni la divination contre Israël. Au moment fixé, on dit à Jacob et à Israël : « Vois ce que Dieu a fait ». »  Continuons à demander une protection divine sur Israël par rapport à la sorcellerie.  En plus, nous nous sommes souvenus d’une façon dont le Seigneur m’avait amené à prier vers la fin de la « seconde intifada » quand nous, qui vivions à Jérusalem, avons vécu les presque quatre années d’attentats suicides.  Il est apparu à l’époque que l’incitation première provenait du « Sheik Yassin », le leader spirituel islamique de Gaza.  Bien que l’armée israélienne avait essayé à plusieurs reprises un assassinat ciblé et précis du Sheik Yassin, il s’en était à chaque fois tiré de justesse.  Nous avons ressenti que nous devions prier soit qu’il se repente, soit, s’il ne voulait pas se repentir, que le bouclier de protection occulte et de sorcellerie lui soit retiré.  En une semaine, il a été tué et, peu après, les attentats suicides ont cessé, sauvant des centaines de vies innocentes.  Prions que les terroristes qui n’ont pas un cœur complètement endurci aient une révélation de Jésus comme Saul de Tarse sur le route de Damas.  Mais si, comme Pharaon, ils ont complétement endurci leurs cœurs, qu’il soient exposés, qu’ils perdent leur bouclier de protection occulte et qu’ils soient déracinés.

4. Priez pour que ceux qui ont été influencés par les mensonges de l’incitation aient une révélation du Seigneur et de Son cœur pour eux.  Il y a tellement de ceux qui ont perpétré ces attaques au couteau démoniaques qui n’étaient que des adolescents.  Nous avons senti que nous devions prier pour que le nombre énorme de ceux qui ont été sous l’influence des mensonges et d’incitations aient des rêves, des visions et des visitations du Seigneur.  Seul le Seigneur peut changer les cœurs , comme Il l’a fait pour Saul de Tarse.  Joignons-nous tous ensemble pour (demander) un changement de cap miraculeux dans les cœurs de cette génération ici en Israël.


19/10/2015
0 Poster un commentaire