* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Fabien Weigel


C'EST L'HEURE DE PARAÎTRE... ( FABIEN WEIGEL )

 

C'est l'heure de paraître, consacrés et glorifiés, car la délivrance (l'enlèvement) est plus proche que jamais!

 

11 Cela importe d'autant plus que vous savez en quel temps nous sommes: c'est l'heure de vous réveiller enfin du sommeil, car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru. 12 La nuit est avancée, le jour approche. Dépouillons-nous donc des oeuvres des ténèbres, et revêtons les armes de la lumière. Lire la suite

 

En ce début d'année, ces paroles de l'apôtre Paul adressées dans l'Epître aux Romains résonnent plus que jamais, avec une criante actualité ! En regardant de plus près ce passage, voici ce que j'ai à coeur d'en faire ressortir, comme des « zooms ».

« Vous savez en quel temps (saison) nous sommes »

L'Histoire de l'humanité, et par là même celle de l'Eglise, est marquée de temps, d'ères, d'époques, de saisons. Il est indispensable de discerner dans quelle saison nous sommes. Sans entrer davantage dans les détails ici (je vous renvoie à ce titre à des études sur les dispensations notamment), il est clair que nous sommes dans les temps de la fin.

« C'est l'heure de vous réveiller enfin du sommeil »

On a beaucoup parlé de réveil comme si on attendait quelque chose d'extérieur, voire même qui nous tomberait dessus. Oui, il est dit ici de nous réveiller du sommeil... combien se sont laissés endormir au gré de leur train-train de vie, voire même train-train dit chrétien. Une prise de conscience et un retour à  la saine vérité ainsi qu'une orientation de la vie de "nouvelle créature" sont plus que nécessaires.

Ce même terme inclut aussi le sens de « paraître » (être visible, révélé). Autrement dit, c'est l'heure de paraître ! Comme cela est intéressant dans ce contexte où « la création soupire après la révélation des fils de Dieu ». Ce moment est venu !

« Le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru »

Nous connaissons le terme salut, « sozo », incluant la notion de purification, guérison, restauration, provision... comme fruit de l'oeuvre rédemptrice de Christ. Mais le terme utilisé ici est « soteria », qui souligne plus précisément le sens de "délivrance". Oui, nous avons été délivrés du monde et de l'esclavage du péché. Mais il est aussi une délivrance suprême, un salut total à venir : l'enlèvement !
L'enlèvement est plus près de nous que lorsque nous avons commencé à croire !

« Dépouillons nous donc des oeuvres des ténèbres »

Il est donc temps plus que jamais de nous positionner et de renoncer, d'abandonner, de nous dépouiller des oeuvres des ténèbres qui pourraient encore être attachées à nous. Il est temps et grand temps d'une profonde consécration à une vie de lumière et de sainteté.

« Revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ »

Alors qu'il est question plus haut de paraître, ce n'est pas que ce soit nous-mêmes qui devions être vus ou remarqués, mais en réalité que Christ paraisse au travers nos vies, en ce monde qui en a tant besoin. Que la gloire de Christ, une gloire semblable à celle du Fils unique venu du Père, soit rendue visible et attire à Lui. Qu'Il paraisse à travers Son Corps sur terre, avant d'enlever Son Eglise rachetée, puis de revenir sur la terre.

« N'ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises »

Abandonnez les choses de cette terre, cessez de vous soucier de la chair, des choses de ce monde. N'utilisez plus le Seigneur, ou même la foi comme pour obtenir des choses qui peuvent servir seulement pour vous-mêmes (ceci n'annule évidemment pas le fait que nous devions nous confier en Lui pour combler tous nos besoins) ; mais rétablissez l'ordre : vous êtes à Son service. Et la foi doit servir à nous connecter au plan divin et à la réalisation de celui-ci. Et écoutons cette exhortation de l'Ecriture à nous affectionner aux choses d'En haut.

Alors, oui, revêtez-vous de votre nature céleste, consacrez-vous et revêtez Christ, afin d'être prêts et de pouvoir prendre part à la délivrance, l'enlèvement, qui est plus proche que jamais. Et que d'ici à ce jour glorieux, Christ paraisse en ce monde, avec gloire, au travers Ses fils et filles que nous sommes ! Non plus comme des « terrestres », mais les « célestes ».

Que l'Esprit témoigne à vos coeurs et vous enseigne ! Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit à l'Eglise ! Soyons éveillés, paraissons, c'est l'heure !


07/01/2015
0 Poster un commentaire

La loi de l'esprit m'a affranchi ...

 

100003178670570pizapw1405231758.jpg
1 Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. 2 En effet, la loi de l'esprit de vie en Jésus-Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort.

Y a-t-il un sentiment qui vous tourmente, un sens de la culpabilité dans votre coeur ? Devant la loi de Dieu, révélée dans les Ecritures, nous sommes tous pécheurs et condamnés à l'enfer. Cette loi donnée au peuple d'Israël est si complexe qu'il peut sembler impossible de s'y conformer sans jamais faillir. En réalité, la fonction de la loi, c'est de révéler notre péché, « car sans loi, il n'y a pas de péché ».

Maintenant, Dieu ne s'est pas contenté de nous montrer combien nous sommes coupables, Il avait pourvu dès avant la fondation du monde à notre rédemption. Et Il l'accomplit au travers de Jésus, Dieu fait homme. Il prit nos péchés, subit la condamnation à la Croix, versa Son sang et ressuscita des morts, tout cela pour nous purifier et nous donner la vie. Il est venu « non pour abolir la loi, mais pour l'accomplir ».
Réalisez que vous êtes pécheur. Mais ne restez pas sous la loi du péché et de la mort, regardez à Christ, acceptez ce qu'Il a fait pour vous, par la foi. Désormais, vous n'êtes plus pécheur mais juste, pur et saint, parce que Christ a tout porté. Et même si vous péchez encore, ne vous condamnez pas, mais revenez à la Croix, et soyez purifié par votre foi : tous les péchés ont déjà été portés, les anciens, les présents, et même ceux que vous n'avez pas encore commis.
Comment cela devient-il réalité ? Par la foi !

Décidez de passer de la loi du péché et de la mort à la loi de l'Esprit de vie en Jésus-Christ. Soyez transformé, en Lui permettant de grandir en vous. La culpabilité n'a aucune place en vous qui appartenez à Christ, ce n'est qu'une astuce du diable pour entacher votre communion avec le Père.

Déclarez aujourd'hui, et à chaque fois que vous en avez besoin : « Je crois en l'oeuvre rédemptrice de Jésus-Christ pour moi, et je me place à son bénéfice. Il n'y a maintenant aucune condamnation pour moi, qui suis en Christ. Car la loi de l'Esprit de vie en Christ Jésus m'a affranchi de la loi du péché et de la mort.» Croyez-le et soyez libre !

N'avez-vous pas été soulagé en rétablissant la vérité sur les mensonges du diable ? Il n'y a aucune condamnation pour vous qui êtes en Christ ! La loi de l'Esprit de vie en Christ Jésus vous a affranchi de la loi du péché et de la mort !
Et s'il en est ainsi pour nos péchés, ce qui est déjà plus que formidable pour nous, le Seigneur a voulu nous restaurer, et nous « affranchir » de la loi du péché et de la mort et de ses effets dans toute notre vie.

Ainsi, tout ce qui découle du péché et qui appartient au domaine de la mort, a été annulé par la loi de l'Esprit de vie en Jésus-Christ. Que faire alors ? Croire ! Croire que le stress, l'angoisse,... la maladie, la perte de facultés, l'inefficacité... l'inquiétude, le manque d'assurance... toutes ces choses – qui directement ou indirectement amènent à la mort – ne sont plus notre lot. Nous qui sommes en Christ, c'est la loi de l'Esprit de vie qui est agissante en nous : la paix, la joie, l'espérance ...

Alors, décidez aujourd'hui que la loi de l'Esprit en Jésus-Christ est agissante en vous, dans tous les domaines de votre vie. Votre péché et sa culpabilité sont effacés par cette foi (puisque Christ a déjà été condamné une fois pour toutes), oui. Mais bien plus, toute oeuvre de la mort est balayée de votre vie par la foi !

Je suis fils (ou fille) de Dieu, l'Esprit de vie en Christ m'a affranchi de la loi du péché et de la mort. Je vis, et je vivrai, dans la paix, la joie, la confiance, la santé, tous les bienfaits de Dieu pour moi. Je ne me conforme pas à la loi de la mort, je me conforme à la loi de vie qui m'a rendu libre en Jésus-Christ. Et je n'en sortirai plus, au nom de Jésus.

                                                 Fabien Weigel


13/07/2014
0 Poster un commentaire

Guérison de la lèpre ( physique et spirituelle )

1451486_529512950470599_276287786_n.jpg

Lorsque Jésus fut descendu de la montagne, une grande foule le suivit. Et voici, un lépreux s'étant approché se prosterna devant lui, et dit : Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur. Jésus étendit la main, le toucha, et dit : Je le veux, sois pur. Aussitôt il fut purifié de sa lèpre. (Matthieu 8:1-3)  

Ce passage nous relate l'un des (nombreux) miracles de Jésus. Sans doute, savons-nous tous, plus ou moins, que Jésus guérit ce lépreux. Cet homme décide d'aller vers Jésus pour demander sa guérison. Il croit qu'il peut la recevoir, il croit que Jésus est capable de le guérir. En effet, ses paroles reflètent une attitude de foi : "Si tu le veux, tu peux me rendre pur". Et Jésus répond favorablement, et lui accorde la guérison.

C'est le cas d'un lépreux qui nous est présenté ici, mais au-delà du seul évènement, il nous enseigne que Jésus répond à notre foi, et qu'Il est capable de solutionner un problème incurable, en un instant, "aussitôt". Le coeur des hommes est plein de péchés : celui que nous avons tous hérité d'Adam, et les péchés que nous commettons, jour après jour, par nos faiblesses. Il se propage, s'installe, et détruit petit à petit... Nous pouvons le cacher un temps, mais il finit par devenir évident...Ce problème-là aussi, Jésus peut le solutionner.

Ayez foi en Dieu, confiez-vous en Lui. Comme ce lépreux, approchez-vous aujourd'hui du Seigneur. "Si tu le veux, tu peux me rendre pur". Il veut sauver tout homme, Il vous désire libre et en paix... Mais vous, le voulez-vous ?

                                                     Fabien Weigel


21/04/2014
0 Poster un commentaire

Dieu touche les coeurs !

 

 

26 Saül aussi s'en alla dans sa maison à Guibea. Il fut accompagné par les honnêtes gens, dont Dieu avait touché le coeur.

 

Saül est un homme dont la vie n'a pas toujours honoré Dieu. Pourtant, en lisant ce verset, nous y trouvons une remarque intéressante. Il est entouré de gens dont Dieu avait touché le coeur. Étant unis à Dieu, ils étaient unis entre eux. Dieu est capable de toucher un coeur humain, ce coeur dans lequel se côtoient tant de sentiments contradictoires, où tant de choses peuvent entrer. Mais dès qu'il y intervient, tout change.

Quand Dieu touche notre coeur, il vivifie la conscience de sa grandeur, il nous rend sensible à tout ce qui est droit, vrai, loyal. Il place en nous son Esprit, de sorte que nous vivions ce qu'exprime Hébreux 1.9 : « Tu as aimé la justice, et tu as haï l'iniquité, c'est pourquoi ton Dieu t'a oint d'une huile de joie ». Laissons nous instruire par l'exemple des Corinthiens. Ils avaient tous les dons, des manifestations de puissance, de nombreuses capacités, du zèle... mais leur coeur n'était pas ouvert. L'apôtre leur écrit, les interpellant à « élargir leur coeur ». Il manque souvent de cela dans le service chrétien, parfois dur et incompréhensif à l'égard du « monde » et de sa détresse, sans loyauté, sans amour inconditionnel même vis à vis des frères et soeurs dans la foi, et parfois loin des sentiments que Christ porte aux Hommes. Un tel état d'esprit peut faire de tels dégâts. Ne nous y complaisons pas.

Désirons nous être de ceux dont Dieu a touché le coeur ? Il en découle une association avec Dieu, pour accompagner ceux qui croisent notre chemin. Même avec des minorités, Dieu peut accomplir de grandes choses. Quelle grâce d'être ainsi délivré de nous même, de nos réserves, de notre tiédeur, de notre individualisme. L'Évangile est entré en Europe par une femme, nommée Lydie, dont Dieu avait touché le coeur. Qu'avait elle de plus que nous ? Nous sommes le canal par lequel Dieu accomplit ses oeuvres dans notre entourage. Alors sortons de notre « cocon » et soyons ouvert. Le Seigneur nous couvre alors d'une « huile de joie ».  Souvenez vous : votre témoignage consiste moins en ce que vous dites qu'en ce que vous êtes !
 

                pizap_com10_94122541137039661393265799983.jpg
                                                  Fabien Weigel

24/02/2014
0 Poster un commentaire