* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Jérémy Sourdril


COMMENT HONORER SON CONJOINT ? ( Jérémy Sourdril )

 

1- En reconnaissant quelle est sa valeur

Dans Gen 2:23, Adam dit :

23 Et l'homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! on l'appellera femme, parce qu'elle a été prise de l'homme.

Adam était heureux d'avoir quelqu'un de la même race que lui, mais il ne la connaissait pas encore en tant qu'épouse. En fait, il n'avait jamais vu de mariage, ni de robe de mariée. Ils n'avaient jamais invité d'amis à la maison, etc. Il n'avait jamais eu de relations sexuelles avec elle (apparemment) car c'est seulement après avoir été écartés du jardin qu'ils en eurent.

Quand Dieu lui demanda de s'expliquer sur le fait qu'il était nu, il répondit :

12 L'homme répondit : La femme que tu as mise auprès de moi m'a donné de l'arbre, et j'en ai mangé.

Pour le moment, Eve était pour lui “sans nom”, elle était “la femme que Dieu lui avait donnée pour être avec lui”. J'ai découvert une marque de nourriture au Québec avec un nom très particulier, vendue dans un magasin qui n'est pas forcément réputée pour offrir une délicieuse nourriture. C'est la marque : “No name”. Pour le moment, pour Adam, c'était un peu ça. Il ne connaissait pas encore la valeur d'Eve. Sans nom, elle était pour le moment une personne de la même race que lui, créée pour l'accompagner.

Si nous ne savons pas bien définir une chose, nous ne saurons pas quelle est sa valeur. Le journal “La Presse” de mars racontait comment un ferrailleur américain qui avait acheté une petite horloge en oeuf de 8 cm (en or) sur un marché aux puces et qui désespérait de le revendre a finalement découvert qu'il s'agissait d'un oeuf Fabergé impérial, estimé 36 millions de dollars.

En Suisse, une femme a acheté un tableau l'équivalent de 7$, il s'agissait d'un tableau de Renoir (100.000$).

Les truffes sont des champignons qui se vendent des milliers de dollars. Une truffe de 750 grammes a déjà été vendue 140.000$. Si on vous la servait au Mc Donald, vous iriez vous plaindre au comptoir qu'on ait eu l'audace de vous servir un tel plat !

Vous pouvez regarder quelque chose et dire d'un ton dégoûté : “euh... c'est quoi ce truc...?” sans savoir qu'elle a une grande valeur. Si vous ne savez pas caractériser et définir quelque chose, elle aura certainement peu de valeur pour vous. 

Quand je reconnais la valeur de quelque chose, je sais la définir. Je sais la caractériser. Je sais quel est son prix. Quel est le prix de votre femme, de votre mari ? Pouvez-vous en parler et la décrire positivement ?

2- En acceptant quelle est sa valeur

Vous pouvez reconnaître la valeur de quelque chose, mais ensuite il faut accepter que cette chose vaut réellement son prix. Nous pouvons reconnaître la valeur du sacrifice de Christ sans pour autant accepter cette valeur. Beaucoup de gens reconnaissent que le sacrifice de Christ pour l'humanité a une énorme valeur, mais ils ne l'acceptent pas pour eux-mêmes. Ils refusent de l'accepter.

44 Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L'homme qui l'a trouvé le cache; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il a, et achète ce champ. 45 Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand qui cherche de belles perles. Lire la suite

Certaines personnes peuvent reconnaître le prix de certains aliments mais ne pas l'accepter. J'étais à l'aéroport Charles de Gaulle à Paris et il y a un nouveau restaurant qui se trouve dans un couloir, dans un hall, où l'on peut manger rapidement sur une chaise de bar. On peut manger une assiette à plus de 1000 euros (1400$). C'est une assiette de caviar. On peut reconnaître sa valeur, mais refuser sa valeur.

3- En acceptant quelle est notre valeur

Ce sont des cochons qui trouvent les truffes qui sont d'une si grande valeur (les chiens et une espèce de mouches qui font leurs oeufs dedans). Finalement, qui a de la valeur ? La truffe ou le cochon qui la trouve ? S'il n'y avait pas le cochon, il n'y aurait pas la truffe. S'il n'y avait pas l'huître, il n'y aurait pas la perle de valeur.

Nous aurons du mal à reconnaître la valeur des gens autour de nous si nous ne savons pas reconnaître notre propre valeur. Nous aurons du mal à trouver un mari si nous nous trouvons nuls et sans valeur.

4- En lui révélant quelle est sa valeur (communiquer oralement/révéler/insuffler/enseigner)

Lorsque je reconnais et que j'accepte la valeur de mon conjoint, mon rôle va être de lui communiquer cette connaissance. Dans Gen 3:20, Adam dit :

20 Adam donna à sa femme le nom d'Eve : car elle a été la mère de tous les vivants.

C'est vraiment étonnant mais Adam va lui donner son nom juste après avoir chuté et après avoir reçu le jugement de Dieu. En fait il est écrit : “Adam donna à sa femme le nom d'Eve : car elle a été la mère de tous les vivants. L'Eternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit”.

Adam a revêtu Eve d'un nom, et Dieu les a revêtus d'habits.

Adam lui a donné le nom d'Eve qui veut dire : “Vie, Vivant”, c'est à dire : “Celle qui donne la vie”. C'est intéressant de remarquer que c'est seulement lorsqu'il la nomma qu'il eut une relation sexuelle avec elle et qu'il commencèrent à avoir des enfants. Mais le nom de Eve porte quelque chose de +. Le nom Eve, c'est “Chavvah”. Ce mot vient de Chavah, qui veut dire : “révéler, déclarer”. 

On retrouve ce mot et un mot similaire 19 fois dans la Bible :

- Par exemple, lorsque le roi Nebucadnetsar voulait qu'on lui révèle quel était son songe et son explication.
- Lorsque les amis de Job voulaient lui révéler leurs grandes révélations, c'est aussi ce mot qui est utilisé.
- Ps 19 : 2 (ou 3) : “Le jour en instruit un autre jour, la nuit en donne (Chavah) connaissance à une autre nuit” (il y a le sens de “j'apporte avec moi une révélation pour celui qui vient après”)

En fait, Adam va commencer à dire à Eve : “Tu as une grande valeur, tu portes en toi un trésor”. Eve portait en elle Israël et tous les futurs fils de Dieu. D'abord, Caïn et Abel qui offrirent des sacrifices à Dieu. Le méchant tua le bon, qui fut remplacé par leur 3ème garçon : Seth. Puis il est écrit :

26 Seth eut aussi un fils, et il l'appela du nom d'Enosch. C'est alors que l'on commença à invoquer le nom de l'Eternel.

C'était la descendance d'Eve, et cela commença lorsque Adam lui donna un nom.

La leçon d'Abraham

Nous connaissons l'histoire d'Abraham. Dieu lui fit la promesse :

16 Je rendrai ta postérité comme la poussière de la terre, en sorte que, si quelqu'un peut compter la poussière de la terre, ta postérité aussi sera comptée.

Mais la Bible dit :

11 L'ange de l'Eternel lui dit : Voici, tu es enceinte, et tu enfanteras un fils, à qui tu donneras le nom d'Ismaël; car l'Eternel t'a entendue dans ton affliction.

Saraï avait une mauvaise perception de Dieu et une mauvaise perception d'elle-même. Abram et Saraï avait une mauvaise compréhension de la façon dont Dieu allait accomplir sa promesse. Abram voulait que Éliézer soit son héritier. Abraham ne comprenait pas que le plan de Dieu pour sa vie était directement rattaché à la vie de Saraï. Plus que cela, il ne comprenait pas que c'était Saraï elle-même qui portait ce trésor. 

15 Dieu dit à Abraham : Tu ne donneras plus à Saraï, ta femme, le nom de Saraï; mais son nom sera Sara.16 Je la bénirai, et je te donnerai d'elle un fils; je la bénirai, et elle deviendra des nations; des rois de peuples sortiront d'elle. Lire la suite

Non seulement Abraham voulait qu'Éliézer soit son héritier, mais il voulait qu'Ismaël le soit. Mais Dieu change le nom de Sarah. Il l'a fait passer du nom de princesse, à “princesse souveraine”, ou encore “princesse élevée”, ou “femme noble”.

Depuis le jour où Abraham s'était lié à Saraï, il n'avait jamais compris quel devait être le rôle de sa femme. Il avait pensé qu'il pouvait faire d'elle sa soeur (en Égypte), ou encore une femme de second ordre (après Agar dont il pensait avoir le fils de la promesse), mais jamais sa partenaire pour remplir la vision divine.

Alors Dieu a du lui faire comprendre quelque chose de nouveau, et Abram a mis des années à le comprendre. Il a alors ordonné à Abraham de changer le nom de sa femme et de l'appeler différemment. Dieu a révélé à Abraham la valeur de Saraï.

En fait Dieu a dit en quelque sorte : “Change ta vision de ta femme. Ce n'est pas un second choix, ce n'est pas juste un compagnon de route et celle qui s'occupe de la maison et de tes besoins personnels, mais c'est ta partenaire de vision, tu es uni à elle et c'est avec elle, ta femme, que tu devras accomplir la vision divine que tu as reçu il y a 24 ans (il avait alors 75 ans et là 99 ans)".

Dieu dit :

16 Je la bénirai, et je te donnerai d'elle un fils; je la bénirai, et elle deviendra des nations; des rois de peuples sortiront d'elle.

En fait, Dieu voulait lui dire : « ta femme est une reine ! ».

Si Abraham avait compris quelle était la valeur de sa femme, il ne l'aurait jamais considéré comme il l'avait fait auparavant. C'est Saraï qui portait la promesse d'Abraham. Abraham pensait peut-être qu'il s'agissait de SA promesse, mais c'est Saraï qui portait sa promesse. 

Insuffler et communiquer la valeur de son conjoint à son conjoint

25 Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Eglise, et s'est livré lui-même pour elle, 26 afin de la sanctifier par la parole, après l'avoir purifiée par le baptême d'eau, Lire la suite

Le mari a un rôle primordial de communiquer à sa femme quelle est sa valeur. Il doit insuffler à sa femme la façon dont le Saint-Esprit la voit, il doit lui révéler ce à quoi elle est appelée. Non pas que la femme ne puisse pas recevoir pour elle-même la volonté de Dieu, mais le mari doit être là pour préciser les choses ou encourager les choses. Il doit lui communiquer quelle est sa valeur et l'encourager à la mettre en action. 

Si Adam avait su communiquer à Ève sa véritable valeur, elle ne se serait peut-être pas faite séduire et n'aurait pas été à la recherche de nouveaux plaisirs, car elle aurait réalisé que le trésor se trouvait en elle et non pas en quelque chose d'extérieur.

5- En lui exprimant quelle est sa valeur
(communiquer physiquement, par des actes, par notre attitude)

S'il faut révéler et communiquer la valeur à son conjoint, il faut aussi lui l'exprimer physiquement et par notre attitude. Il y a des pères qui passent leur temps dans leur garage à s'occuper de leur voiture, ou à s'occuper de certaines passions. Les années passent et il y a une pensée qui se construit chez leurs enfants : “La voiture de mon père a + de valeur que moi”, ou encore : “Le travail de mon père...”. 

Si une chose a réellement de la valeur pour nous, nous allons l'exprimer par nos actions et notre attitude. 

L'électricité a une certaine valeur pour moi, alors j'éteins les lumières et je baisse le chauffage régulièrement. Mais pour ma femme, elle a moins de valeur, alors il lui faut un grand effort pour faire ce que je fais naturellement.

Nous avons acheté une maison. On m'a demandé si j'étais excité de devenir propriétaire. En fait, je n'ai rien ressenti ou presque.

J'ai acheté un jour une montre d'une grande valeur pour honorer mon père, mais, arrivé chez le vendeur, j'ai réalisé qu'ils avaient soif du Seigneur. J'ai payé le monsieur, je leur ai annoncé l'évangile, j'ai prié pour eux, je leur ai offert mon livre, et j'étais si excité que je leur ai dit au revoir, je suis rentré dans ma voiture, et j'ai oublié la montre ! 

J'ai acheté dernièrement une voiture. Je devais passer dans un certain bureau pour régler des choses techniques, mais, en entrant, je sus en moi-même que le Seigneur voulait donner à cette personne “un manteau de louange au lieu d'un esprit abattu”. La voiture ne m'intéressait plus !

Vous exprimez naturellement ce qui a de la valeur pour vous dans vos actions et vos attitudes face à cette chose ou cette personne. Vous donnez du temps à ce qui vous semble être important. Vous vous offrez à cette chose ou à cette personne. Et si cela n'est pas naturel, vous pouvez le faire le devenir.

Une chose qu'on va faire aussi, c'est de protéger cette chose ou cette personne. On raconte l'histoire d'un homme qui venait d'acheter des verres en cristal. Il les avait mis dans un carton bien protégé et rembourré à l'arrière de la voiture, attaché avec une ceinture de sécurité. Cet homme eut un accident. Miracle : aucun des verres en cristal ne se cassa. Par contre, son bébé qui était dans son siège bébé fut expulsé de la voiture : il ne l'avait pas attaché.

Il peut arriver des maladresses, mais lorsqu'une chose a de la valeur pour nous, nous le protégerons toujours.

La familiarité :

Lorsque le temps passe, il se peut que nous devenions familiers avec notre conjoint comme on s'habitue à une chose. Les riches ne sont pas impressionnés de manger dans un restaurant chic alors que ceux qui sont dans le besoin ressentent de la joie et du bonheur. Ne devenez jamais familiers avec votre conjoint : il est précieux et unique. 

En France, j'aimais beaucoup les coccinelles, mais une fois déménagé au Québec, lorsqu'elles pullulent de partout, j'ai commencé à les détester. Nous nous servons de l'eau potable pour nettoyer nos voitures, alors que les habitants de certaines régions meurent de soif ! Nous pouvons facilement devenir familiers. Alors, au lieu de cela, reconnaissons la valeur de celui, ou celle, que Dieu a mis à nos côtés. Et soyons reconnaissants au Seigneur.


22/12/2014
0 Poster un commentaire

CE QUE SATAN NE VEUT PAS QUE VOUS SACHIEZ ( JEREMY SOURDRIL )

"Ceux qui méditent le mal ne s'égarent-ils pas ? Mais la bonté et la vérité sont pour ceux qui méditent le bien" (Proverbes 14:22)

S'il existe bien un être vivant qui médite le mal plus que tous, c'est le diable ! Le fait est qu'il s'égare de plus en plus vers le lac de feu et de souffre où il sera éternellement, sans force et sans domination.

À notre nouvelle naissance, Dieu nous a donné « grâce pour grâce » et nous vivons dans sa plénitude. Dieu nous a établi dans une position d'autorité, assis dans les lieux célestes, pour « marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l'ennemi; et rien ne pourra nous nuire » (Lc 10:19). Les croyants ne réalisent pas que les armes que Dieu leur a données provoquent réellement des blessures.

Dans Marc 5, Jésus prenait autorité sur les esprits méchants qui possédaient un homme. Ces esprits ont supplié Jésus en disant : « Ne me tourmente pas ! ». Le chef des démons s'est trahi, en confessant la souffrance que lui procurait l'autorité de la Parole de Dieu.

Que veut dire le terme « tourmenter » bibliquement ? Entre autre, « Mettre à l'épreuve des métaux par une pierre de touche, torturer, tourmenter, affliger », etc. Le même terme est utilisé lorsqu'un homme est venu demander à Jésus de guérir son serviteur paralysé et « violemment tourmenté » (Mt 8:6).

Ce que satan veut cacher aux croyants, c'est que lorsqu'ils brandissent l'épée de l'Esprit, cela le fait terriblement souffrir. Les démons tremblent en pensant à ce qui va bientôt leur arriver (Jq 2:19), mais ils tremblent, souffrent et s'éloignent lorsque vous prenez autorité contre eux en utilisant la Parole de Dieu. Lorsque le diable est démasqué, il ne peut plus rien contre vous. Le Seigneur Jésus a dépouillé satan !

–––––––––––

Je déclare : Je marcherai dans l'autorité et la domination contre les oeuvres des ténèbres. L'Esprit qui est en moi est le plus fort !

Cette pensée est extraite du livre du Pasteur Jérémy Sourdril et de son épouse Annabelle : "365 Jours au coeur des Proverbes".


17/12/2014
0 Poster un commentaire

L'incrédulité, elle, nous dirige vers l'échec. Jeremy Sourdril

 

100003178670570pizapw1408168000.jpg

 - L'atmosphère propice au miracle

La valeur d'un homme, et la direction qu'il prend dans la vie, sont déterminées en grande partie par les paroles qui sortent de sa bouche. Une personne méchante dans ses actes le sera aussi dans ses paroles.

 Les paroles de valeur conduisent un homme dans les hauteurs, mais les paroles de rien amènent un homme dans le chaos. La louange dans notre bouche élève notre âme et réveille notre esprit, Dieu l'a voulu pour notre bien. Mais si nous déclarons avec notre bouche la colère et l'incrédulité, nous fonçons tout droit dans un mur !
La foi est ce qui nous permet de gravir les marches qui nous mènent dans notre destinée en Christ. L'incrédulité, elle, nous dirige vers l'échec. Ce que nous regardons et ce que nous disons créent l'atmosphère dans laquelle nous vivons. Je peux être dans un endroit hostile et me mouvoir dans une bulle de gloire ! C'est ce qu'ont vécu Paul et Silas dans la prison. S'ils avaient été insensés des lèvres, ils se seraient rebellés contre Dieu et auraient dit : « Mieux aurait valu ne jamais avoir connu Dieu ! ». Ils seraient morts dans la prison. Mais ils ont choisi l'amour et la louange, et l'atmosphère de la prison est devenue un merveilleux endroit pour le miraculeux.
Vous voulez que Dieu agisse dans votre situation ? Ce ne sera pas en traînant vos yeux là où il ne faut pas et en disant de votre bouche tout ce qui vient à vos pensées, mais ce sera en louant Dieu et en proclamant sa Parole. Vous allez créer petit à petit une atmosphère propice à l'intervention divine, un jardin où votre foi pourra s'exercer en toute liberté, sans être bloquée par la rébellion et l'incrédulité.
                                            Jeremy Sourdril

16/08/2014
0 Poster un commentaire

L'ATMOSPHÈRE PROPICE AU MIRACLE...

100003178670570pizapw1408084637.jpg

Celui qui cligne des yeux est une cause de chagrin, et celui qui est insensé des lèvres court à sa perte (proverbes 10:10)
 

La valeur d'un homme, et la direction qu'il prend dans la vie, sont déterminées en grande partie par les paroles qui sortent de sa bouche. Une personne méchante dans ses actes le sera aussi dans ses paroles. Les paroles de valeur conduisent un homme dans les hauteurs, mais les paroles de rien amènent un homme dans le chaos. La louange dans notre bouche élève notre âme et réveille notre esprit, Dieu l'a voulu pour notre bien. Mais si nous déclarons avec notre bouche la colère et l'incrédulité, nous fonçons tout droit dans un mur !

La foi est ce qui nous permet de gravir les marches qui nous mènent dans notre destinée en Christ. L'incrédulité, elle, nous dirige vers l'échec. Ce que nous regardons et ce que nous disons créent l'atmosphère dans laquelle nous vivons. Je peux être dans un endroit hostile et me mouvoir dans une bulle de gloire ! C'est ce qu'ont vécu Paul et Silas dans la prison. S'ils avaient été insensés des lèvres, ils se seraient rebellés contre Dieu et auraient dit : « Mieux aurait valu ne jamais avoir connu Dieu ! ». Ils seraient morts dans la prison. Mais ils ont choisi l'amour et la louange, et l'atmosphère de la prison est devenue un merveilleux endroit pour le miraculeux.

Vous voulez que Dieu agisse dans votre situation ? Ce ne sera pas en traînant vos yeux là où il ne faut pas et en disant de votre bouche tout ce qui vient à vos pensées, mais ce sera en louant Dieu et en proclamant sa Parole. Vous allez créer petit à petit une atmosphère propice à l'intervention divine, un jardin où votre foi pourra s'exercer en toute liberté, sans être bloquée par la rébellion et l'incrédulité.

–––––––––––

100003178670570pizapw1408084576.jpg

Je déclare : Bouche, annonce la gloire de Dieu ! Proclame des louanges ! Déclare la foi en ses promesses ! Prophétise le bien en disant du bien !


15/08/2014
0 Poster un commentaire

" Et Dieu vit que cela était bon ... "

100003178670570pizapw1405321792.jpg

"Moi, la sagesse... je fus enfantée quand il n'y avait point d'abîmes, point de sources chargées d'eaux" (Proverbes 8 : 24).
 

Dans Genèse au chapitre 1 et au verset 1, nous voyons la création du monde. Nous savons en étudiant divers passages, comme Ézéchiel 28 et Ésaïe 14 qu'il s'est passé un certain nombre d'évènements et une guerre qui a mis la terre dans le chaos (verset 2). Ce que nous lisons ensuite du verset 3 au verset 20 n'est que la transformation de ce que Dieu avait créé au verset 1. Seuls les versets 21 et 27 nous parlent de création, parlant des êtres vivants (animaux, etc.) et des êtres humains. L'homme a été fait (transformé à partir de la poussière de la terre qui existait déjà) et créé par le souffle de Dieu.

Au verset 2, « La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux ». Là encore, nous savons que Dieu n'a pas créé la terre informe et vide (tohu et bohu) car Dieu ne crée rien d'informe, mais ceci était une conséquence d'une série d'évènements.

Lorsque Dieu a reformé toute la terre, et réglé les lois naturelles et physiques afin que la vie sur terre soit possible, il a trouvé cela bon. La sagesse n'est pas née après le verset 1, mais elle était déjà « au commencement » (Gn 1:1). « Au commencement », la sagesse était et Dieu n'a rien fait sans elle.

Avant de déménager, avant d'accepter un emploi, avant d'acheter une maison ou de faire un choix quel qu'il soit, nous avons besoin de sagesse. Examinons nos dernières décisions et observons si l'ingrédient qu'est la sagesse était présent ! Regardons les directions que nous sommes prêts à emprunter, avons-nous « au commencement » de cette direction, la sagesse divine ? Si nous ne l'avons pas, arrêtons-nous et sachons que Dieu est Dieu et que « S'il ne bâtît la maison, ceux qui la bâtissent, bâtissent en vain ! » (Ps 127:1).

–––––––––––

Je prie : Père, je refuse de bâtir sans toi ! Tu seras le coeur et le centre de tout, la fondation de ma vie et de toutes mes décisions !

                                               Jérémy Sourdril


14/07/2014
0 Poster un commentaire