* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

La Bonne Semence


Le chef d'orchestre et la baguette ( La Bonne Semence )

Si, n'étant rien, quelqu'un pense être quelque chose, il se séduit lui-même.

Galates 6. 3

Qu'as-tu, que tu n'aies reçu? Et si tu l'as reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l'avais pas reçu?

1 Corinthiens 4. 7

Tu ne connais pas l'œuvre de Dieu qui fait tout.

Ecclésiaste 11. 5

index.jpg

Un évangéliste, dont Dieu avait richement béni le travail, aimait raconter une petite histoire:

“Le concert va commencer. Tous les instruments sont prêts, les yeux des musiciens sont rivés sur le chef d'orchestre. Celui-ci lève sa baguette, la maintient en l'air, puis la met en mouvement, et le concert commence. La baguette bat la mesure, et grâce à elle, tous les instruments unissent leurs notes dans un merveilleux accord. Remplie d'orgueil, la baguette pense être vraiment l'instrument le plus important de l'orchestre. Les musiciens n'obéissent-ils pas tous à ses ordres? Le morceau fini, le chef d'orchestre pose la baguette sur le pupitre. Celle-ci roule, tombe à terre, et disparaît dans une fente du plancher. “Comment vont-ils faire sans moi?” songe la baguette, du fond de sa cachette. Le concert va reprendre, le chef d'orchestre se prépare, il cherche sa baguette, mais en vain. Alors, il sort de sa poche un stylo très ordinaire. Dans sa main habile, le stylo bat maintenant la mesure, et le concert continue, aussi beau qu'avant…”

Ce n'était donc pas la baguette qui était importante, mais bien le chef d'orchestre qui la maniait! La même baguette, dans des mains inexpérimentées, n'aurait jamais conduit un aussi beau concert!

Et l'évangéliste expliquait: “Chrétiens, si Dieu nous fait l'honneur de se servir de nous, ne croyons jamais lui être indispensables. Il utilise qui il veut. Notre affaire, c'est de rester dociles dans sa main à lui, le grand chef d'orchestre!”


12/12/2017
0 Poster un commentaire

Aujourd'hui (6) ( La Bonne Semence )

Pierre dit à Jésus:) Seigneur, avec toi, je suis prêt à aller et en prison et à la mort. Mais Jésus dit: Pierre, je te dis: le coq ne chantera pas aujourd'hui, que d'abord tu n'aies, par trois fois, nié me connaître.

Luc 22. 33, 34

Emmanuel Polimeni_frelons_nde_emi_miracle_enlèvement_Jésus-Christ_1_LE BLOG DE VALERIE SHA.jpg

Souvent dans l'évangile selon Luc, les “aujourd'hui” nous révèlent l'amour et la grâce de Jésus qui agissent pour nous délivrer et nous libérer. Jésus annonce l'évangile aux pauvres, aux laissés-pour-compte… Le texte biblique du jour nous parle de la mise à l'épreuve de notre foi. Comme Pierre, nous sommes aussi en danger de renier le Seigneur, mais il prie pour nous comme il a prié pour Pierre. Ses soins d'amour pour son disciple ne cesseront pas.

Jésus lui dit: tu vas affirmer que tu ne me connais pas. Il ne l'appelle pas Simon (son ancien nom), il utilise le nouveau nom qu'il lui avait donné: Pierre. Comme pour lui dire: “Malgré tout ce que tu vas faire, tu restes mon disciple, tu restes Pierre”. Voilà une leçon pour nous, amis chrétiens: si nous faisons comme si nous ne connaissions pas Jésus, nous le renions, par nos silences, nos lâchetés… Du même coup, nous renions ce que nous sommes en réalité: Pierre a affirmé qu'il n'était pas disciple de Jésus. Mais l'amour de Jésus et sa fidélité sont plus forts que nos reniements. Il n'abandonne pas ses amis car “il ne peut pas se renier lui-même” (2 Timothée 2. 13).

Pierre n'a pas cru ce que Jésus lui disait. Il aimait tant son Maître, pouvait-il le renier? Il avait confiance en lui-même plus qu'en la parole du Seigneur. Au chant du coq, Pierre s'est rappelé ce que Jésus lui avait dit, il a pleuré. Sa foi a été ébranlée, testée, évaluée… mais il restait le disciple bien-aimé du Maître qui lui dira plus tard: “Sois berger de mes brebis” (Jean 21. 16).


11/12/2017
0 Poster un commentaire

L'amour du Christ ( La Bonne Semence )

Que le Christ habite, par la foi, dans vos cœurs, et que vous soyez enracinés et fondés dans l'amour, afin que vous soyez capables de comprendre… quelle est la largeur et la longueur et la profondeur et la hauteur – et de connaître l'amour du Christ qui surpasse toute connaissance.

Éphésiens 3. 17-19

ob_6f39ae_k800-amour-de-dieu.JPG

Si vaste que soit le savoir humain, une connaissance surpasse toutes les autres. La Bible nous le dit: c'est connaître l'amour du Christ. Mais ce n'est pas une connaissance théorique, abstraite: elle dépend de la place que Jésus tient dans nos pensées et nos affections, et elle a des conséquences visibles dans notre vie.

L'amour du Christ diffère de l'amour humain: ce dernier a besoin, pour se maintenir et se développer, de trouver une réponse de la part de l'autre, tandis que Jésus Christ a aimé sans chercher de contrepartie, tout simplement parce que la nature divine est amour en elle-même et cherche le bonheur des hommes.

– L'amour du Christ, c'est le Fils de Dieu, le créateur qui vient sur la terre en prenant une forme humaine pour s'approcher de ses créatures, les servir et leur parler de l'amour de Dieu.

– L'amour du Christ, c'est Jésus dans toutes ses relations avec les humains, sensible à la souffrance des malheureux, plein de compassion envers ceux qui pleurent, de tendresse pour les petits, de grâce envers les pécheurs repentants.

– L'amour du Christ s'exprime enfin d'une manière sublime à la croix. Là, ni les moqueries, ni les coups, ni la haine des hommes, ni même la perspective d'avoir affaire à la colère de Dieu à cause des péchés qu'il porte sans les avoir commis, ne seront assez puissants pour faire obstacle à l'amour du Christ.

Amour inimitable, certes. Cependant l'amour de Dieu est versé dans le cœur du croyant (Romains 5. 5) et le rend capable d'aimer comme lui.


10/12/2017
0 Poster un commentaire

Aujourd'hui (5) ( La Bonne Semence )

Il courut en avant, monta sur un sycomore pour voir Jésus, car il allait passer là. Quand Jésus fut venu à cet endroit, il leva les yeux, le vit et lui dit: Zachée, descends vite, car il faut que je demeure aujourd'hui dans ta maison. Vite, il descendit et le reçut avec joie.

Luc 19. 4-6

4456659847.jpg

“Il faut que je demeure aujourd'hui dans ta maison.” Zachée était impopulaire car il collectait l'impôt pour le compte de l'occupant romain. Il était riche mais isolé. Cependant dans son cœur il avait le désir fort, intense, de voir Jésus. C'est ce qui l'a poussé à sortir de sa zone de confort et à grimper sur un arbre.

De notre côté, quels sont les obstacles qui nous empêchent de rencontrer Jésus? La culpabilité, la belle image que nous avons de nous, l'argent, les autres…?

Jésus répond au-delà du souhait de Zachée. Il s'arrête, l'appelle par son nom et s'invite chez lui. Cette rencontre avec Jésus fait jaillir la joie dans son cœur. Il fait l'expérience du pardon et du salut, et peut en devenir le témoin. Zachée, dont le nom pourtant signifie “juste”, était considéré comme un pécheur par ceux qui l'entouraient, même si sa conversation avec Jésus montre qu'il voulait prouver son honnêteté. Mais était-ce un obstacle pour rencontrer Jésus? Plusieurs étaient de cet avis.

C'est peut-être aussi ce que vous pensez de vous-même: “Je suis trop mauvais, Dieu ne peut pas m'accueillir…” Alors écoutez la parole de Jésus. Il est venu, non pour des justes, mais pour nous sauver, précisément parce que nous sommes pécheurs. C'est lui qui nous donne une nouvelle justice. Aujourd'hui est l'aujourd'hui du salut, d'une rencontre possible avec Jésus, vécue par la foi, à la faveur de la Parole proclamée, écoutée et crue : .


09/12/2017
0 Poster un commentaire

Œuvres de charité ( La Bonne Semence )

fund1.jpg

C'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi, et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu; cela ne vient pas des œuvres, afin que personne ne se glorifie.

Éphésiens 2. 8, 9

Celui qui a les biens de ce monde, qui voit son frère dans le besoin et lui ferme son cœur, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui?

1 Jean 3. 17

En visitant les hospices de Beaune, on apprend que le riche fondateur espérait favoriser le salut de son âme en accomplissant une œuvre de charité: “Moi, Nicolas Rolin, chevalier, citoyen d'Autun, seigneur d'Authumes et chancelier de Bourgogne, en ce jour de dimanche, le 4 du mois d'août, en l'an du Seigneur 1443… dans l'intérêt de mon salut, désireux d'échanger contre des biens célestes, les biens temporels… je fonde, et dote irrévocablement en la ville de Beaune, un hôpital pour les pauvres malades, avec une chapelle, en l'honneur de Dieu”.

Peut-être pensons-nous, comme lui, que faire le bien va faire pencher la balance du bon côté. La Bible nous rappelle pourtant notre incapacité totale à faire quoi que ce soit pour nous sauver. Seul “le sang de Jésus Christ… nous purifie de tout péché” (1 Jean 1. 7). Pensons-nous pouvoir ajouter nos propres mérites à ce que Jésus a fait? Ce serait rabaisser sa gloire et sous-estimer la valeur de l'œuvre qu'il a accomplie à la croix. Seule la foi en Jésus Christ sauve.

Le croyant n'a-t-il donc plus rien à faire? Doit-il rester inactif et ne pas penser à faire du bien aux autres? Bien sûr que non. “La foi, si elle n'a pas d'œuvres, est morte en elle-même” (Jacques 2. 17). Le croyant est encouragé à être un exemple pour faire le bien: “Que ceux qui ont cru Dieu s'appliquent à être les premiers dans les bonnes œuvres” (Tite 3. 8). Dieu regarde au cœur, il connaît les motifs qui nous font agir. Nous ne pouvons rien faire pour être sauvés, mais soyons prêts à accomplir avec Jésus, notre Sauveur et Maître, ces bonnes œuvres qui l'honorent.


08/12/2017
0 Poster un commentaire