* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Souffle de vie


Ne pas attendre ( Plaire au Seigneur )

index.jpg

Le roi me dit: Que demandes-tu? Et je priai le Dieu des cieux; et je dis au roi: Si le roi le trouve bon, et si ton serviteur est agréable devant toi, qu’il m’envoie en Juda, à la ville des sépulcres de mes pères, et je la bâtirai. Ne 2:4,5

Quand un problème se pose dans la vie chrétienne, faut-il attendre avant d’agir ou au contraire y faire face immédiatement? Les deux attitudes peuvent être spirituelles, mais dépendent étroitement des circonstances. Nous avons vu hier que Daniel avait été sage en demandant au roi un délai, avant de lui indiquer l’interprétation du songe. Nous trouvons aussi dans la Bible des exemples différents:

    • Néhémie est à Suse. Dieu l’a fait accéder à un poste d’honneur et de confiance: il est échanson du roi Artaxerxès. Néhémie apprend que la muraille de Jérusalem est en ruine. Abattu par la nouvelle, il jeûne et prie jour et nuit le Dieu des cieux. Il se souvient de la promesse de Dieu: Je les ramènerai au lieu que j’ai choisi pour y faire demeurer mon nom (Ne 1:9) et demande à Dieu qu’il le fasse réussir et qu’il trouve miséricorde devant le roi (v. 11).

Quatre mois plus tard, le roi, voyant sa mauvaise mine, lui demande ce qui se passe. Même s’il a très peur devant la question du roi, Néhémie ne cache pas le sujet de sa tristesse et répond sans détour. Le roi continue: Que demandes-tu? La question appelle une réponse rapide. Néhémie prie (une «prière flèche») et demande au roi de l’envoyer reconstruire Jérusalem. Et le roi donne son accord! Il a la réponse à ses supplications.

Quand nous supplions Dieu pour le bien de son assemblée et que, subitement, il crée l’occasion, alors n’hésitons pas, même si la démarche paraît dangereuse!

    • Par une vision donnée à Paul, l’apôtre et ses compagnons comprennent qu’ils doivent entrer en Macédoine pour évangéliser ses habitants. Ils obéissent immédiatement (Ac 16:10). L’enjeu était considérable: l’Évangile allait faire son entrée en Europe!

Quand nous discernons clairement la volonté de Dieu, répondons-y sans délai, en paroles et en actes. Obéissons courageusement et accomplissons les bonnes œuvres que Dieu a préparées à l’avance (Eph 2:10).


11/12/2017
0 Poster un commentaire

L’APPEL A DONNER Gary Wilkerson

99597277.jpg

En trois ans de ministère, Jésus a guéri les malades, rendu la vue aux aveugles, ressuscité des morts, nourri miraculeusement des foules nombreuses, annoncé la bonne nouvelle aux pauvres et enseigné la vérité au sujet de Son Père céleste. Cette liste incroyable d’accomplissements a été possible grâce à l’obéissance du Fils pour accomplir la volonté de Son Père.

La nuit du dernier repas, Jésus tenait sa dernière conversation avec Ses disciples, et Ses paroles montraient qu’Il savait qu’Il allait bientôt les quitter. Dans Jean 17, nous lisons qu’Il a conclu ce moment de communion par une prière d’encouragement au sujet des choses à venir : une Église triomphante et vainqueur, un peuple dont l’amour les uns pour les autres seraient un témoignage pour le monde, la puissance et l’autorité coulant à flot à travers Ses disciples et la gloire du Père reposant sur son peuple. Le verbe donner ressort plus que tout le reste dans le texte : “tu m’as donnés... et tu me les as donnés... tout ce que tu m’as donné … je leur ai donné les paroles que tu m’as données.”

Nous remarquons dans cette prière incroyable qu’il est dans la nature du Père de donner de beaux présents à Ses enfants. Et, quand Il a envoyé Son Fils, Il a fait la liste de tout ce qu’Il allait Lui donner : “Je vais te donner puissance et autorité en Mon nom, les peuples de la Terre, les paroles que tu devras prononcer et les œuvres à accomplir. Et Je Te donnerai Ma gloire !”

Nous voyons que Jésus avait la même nature qui donne que Son Père. En fait, dans Sa prière, Il a  rapporté toutes les choses qu’Il avait déjà données à Ses disciples – et les choses qu’Il continuerait à donner !

En un sens, ce soir-là, Jésus a donné à Ses disciples Ses dernières volontés et Son testament. Il disait : “J’établis Mon royaume en donnant et voilà comment Je veux que mon royaume continue à grandir à travers vous.”

La dernière chose que Jésus a donnée à Ses disciples avant de partir était un appel particulier : l’appel à donner. Et cet appel se poursuit en nous.


11/12/2017
0 Poster un commentaire

RENDU PUISSANT PAR LE SAINT-ESPRIT Jim Cymbala

 

5c448d9824c4045ee65b73eb98c9f96c.jpg

Au début du ministère public de Jésus, une chose remarquable s’est produite dans la synagogue de son village de Nazareth. Ayant été désigné comme lecteur d’un passage de l’Ancien Testament un jour de sabbat, le Seigneur a lu ces mots :

“L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres ; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, Pour publier une année de grâce du Seigneur. (Luc 4:18-19)

A la suite de cette lecture publique, Jésus a fait cette déclaration étonnante : “Aujourd’hui cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, est accomplie” (Luc 4:21). Ce passage bien connu d’Esaïe 61 parlait du Messie qu’Israël attendait. Jésus s’est déclaré Lui-même comme étant ce Messie promis. En faisant cela, Il expliquait aux gens de son village qu’Il était bien plus que le simple fils du charpentier qu’ils pensaient qu’Il était.

Note soigneusement pourquoi Jésus a été oint par Dieu et pourquoi l’Esprit demeurait en Lui avec puissance. Son but était d’apporter de bonnes nouvelles aux pauvres qui avaient peu d’espoir sur cette Terre, pour proclamer une liberté spirituelle à ceux qui étaient liés par le péché et Satan, pour délivrer le message d’espoir que Dieu voulait que chacun puisse entendre et expérimenter. Voilà pourquoi le Saint-Esprit a rendu Christ aussi puissant – pour aider les pécheurs, les gens dans le besoin, pour qu’ils puissent retrouver le chemin qui mène à Dieu. Il n’a pas été donné pour que nous, chrétiens, nous puissions avoir des réunions excitantes et des moments d’extases spirituelles, aussi merveilleux que cela puisse-être.

Le Saint-Esprit a été envoyé pour accomplir de nombreux buts divins, mais au sommet de la liste se trouve le fait de rendre le peuple de Dieu puissant, pour qu’il puisse atteindre le monde avec l’évangile de Christ. Si nous perdons de vue le cœur de Dieu rempli d’amour pour le monde – y compris pour nos propres villes et quartiers – nous n’expérimenterons que peu de la puissance de l’Esprit, puisque nous ne serons pas sur la même longueur d’onde que le Seigneur.


09/12/2017
0 Poster un commentaire

Le souvenir du pauvre ( Plaire au Seigneur )

230px-Waterhouse-Diogenes.jpg

Il se trouva (dans la ville) un homme pauvre et sage, qui délivra la ville par sa sagesse; mais personne ne se souvint de cet homme pauvre. Ec 9:13-15

Il est encourageant de trouver dans un livre comme l’Ecclésiaste une image, même estompée, du Seigneur Jésus, dans sa pauvreté et sa sagesse.

Dès sa naissance, le Seigneur a choisi la pauvreté. Il n’a pas d’autre abri qu’une crèche dans laquelle on l’a couché, parce qu’il n’y avait pas de place dans l’hôtellerie pour lui et ses parents.

La paire de tourterelles apportée au temple pour la purification de Marie, sa mère, était l’offrande des pauvres qui ne pouvaient pas apporter un agneau (Le 12:8).

Sans demeure fixe, il a vécu de l’hospitalité de ses amis et de la générosité de femmes qui l’assistaient de leurs biens (Lu 8:3).

La pauvreté était son choix, dans la société, dans les circonstances, dans ses relations avec les hommes. Il a vécu dans la pauvreté afin que, par sa pauvreté, nous soyons enrichis (2Co 8:9).

Le Seigneur était aussi reconnu pour sa sagesse. Au début de son ministère public, en Galilée, sa propre région, ses concitoyens s’exclamaient: D’où lui viennent cette sagesse et ces miracles? (Mt 13:54). Vers la fin de sa vie terrestre, des agents secrets furent envoyés pour lui tendre des pièges (Lu 20:20-26). Ses réponses pleines de sagesse les surprirent au point de leur fermer la bouche.

Le peuple juif a voulu oublier cet homme pauvre et sage, le monde également. Dieu, lui, n’a rien oublié: Je suis affligé et pauvre: le Seigneur pense à moi (Ps 40:17); c’est pourquoi aussi Dieu l’a élevé très haut et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom (Php 2:9).

Et, même si l’ennemi a tout fait pour qu’on ne se souvienne plus de son nom (Jer 11:19), par grâce, les chrétiens ont la joie de se souvenir de l’homme pauvre et sage qui les a délivrés. Ils pensent à lui chaque jour, certainement, mais encore plus dans les cultes d’adoration, lui qui, pour nous enrichir, daigna s’appauvrir, lui le Dieu suprême.


08/12/2017
0 Poster un commentaire

LE PÉCHÉ D’INCRÉDULITÉ David Wilkerson

1374.jpg

L’incrédulité blesse le cœur de Dieu plus que n’importe quel autre péché. Nous, les chrétiens, nous dénonçons les péchés de la chair, mais Dieu se préoccupe des péchés du cœur – douter de Sa Parole ou remettre en question Sa fidélité. Les vraies choses de la vie et de la mort dépendent davantage de ce qu’une personne pense plutôt que de ce qu’elle fait.

J’ai connu des chrétiens qui avaient renoncé à tous les péchés de la chair auxquels ils avaient pu penser mais, malgré “la purification de leurs actions,” ils restent aujourd’hui agités et insatisfaits. Ils pensent que Dieu sera content s’ils abandonnent leur péché caché, que la bénédiction va automatiquement en découler, mais ils se trompent. Les péchés de la chair ne sont qu’une partie du problème. Ils apprennent à craindre le Seigneur, mais pas à Lui faire confiance, et la peur donne presque toujours naissance à l’incrédulité.

A travers Sa Parole, Dieu nous a gracieusement donné des certitudes pour avoir une confiance absolue en Lui.

“Si tu te couches, tu seras sans crainte ; Et quand tu seras couché, ton sommeil sera doux. Ne redoute ni une terreur soudaine, Ni une attaque de la part des méchants ; Car l’Éternel sera ton assurance, Et il préservera ton pied de toute embûche” (Proverbes 3:24-26).

“N’abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération” (Hébreux 10:35).

“Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée” (1 Jean 5:14-15).

Notre Père céleste nous a fait des promesses merveilleuses. Ne t’abandonne pas à la peur et au doute ! Affronte  l’incrédulité comme tu le ferais de n’importe quel abominable péché. Dispose ton cœur à te confier en Dieu – et souviens-toi des paroles du psalmiste : “Il ne craint point les mauvaises nouvelles ; Son cœur est ferme, confiant en l’Éternel. Son cœur est affermi ; il n’a point de crainte” (Psaumes 112:7-8).


08/12/2017
1 Poster un commentaire