* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Victimes de pervers narcissiques


MA VIE PENDANT 4 ANS AVEC UN MANIPULATEUR À DOUBLE FACE, PAR TINOU

NOTE MAV: Tinou m’a confié son témoignage comme étant celui d’une victime de pervers narcissique manipulateur. Mais il est difficile de ranger ce cas dans celui des pervers. Narcissique ? Je dirais juste égocentrique, caractéristique hélas de plus en plus répandue. Mais pervers ? Il n’y a pas ici ce qui les caractérise: la mise sous emprise de leur victime, en l’isolant, et en la détruisant à petit feu, jusqu’à la mort, et froidement, en gardant bonne conscience. La victime est progressivement tenue par la peur- ce qui n’a jamais été le cas de Tinou -, victime vite découragée de tenter de tenir tête par crainte de provoquer des crises aigues de méchanceté, assorties de violences verbales et parfois physiques. Ce qu’on retrouve chez beaucoup de victimes de MPN, c’est une expression: « Je marchais sur des oeufs ». Le droit d’exister par soi-même, d’avoir des sentiments et de les exprimer, d’avoir même le droit de penser, tout cela est progressivement volé, jusqu’à ce que la victime soit vampirisée de l’intérieur.

Ceci dit, je transmets ce témoignage car c’est celui de beaucoup de femmes qui se laissent abuser par de belles paroles de soit-disant chrétiens, pour découvrir rapidement qu’elles ont épousé un manipulateur sans scrupule, avec un visage angélique dans l’église et un tout autre visage dans le privé. Une relation « toxique », comme elle le dit elle-même. Il est d’ailleurs parti de lui-même, ce n’est pas elle qui a dû s’enfuir pour survivre.

LE TÉMOIGNAGE, (difficile à écrire pour Tinou, selon son aveu)…  

  1. SEDUCTION

Je n’étais pas guérie d’une histoire amoureuse douloureuse, en effet j’étais tombée 3 ans avant sur un simulateur, fabulateur, qui m’avait laissée en miettes. Je ne cherchais pas à refaire ma vie, mais H… m’est tombé dessus sans prévenir, il m’a joué le grand jeu, j’étais la femme de sa vie, son idéal féminin. Il se disait chrétien et m’a raconté que sa fille avait eu en songe le fait qu’il rencontrerait une blonde ( j’étais blonde à l’époque ). L’esprit de séduction m’a happée, et pourtant je me pensais aguerrie.

 

Avec du recul, j’ai comme l’impression d’avoir été comme dans un guet-apens, sans avoir le temps de réfléchir. Son insistance, ses compliments m’ont enlevés toute résistance. La séduction, accopagné de manipulation, c’est un esprit très puissant !

En tant que chrétienne, après être tombée dans ses bras, je me suis sentie obligée de me mettre en règle devant Dieu, et j’ai donc cédé à sa demande en mariage, résultat, il est arrivé en France en janvier, en février, premier contact par mail (c’était le beau-père de l’ami, d’un de mes amis , venu de l’église de … (en Afrique du Nord), église en rapport avec la PO de Mulhouse que je fréquentais). Mars, premier contact téléphonique, sa voix était forte et ne me plaisait pas, mais bon, comme je devais venir voir ma fille à Paris, pourquoi pas le rencontrer en même temps ? Ce qui s’est fait en avril. En mai il s’installait chez moi, et en aout le mariage se décidait.

  1. MANIPULATION

Pour arriver à ses fins , tout a été bon, promesses, compliments, désir brulant, chants, poèmes, de toute façon la manipulation va de pair avec la séduction .

Nous avions déjà des accrochages sérieux et multiples. Jl’avais prévenu que je ne serais jamais une femme soumise à la manière islamique, et que si, dans son pays, il avait toujours été le pacha, entre ses 6 filles et ses deux femmes ( un décès précoce de la première à 42 ansn d’un cancer du sein, et un divorce après 8 ans de vie commune, avec la seconde, décédée à 56 ans d’un cancer du sein….), plus ses secrétaires au boulot où, d’après ce que j’ai compris, le harcèlement sexuel était considéré comme « légitime ». Il n’était pas question que cela se passe ainsi pour moiJe travaillais, bien que malade, et lui  restait à la maison. J’estimais donc qu’il devait se rendre utile. Mais rien n’y faisait. La vieille du mariage, je téléphonais donc à sa fille, celle qui devait venir pour être notre témoin, qu’elle devrait annnuler son voyage parce que je ne voulais plus me marier. Mais celle-ci ayant de qui tenir  en matière de manipulation m’a « baratinée’ : « Et patati…et patata….Tu l’aimes, non ? ….. alors????). Tant et si bien que le lendemain, j’avais mon alliance au doigt, alliance que je n’ai pas gardée longtemps, car avec la fibromyalgie, impossible, je ne la supportais pas.

  1. INTIMIDATION

Donc, quand la manipulation ne marchait pas, car j’étais une vraie tigresse- d’ailleurs, il me surnomma « l’ogresse » -, pas question de me laisser faire, quand j’estimais qu’il abusait d’alcool, de paresse, de regards vers les autres femmes, de paroles rabaissantes à mon égard (idiote, la folle, etc…). Ma susceptibilité ne faisait qu’un tour, car on ne rigole pas avec certains mots, alors Monsieur entrait dans des colères terribles, hurlait, et devenait menaçant, provoquant chez moi-même des crises de larmes, dont il n’avait absolument aucune compassion, et surtout aucun regret d’avoir été trop loin. Il était satisfait d’avoir affirmé son « autorité despote ».

  1. VICTIMISATION/CULPABILISATION

Quand nous étions avec des autres personnes il se plaignait sans arrêt du fait qu’à cause de ma maladie, il pouvait pas se promener avec sa femme, car j’étais toujours fatiguée. Il se plaignait que je ne voulais jamais faire l’amour, qu’il était frustré… Bon, 3 fois par semaine, pour quelqu’un d’épuisé et que chaque rapport était une douleur terrible, pas facile à vivre, je souffrais mais c’était lui qui était à plaindre. Sans compter la honte de voir ma vie intime déballée ainsi, mais lors d’une hospitalisation, il a fait son cirque avec les médecins. Quand les médecins lui expliquaient ce qu’était la fibromyalgie, lui rétorquait (comme il le faisait avec moi) que lui aussi était malade, (le diabète, qui a été d’ailleurs aussi diagnostiqué chez moi ensuite). Bref, il était incapable d’écouter, il ramenait tout à lui, pauvre petit Caliméro. On a  tenté une thérapie de couple, il a étalé tous ses ressentiments , ceux qu’il me déballait sans arrêt.

Aucun dialogue possible, c’était moi le «  monstre ». 

On est sorti de là. Dans la voiture il a dit : »on ne viendra plus, cela ne sert à rien ». Une fois rentrée, je me suis couchée et j’ai pleuré plusieurs heures, je ne voyais aucune issue. On a essayé une autre thérapie avec le couple pastoral, celui-ci était très pessimiste pour l’avenir de ce couple. Là, pareil, il ne voulait pas suivre cette « thérapie », c’est moi qui allais voir seule la femme du pasteur.

  1. LA VIE AU QUOTIDIEN

En plus de mon travail, je devais l’aider à trouver du travail, je donnais les coups de fil, je faisais les recherches sur internet, etc… Je venais de créer mon entreprise, et avais beaucoup de soucis comme ceux qui démarrent une entreprise, et dés que j’avais une facture, au lieu de m’encourager, c’était:  » on s’en sortira jamais, tu n’aurais pas dû, etc…« , quand je travaillais sur l’ordi, il venait toutes les deux minutes me demander un truc qu’il m’avait demandé  5 minutes auparavant, mais bon, c’était moi la méchante, car je perdais patience d’être sans arrêt déconcentré. Pourtant je faisais bouillir la marmite, d’ailleurs en parlant de marmite, je travaillais à l’extérieur, les mercredis et samedis, dans une galerie marchande. Je rentrais épuisée le soir à 19h30, et la table non mise, il me demandait: » on mange quoi ce soir?« , du coup c’est moi qui chauffais…. Je me rappelle d’une scène qu’il m’a faite pour une plante acheté 2 euros pour le jardin, il a lancé une malédiction sur cette plante, elle est à l’heure une des plus belles du jardin !

  1. RAPPORT AUX AUTRES

Il a fait plusieurs expériences sociales, bénévolat, travail, activités dans associations, covoiturage, elles ont toutes abouti à des échecs, mais, selon lui, il ne rencontrait que des idiots, et des pestes, incapable de se remettre en question lui-même et chaque expérience aboutissait à une rupture, mais ce sont toujours les autres qui ont tous les torts. … Il mérite la médaille d’or de la mauvaise foi

  1. ALORS POURQUOI ?

Des fois, l’abus de solitude nous pousse à faire des bêtises et nous pousse dans les bras du premier bonimenteur venu.

Alors pourquoi, me direz-vous, t’es tu mariée, alors qu’il y avait déjà des problèmes. Hé bien, comme il m’avait dit qu’il était chrétien, je me disais que cela devrait s’arranger avec le temps, la prière, la communion fraternelle… Et je voulais être en règle avec Dieu .*

 

Note MAV * Je mets en exergue ceci, car c’est une constante entendue dans nombre de témoignage du même type: « Je le pensais chrétien ». C’est bien pourquoi Christ nous a dit de ne pas regarder aux apparences mais AUX FRUITS. LES APPARENCES DES FAUX CHRÉTIENS, JÉSUS L’A DIT DANS LE MÊME CHAPITRE (MT 7), CE SONT DES VÊTEMENTS DE BREBIS, MAIS DESSOUS CE SONT DES LOUPS RAVISSEURS. Ce qu’on peut vraiment reprocher à Tinou, c’est de ne pas avoir tenu compte du fait qu’il venait d’un pays où le rêve de beaucoup est d’obtenir un visa pour immigrer. Le mariage avec une européenne (ou une américaine) est une aubaine. Et même s’ils sont vraiment amoureux – du moins parviennent-ils à y croire -, la motivation cachée est presque toujours d’obtenir un passeport occidental. Ensuite, il pourront bénéficier du regroupement familial. Ce qui explique l’insistance de la fille du futur époux pour que Tinou épouse son père. Quand je lis: « dans son pays, il avait été le pacha entre ses 6 filles et ses deux femmes ( un décès précoce à 42 ans d’un cancer du sein, et un divorce après 8 ans de vie commune et décédée à 56 ans d’un cancer du sein.. »… Le problème est qu’on ne sait souvent toute la vérité qu’après le mariage ! Mais face à un homme marié à deux reprises déjà, la moindre des choses serait de faire une enquête plus poussée et d’avoir une méfiance accrue. Oui mais, quand la séduction manipulatrice est là, ces séducteurs se font justement passer pour des victimes d’un tragique destin (deux fois veuf, mais tout de même un divorce… et surtout venant d’un pays où les femmes sont systématiquement rabaissées, réduites à n’être rien, maltraitées, parce que c’est CULTUREL (même si on est sorti de l’Islam, cela ne change pas grand chose: il y a en arrière plan des siècle de vision tordue sur les femmes). Que de fois ai-je mis en garde des personnes sur ce danger ! Mais quand vous êtes face à une femme amoureuse ( d’autant qu’elle a été bernée et bercée par des paroles séduisantes), c’est bien difficile de les convaincre de faire machine arrière, d’attendre… et surtout de chercher la face de Dieu pour voir si c’est Sa volonté. Car Lui connaît les coeurs  !

  1. DÉGRADATION DES RAPPORTS

Je prenais de plus en plus de médicaments, et subissais les effets secondaires, et faisais lors de nos scènes de ménages des crises de larmes terribles, mais des genres de crises d’épilepsie, où je tombais sans pouvoir bouger pendant de longues minutes, mais restais consciente. Ou encore pire, je débitais comme un disque rayé des phrases, je ne sais plus lesquelles, et tombais immobile pendant de longues minutes, mais lui, au lieu de venir à mon secours, me criait dessus croyant que je faisais du cinéma, puis partait. J’aurais pu porter plainte pour non assistance à personne en danger.

Lors d’un des premiers séminaires avec Michelle, elle a parlé des fausses conversions, et j’ai été éclairée. Car mon mari se disait chrétien, mais vivait pire qu’un païen, et ma propre vie spirituelle en pâtissait. Un jour il a décrété qu’on ne pouvait plus prier ensemble, car j’étais une mauvaise chrétienne, et à partir de là, j’ai compris que c’était fichu. Je décidais de ne pas rentrer immédiatement à la maison : ma fille qui m’hébergeait à Paris avait été opérée de son bras et avait besoin de moi. Il y avait encore un séminaire de prévu auquel j’ai assisté, mais ensuite, les vacances étant terminées, j’étais bien obligée de rentrer. Alors, j’étais bien «  regonflée »  spirituellement, mais lui était de plus en plus invivable : quand je rentrais du travail, et que j’allais sur mon ordi, je tombais sur les historiques, découvrant que monsieur était addict à la pornographie. Monsieur regardait le soir, rouspétait quand je toussais, car le bruit le dérangeait. Quand çà tournait trop au vinaigre, il partait plusieurs jours chez une de ses filles, ne donnait pas de nouvelles, puis revenait  chez moi sans prévenir.

  1. L’ISSUE

J’avais mis ma foi en Dieu, je me disais qu’il allait changer, je l’espère toujours d’ailleurs, on a gardé le contact, j’ai eu une promesse de Dieu, mais pour moi, pour ma vie spirituelle, mais j’ai préféré mettre un terme à cette relation toxique. Ma vie était en danger, j’abusais des médicaments pour dormir et oublier, et surtout moins souffrir. Les symptômes de la fibromyalgie se sont multipliés avec le stress, et lui me mettait en stress vingt-quatre heures sur 24.

Un jour il est parti chez une de ses filles, et m’a dit « je reviens tel jour », il ne donna pas de nouvelles, le lendemain du jour prévu, je suis allée à la police déposer une main courante pour abandon du domicile conjugal, et en même temps tous les abus et comportements méchants. La police m’a dit que s’il me faisait à nouveau des misères,  je ne devrais pas hésiter à les appeler. Je n’ai pas eu besoin de faire, les voisins s’en chargèrent car ils pensaient qu’il me battait, donc ils le signalèrent à la police. Mon mari n’avait pas d’autre choix que de s’éclipser.

CE QUI M’A SAUVÉE, C’EST ÉVIDEMMENT LA FOI, LES DÉLIVRANCES QUI M’ONT FORTIFIÉE. JÉSUS ÉTAIT TOUJOURS À MES CÔTÉS ET M’A GARDÉE. ET SURTOUT, J’AI RÉSISTÉ, JE N’AI JAMAIS ACCEPTE LE TYPE DE SOUMISSION (de fait, d’écrasement et d’abdication de ma propre volonté) QU’IL AURAIT AIMÉ M’IMPOSER. TANT PIS SI C’ÉTAIT TOUJOURS CONFLICTUEL, MAIS JE N’AI JAMAIS PLIÉ FACE À SON MACHISME MÉPRISANT.

On s’est quitté en pleurant dans les bras de l’un et l’autre, je sais qu’il m’aime encore, mais moi , après tout ça, mes sentiments ont disparu. Ce qui me reste, c’est plutôt de la pitié, car je sais qu’il est prisonnier de lui-même, et que seul une repentance sincère le sauvera, car il crée lui-même son puits de solitude: avec 6 filles, il a passé Noël seul, et Nouvel An aussi.

Conclusion : sans Dieu et l’aide de chrétiens, je ne sais pas si je me serais sortie de cette impasse, peut-être que je serais morte aujourd’hui. Une dose de médicaments en trop ou une ts. Aujourd’hui, je suis seule mais entourée d’amis, j’ai grandi en sagesse, je suis fortifiée, j’ai acquis du discernement, et reconnais vite les abuseurs et MPN. Mon ancienne salariée, qui était comme ma fille, est sous l’emprise d’un gars comme çà, je prie pour elle ,(et d’autres victimes), pour qu’elle ouvre les yeux, se défasse de lui, et arrive à se reconstruire, et surtout pour qu’elle rencontre Jésus qui Seul peut changer sa vie.

MÉFIEZ -VOUS DES PERSONNES À DEUX VISAGES

LA PLUS LAIDE FINIT TOUJOURS PAR TRIOMPHER

SEUL DIEU PEUT TRANSFORMER LES COEURS


NOTE MAV.

Je rappelle que les témoignages de victimes de MPN, celui de leur rescapés, et parfois celui de MPN repentis, sont dans un forum protégé par un mot de passe, pour que ces personnes puissent témoigner sans crainte. Le but est d’aider les victimes, d’abord par le contact (elles vivent souvent dans la solitude et sous terrreur, par des conseils qui seront avisés de la part de ceux qui sont passés par là, et éventuellement par des actes concrets: aide financière, offre d’un refuge provisoire, etc… Donc seuls les « aidants » et ceux qui témoignent peuvent y avoir accès.

Mais nous avons mis en ligne, visiblement, le témoignage d’Isabelle Francart, ce qui permet à tous d’intervenir et de mieux comprendre comment fonctionnent ces monstres… qui ont souvent l’air d’anges !


22/01/2017
0 Poster un commentaire