* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

WHITALL SMITH


NOS CHUTES, PAR HANNAH WHITALL SMITH

Le titre même de ce chapitre peut surprendre certains lecteurs. Ils peuvent se dire :

- « Nos chutes ? Je pensais qu’il n’y avait pas de chutes quand on vit par la foi ! »

Je voudrais leur répondre qu’il ne devrait pas y en avoir, effectivement, et qu’il n’est pas nécessaire qu’il y en ait. Mais, en fait, nous chutons parfois. Nous avons à tenir compte de la réalité, et pas seulement de la théorie !

 

Parmi ceux qui nous parlent de la vie intérieure, aucun ne dira jamais que nous pouvons atteindre un point où il nous est impossible de pécher.

Ils insistent seulement sur le fait que pécher cesse d’être une obligation, et que nous avons à présent la possibilité d’une victoire complète.

Bien peu de Chrétiens peuvent confesser, dans leur propre expérience pratique, qu’ils n’ont jamais cédé à une tentation momentanée.

Bien sûr, quand je parle de péché, je veux parler du péché conscient et connu. Je ne veux pas évoquer les péchés commis par ignorance, que l’on appelle aussi les péchés inévitables de notre nature humaine. Ils sont couverts par l’expiation de Christ, et n’empêchent pas notre communion avec Dieu.

Je n’ai ni le désir ni la capacité de parler des doctrines qui concernent le péché. Je laisse cette tâche aux théologiens. Je veux seulement parler de l’expérience pratique du Chrétien dans ce domaine. Je désire aussi faire clairement comprendre que, dans tout ce que je dirai, je n’aborderai que ce qui concerne le domaine de notre conscience.

Dans le domaine des péchés connus et conscients, tout malentendu ouvre la porte à de grands dangers, qui menacent notre progression dans la vie spirituelle la plus profonde. Quand un Chrétien croit s’être engagé sur le chemin de la sainteté, et quand il découvre dans sa vie certains péchés qu’il ignorait auparavant, il est tenté d’être complètement découragé, et de tout abandonner.

Ou alors, pour rester en accord avec la doctrine, il peut juger nécessaire de dissimuler son péché, en le baptisant « infirmité, »* et en refusant de l’affronter honnêtement. L’une ou l’autre de ces deux attitudes est également fatale à toute réelle progression dans une vie de sainteté.

  • Note M.A.V. Ou « maladie », ou « faiblesse », ou « conséquences de stress vécus », ou « pulsions incontrôlables », etc.

La seule vraie solution consiste à faire aussitôt face à la réalité du péché, de l’appeler de son vrai nom, et de découvrir, si possible, sa cause et son remède.

Une vie d’union avec Dieu requiert la plus sincère honnêteté, vis-à-vis du Seigneur comme vis-à-vis de soi-même. Le péché lui-même perturbe momentanément notre communion avec Dieu. Mais cette communion serait complètement perdue si nous n’étions pas honnêtes dans notre traitement du péché.

Un échec soudain ne doit pas nous autoriser à nous décourager au point de tout abandonner. Il ne touche pas non plus à l’intégrité de la saine doctrine. Notre vie chrétienne n’est pas un état, mais une marche.

Le chemin de la sainteté n’est pas non plus un état, c’est une progression.

La sanctification n’est pas quelque chose que l’on atteint à un certain stade de notre expérience chrétienne, et que l’on possède ensuite définitivement. C’est une vie qui doit être vécue jour après jour, et heure après heure.

Nous pouvons nous détourner un instant de notre chemin, mais notre écart ne change rien au chemin lui-même. Nous pouvons instantanément nous y engager de nouveau.

Dans notre marche par la foi, il peut y avoir des chutes momentanées. Certes, elles sont regrettables et très attristantes. Mais si nous savons comment nous en sortir, nous pouvons garder notre âme dans une attitude d’entière consécration et de parfaite confiance en Dieu. Nous n’avons pas besoin d’interrompre, au-delà de ce court moment d’égarement, notre heureuse communion avec le Seigneur.

Ce qui est essentiel, c’est un retour à Dieu immédiat.

Notre péché ne justifie aucunement un abandon de notre confiance en Dieu.

Au contraire, c’est une raison de Lui faire encore plus confiance qu’avant ! Quelle que soit la cause de notre chute, il est certain que nous ne trouverons aucun remède dans le découragement. Imaginez un enfant qui apprend à marcher, et qui s’abandonne au désespoir quand il a chuté, refusant de poursuivre son apprentissage !

Un Chrétien qui cherche à apprendre à vivre et à marcher par la foi, ne doit pas se livrer au désespoir parce qu’il est tombé dans le péché. La seule bonne solution, dans ces deux cas, est de se remettre debout et de poursuivre son apprentissage ! Quand les enfants d’Israël furent lamentablement vaincus, devant la petite ville d’AÎ, après la prise de Jéricho, ils furent tellement découragés que nous lisons ceci :

« Josué déchira ses vêtements, et se prosterna jusqu’au soir le visage contre terre devant l’arche de l’Eternel, lui et les anciens d’Israël, et ils se couvrirent la tête de poussière. Josué dit : Ah ! Seigneur Eternel, pourquoi as-tu fait passer le Jourdain à ce peuple, pour nous livrer entre les mains des Amoréens et nous faire périr ? Oh ! si nous eussions su rester de l’autre côté du Jourdain ! De grâce, Seigneur, que dirai-je, après qu’Israël a tourné le dos devant ses ennemis ? Les Cananéens et tous les habitants du pays l’apprendront ; ils nous envelopperont, et ils feront disparaître notre nom de la terre. Et que feras-tu pour ton grand nom ? » (Josué 7 : 6-9).

Quel concert de lamentations désespérées !

C’est ce que font aujourd’hui beaucoup d’enfants de Dieu qui, à la suite d’un échec spirituel ou d’une chute, sont complètement découragés, et s’écrient :

« Pourquoi Dieu ne m’a-t-Il pas laissé de l’autre côté du Jourdain ? »

Ils croient qu’ils vont rencontrer d’autres échecs, et même être battus par leurs ennemis. C’est certainement ce que Josué pensait. Pour lui, comme pour certains aujourd’hui, le découragement et le désespoir étaient les seules attitudes justes après un tel échec ! Mais Dieu pensait autrement. Il dit à Josué :

« Lève-toi ! Pourquoi restes-tu ainsi couché sur ton visage ? »(Josué 7 : 10).

La bonne attitude ne consistait pas à se livrer au découragement, sous une apparence d’humilité. Mais il fallait faire immédiatement face à cette malédiction, s’en débarrasser, et se sanctifier à nouveau sans tarder.

« Debout ! Sanctifie-toi ! »

C’est toujours l’ordre de Dieu.

« Couche-toi et livre-toi au découragement ! » C’est toujours la tentation de l’ennemi.

Nos sentiments nous disent qu’il serait présomptueux d’agir ainsi, et même impertinent de se présenter aussitôt devant le Seigneur, après avoir péché contre Lui.

Il nous semble que ce serait juste de souffrir quelques conséquences de notre péché, au moins pendant un certain temps, et d’endurer les accusations de notre conscience.

Nous avons beaucoup de mal à croire que le Seigneur soit prêt à nous réintégrer immédiatement dans Sa communion !

Une petite fille m’a un jour exprimé ce qu’elle ressentait, dans sa candeur enfantine.

Elle m’avait demandé si le Seigneur Jésus nous pardonnait toujours nos péchés, dès que nous les Lui avions confessés.

Je lui avais répondu :

« Oui, bien sûr, Il nous pardonne ! »

Elle me dit, d’un air dubitatif :

« Vraiment, tout de suite ? »

- « Oui, à l’instant où nous le Lui demandons, Il nous pardonne. »

Elle me dit alors, d’un air décidé :

« Je ne peux pas le croire ! Je pense qu’Il devrait d’abord nous laisser nous repentir pendant deux ou trois jours. Ensuite, je pense qu’Il devrait nous laisser Lui demander pardon beaucoup de fois, et encore, avec de belles paroles, pas dans la langue de tous les jours. Je crois que c’est comme ça qu’Il fait. N’essaye pas de me faire croire qu’Il nous pardonne tout de suite, même si la Bible le dit ! »

Cette petite fille disait ce que pensent la plupart des Chrétiens. Mais ils ne se contentent pas de le penser, ils agissent en conséquence. Par leur découragement et leurs remords, ils prolongent leur séparation de Dieu, bien plus que ne l’avait fait leur seul péché.

Pourtant, c’est tellement contraire à la manière dont nous aimons que nos enfants se comportent avec nous, que je me demande comment nous pouvons avoir une telle image de Dieu !

Une maman ne peut que s’attrister profondément en voyant l’un de ses enfants s’éloigner d’elle, en proie au désespoir et au remords, refusant de croire qu’elle veut lui pardonner ! De même, elle ne peut qu’ouvrir ses bras d’amour, quand l’un de ses enfants chéris court vers elle en implorant son pardon !

Notre Dieu connaît certainement cet amour ardent, quand Il nous dit :

« Revenez, enfants rebelles, et je guérirai vos rébellions ! »

En fait, c’est au moment même où nous prenons conscience d’avoir péché, que nous devons aussi être conscients que nous pouvons être pardonnés aussitôt. C’est la condition essentielle à une marche constante et inébranlable sur le chemin de la sainteté. Car nous ne pouvons tolérer de rester séparé de Dieu un seul instant.

Nous ne pouvons marcher sur ce chemin qu’en regardant continuellement à Jésus, instant après instant. Si nous Le quittons des yeux pour nous concentrer sur notre péché et sur notre faiblesse, nous nous écarterons aussitôt du chemin.

Le Chrétien qui s’est donc engagé sur cette voie, s’il découvre qu’il a été vaincu par le péché, doit aussitôt se précipiter aux pieds du Seigneur Jésus avec son péché. Il doit mettre en pratique ce qui est écrit dans 1 Jean 1 : 9 :

« Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. »

Il ne doit pas dissimuler son péché, ni chercher à se trouver des excuses, ni à l’effacer de sa mémoire. Mais il doit faire ce que firent les enfants d’Israël, « se lever de bon matin« , et « courir » jusqu’à l’endroit où était caché l’objet interdit, le sortir de sa cachette, et le « déposer devant le Seigneur.« 

Il doit confesser son péché. Puis il doit le « lapider, » le « brûler, » le rejeter loin de lui« , et « amonceler sur lui un grand tas de pierres, » afin qu’il ne paraisse plus devant sa face !

Puis il doit croire, à partir de ce moment, que Dieu, selon Sa Parole, est fidèle et juste pour lui pardonner son péché.

Mais Il fait plus encore, Il le purifie de toute iniquité !

Nous devons donc revendiquer par la foi un pardon immédiat, ainsi qu’une purification immédiate, et poursuivre notre route avec une foi encore plus forte que jamais !

Dès que le péché d’Israël eut été mis en lumière et abandonné, la Parole de Dieu s’est aussitôt adressée à Josué, dans un message d’encouragement glorieux :

« Ne crains point, et ne t’effraie point ! Prends avec toi tous les gens de guerre, lève-toi, monte contre Aï. Vois, je livre entre tes mains le roi d’Aï et son peuple, sa ville et son pays » (Josué 8 : 1).

Notre courage doit être encore plus fort qu’avant, et nous devons nous abandonner encore plus au Seigneur, pour que Sa puissance agisse encore plus parfaitement dans notre vie, afin de produire en nous le vouloir et le faire, selon le bon plaisir de Sa volonté.

Bien plus, nous devons oublier notre péché, dès qu’il a été confessé et pardonné !

Nous ne devons plus nous appesantir sur lui, l’examiner, et nous laisser aller à un luxe de détresse et de remords. Nous ne devons pas placer ce péché sur un piédestal, puis tourner autour de lui en l’examinant de tous les côtés.

Cela revient à magnifier le péché, et à en faire une montagne, qui finit par cacher Dieu de notre vue. Nous devons suivre l’exemple de Paul :

« Oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ » (Philippiens 3 : 13-14).

Je voudrais citer deux témoignages opposés, pour illustrer ces choses. Le premier témoignage est celui d’un Chrétien sérieux et engagé, qui vivait depuis plusieurs mois dans la joie d’un plein salut. Il céda soudain à la tentation de traiter un frère d’une manière peu aimable.

Il n’avait jamais supposé qu’il puisse encore pécher. Il fut donc plongé dans le plus profond découragement, et en conclut qu’il s’était trompé, et qu’il n’était jamais entré dans une vie de foi en Christ. Jour après jour, son découragement ne fit que croître, jusqu’au désespoir. Il se dit qu’il n’était jamais passé par la nouvelle naissance, et se considéra comme perdu.

Il passa trois années réellement misérables, s’écartant toujours plus de Dieu, et retombant progressivement dans ses anciens péchés. Sa vie devint une vraie malédiction, pour lui comme pour ceux qui l’entouraient. Sa santé se ressentit de ce terrible fardeau, et l’on se mit même à craindre pour sa raison.

À la fin de ces trois ans, il rencontra une sœur chrétienne, qui connaissait la vérité que je viens de vous expliquer concernant le péché. Après une courte conversation, elle comprit la cause de son trouble, et lui dit aussitôt :

« Vous avez péché en agissant ainsi, cela ne fait pas de doute, et je ne cherche pas à vous faire excuser votre péché. Mais l’avez-vous confessé au Seigneur, en Lui demandant de vous pardonner ? »

Il s’exclama :

« Le confesser ! Mais il me semble que je n’ai fait que cela, en suppliant Dieu de me pardonner, nuit et jour, pendant ces trois années épouvantables ! »

La sœur lui dit alors :

« Mais n’avez-vous jamais cru que Dieu vous avait pardonné ? »

- « Non, lui dit le pauvre homme. Comment aurais-je pu le croire, car je n’ai jamais senti qu’Il m’avait pardonné ! »

- « Supposez que Dieu vous ait parlé personnellement, pour vous dire qu’Il vous avait pardonné. Est-ce que cela ne vous aurait pas fait autant de bien que si vous aviez senti qu’Il vous avait pardonné ? »

- « Oh, oui ! Si Dieu me l’avait dit, bien sûr, je l’aurais cru ! »

La sœur lui dit alors :

« Mais Dieu nous l’a dit ! »

et elle lui cita 1 Jean 1 : 9, en lui lisant ce verset tout haut. Elle ajouta :

« Pendant ces trois ans, vous n’avez pas cessé de confesser votre péché. Et, pendant tout ce temps, selon Sa Parole, Dieu avait été fidèle et juste pour vous pardonner, et pour vous purifier de toute iniquité ! Mais vous ne l’avez jamais cru ! Vous avez fait de Dieu un menteur, en refusant de croire Sa Parole ! »

Le pauvre homme comprit aussitôt, muet d’étonnement et de consternation. Quand la sœur lui proposa de s’agenouiller, et de confesser son incrédulité et son péché passé, mais en recevant cette fois son pardon et sa purification, il obéit, comme dans un rêve.

Mais le résultat fut glorieux. En quelques instants, la lumière perça les ténèbres, et il éclata en louanges, à la suite de sa merveilleuse délivrance. En trois minutes, il put refaire en sens inverse le chemin ténébreux qu’il avait suivi pendant trois ans, pour reprendre sa place en Jésus, dans le repos et la joie de son plein salut.

Le second témoignage est celui d’une Chrétienne, qui marchait dans la terre promise depuis deux semaines, et qui avait vécu une expérience de conversion très lumineuse et très victorieuse. Soudain, elle fut dominée par une crise de colère très violente. Pendant un moment, elle se sentit envahir par une grande vague de découragement.

L’ennemi lui dit :

« Tu vois à présent que tu t’étais trompée ! Toute cette histoire de conversion n’était qu’un mensonge. Tu n’es jamais entrée dans cette vie de foi. Maintenant, tu ferais mieux de tout abandonner. Tu ne pourras jamais te consacrer complètement, ni avoir une pleine foi ! Il est clair que cette vie de sainteté n’est pas pour toi ! »

Ces pensées jaillissaient en elle. Mais elle avait été enseignée dans les voies de Dieu, et elle répondit aussitôt :

« Oui, j’ai péché, et c’est très triste. Mais la Bible dit que si nous confessons nos péchés, Dieu est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. Et je crois qu’Il va le faire ! »

Elle n’attendit pas une minute de plus, même si elle se sentait encore bouillir de colère. Elle courut dans une pièce où elle pouvait se trouver seule, s’agenouilla à côté du lit, et dit :

« Seigneur, je confesse mon péché. J’ai péché, et même, je continue à pécher en ce moment même. Je hais ce péché, mais je ne peux pas m’en débarrasser ! Je Te le confesse avec honte et confusion. Mais je crois maintenant que, selon Ta Parole, Tu me pardonnes et Tu me purifies ! »

Elle pria à haute voix, car son ébullition intérieure était trop grande pour qu’elle puisse prier silencieusement. Dès qu’elle eut dit :

« Tu me pardonnes et Tu me purifies, » elle fut délivrée.

Le Seigneur lui dit :

« Sois en paix ! »

Et il y eut un grand calme. Un flot de lumière et de joie envahit son âme, l’ennemi s’enfuit, et elle fut plus que vainqueur par Celui qui l’avait aimée. Depuis le moment où elle était tombée dans le péché, jusqu’à sa délivrance, il ne s’était passé que cinq minutes en tout.

Elle reprit le chemin de la sainteté, plus ferme que jamais. Ainsi, la vallée d’Acor, la vallée des larmes, devint pour elle une porte d’espérance. En sachant ce que cela signifiait, elle put chanter à nouveau ce cantique de délivrance :

« Je chanterai à l’Eternel, car il a fait éclater sa gloire » (Exode 15 : 1).

Dans toute situation d’urgence, la seule solution est toujours de faire confiance au Seigneur. Si c’est la seule chose que nous devons faire, et même que nous pouvons faire, ne vaut-il pas mieux la faire aussitôt ? Je me suis souvent posée cette question :

-« Eh bien, que puis-je faire d’autre, sinon faire confiance à Dieu ? »

Et j’ai aussitôt réalisé la folie qui consiste à chercher une délivrance par tout autre moyen. Je me dis alors :

« Il va bien falloir que je finisse par faire confiance au Seigneur. Alors pourquoi ne pas commencer tout de suite ? »

C’est cela, la vie de foi dans laquelle nous nous sommes engagés. Si nous chutons sur ce chemin, notre seule délivrance consiste, non pas à laisser notre foi diminuer, mais à avoir toujours plus de foi !

Que toute chute, donc, ou tout échec, s’il se produit, vous pousse aussitôt vers le Seigneur, dans un abandon encore plus complet et une confiance encore plus grande. Vous découvrirez, malgré la tristesse provoquée par ces chutes, qu’elles ne parviendront pas à vous faire sortir de votre position de repos, ni à interrompre de manière permanente votre douce communion avec le Seigneur.

Après avoir étudié comment nous relever de nos chutes, je voudrais maintenant parler un peu de leurs causes.

Il ne faut pas rechercher ces causes dans la force de la tentation, ni dans notre propre faiblesse, ni, surtout, dans une défaillance de notre Sauveur, qui n’aurait ni la puissance ni la volonté de nous sauver.

Israël avait reçu des promesses positives :

 » »Personne ne pourra tenir devant toi, tous les jours de ta vie. »‘

Nous aussi, nous avons reçu des promesses positives :

« Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter » (1 Cor. 10 : 13).

Les hommes d’Aï étaient peu nombreux. Pourtant, ceux qui avaient conquis la puissante ville de Jéricho « s’enfuirent devant les hommes d’Aï. » Ce n’était pas à cause de la puissance de leurs ennemis, ni parce que Dieu les avait abandonnés. Il fallait trouver la cause de leur défaite quelque part ailleurs, et le Seigneur la révèle Lui-même :

« Israël a péché ; ils ont transgressé mon alliance que je leur ai prescrite, ils ont pris des choses dévouées par interdit, ils les ont dérobées et ont dissimulé, et ils les ont cachées parmi leurs bagages. Aussi les enfants d’Israël ne peuvent-ils résister à leurs ennemis ; ils tourneront le dos devant leurs ennemis «  (Josué 7 : 11-12).

C’était une malédiction cachée qui les avait vaincus. Profondément enfouie sous terre, dans une obscure tente de cette vaste armée, certaines choses étaient cachées, qui attiraient la colère de Dieu.

Ce sont ces petites choses qui avaient rendu impuissante toute l’armée des Israélites.

« Il y a de l’interdit au milieu de toi, Israël ; tu ne pourras résister à tes ennemis, jusqu’à ce que vous ayez ôté l’interdit du milieu de vous » (verset 13).

La leçon est simple. Tout ce que nous conservons dans notre cœur, et qui est contraire à la volonté de Dieu, même si cela nous semble insignifiant, ou si cela est profondément enfoui, nous fera tomber devant nos ennemis.

Toute racine d’amertume envers quelqu’un d’autre, tout jugement dur et méchant, toute justification de soi, toute tiédeur à obéir au Seigneur, toute pratique ou fréquentation douteuse, tout cela finira par entraver et paralyser notre vie spirituelle.

Peut-être avons-nous caché cette chose au plus profond de notre cœur, peut-être l’avons-nous fait disparaître de notre vue, refusant même de reconnaître son existence, dont nous sommes pourtant secrètement conscients.

Nous pouvons persister à l’ignorer, ou à affirmer notre consécration et notre foi. Nous pouvons pratiquer avec encore plus de sérieux nos devoirs religieux, et notre entendement spirituel peut être de plus en plus ouvert à la beauté de la marche par la foi et par l’esprit.

Nous pouvons, aux yeux des autres, et même à nos propres yeux, sembler avoir atteint une position de victoire pratiquement inexpugnable. Pourtant, malgré tout cela, nous n’arrêtons pas de subir d’amères défaites.

Nous pouvons nous étonner, nous questionner, désespérer, ou prier, rien n’y fera, à moins d’ôter cette chose maudite de sa cachette, de l’amener à la lumière, et de la placer devant Dieu.

Au moment où le Chrétien qui veut progresser spirituellement rencontre une défaite, il doit aussitôt en rechercher la cause, non dans la puissance de cet ennemi particulier, mais en général dans un certain manque de consécration, au plus profond de son cœur.

De même qu’un mal de tête n’est pas une maladie en lui-même, mais qu’il est le symptôme d’une maladie située quelque part ailleurs dans le corps, ainsi le péché que peut commettre un Chrétien n’est que le symptôme d’un mal plus profond, caché dans une partie très différente de son être.

Parfois ce mal peut être caché dans ce qui peut paraître bon, au premier abord. On peut avoir un zèle apparent pour la vérité, mais cela peut cacher un esprit de jugement, ou le désir de se mettre soi-même en avant.

Derrière une apparente fidélité peut se cacher un manque d’amour chrétien.

Derrière un apparent souci de bien mener nos affaires, peut se cacher un grand manque de confiance en Dieu.

Je crois que notre Guide béni, le Saint-Esprit qui demeure en nous, met constamment en lumière ces choses devant nous, par de continuels petits tiraillements de notre conscience. Nous n’avons donc aucune excuse. Mais il est très facile de ne pas entendre Sa douce voix, et de continuer à nous persuader que tout va bien.

Dès lors, ce mal fatal va continuer à rester caché en nous, provoquant des défaites dans les domaines les plus inattendus.

Dans ma propre vie de maîtresse de maison, je pourrais vous citer un témoignage personnel. J’avais emménagé dans une nouvelle maison. En inspectant les lieux pour voir si tout était prêt pour notre emménagement, j’avais remarqué dans la cave un très beau tonneau à cidre, fermé aux deux extrémités.

Je me suis demandée s’il fallait le faire sortir de la cave, et le faire ouvrir pour voir ce qu’il contenait. Mais, comme il semblait vide et qu’il était beau, j’ai décidé de la laisser en place, car il méritait d’être monté plus tard dans notre logement pour y être utilisé.

Je ne me sentais pourtant pas complètement en paix, mais je balayai mes scrupules et partis. Chaque printemps et chaque automne, quand on procédait au grand nettoyage de la maison, je me rappelais ce tonneau, avec un petit pincement dans ma conscience de maîtresse de maison.

Il me semblait que ma maison ne serait pas parfaitement propre, tant que je n’aurais pas fait ouvrir ce tonneau, pour vérifier s’il ne contenait pas quelque chose de mauvais ou de dangereux, malgré sa belle apparence. Mais je parvenais toujours à calmer mes scrupules à ce sujet, évoquant les problèmes qu’une telle vérification susciterait.

Ainsi, ce tonneau à l’allure innocente demeura dans ma cave.

Puis, brusquement, des mites commencèrent à envahir ma maison. J’utilisai tous les moyens possibles pour m’en débarrasser et les éradiquer, mais en vain. Elles se développèrent rapidement et menacèrent de dévorer tout ce que je possédais. Je soupçonnai mes tapis d’héberger ces mites, et je les fis soigneusement nettoyer.

Puis je soupçonnai mes meubles, et je fis refaire toutes les tapisseries. Aucune de mes recherches n’aboutit. Finalement, je me souvins brusquement du tonneau. Je le fis sortir de la cave, et fis défoncer une extrémité.

Je crois pouvoir dire que des milliers de mites s’échappèrent du tonneau. Le précédent occupant avait dû remplir le tonneau d’une substance qui avait nourri ces mites, et j’avais enfin trouvé la cause de tous mes problèmes.

De même, je crois que certaines habitudes apparemment anodines, ou certaines « petites choses » que l’on se permet, qui nous semblent sans importance spirituelle, mais à propos desquelles notre conscience nous tiraille parfois, sont la cause de bien de nos échecs spirituels.

Ces choses n’ont jamais été pleinement mises en lumière. Nous n’avons jamais effectué une recherche complète, sous le regard perçant de Dieu. Nous ne Lui avons pas tout abandonné. Nous avons conservé pour nous un petit coin personnel de notre vie, soigneusement fermé, et nous n’avons pas permis au Seigneur d’y entrer.

C’est pour cela que nous ne pouvons pas tenir devant nos ennemis, et que nous sommes battus quand ils nous attaquent.

Afin de prévenir une chute, ou d’en découvrir la cause si nous avons chuté, il est nécessaire que nous puissions faire constamment cette prière :

« Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur ! Eprouve-moi, et connais mes pensées ! Regarde si je suis sur une mauvaise voie, et conduis-moi sur la voie de l’éternité ! » (Psaume 139 : 23-24).

Quand nous souffrons à propos de nos chutes ou de nos échecs spirituels, il est très facile de se laisser séduire. Nous pouvons avoir l’impression d’être uniquement préoccupés de la gloire de Dieu, mais, en réalité, au fond de nous-mêmes, c’est notre « moi » charnel qui est la cause de tous nos troubles.

Notre amour-propre est touché à un endroit sensible, quand nous découvrons que nous ne sommes pas aussi saints que nous le pensions ! Et cet apitoiement sur nous-mêmes est souvent un plus grand péché que la faute originelle !

La seule bonne manière de traiter nos chutes est de ne chercher ni à nous justifier, ni à nous condamner nous-mêmes à leur propos, mais de les exposer simplement et calmement devant le Seigneur, en gardant la paix du cœur et un esprit d’amour.

Tous les auteurs vraiment spirituels ont insisté sur le fait que nous progressons bien plus vite quand nous nous tournons simplement et paisiblement vers Dieu, au lieu de nous livrer au chagrin et au remords.

Avec fidélité, nous devons nous tourner vers Dieu seul, dès que nous avons pris conscience de ce que nous avons fait. Et quand nous sommes en Sa présence, Il nous délivre des pièges dans lesquels nous sommes tombés.

Si nous restons centrés sur nous-mêmes, cela ne fera que nous enfoncer encore plus dans l’ornière.

Car cette ornière, en fait, n’est autre que la vie de notre « moi » charnel.

Un simple regard d’amour vers Dieu nous calmera et délivrera notre cœur.

Finalement, quelle que soit la fréquence de nos chutes, n’oublions jamais un seul instant que le Seigneur Jésus est capable, selon Sa Parole, de nous délivrer des mains de nos ennemis, afin « de nous permettre, après que nous serions délivrés de la main de nos ennemis, de le servir sans crainte, en marchant devant lui dans la sainteté et dans la justice tous les jours de notre vie » (Luc 1 : 74-75).

Que chacun de nous puisse faire cette prière, jour et nuit :

« Seigneur, garde-moi de pécher ! Permets que je sois un témoin vivant de Ta puissance, qui est capable de nous sauver parfaitement ! »

Désirons ardemment être entièrement malléables entre les mains de Dieu. Apprenons à Lui faire confiance, et croyons qu’Il peut nous perfectionner, et nous « rende capables de toute bonne œuvre pour l’accomplissement de sa volonté« , et faire en nous « ce qui lui est agréable, par Jésus-Christ, auquel soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen ! » (Hébreux 13 : 21).

==============================================

Cet article est encore l’un des chapitres d’un ouvrage classique de la littérature chrétienne : « Christian’s Secret of a Happy Life » (Le secret d’une vie chrétienne heureuse). L’auteur explique comment réagir devant nos chutes spirituelles.


Reproduction de la traduction française autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale, et que les sources soient indiquées.


21/01/2015
1 Poster un commentaire