* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Yvan Castanou


LE SECRET DE LA RÉUSSITE DE JÉSUS ( Yvan Castanou )

 

Jésus ne faisait que ce qu'Il voyait le Père faire. Ainsi, Dieu ne vous demandera jamais de faire ce qu'Il n'a pas Lui-même fait auparavant. 
10174881_743244479086848_8346502628146012292_n.jpg

Le secret de la réussite de Jésus est mentionné en Jean 5.19 :

19 Jésus reprit donc la parole, et leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu'il voit faire au Père; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement.
 
Jésus ne faisait que ce qu'Il voyait le Père faire. Ainsi, Dieu ne vous demandera jamais de faire ce qu'Il n'a pas Lui-même fait auparavant. 

Il pouvait demander à Abraham de sacrifier son fils parce qu'Il avait déjà Lui-même sacrifié Son propre Fils avant la fondation du monde. 
8 Et tous les habitants de la terre l'adoreront, ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l'agneau qui a été immolé.
En réalité, tout ce que Dieu nous demande de faire, Il l'a déjà accompli dans le domaine invisible. Puis, Il met cette image invisible ou spirituelle dans l'esprit de l'homme, en lui demandant de la matérialiser, de la manifester sur terre, au temps choisi par Lui-même.

La vision qui enflamme votre coeur aujourd'hui ne vient pas de vous, mais de Dieu. Dieu l'a déjà accomplie dans l'éternité et c'est la raison pour laquelle vous pouvez l'accomplir également. C'est la responsabilité de Dieu de la déposer à l'intérieur de vous, c'est votre responsabilité de la découvrir et de l'accomplir. 

Je prie que Dieu illumine les yeux de votre coeur et qu'Il réveille la vision divine qu'Il a placée en vous; Qu'Il vous accorde la grâce de découvrir les projets qu'Il a formés sur vous dans le monde invisible et de les manifester sur terre dans votre génération. Au nom de Jésus. Amen !

01/12/2014
0 Poster un commentaire

Fortifie-toi et prends courage !

 
100003178670570pizapw1405512185.jpg
 
"Fortifie-toi et prends courage, car c’est toi qui mettras ce peuple en possession du pays que j’ai juré à leurs pères de leur donner." Josué 1.6
Il n'est jamais facile de succéder à de grands champions qui ont marqué leur époque. Il y a toujours à chaque époque de l'histoire, des personnes qui sortent de l'ordinaire et qui font des exploits avec Dieu. Notre défi est de pousser le navire plus loin, en ne perdant surtout pas de vue le but final à atteindre. 

Les voies du Seigneur sont insondables. Ne confondez pas sa présence et sa performance.
Après la mort de son mentor Moïse, Josué doutait de sa capacité à assumer une telle responsabilité. Si Dieu lui dit à trois reprises : "Fortifie-toi et prends courage", cela signifie assurément que Josué se sentait faible et découragé. Si Dieu lui dit : "Ne t'effraie pas et ne t'épouvante pas", cela signifie assurément qu'il était effrayé et terrifié.

Vous est-il arrivé d'être effrayé à l'idée de faire quelque chose que Dieu a mis dans votre cœur, surtout lorsque vous vous comparez aux personnes qui semblent avoir atteint des sommets avec Dieu ? Les quatre étapes suivantes vous aideront à réussir là où vous pensiez ne pas arriver : 

1. Sortez du complexe qui consiste à vous voir comme trop petit pour accomplir de grands exploits avec Dieu (Nombres 13.32-33). Voir petit n'est pas un signe d'humilité, mais d'incrédulité. Refusez d'être intimidé par la taille du défi à relever. Ce n'est pas votre combat, mais celui de l'Éternel. Votre part est simplement la foi et l'obéissance.

2. Regardez les atouts que vous possédez, et non ceux que vous ne possédez pas. Surtout, ne vous comparez pas aux autres, parce que vous êtes unique. Sachez que Dieu connaissait vos handicaps avant de vous appeler, et cependant, il vous a appelé.

3. Reconnaissez qu'il est avec vous comme il a été avec vos prédécesseurs (Josué 1.5). Cela ne signifie pas qu'il agira avec vous de la même façon qu'avec les autres, car les voies du Seigneur sont insondables. Ne confondez pas sa présence et sa performance.

4. Appuyez-vous sur sa puissance qui agit en vous, et non sur vos propres compétences (1 Thessaloniciens 5.24). 

Le règne de Dieu n'a pas encore envahi le monde francophone. Cela signifie que le but de Dieu n'est pas encore atteint. Alors, pourquoi seriez-vous impressionné, si Dieu lui-même ne l'est pas ? 

Une prière pour aujourd'hui 

Père, je reconnais que je ne peux rien par moi-même. Je te prie de m'équiper et de me préparer pour la mission à laquelle tu m'appelles. Que ta capacité en moi fasse la différence. Au nom de Jésus, amen.
 

16/07/2014
0 Poster un commentaire

Etes-vous prêt à payer le prix ?

pizap.com10.0307463556528091431400137531160.jpg

Les personnes qui font des exploits dans la vie ne sont pas meilleures que les autres. En revanche, elles possèdent une attitude mentale que les autres n'ont pas décidé de développer : la culture de l'effort ! 
 

L'effort est le pont, la passerelle qui sépare la médiocrité de l'excellence. L'effort implique la persistance, la discipline et la détermination à payer le prix requis pour réussir avec Dieu.

Le salut en Jésus-Christ est gratuit, mais la gloire de Dieu, les exploits avec Dieu exigent de payer un prix !

Une personne sage a dit : « Dans la vie, vous avez deux options : soit vous vous amusez maintenant, et vous paierez plus tard ; soit vous payez maintenant et vous vous amuserez plus tard. Mais dans tous les cas, la vie vous réclamera son dû ! »

Dans la vie, tout est possible, tout est disponible et tout est accessible. Vous pouvez tout par Christ vous fortifie ! Mais êtes-vous déterminé à payer le prix requis pour voir la gloire de Dieu se manifester dans votre vie ? Telle est la véritable question...

Que signifie véritablement « payer le prix ? »

Nous savons tous que la volonté de Dieu est la meilleure des choses qui puissent nous arriver. Cependant, il existe au-dedans de chacun de nous une lutte, une bataille permanente qui consiste à renoncer à notre propre volonté au profit de la volonté de Dieu.

C'est tout sauf une évidence, c'est un combat interne de chaque jour parce que notre chair (notre nature pécheresse, nos 5 sens) s'oppose systématiquement à cette volonté divine.

18 Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair : j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien.
6 Et l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'esprit, c'est la vie et la paix;

Faire plier sa volonté exige de se faire violence, de faire l'effort d'obéir même lorsque vous n'avez pas envie d'obéir, de faire les choses non pas parce que vous les sentez, mais parce que Dieu dit de les faire : Vous priez pour ceux qui vous maltraitent même lorsque vous n'avez pas envie de prier pour eux, vous honorez les autorités même lorsque vous estimez qu'elles ne méritent pas d'être honorées ; vous faites du bien aux personnes qui vous font du mal, vous dites du bien des personnes qui disent volontairement du mal de vous, vous choisissez de ne pas répondre aux injures même lorsque votre âme aimerait tant y répondre, vous donnez le meilleur de vous-même dans votre travail même lorsque vous évoluez dans un environnement d'ingratitude et de manque de reconnaissance ...

Vous faites toutes choses par motif de conscience envers Dieu, c'est-à-dire parce que vous avez décidé de vivre d'une manière agréable à Dieu... C'est ce que signifie payer le prix : obéir !


Cette détermination à Lui obéir est le secret des personnes qui deviennent les héros de Dieu dans leur génération. Décidez-vous d'en faire partie ?

 1399386490_88020_large.jpgYvan Castanou


15/05/2014
0 Poster un commentaire

La satisfaction : 1er ennemi de la sainte colère et du changement véritable !

Il y a 2 choses qui éteignent ou freinent la sainte colère de Dieu dans votre coeur, et qui par conséquent, sont les ennemis d'un changement véritable et durable.

Ce premier ennemi de la sainte colère est la satisfaction de l'état actuel des choses. La satisfaction dit : « ça me va, ça me convient, c'est ok pour moi !» ; alors que la sainte colère allume en vous une soif, un feu intérieur qui dit : «ça suffit maintenant, il faut que ça change ! »

 

37 Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s'écria : Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi, et qu'il boive. 38 Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de son sein, comme dit l'Ecriture.


La satisfaction signifie que vous n'avez plus soif, que vous êtes rassasié et lorsque vous êtes rassasié, vous ne désirez pas plus. La sainte colère et la satisfaction sont deux états d'esprit qui ne cohabitent pas ensemble. Vous ressentez soit l'un soit l'autre.
La satisfaction éteint le feu intérieur ; la sainte colère le maintient allumé.

L'histoire démontre que les personnes qui ont fait des exploits dans leur époque possédaient toutes une caractéristique commune : elles haïssaient le statu quo et n'étaient pas satisfaites de ce qu'elles avaient et vivaient. 

Beaucoup ressentent un sentiment de satisfaction, notamment lorsqu'ils pensent à leur vie, leur situation, leur aisance, leur condition personnelle. Mais êtes-vous certain que Dieu est satisfait de là où vous êtes ?Car la réalité est que Dieu voit au-delà de vous, Il voit les nations ! 

Il y a encore tant de personnes à guérir, de jougs à détruire, de fardeaux à ôter ; d'histoires à réécrire, de vies à transformer... Comment pourriez-vous être satisfait lorsque le coeur de Dieu ne l'est pas et qu'Il désire manifester plus de Sa gloire à travers vous ? 

Je prie que la soif de « plus de Sa gloire » envahisse votre coeur au nom de Jésus !
                                                                 Yvan Castanou
pizap.com10.20899286121129991398753865612.jpg

29/04/2014
0 Poster un commentaire