* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Bonnet d'âne ? ( Paul Calzada )

lepilier.jpg

« Qui met en liberté l’âne sauvage… ? J’ai fait du désert son habitation… Il n’entend pas les cris d’un maître… Il est à la recherche de tout ce qui est vert. » (Job 39.8/11).

Autrefois on mettait, pendant la classe, un bonnet d’âne sur la tête des mauvais élèves. L’âne est-il aussi sot qu’on le prétend, mérite-t-il qu’on le caricature de la sorte ? En tous cas la bible nous invite à apprendre de lui. Alors soyons humbles et allons aujourd’hui à l’école de Monsieur l’âne. Que peut-il nous apprendre ?

Le texte de ce jour nous donne quelques indications intéressantes :

Ce texte nous indique que l’âne est un habitant des lieux secs. Cet animal rustique se contente de conditions de vie modestes : désert, terre salée, montagnes arides. On le retrouve dans toutes les zones semi-désertiques du Sahel, du moyen Orient, et ailleurs encore. Il rend de précieux services aux populations les plus démunies de la terre.
Cette rusticité, des croyants ont accepté de la vivre en renonçant au confort de leur pays pour apporter l’évangile aux endroits les plus pauvres de notre planète.

D’autre part ce texte rappelle que sa liberté lui est plus précieuse que tout confort quel qu’il soit.
A son exemple il est essentiel d’attacher la plus grande valeur à la liberté que nous avons en Christ. Parfois la recherche du confort peut devenir une cause d’asservissement spirituel. Nous devons entretenir l’amour de la liberté. La liberté est aux antipodes de la routine, et des rites immuables. Certes le légalisme, et les rites peuvent apporter un certain confort, mais l’apôtre Paul nous avertit qu’ils nous rendent à nouveau esclaves (Galates 5.1).

L’âne est à la recherche de sa nourriture, il parcourt les montagnes pour trouver un peu d’herbe verte. Il ne craint pas l’effort pour trouver ce qui lui convient.
De la même manière, nous sommes appelés à monter sur la montagne de la communion avec Dieu et à sonder les Ecritures sans relâche afin de trouver en elles les ressources nécessaires à une bonne croissance spirituelle. L’herbe verte nous parle d’espérance, or, cette espérance nous la puisons dans la Parole que Dieu nous a donnée. (Josué 1.8 ; Psaumes 1.2).

L’âne libre, fuit le tumulte des villes, il ne peut supporter tous ces bruits discordants que l’on y entend. Que de messages pernicieux fait entendre le monde ! Le croyant est appelé, non pas à s’isoler comme un ermite, mais à fermer ses oreilles à tous ces bruits qui viennent du monde (Esaïe 33.15) pour n’entendre que la voix de celui qui l’a libéré.

Ma prière en ce jour :

Seigneur, je désire être ton témoin, même si le terrain est aride ; je veux demeurer dans cette glorieuse liberté que je trouve en l’Evangile. Amen !



26/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 692 autres membres