* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Passer du "Je" au "Nous" ( Paul Calzada )

philippiens-2-v-4.jpg

« Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. » (Philippiens 2.4)

Alors que nous sommes sur le thème de l’unité, et que celui-ci nous amène à nous intéresser au « Nous », il ne faudrait pas hâtivement en conclure que tous les « Je » sont détestables, et que tous les « Nous  » sont vertueux.
La prière de Jésus dans Jean 17 est une prière pour l’unité des chrétiens ; or, dans cette prière, Jésus utilise vingt-huit fois le pronom « Je », et vingt-six fois le pronom personnel « me ou moi ».
Cela peut sembler paradoxal ! Comment se fait-il qu’une prière faite pour l’unité, c’est à dire pour que le « Nous » l’emporte sur le « Je » est autant remplie de « Je, Me, Moi » ?
Nous savons tous à quel point Jésus n’était pas centré sur sa personne, il était aux antipodes de l’égoïsme, sa préoccupation centrale était le salut du monde au travers du don total de sa propre vie. L’utilisation du « Je » dans cette prière n’a rien de détestable, bien au contraire. C’est parce que Jésus assume pleinement qui il est en Dieu, ce pourquoi il est venu sur terre, qu’il peut passer finalement du « Je » au « Nous ».

A trois reprises c’est ce qu’il fait : « Garde en ton nom ceux que tu m’as donnés, afin qu’ils soient un comme nous. » (Jean 17.11) « Afin que tous soient un, comme toi, Père tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous… » (Jean 17.21) « Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, -moi en eux et toi en moi,- afin qu’ils soient parfaitement un. »(Jean 17.22/23)
Jésus nous enseigne ici un principe fondamental concernant l’unité. Ce principe, c’est que, aussi longtemps que mon « Je en Lui » n’est pas pleinement assumé, j’aurais du mal à aller vers le « Nous ». Je dois savoir en qui je crois, en qui je vis, pour qui je vis, qui je suis en Christ…

Une bonne compréhension de mon identité en Christ, va me permettre d’être ouvert aux autres. Ainsi, lorsque je suis pleinement conscient que je ne suis qu’un pécheur sauvé par grâce, cela m’enlève tout sentiment de supériorité par rapport aux autres, cela me permet d’être ouvert pour aimer l’autre avec ses propres limites. De même, lorsque je réalise que ce n’est plus moi qui vis, mais que c’est Christ qui vit en moi, je ne tire aucune fierté, ni aucun orgueil de ce que je fais de vertueux, car je sais que c’est Christ qui vit en moi qui le fait au travers de ma vie. Avec l’apôtre Paul je puis dire : « Par la grâce de Dieu, je suis ce que je suis, et sa grâce envers moi n’a pas été vaine… » (1 Corinthiens 15.10)

Ma prière en ce jour :

Seigneur, aide-moi à réaliser qui je suis en toi, pour qu’assumant pleinement cette identité, je puisse de plus en plus être uni aux autres. Amen !



29/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 691 autres membres