* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

S’attacher à l’essentiel ( Paul Calzada )

1469445957879.jpg

"Le point capital de ce qui vient d’être dit… " (Hébreux 8.1) Après avoir démontré d’une manière magistrale que la révélation de Jésus-Christ est supérieure aux anges, à Moïse, à Aaron, à Abraham, et tout cela à partir des écrits de l'Ancien Testament, l’auteur de l'épître aux Hébreux commence le chapitre huit par ces mots : "Le point capital de ce qui vient d’être dit… " L’auteur désire que les lecteurs s’attachent à l’essentiel, et non à des éléments secondaires. Il y a des réalités spirituelles prioritaires, et d’autres secondaires. Parfois, il nous arrive de nous disperser en allant après une multitude de choses secondaires. C’était le reproche que Jésus adressait aux religieux de son époque en des termes imagés : "Conducteurs aveugles ! qui coulez le moucheron, et qui avalez le chameau." (Matthieu 23.24) Ils s’attardaient sur des aspects secondaires de la loi, mais négligeaient l’essentiel, c'est-à-dire l’essence même de la loi. Ils payaient leur dîme, mais négligeaient la justice et la miséricorde. Ils soignaient leur apparence, mais étaient remplis d’impuretés à l’intérieur d’eux-mêmes. Ils disaient aux hommes ce qu’il fallait faire, mais eux-mêmes ne le faisaient pas. Jérémie nous invite à aller à ce qui est capital : "Si tu sépares ce qui est précieux de ce qui est vil (secondaire), tu seras comme ma bouche" (Jérémie 15.19). De leur côté les pharisiens en étaient arrivés à s'attacher à des futilités, et à négliger ce qui était le plus important dans la loi. Il en est souvent ainsi, quand nous devenons des religieux plus attachés aux formes, aux apparences, qu’au fond. Dans la vie chrétienne, il est des fondamentaux auxquels il faut toujours revenir, et des aspects secondaires sur lesquels il est inutile de s'attarder. Par exemple, il existe des dizaines de façons de partager le pain et le vin. Certains s’arrêtent sur des détails, par exemple au sujet du pain, faut-il du : (pain complet, pain azyme, pain découpé, pain de mie … ), mais là n’est pas l’essentiel, ce qui est capital, c’est d’être pleinement conscients de ce que représentent le pain et le vin : "Ceci est mon corps, ceci est mon sang" a dit Jésus. Nous pourrions multiplier les exemples à l’infini, mais le but de cette pensée est d’encourager chacun à devenir un disciple accompli, capable de discerner ce qui est capital. Or, ce qui est capital, c’est de connaître Christ. L’apôtre Paul l’exprime ainsi : "Je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ." (Philippiens 3.8)

Une prière pour ce jour : Seigneur donne-moi la sagesse de m’attacher à l’essentiel, que je ne perde pas mon temps à discuter sur des points secondaires. Que je place la connaissance de Christ en haut de mes préoccupations. Amen !



28/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 690 autres membres