* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

1ère fête de l’Éternel: la Pâque (2) ( Plaire au Seigneur )

Ce sont ici les jours solennels de l’Éternel, de saintes convocations, que vous publierez en leurs temps assignés. Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, est la Pâque à l’Éternel. Le 23:4,5

Après les neuf plaies envoyées sur l’Égypte, l’Éternel décide de frapper un grand coup sur les Égyptiens qui tiennent son peuple en esclavage: un ange va passer dans toutes les maisons du pays pour faire périr tous les premiers-nés. Problème: les Israélites ne sont pas meilleurs que les Égyptiens; comment les mettre à l’abri du jugement? Réponse de Dieu: avant la nuit fatale, chaque famille israélite égorgera un agneau sans défaut et aspergera de son sang l’encadrement de la porte de sa maison. Ensuite, tous se tiendront dans la maison, pendant que l’ange, en voyant le sang, épargnera les premiers-nés. C’est cette même nuit que les Israélites quitteront l’Égypte en direction du pays promis. Voilà l’événement dont la Pâque, célébrée d’année en année, est le souvenir pour toutes les générations des Israélites.

Pour nous, chrétiens, la Pâque nous parle de Christ dont le sang a été versé pour nous, le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache (1Pi 1:19): Notre pâque, Christ, a été sacrifiée (1Co 5:7). Dieu a trouvé une pleine satisfaction dans l’œuvre de Christ, de telle sorte qu’il peut offrir le pardon des péchés à tous ceux qui se mettent à l’abri du sang de Jésus Christ. Encore faut-il que chaque personne se repente (Ac 17:30), un acte d’obéissance indispensable pour se mettre à l’abri de sa colère.

L’Israélite, dans sa maison, se nourrissait de l’agneau rôti au feu. Le chrétien, aujourd’hui, se nourrit d’un Christ qui a donné sa vie, c’est-à-dire qu’il le considère dans la beauté de son sacrifice, de son dévouement suprême à son Père, de son amour jusqu’à la mort pour sauver des rebelles. De même, quand, ensemble, nous partageons le pain et buvons à la coupe du repas du Seigneur, nous nous souvenons de Christ dans l’offrande qu’il a faite de lui-même à la croix.

L’importance que Dieu accorde au sacrifice de son Fils éclate lorsque celui-ci est présenté, au ciel, dans la grande et glorieuse salle du trône comme un agneau qui se tenait là, comme immolé (Ap 5:6).

Suite samedi prochain

 



10/06/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 768 autres membres