* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Amour sans condition ( Plaire au Seigneur )

Il se leva et vint vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion; il courut à lui, se jeta à son cou et le couvrit de baisers. Lu 15:20

Une des beautés de cette parabole tellement touchante, c’est l’amour du père, un amour intelligent et exempt de sensiblerie: il a laissé son fils, non sans avertissements certainement, faire ses coûteuses expériences. Quand ce dernier revient, l’amour du père est intact car il ne dépendait pas de la conduite de son fils; le père aime parce qu’il est le père de son enfant, et non, il le prouve bien, pour la satisfaction personnelle qu’il aurait pu tirer de la conduite de son fils.

Ainsi en est-il de Dieu pour nous et béni soit-il pour cela! Certes, si nous désobéissons à sa volonté, Dieu nous aime trop pour nous laisser ignorer que nous ne suivons pas le chemin de la bénédiction. La discipline qu’il exerce alors peut être pénible, et nous devons aussi supporter certaines conséquences de nos fautes. Mais, redisons-le, Dieu nous aime d’un amour invariable.

Alors posons-nous la question: sommes-nous imitateurs de Dieu dans ce domaine? Notre amour pour un frère dépend-il de l’affection qu’il nous témoigne, ou du fait que nous interprétons la Parole de Dieu de la même manière que lui, ou de nos affinités culturelles?

Dans le domaine de nos relations familiales, il est important d’aimer notre conjoint ou nos enfants pour eux-mêmes, et non pour la manière dont ils se comportent. On entend parfois encore dire à un enfant: «Tu es trop méchant! Je ne t’aime plus», ce qui peut faire naître et ancrer en lui cette pensée: c’est par mon comportement que je peux acquérir l’amour des autres. Quel fardeau pour un tel enfant que de devoir toujours se demander s’il mérite l’amour de ses parents, et quelle mauvaise orientation pour ses affections lorsqu’il deviendra adulte!

Si je constate que mon amour pour mes proches n’est pas aussi désintéressé que celui du père de la parabole, je peux me demander dans quelle mesure l’amour de moi-même occupe une place trop importante dans ma vie affective. Rien d’autre à faire, alors, que de reconnaître qu’il s’agit là d’une manifestation de la chair, et de la rejeter puisque je sais ne plus en être l’esclave.

 



06/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 880 autres membres