* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Appel à l’obéissance ( Plaire au Seigneur )

1378866653_292_1200x667x0

 

 

Par la foi, Abraham, étant appelé, obéit pour s’en aller au lieu qu’il devait recevoir en héritage. Heb 11:8
(Jésus) a appris l’obéissance par tout ce qu’il a souffert. Heb 5:8

L’obéissance est de plus en plus discutée et remise en cause dans les diverses civilisations humaines. Elle n’en reste pas moins indispensable pour la cohérence d’un groupe social. Mais elle suppose en contre partie un principe d’autorité, non moins discuté de nos jours. Le modèle d’équilibre entre l’obéissance et l’autorité nous est donné par l’apôtre Paul.

Il invite Philémon, maître d’un esclave fugitif, Onésime, (qui, de ce fait, à l’époque encourait la mort), à le recevoir non plus comme un esclave, mais au-dessus d’un esclave, comme un frère bien-aimé (Phm 1:16). Car entre ces deux chrétiens l’amour est introduit, caractère essentiel du royaume de Dieu. Tout est dit: le principe d’obéissance est maintenu, Philémon et Onésime restent dans la relation maître-serviteur. Mais le regard du maître a changé: il reconnaît dans son esclave plus qu’un prochain; il voit en lui un frère en Christ, ce qui transforme tout. Ainsi Onésime peut rentrer paisiblement chez son maître et obéir volontairement à celui dont il dépend.

Le chemin de l’obéissance est contesté dès le commencement de l’humanité: Dieu a interdit de prendre du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, mais nos premiers parents désobéissent. Cette désobéissance ferme la voie d’accès à Dieu, et pour l’homme s’ouvre un parcours d’errance et de rébellion.

Abraham devient un exemple de la foi qui obéit: quand Dieu le lui demande il quitte son pays marqué par l’idolâtrie, pour être à l’origine du peuple terrestre de Dieu. L’auteur de l’épître aux Hébreux constate que l’obéissance de la foi est le seul comportement qui permette la relation avec Dieu. Ce qu’Abraham a manifesté dans sa vie.

Ce chemin sera suivi en perfection par Jésus: pour sauver sa créature, il s’est anéanti et a pris une forme d’homme. Il a appris l’obéissance par l’expérience: il s’est toujours comporté comme le Fils soumis à la volonté de son Père. Il a accepté à Gethsémané le choix de Dieu: son propre sacrifice. Que ce ne soit pas ma volonté mais la tienne qui soit faite (Lu 22:42).

Quand Jésus dit: Si vous m’aimez, gardez mes commandements (Jn 14:15), il appelle les croyants à l’obéissance. Une obéissance de nature divine qui associe l’amour et l’acceptation volontaire.



11/10/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 932 autres membres