* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

De belles amitiés ( Aline Neuhauser )

“Un ami vrai est plus fidèle qu’un frère. ” (Proverbes 18.24)

La Bible ne nous livre pas seulement un magnifique portrait de Dieu, mais aussi un panorama beaucoup moins glorieux de l’humanité. Elle n’embellit pas la situation, mais avec réalisme, elle nous dépeint des couples qui se déchirent, des luttes fraternelles parfois sanglantes, des brouilles, des

jalousies et des trahisons.

Heureusement, quelques belles relations brillent dans ce sombre tableau.

Citons, entre autres, deux merveilleux exemples d’amitié.

Tout d’abord, David et Jonathan. Jonathan se dépouille non seulement de ses armes pour son ami, mais aussi de toute perspective future de régner après Saül, son père. Il aurait de bonnes raisons de détester David et de le considérer comme un rival, mais il fait tout pour le sauver de la haine de son père, parfois au risque de perdre lui-même la vie. En retour, David reste fidèle à Jonathan au-delà de la mort, puisqu’il recueille son descendant, l’infirme Méphiboscheth, auquel il fait place à sa table chaque jour de sa vie en mémoire de son ami.

Ensuite, Naomi et Ruth. La jeune Moabite accepte de tout quitter pour suivre sa belle-mère. Les deux femmes, qui ont subi de terribles deuils, se raccrochent l’une à l’autre et forment une vraie famille. Naomi assure à Ruth : « Ma fille, je dois trouver une solution pour que tu sois heureuse » (Ruth 3.1), montrant ainsi qu’elle cherche avant tout le bonheur de sa belle-fille. Cette dernière se montre prévenante et attentionnée envers sa belle-mère, dont elle suit scrupuleusement les conseils. Et en voulant faire le bonheur l’une de l’autre, les deux

femmes sont gagnantes, comme le montre la sublime fin de leur histoire.

Ces deux belles amitiés se caractérisent par la recherche du bonheur de l’autre, la fidélité, la générosité et l’esprit de sacrifice. N’est-ce pas ce qui caractérise aussi notre Seigneur Jésus-Christ, l’Ami par excellence ? N’a-t-il pas fait un sacrifice inimaginable en notre faveur ?

Que pouvons-nous lui offrir en retour ? Notre affection, notre reconnaissance et notre obéissance, car Jésus a dit : « Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande » (Jean 15.14). Gardons-nous d’inverser la phrase et de considérer Jésus comme étant « à nos ordres ». C’est lui qui est la tête et nous qui sommes le corps ; c’est lui qui est le Berger et nous qui le suivons, et

non le contraire !

 

Ma prière de ce jour :

Seigneur, je trouve inimaginable que tu veuilles être mon Ami, que tu aies quitté ton ciel si beau pour moi et que tu aies accompli le plus grand des sacrifices en ma faveur. Je ne veux jamais oublier tout ce que tu as fait pour moi. Je te suivrai en comptant sur ta grâce pour me garder debout. Mon cœur éclate de joie et de reconnaissance quand je pense à toi !

 

 


23/02/2019
0 Poster un commentaire

Rien de caché ( Graines d'Ensemencement )

 

Où irai-je loin de ton Esprit, où fuirai-je loin de ta face ? (Psaumes 139:7)


Personne d'entre nous ne supporterait que son entourage puisse connaître exactement tout ce qu'il fait, dit ou pense au cours de chacune de ses journées. Quelle honte si nos plus misérables secrets devaient être

révélés et étalés au grand jour !

 

Or effectivement tout, absolument tout, ce qui se passe en nous, aussi bien que ce que nous exprimons ou faisons, est connu par Celui dont l'appréciation devrait nous importer plus que celle de nos proches et de nos semblables. Et il faudra rendre compte, un jour, de tout le détail de l'existence qui nous aura été prêtée. Cette parfaite connaissance que

Dieu possède remplissait de perplexité l'auteur du Psaume 139 : "Où irai-je loin de ton Esprit, où fuirai-je loin de ta face ?"

 

Et pourtant cette inquiétude peut se changer en une joie sans égale. Il en est ainsi lorsque, conscient d'être un pécheur, l'homme le reconnaît et le confesse avec droiture devant Dieu. Il se trouve alors d'accord avec Lui et prend la place qui lui convient, de sorte que Dieu peut se révéler à lui comme le Dieu de grâce et de pardon, le Dieu Sauveur. "Combien me sont précieuses tes pensées, dit ce croyant. Sonde-moi, connais mon coeur, éprouve-moi et connais mes pensées, conduis-moi dans la vie éternelle" (Psaume 139:17,23-24). Dès lors il pourra avancer sur cette voie éternelle avec, à chaque pas, le secours de son Dieu.

 


23/02/2019
0 Poster un commentaire

La volonté de servir. ( Oswald Chambers )

 

Le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir. (Matthieu 20:28)


Paul a la même conception du service que notre Seigneur lui-même. "Je me suis fait l'esclave de tous", écrit-il aux Corinthiens. Il nous semble que ceux qui sont appelés au saint ministère sont destinés à former une classe d'hommes bien différente des autres. Or, selon Jésus-Christ, ils doivent être le paillasson sur lequel on s'essuie les pieds ; ils doivent être des guides spirituels, non pas des supérieurs. "Je sais vivre petitement", dit Paul. Pour lui, servir, c'est se dépenser jusqu'au bout pour les autres, sans s'inquiéter ni de l'éloge ni du

blâme.

 

Tant qu'un seul être humain est là qui ne connaît pas Jésus-Christ, Paul se doit à lui pour le lui apprendre. Le ressort principal de ce ministère de Paul n'est pas l'amour des hommes, c'est l'amour de Jésus-Christ. Si c'est pour les hommes que nous nous dépensons, nous allons à la déception et au découragement, car nous trouverons chez eux plus d'ingratitude sous vent que chez un humble chien. Mais si c'est pour Dieu que nous travaillons, là point d'ingratitude qui puisse nous arrêter dans notre activité au service des autres. C'est parce que Paul se rendait clairement compte de la façon dont Jésus l'avait traité lui-même qu'il était si résolu à servir les autres. "J'étais auparavant un adversaire acharné, un blasphémateur de Jésus-Christ. Jamais les hommes n'auront à mon égard autant de haine et d'exécration que j'en avais pour Lui." Quand nous pensons que Jésus-Christ s'est donné pour nous malgré toute notre indignité, aucun mauvais traitement de la part des autres ne nous empêchera de les servir.

 


23/02/2019
0 Poster un commentaire

Communion ininterrompue. ( Charles Spurgeon )

 

Si vous demeurez en moi, et que mes paroles de meurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. (Jean 15:7)


Il faut nécessairement être en Christ pour vivre pour lui, et nous devons demeurer en lui pour pouvoir nous réclamer de cette promesse. Demeurer en Jésus, c'est ne jamais le quitter pour une autre affection ou un autre objet, c'est rester avec lui dans une union vivante, intime, consciente et volontaire. La branche n'est pas seulement près du tronc, mais reçoit de lui sa vie et sa fertilité. Tout vrai croyant demeure, à vrai dire, en Christ ; mais cette expression à un sens plus élevé auquel nous devons atteindre pour obtenir cette puissance auprès de son trône. Le « demandez tout ce que vous voudrez » est, pour les Énoch qui marchent avec Dieu, pour les Jean qui reposent sur son sein, pour ceux

dont la communion avec Christ est continuelle et ininterrompue.

 

Le coeur doit demeurer dans l'amour, l'esprit être enraciné dans la foi, l'espérance reposer sur la Parole, l'être tout entier être attaché au Seigneur, sans quoi il serait dangereux de croire à cette puissance dans la prière. Cette carte blanche ne peut être donnée qu'à ceux dont la vie entière est : « Ce n'est plus moi qui vis, mais c'est Christ qui vit

en moi. »

 

O vous qui interrompez votre communion avec lui, quelle puissance vous perdez ! Si vous voulez être puissants et victorieux en plaidant avec lui, il faut que le Seigneur demeure en vous et que vous demeuriez en lui.

 


23/02/2019
0 Poster un commentaire

Le verset du jour

 
2 Corinthiens 12:9

Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse

 


23/02/2019
0 Poster un commentaire