* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

METTEZ L’ACCENT SUR L’ŒUVRE ACCOMPLIE DE JÉSUS ( Vito Lentini )

téléchargement (2)

 

 

 

Romains 7 :9-10 « Moi, pourtant, autrefois sans la Loi, je vivais, mais quand le commandement est intervenu, c’est le péché qui s’est mis à vivre, et moi je suis mort. Ainsi, ce qui s’est produit pour moi, c’est que le commandement qui devait conduire à la vie m’a conduit à la mort. » (BDS)

En 1942, C. S. Lewis a écrit un livre brillant intitulé Les lettres de Screwtape*. Il raconte l’histoire d’un démon senior enseignant à un jeune démon comment exploiter les faiblesses et les fragilités de l’homme. Dans le même ordre d’idées, j’imagine que Romains 7 :9 est probablement le verset le plus étudié et le plus mémorisé en enfer. Ce verset serait enseigné à tous les démons débutants et la conférence s’intitulerait : « Comment faire renaître le péché » ! Selon Paul, quand vous introduisez la Loi, il y aura un RÉVEIL DU PÉCHÉ ! Et ce n’est pas tout. En plus de ranimer le péché, la Loi tue et apporte la mort ! N’est-il pas étonnant, alors, qu’il y ait des ministres bien intentionnés qui prêchent fortement sur les Dix Commandements, pensant que l’imposition de la Loi ferait disparaître le péché ?

Selon Romains 3 :20, « c’est par la Loi que vient la connaissance du péché. » En d’autres termes, sans la Loi, il n’y aurait aucune connaissance du péché. Par exemple, vous pouvez conduire à la vitesse que vous voulez sur une route qui n’a pas de limitation de vitesse et personne ne peut vous accuser d’excès de vitesse. Mais une fois que les autorités imposent une limitation de vitesse sur la même route, vous savez maintenant que si vous roulez au-delà de, disons, 100 kilomètres à l’heure sur cette route, vous enfreignez la loi.

De la même manière, Paul dit : « Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la Loi n’avait dit : Tu ne convoiteras pas. » (Romains 7 :7). C’est pourquoi l’ennemi vous accuse toujours avec la voix d’un juriste. Il utilise la Loi et les commandements pour montrer vos échecs, pour mettre en lumière comment votre comportement vous a disqualifié de la communion avec Dieu, et pour montrer constamment que vous ne méritez pas Son acceptation, Son amour et Ses bénédictions ! L’ennemi utilise la Loi pour vous condamner et vous donner un sentiment de culpabilité et de distance par rapport à Dieu. Il sait que plus vous éprouvez de condamnation et de culpabilité, plus vous avez de chances de vous sentir rejeté de Dieu et de continuer dans ce péché. La seule façon de sortir de ce cercle vicieux de défaite est de mettre en lumière l’œuvre accomplie de Jésus, qui par Sa mort sur la croix a pris votre condamnation et vous a qualifié pour recevoir l’acceptation, l’amour et les bénédictions de Dieu pour toujours.

*Screwtape : le nom du démon. Il s’agit de lettres d’un vétéran de la tentation à un novice.


09/05/2021
0 Poster un commentaire

Nos paroles révèlent notre cœur ( Bob Gass )

« Ton langage te fait reconnaître » Matthieu 26.73

PDJ-2021-05-09-1030x1030

 

 

Nos paroles finissent toujours par nous trahir. Pierre en a fait l’amère expérience. La nuit où Jésus a été arrêté et tous ses disciples dispersés, Pierre est resté assez près pour en être témoin, mais pas assez pour qu’on puisse le relier à Christ. La Bible dit : « Peu après, ceux qui étaient là s’approchèrent et dirent à Pierre : Vraiment, tu es de ces gens-là, ton langage te fait reconnaître. Alors il se mit à faire des imprécations et à jurer : Je ne connais pas cet homme. Aussitôt le coq chanta. Et Pierre se souvint de la parole que Jésus avait dite : Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. Il sortit, et dehors il pleura amèrement » (v.73–75). Après cet épisode, plus personne n’a accusé Pierre d’être un disciple de Jésus ! Dans n’importe quelle langue, on constate que le blasphème peut amener les autres à remettre en question la qualité de notre relation avec Christ. Nos paroles ont le pouvoir d’édifier les gens ou de les rabaisser, de les attirer à Christ ou de les en éloigner. N’oubliez jamais ces deux versets : 1) « Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce […] afin que vous sachiez comment vous devez répondre à chacun » (Col 4.6). 2) « Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole malsaine, mais s’il y a lieu, quelque bonne parole qui serve à l’édification nécessaire et communique une grâce à ceux qui l’entendent » (Ep 4.29). Voici une prière pour vous : « Père, qu’aujourd’hui mes paroles rendent hommage au nom de Jésus et en attirent d’autres à lui. Amen. »


09/05/2021
0 Poster un commentaire

Pour vaincre l’angoisse (1) ( Bob Gass )

2021-05-09

 

 

 

Ne vous inquiétez de rien !” Ph 4. 6

L’angoisse ressemble à une goutte qui tombe dans notre esprit avant d’y creuser peu à peu son lit jusqu’au jour où toutes nos pensées se mettent à couler dans ce courant destructeur. La plupart de nos angoisses peuvent être classées en trois catégories : 1- L’angoisse devant l’inévitable comme l’âge, l’infirmité, la retraite, la solitude, l’insécurité financière, les accidents, la maladie, la perte d’un être cher et la mort. 2- L’angoisse devant les impératifs de la vie comme prendre des décisions, entamer ou mettre un terme à une relation, perdre du poids, changer de profession, commettre des erreurs. 3- L’angoisse qui révèle notre état d’esprit, dévoilant nos sentiments face à notre capacité à régler les problèmes. Par exemple, la crainte d’être rejeté risque d’influencer toutes les relations qui jalonneront votre vie. Par crainte de souffrir, vous vous mettez à éviter les rencontres avec les autres, votre monde se réduit comme peau de chagrin et les occasions de vous épanouir s’évanouissent peu à peu. Nombre de nos angoisses peuvent se résumer à un doute implanté en nous, qui se traduit par l’éternelle question : “Et si je n’en étais pas capable ?” Votre esprit est le champ de bataille où se décide la victoire ou la défaite. Demandez-vous par conséquent : “Serais-je toujours aussi angoissé si j’étais certain de pouvoir gérer n’importe quelle éventualité ?” La réponse est non, bien sûr. Quand nous sommes sûrs de pouvoir régler tout problème, quel qu’il soit, l’anxiété cesse de nous tétaniser et de nous voler notre joie. Je vous entends d’ici vous récrier : “Mais c’est un peu trop facile !” Pas quand on inclut Dieu dans l’équation! Voici deux versets qui feront merveille pour éliminer vos angoisses, et sur lesquels vous pourrez vous appuyer dès que vous serez dans une mauvaise passe 1- “Je peux tout par Christ qui me fortifie” (Ph 4. 13). 2- Ne vous inquiétez de rien, mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus Christ” (Ph 4. 6-7).


09/05/2021
0 Poster un commentaire

Jésus éclaire tout homme ( Plaire au Seigneur )

téléchargement (1)

 

 

(L’homme)… répondit (à Jésus): Maître, j’ai gardé tout cela dès ma jeunesse. Jésus, l’ayant regardé, l’aima, et lui dit: Une seule chose te manque: va, vends tout ce que tu as… Et lui, consterné par cette parole, s’en alla tout triste, car il possédait de grands biens.Mr 10:20-22
La vraie lumière était celle qui, venant dans le monde, illumine tout homme.Jn 1:9

Cette rencontre met face à face Jésus avec celui qu’on appelle habituellement le jeune homme riche. C’était un Juif, zélé pour Dieu et obéissant à la Loi.

Cet homme adopte un comportement connu: il considère la vie éternelle comme un bien que l’on peut acquérir par une bonne conduite. Il vient voir Jésus en qui il reconnaît un guide. Sa question (v. 17) montre qu’il souhaite faire le point sur sa situation spirituelle.

Dans le dialogue, Jésus se révèle comme la lumière et il l’éclaire sur son état. Il l’amène à poser un regard différent sur lui et sur tous les hommes. Il lui rappelle que l’homme ne peut jamais vraiment atteindre le bien: Personne n’est bon, sinon un seul: Dieu (Mr 10:18).

Jésus montre ensuite à ce jeune homme que, malgré sa stricte observation des préceptes de la Loi, il a un vrai problème: il est plus attaché à l’argent qu’à Dieu. Il l’invite donc à changer ses priorités: Va, vends tout ce que tu as… et viens, suis-moi (v. 21).

Le Seigneur éclaire cet homme, lui révèle la raison de son inquiétude, tout en lui montrant un profond intérêt: il le regarde, il l’aime, mais le laisse libre de son choix. Incapable d’obéir parce qu’il est encore attaché à ses biens, le jeune homme s’en va tout triste.

En demandant à cet homme de vendre tout ce qu’il possède, Jésus n’enseigne pas que cet acte est un moyen de salut. Il cherche à le persuader qu’il a besoin d’être sauvé et que pour cela il doit abandonner ce qui l’empêche de le suivre.

Il en est ainsi aujourd’hui. Il nous faut un regard lucide sur ce que nous sommes et sur ce à quoi nous sommes attachés. C’est l’action de l’Esprit qui fera la lumière dans notre cœur.


09/05/2021
0 Poster un commentaire

Ce qu’il recherchait (2) – La gloire de Dieu ( La Bonne Semence )

(Jésus a dit :) Quant à moi, je ne cherche pas ma gloire.
Jean 8. 50
Père, glorifie ton nom.
Jean 12. 28
Moi, je t’ai glorifié sur la terre.
Jean 17. 4
69f89bb33a350f926fd7ee980c2a0494

 

 

Dans le jardin d’Éden, Satan a persuadé Adam et Ève qu’ils seraient “comme Dieu”, s’ils mangeaient du fruit défendu. Cette pensée de s’élever jusqu’à Dieu leur a paru enviable, et ils ont suivi le conseil du Tentateur. Ils ont ainsi désobéi à Dieu, reniant son autorité de Créateur sur eux.

Ce désir de s’élever a été transmis à toute l’espèce humaine. L’humilité ne nous est pas naturelle ; l’orgueil, il faut bien l’admettre, habite notre coeur à tous, à des degrés divers.

Quand Jésus est venu sur la terre, il a déclaré : “Je ne cherche pas ma gloire”. Alors qu’il était Dieu le Fils, et en contraste total avec Adam, il s’est anéanti lui-même pour devenir un homme. Puis, étant homme, il s’est encore abaissé lui-même jusqu’à la mort de la croix (Philippiens 2. 5-11). Jésus a donc suivi un chemin inverse de celui de nos premiers parents. Le désir de s’élever, qui a conduit à la désobéissance d’Adam, était étranger à Jésus. Au contraire, dans sa vie tout entière, nous découvrons une humilité vraie et constante. Il était “humble de coeur”, non pas faussement humble comme nous le sommes parfois (Matthieu 11. 29). Il ne recherchait pas l’approbation ou l’admiration des hommes, il faisait la volonté de Dieu. Le centre de ses pensées était Dieu son Père, partout, toujours, et en tout.

En lui seul, Dieu a trouvé son plaisir (Matthieu 17. 5). C’est pourquoi Dieu l’a ressuscité et “l’a élevé très haut”, il l’a “couronné de gloire et d’honneur” (Philippiens 2. 9 ; Hébreux 2. 9).


09/05/2021
0 Poster un commentaire