* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

La foi et le doute ( Alain Larroque )

Lecture : Matthieu 14/22 à 36

Je crois que l’on peut dire sans se tromper que le doute fait partie de la foi, du moins dans le sens suivant : là où est la foi vivante, le doute va chercher à s’insinuer. C’est ce que Pierre va vivre ! Sa « chute » est l’une des conséquences immédiates et directes du doute. Le doute engendre le trouble et la peur, alors que la foi favorise la paix

et la tranquillité.

 

Qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête et par le cœur de Pierre alors qu’il était en train de vivre une expérience de foi ?  Les mêmes choses qu’à nous ! Des questions comme celles-ci : « La Parole de Jésus est-elle encore valable ? Le vent n’est-il pas en train de forcir ? La mer n’est-elle pas plus grosse que tout à l’heure ?... Le doute avait

réussi à s’insinuer dans la plus belle des expériences de foi.

 

Le doute nous conduit toujours à détourner nos regards de Jésus pour les fixer sur ce qui se passe : le doute est curieux, d’une curiosité malsaine. L’épître aux Hébreux, au chapitre 12/1 et 2 est pourtant claire :
   
« …Ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi ».

 

Malgré sa petite foi, malgré son moment de doute, Pierre va tout de même marcher sur les eaux, tant qu’il a su regarder à Jésus. Décidons, dès aujourd'hui, de cesser de considérer nos difficiles circonstances, pour

tout à nouveau regarder à Jésus, même avec notre petite foi !

 

Et puis, sa petite foi et son moment de doute ne l’ont pas empêché de crier à Jésus au bon moment !

 

L’incident, vécu par les disciples, les a marqués profondément. Plus la

délivrance est grande, plus la gloire de Dieu est manifestée.

 

Sachons ne pas nous focaliser sur nos courts moments de doute, pour vivre notre foi sans complexe et avec grâce.

 

 

 

 


20/10/2018
0 Poster un commentaire

L'autorité est dans l'onction ( Paul Calzada )

“Samuel prit la corne d’huile, et l’oignit au milieu de ses frères. L’Esprit de l’Éternel saisit David, à partir de ce jour et dans la suite”. (1 Samuel 16.13)

Le chapitre 17 du premier livre de Samuel, nous rapporte l’histoire très connue, de David terrassant le géant Goliath. Sans entrer dans tous les détails de ce récit, retenons simplement l’aspect de l’audace, de la foi, de l’autorité que David va exercer en cette circonstance.

David n’était que le dernier d’une famille nombreuse de huit fils. Ceci ne le plaçait pas en position d’autorité, surtout qu’à cette époque le droit d’aînesse existait. David n’était pas un soldat, il n’avait aucun poste dans l’armée du roi Saül, il n’avait aucun grade. C’était un sans grade. Il ne pouvait se prévaloir d’aucun titre militaire, il n’était même pas simple soldat. Son autorité, face à

Goliath, ne se trouvait nullement dans un titre quelconque.

Ajoutons à tout cela que Saül a voulu donner à David un semblant d’autorité en le revêtant de son armure royale. Mais David s’en débarrassa. L’autorité que David va manifester face au Goliath ne pouvait se trouver dans une parure extérieure, dans un costume, dans une apparence.

Alors, où résidait l’autorité de David face au Goliath ? Son autorité lui venait de l’onction qu’il avait reçue, comme signalé dans le texte de ce jour.

Ce récit nous rappelle, d’une manière symbolique, ce qu’il en est de l’exercice de l’autorité dans l’Église. Certains pensent que l’autorité doit être exercée par les plus âgés, par des gens d’expérience qui ont traversé mille et une péripéties. Il y a du bon sens dans cette idée, mais en faire une règle absolue c’est nier que l’autorité repose sur autre chose que l’âge et l’expérience. D’autres pensent que ce sont les titres qui confèrent de l’autorité. Certes, dans l’armée l’autorité réside dans les grades supérieurs (Matthieu 8.9), mais dans l’Église il n’en est pas ainsi (Matthieu 20.25/26).

L’autorité n’est pas davantage dans un habit. Les vêtements sacerdotaux en tous genres peuvent impressionner certains fidèles, mais l’autorité n’est ni dans une aube, ni dans une

tiare, ni dans un col de clergyman, ni dans un costume austère…

L’autorité est dans l’onction.

Si quelqu’un exprime une parole de connaissance, qu’il ait un titre ou pas, peu importe, lorsqu’il donne cette parole de connaissance, il l’apporte avec la pleine autorité du Saint-Esprit. Dans les églises du premier siècle, il y avait des esclaves et des hommes libres, il y avait des femmes et des hommes, il y avait des jeunes et des personnes âgées, il y avait des prophètes, des apôtres, des docteurs mais également de modestes disciples de Jésus, mais quand l’onction saisissait un esclave

et qu’il prophétisait, son message avait autorité sur les hommes libres.

Ainsi, la véritable autorité selon Dieu, vient de l’onction.

 

Ma prière en ce jour :

Seigneur, remplis ma vie, et celle de chacun de tes enfants, de ton Esprit, pour la manifestation d’une autorité bienfaisante dans l’Église. Amen !

 

 


20/10/2018
0 Poster un commentaire

LA VRAIE SOURCE DE NOTRE PUISSANCE Carter Conlon

 

 

Quand Satan est venu dans le Jardin d’Éden, il est venu avec une haine pour Dieu qui s’est manifestée à chaque fois qu’il a essayé d’apporter la ruine à ce qui était le plus proche du cœur de Dieu : l’humanité. Le diable a fini par planter une pensée dans l’homme qui allait amener chaque être humain à sa propre destruction – l’idée que nous pouvons devenir nous-mêmes semblable à Dieu.

Après que Satan a tenté Adam et Eve, Dieu lui a dit : “L’Éternel Dieu dit au serpent: Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon” (Genèse 3:14-15).

C’est la première fois dans la Bible que nous voyons le plan rédempteur de Dieu être évoqué. De toute évidence, Dieu n’a pas été pris par surprise dans le Jardin d’Éden. Il savait que l’humanité serait créée à Son image, allait échouer et aurait besoin d’être rachetée. Donc, Dieu disait en fait à Satan : “Ne te réjouis pas trop vite : sache que J’ai un plan. Tu vas vivre pour conquérir et dévorer ceux que J’ai créés à mon image jusqu’à la fin de ta vie. Je vais établir un acte d’opposition entre toi et la femme – mais de la descendance de la femme, je vais susciter Celui qui s’opposera activement à toi et qui causera ta défaite.”

Celui qui est issu de la femme, c’est Christ. Et aujourd’hui, nous connaissons l’histoire : Jésus sera ressuscité des morts et écrasera l’idée du diable qui pense qu’il a le droit de rendre captifs ceux qui ont été créés à l’image de Dieu, non seulement pour ce temps mais pour toute l’éternité.

Il est vital de nous rappeler que nous avons la puissance sur le diable – et que la véritable source de notre puissance se trouve dans la prière. Cela a toujours été le cas et cela le sera toujours.

 

 


20/10/2018
0 Poster un commentaire

De chaque péché ( Charles Spurgeon )

 

Il sauvera son peuple de ses péchés. (Matthieu 1:21)


Seigneur, sauve-moi de mes péchés. Ton nom de Jésus m'encourage à prier de la sorte. Sauve-moi de mes péchés passés, de crainte que je n'en sois enchaîné. Sauve-moi de mes péchés naturels, de peur que je ne devienne l'esclave de ma propre faiblesse. Sauve-moi des péchés que j'ai toujours devant les yeux, et qu'ils m'inspirent une horreur toujours plus profonde ! Sauve-moi de mes péchés commis par erreur, péchés qui me sont cachés à cause de mon manque de lumière. Sauve-moi de la surprise du péché ; que je ne sois jamais entraîné par une tentation subite. Sauve-moi, Seigneur, de tout péché. Qu'aucune iniquité ne domine sur moi

!

 

Toi seul peux le faire. Je ne peux briser mes chaînes, ni vaincre mes ennemis. Tu connais la tentation, car tu as été tenté. Tu connais le péché, car tu en as porté le poids. Tu sais comment me secourir à l'heure de la lutte. Tu peux me sauver de pécher et me sauver quand j'ai péché. C'est la promesse qui est contenue dans ton Nom même, et je te demande que chaque jour je réalise cette prophétie. Que jamais je ne cède à mon humeur, à mon orgueil, à mon découragement, ni à aucune formé de mal. Mais toi, sauve-moi en sainteté de vie, afin que le nom de

Jésus soit puissamment glorifié en moi.

 

Jésus-Christ est mon Sauveur ;

Son coeur est rempli d'amour.

Il me sauve ; oh, quel bonheur !

Il me sauve chaque jour.

 


20/10/2018
0 Poster un commentaire

Est-ce que je veux ce que Dieu veut ? ( Oswald Chambers )

 

 

Ce que Dieu veut, c'est votre sanctification. (1 Thessaloniciens 4:3)


Il n'y a aucun doute que la volonté de Dieu est que je sois sanctifié. Mais est-ce bien ma volonté ? Suis-je décidé à laisser Dieu accomplir en moi tout ce qui a été rendu Possible par la Rédemption ? Vais-je accepter que Jésus soit fait pour moi sanctification, et que la vie de Jésus se manifeste dans ma chair mortelle ? Ne vous contentez pas de dire : "Comme je désire être sanctifié !" Ce n'est pas vrai, vous ne le désirez pas. Cessez de soupirer, et prenez l'affaire au sérieux : "Tel que je suis, sans rien à moi, je viens." Acceptez, avec une foi sincère, que Jésus-Christ devienne votre sanctification, et le miracle de la Rédemption s'accomplira en vous. Tout ce que Jésus a rendu Possible m'est accordé comme un don gratuit du Dieu d'amour, à cause de l'oeuvre

qu'il a lui-même accomplie.

 

Jésus m'ayant sauvé et sanctifié, l'attitude que je dois avoir est celle d'une humble et profonde sainteté, (une sainteté orgueilleuse n'est pas la sainteté). Cette sainteté a sa source dans une sincère repentance, et dans un sentiment de honte et de déchéance inexprimable ; mais en même temps je fais la merveilleuse découverte que l'amour de Dieu a fait irruption dans mes ténèbres. Alors que je ne me Souciais pas de lui, il a tout

accompli pour mon salut et ma sanctification (voir Romains 5:8). Il n'est pas étonnant que Paul dise : "Rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ."

 

La sanctification m'unit à Christ, et par lui à Dieu, et c'est l'Expiation qui produit toutes ces merveilles. Ne prenez jamais l'effet pour la cause. L'effet en moi, c'est l'obéissance, le service, la prière, qui résultent de ma reconnaissance pour la sanctification opérée en moi grâce à l'Expiation.

 


20/10/2018
0 Poster un commentaire