* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Chip Brogden


Dites à Archippus par Chip Brogden

"Et dis à Archippe:" Prends garde au ministère que tu as reçu dans le Seigneur, afin que tu puisses l'accomplir ... souviens-toi de mes liens "(Colossiens 4: 17,18ff).

Cette note personnelle à la fin de la lettre de Paul aux Colossiens mérite d'être examinée de plus près. Peut-être que dans ce mot d'exhortation à Archippus quelqu'un peut voir une application à leur situation aujourd'hui.

Le ministère (comme l'Ecriture l'a voulu) n'était pas et n'est pas une position de privilège ou de distinction de classe. Il n'a jamais été conçu pour être un bureau professionnel auquel quelqu'un pourrait aspirer, comme on pourrait le faire pour devenir médecin ou avocat.

Mais notre situation aujourd'hui est très différente de celle de Paul. Dans Churchianity Today, le ministère est souvent assimilé à la position, l'influence, le titre, le rang, les privilèges spéciaux, et le plus convoité de tous les prix: la rémunération financière. Malheureusement, cet état d'esprit n'est pas un phénomène du 20ème siècle. Au milieu du deuxième siècle, l'église post-apostolique commençait déjà à se diviser sur le modèle des «ministres» et du «peuple ordinaire». Moins de 100 ans après la mort du dernier apôtre, après seulement une ou deux générations, le sacerdoce des croyants a commencé à être éclipsé par une distinction clergé / laïc qui se poursuit sans relâche jusqu'à ce jour.

Le message aux masses est que les ministres sont spéciaux et doivent être traités différemment des laïcs. Selon la hiérarchie organisationnelle, certains ministres sont même plus spéciaux que d'autres. Parce que nous avons permis aux ministres de recevoir un traitement spécial, les gens qui ont besoin d'un traitement spécial sont d'autant plus attirés par le ministère de la Religion Organisée

La situation dans l'Église primitive était très différente. En ces jours, répondre à l'appel au ministère était d'accepter la souffrance, la souffrance et la mort possible. Leur exemple était Jésus, le Serviteur Souffrant, et réalisant que le disciple n'est pas au-dessus de Son Maître, ils ont compté le coût et n'ont pas cherché le ministère à des fins égoïstes.

Quelqu'un comme Archippus devait être encouragé à accomplir le ministère que Dieu lui avait donné. Pourquoi? Parce que ce n'était pas quelque chose que quelqu'un poursuivrait de son propre chef. Les gens n'ont pas poursuivi le ministère dans l'Église primitive; le ministère les a poursuivis. Le ministère n'était pas organisé en une hiérarchie, et il leur offrait peu ou rien en termes de récompense financière ou matérielle. Il promettait peu ou rien de la gloire, de la reconnaissance ou du privilège.

Cela explique probablement la raison pour laquelle, à cette époque, la récolte était vraiment abondante, mais les ouvriers étaient peu nombreux. Aujourd'hui, les ouvriers autoproclamés sont tellement nombreux qu'ils piétinent partout dans la moisson. Le clergé professionnel et l'attitude qu'il apporte sont devenus une responsabilité envers le Seigneur de la Récolte, pas un atout. Ils sont devenus un obstacle à la moisson au lieu d'une aide; et aujourd'hui, plutôt que de prier pour que plus de travailleurs partent, nous ferions peut-être mieux de prier pour que certains d'entre eux retournent chez eux et s'asseyent aux pieds de Jésus pendant un certain temps.

Pour Archippus, il ne s'agissait pas d'essayer de faire quelque chose, ni de créer un ministère là où il n'en existait pas, ni de créer une nouvelle église, ni de se consacrer à faire quelque chose qu'il voulait faire. Il avait déjà reçu un ministère du Seigneur. La nature précise de ce ministère, et ce qu'il était appelé à faire, nous n'avons aucun moyen de le savoir. C'était peut-être quelque chose qui, à nos yeux, était grand et noble. Plus que probablement, c'était quelque chose de petit et apparemment insignifiant.

Tout ce que nous savons à coup sûr, c'est que Archippus avait reçu un ministère du Seigneur, et qu'il ne l'avait pas encore accompli. Archippus le savait, et Paul le savait, et maintenant tout le monde le savait à Colosses. Il était appelé à quelque chose, et avait reçu quelque chose du Seigneur, mais il était dormant, stagnant, inerte, attendant toujours d'être utilisé. Quelle ironie que ceux qui n'ont rien à dire sont les plus susceptibles d'être prêchés; ce sont ceux qui ont envie de parler, qui veulent être sur la plate-forme - tandis que ceux qui ont vraiment quelque chose à apporter doivent être incités et encouragés à partager leur sagesse. Ceci est, peut-être, une garantie intégrée contre l'orgueil, l'arrogance et la hauteur d'esprit qui tente si souvent, et trop souvent les souillures, ceux qui ont vu et entendu quelque chose du Seigneur - ou pensent simplement qu'ils ont.

Moïse savait certainement quelque chose de cette réticence à aller de l'avant. L'œuvre de la Croix était si complète en lui qu'il supplia Dieu d'envoyer quelqu'un d'autre. Ce genre d'humilité et d'abaissement de soi est admirable, et doit être préféré à un fanfaron confiant; mais si nous persistons au-delà d'un certain point, nos protestations deviennent de fausses expressions d'humilité et de vraie désobéissance. Quand Moïse a persisté dans sa réticence à partir, Dieu s'est fâché contre lui parce que son humilité dépassait sa limite raisonnable et devenait quelque chose qui ressemblait à de la peur. Une personne vraiment humble n'est pas pour ou contre une certaine ligne de conduite. Il est indifférent à la chose et ne se soucie que de ce que Dieu voudrait qu'il fasse, que ce soit agréable ou désagréable.

De même, Timothée devait être encouragé par Paul. "Remuez le don qui est en vous par l'imposition de mes mains ... car Dieu ne nous a pas donné l'esprit de crainte ... n'ayez pas honte du témoignage du Seigneur" (II Timothée 1: 6-8ff). Paul ne dit pas à Timothée de prier pour une meilleure opportunité, ou d'attendre passivement que Dieu se lève en lui et l'accable. Timothy avait besoin d'exercer le don. Il avait besoin de le remuer. Il avait quelque chose à offrir, quelque chose à apporter. L'exhortation de Paul n'était pas de persister dans une fausse humilité ou dans une attente passive, mais d'être proactif, de l'éveiller et de servir le Corps du Christ en tant qu'intendant fidèle. Selon l'évaluation de Paul, ce n'était pas un esprit d'humilité qui retenait Timothy, c'était un esprit de peur.

Archippus, comme Moïse et Timothée, avait besoin de pousser et de pousser. Archippe savait qu'il y avait un appel à sa vie, et il savait qu'il avait reçu un ministère du Seigneur. Aussi content qu'il ait pu vivre la vie dans l'ombre, Paul ne lui permettait pas de continuer à ignorer cet appel de Dieu sans quelque mot de rappel, de correction, d'encouragement à y prêter attention et à voir qu'il était achevé.

Il y en a qui, loin de rechercher le ministère à leurs propres fins ambitieuses, se contentent d'attendre passivement que Dieu accomplisse tout à son époque. Ils ne feront rien pour l'empêcher, mais ils ne feront rien pour l'aider non plus. Bien que ce soit louable dans une certaine mesure par rapport à l'ambition compulsive des ambitieux, il est probablement motivé davantage par la timidité et la peur. Une fois qu'une personne a reçu son ministère du Seigneur, l'humble et le patient qui l'attend est fini. Il fut un temps où Paul pouvait recourir au désert d'Arabie pour être seul avec les Écritures et attendre humblement d'autres directions, mais quand l'Esprit l'a finalement envoyé, il est allé sans hésitation, sans réserve.

Maintenant, Paul dit à son compagnon de travail Archippe: "Prends garde au ministère que tu as reçu du Seigneur pour que tu puisses l'accomplir." Il doit être accompli par quelqu'un, et celui qui l'accomplit est celui qui l'a reçu. Vous ne pouvez pas accomplir le ministère que j'ai reçu du Seigneur, et vous ne pouvez pas me dire comment l'accomplir. De même, je ne peux pas accomplir le ministère que vous avez reçu du Seigneur, et je ne peux pas non plus vous dire comment l'accomplir. Paul n'a pas dit à Archippe ou à Timothée comment accomplir le ministère qu'ils avaient reçu. Son conseil était très sage: excitez le Don, faites attention à ce que vous avez reçu du Seigneur, et l'Esprit vous montrera comment procéder. Mais continuez, vous devez; Ne l'enterrez pas dans le sol comme le serviteur inutile, mais investissez-le dans le Corps du Christ tout de suite.

Nous ne suggérons pas que les méthodes charnelles peuvent être utilisées pour accomplir le ministère, mais elles doivent être accomplies et déchargées - non pas par la force ou le pouvoir de celui qui est appelé, mais par le même Esprit du Seigneur qui émet l'appel. Ceux qui ont reçu un ministère du Seigneur doivent le chercher activement pour savoir comment, et quand, et où, pour accomplir ce ministère (ceci suppose que nous comprenons ce qu'est le ministère, et ce qu'il n'est pas). Une fois que quelque chose est donné par le Seigneur, cela devient une confiance sacrée et une intendance sainte pour celui qui l'a reçu. Comme Frodon qui a été accusé d'avoir porté le pouvoir au mont Mordor, la responsabilité de l'intendance ne peut pas être haussée ou laissée aux autres.

Si chaque frère et sœur en Christ prenait en compte le ministère qu'ils avaient reçu du Seigneur et l'accomplissait, nous n'aurions aucun besoin d'un clergé professionnel. Il devrait être évident que la réticence de chaque membre du Corps de Christ à accomplir sa vocation individuelle a créé un vide dans le sacerdoce de tous les croyants que les autres ne veulent qu'assimiler à une hiérarchie imposée. En toute équité, il faut aussi reconnaître que beaucoup de «laïcs» sont tout à fait satisfaits de rester «laïcs», et préfèrent en fait que Moïse escalade la montagne en leur faveur et leur donne une parole de Dieu chaque semaine. Ils peuvent l'appeler une «église», mais ce n'est rien de plus qu'un culte de la co-dépendance charnelle, un endroit où les dirigeants aveugles peuvent exercer leurs compétences de leadership sur les adeptes aveugles. Que ce ne soit jamais le cas avec l'Ekklesia du Seigneur.

Pour ceux qui ont un cœur semblable à celui d'Archippe, l'ultime exhortation de Paul est: «Souviens-toi de mes chaînes.» Et ce dernier mot, suivant immédiatement l'exhortation à accomplir ce que Dieu t'a appelé à faire, est un très puissant rappel de ce que Paul souffert au nom de son ministère. Suivre ses propres conseils lui a coûté la vie. Il n'était pas affligé des costumes italiens, des montres de Rolex, des liftings, des voitures, des jets, et des maisons; mais comme son Maître, il embrassa la Croix et mourut tous les jours pour que les autres puissent vivre. Son ministère était caractérisé par le renoncement à soi-même et non par l'auto-indulgence.

Archippus n'est mentionné qu'une fois de plus dans l'Écriture. Quelques années plus tard, en écrivant à Philémon, Paul envoie ses salutations à "Archippus, notre compagnon soldat" (Philémon 2). Si Paul le salue comme un compagnon de soldat, alors Archippus doit certainement suivre l'exhortation de Paul pour accomplir le travail que Dieu l'a appelé. Il se battait dans les tranchées, ne critiquant pas en marge de la bataille. Je prie pour que tous ceux qui ont reçu quelque chose du Seigneur y prêtent attention et accomplissent l'œuvre du Seigneur d'une manière qui apporte la gloire et non la honte au Seigneur de l'Œuvre.

 


28/12/2017
0 Poster un commentaire

LE SECRET DE LA PUISSANCE SPIRITUELLE par Chip Brogden

photo_6002_16507273.jpg

« Dieu résiste aux orgueilleux, mais Il fait grâce aux humbles. Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. » (Jacques 4:6b,7)

Il y a un principe qui agit dans notre vie et notre marche avec le Seigneur, c'est le principe de la force qui vient de notre faiblesse. « Bienheureux les débonnaires, car c'est eux qui hériteront la terre. » (Matthieu 5:5). Si nous souhaitons la bénédiction du Seigneur nous devons apprendre ce que signifie être doux, car les fiers n'hériteront rien de Lui.

Dans le monde, on nous dit que pour être fort, on doit travailler sur soi, rechercher la force et la domination sur les autres. Partout, les chrétiens sont très intéressés par savoir comment grandir, comment être plus fort, comment prendre autorité, comment se tenir debout, comment recevoir plus. Ils recherchent des méthodes, des formules, et des techniques pour devenir plus grands et meilleurs. Les résultats sont décevants. Beaucoup d'erreurs ont été faites et bien des gens ont été blessés et désillusionnés.

Le Seigneur nous demande de prendre une approche différente. Il nous invite à accepter la faiblesse pour devenir fort. Nous ne devenons pas forts en embrassant la force, mais en embrassant la faiblesse! C'est cela le secret de la puissance spirituelle. Quand Paul a appris ce secret, il fut capable de dire, « Quand je suis faible, alors je suis fort. » (2 Corinthiens 12:10b). Cela n'a pas de sens pour l'homme naturel. Je ne me rappelle pas avoir entendu quelqu'un donner un enseignement sur le combat spirituel à partir de ce verset. Il n'est donc pas étonnant que ces enseignements ne semblent jamais produire de fruits à long terme.

Ce passage de l'Epître de Jacques nous donne davantage d'informations sur la raison pour laquelle les forts sont faibles et les faibles sont forts. Notre étude de ce verset peut être divisée en quatre parties différentes. Regardons-les l'une après l'autre.



DIEU RESISTE AUX ORGUEILLEUX

Les chrétiens ont quantité de plans, de choses qu'ils poursuivent, de pensées et de paroles. Il est impossible de déterminer la part de la chair impliquée dans les choses que nous entreprenons au Nom de Jésus. Néanmoins nous savons que ce travail ne peut pas venir uniquement de l'Esprit puisque, bien souvent, il n'en résulte que peu de fruits. Nous oeuvrons, travaillons et nous fatiguons mais il semble que nous faisons peu ou pas de progrès. Il semble qu'il y a toujours quelque chose qui se met en travers de notre chemin.

La conclusion automatique est que toute chose qui nous résiste ou nous bloque doit être d'origine satanique. Si nous rencontrons une opposition dans notre marche spirituelle, notre première réaction est de vouloir repousser diable, ou de demander aux saints de prier pour que nous ayons une vision claire. Il est certain que le diable tentera de nous empêcher de faire des choses qui peuvent glorifier Dieu et menacer les ténèbres. Pourtant nous apprenons de Jacques 4:6 qu'il y a quelqu'un d'autre qui peut nous résister. Il y en a un Autre Qui regarde ce que nous faisons, qui nous observe et qui nous empêche fréquemment de faire des progrès.

C'est un choc et une surprise pour beaucoup de Chrétiens quand ils s'aperçoivent un jour que c'est Dieu, et non le diable, qui leur résiste. Le Seigneur Lui-même nous résiste, ferme les portes, rend les choses infructueuses, et rend caducs tous nos plans. Pourquoi cela? Parce que Dieu résiste aux orgueilleux. Cette résistance de la part de Dieu est insurmontable. C'est une chose dangereuse que de combattre le Seigneur. Nous passons la plus grande partie de notre vie à combattre avec Dieu au lieu de coopérer avec Lui, et en fin de compte nous n'en tirons rien. Tant de temps et d'efforts sont gâchés parce que nous n'en faisons qu'à notre tête et que nous suivons notre propre voie. Nous attribuons toutes les difficultés au diable, aux autres, aux circonstances ou à notre environnement, et nous ne reconnaissons pas que c'est le Seigneur Lui-même qui est en train de nous résister.

Dieu résiste aux orgueilleux. C'est une résistance active qui bloquera notre passage comme un énorme rocher ou un profond gouffre. Tous ceux qui marchent avec fierté se sont ligués avec le diable lui-même, et recevront le même jugement (cf. 1 Timothée 3:6). Frères et soeurs, c'est quelque chose de sérieux. Si nous manifestons la moindre fierté alors nous nous trouverons du mauvais côté du Seigneur, mais si nous sommes humbles devant Dieu et les hommes alors nous ne pouvons être battus car...



DIEU FAIT GRACE AUX HUMBLES

La seule condition pour la grâce est l'humilité. Mais qu'est-ce que la grâce? La grâce est plus qu'un terme théologique pour expliquer comment nous sommes sauvés. La grâce est la puissance de Dieu à l'oeuvre dans ma vie pour faire ce qui ne peut pas être fait avec mes propres forces. La grâce est énergisante et proactive. Quand j'ai atteint la fin de moi-même alors la Grâce « elle-même » prend le relais et fait ce que je suis incapable de faire. En premier lieu, ce que je ne peux pas faire moi-même c'est me sauver, et donc je fais confiance à la grâce de Dieu, Jésus-Christ, pour me sauver. Mais la Grâce ne me fera pas seulement entrer par la Porte; Elle me conduira aussi le long du Chemin. La Grâce ne me fait pas seulement commencer dans la bonne direction, mais continue avec moi tout au long des étapes du Chemin. Car la Grâce est un Homme!

Il est clair que Dieu ne nous fera pas grâce si nous sommes fiers. Pourquoi? Parce qu'Il ne permettra pas à la chair de se glorifier dans Sa présence. Il désire que nous soyons entièrement vidés de nous-mêmes. Quand nous arrêtons de faire ce que nous ne pouvons pas faire, Il commence alors à le faire Lui-même. Le problème est que nous pensons encore que nous pouvons faire tant de choses. Nous devons apprendre le plus tôt possible, que « sans Moi vous ne pouvez rien faire » (Jean15:5b). Rien! Mais c'est le propre de la nature humaine de tenter de faire par nous-mêmes. Cette nature humaine c'est la chair. Elle nous empêche de recevoir la grâce. Dieu ne peut pas sauver quelqu'un qui est encore en train d'essayer de se sauver lui-même. De la même façon, Dieu ne peut pas faire ce que nous sommes encore en train d'essayer de faire. Il attendra - des semaines, des mois, des années - jusqu'à ce que nous ayons épuisé nos forces. Quand notre force est complètement partie et que nous allons finalement à Lui avec notre faiblesse, Il devient notre force et nous trouvons que la Grâce est là pour faire l'impossible. Ensuite nous savons que ce n'était pas nous, mais le Seigneur. Toutes les louanges Lui reviennent, et nous ne gardons rien pour nous-mêmes.

Regardez le nombre de fois où les disciples ont essayé de corriger le Seigneur. Regardez combien de fois ils ont argumenté avec le Seigneur. Regardez combien de fois leurs pensées ont contredit le Maître. Regardez combien de fois ils l'ont poussé à passer à l'action. Et le Seigneur, toujours patient, les a corrigés. Dans chaque cas nous voyons qu'Il est le Seigneur, et qu'ils sont les disciples. Leurs rôles respectifs ne doivent jamais être intervertis. Il est le Maître, et nous sommes Ses serviteurs. Nous ne Le commandons pas, Il nous commande. Nous ne Le dirigeons pas, Il nous dirige. Nous ne Le conduisons pas, Il nous conduit. Nous n'avons pas été créés pour nous, mais nous avons été créés pour Lui. Il ne nous sert pas selon notre bon plaisir, mais nous Le servons selon Son bon plaisir. Donc nous devons nous ajuster à Lui, et pas le contraire. Le Seigneur ne s'excusera jamais auprès de nous en nous disant « Je suis désolé, je me suis trompé. Fais le à ta façon » Comme c'est risible! Comme c'est absurde! Mais nous vivons souvent comme si nous espérions qu'Il fasse ce genre de chose. Nous ne nous sommes pas humiliés nous-mêmes.

Tous ceux qui veulent recevoir de la puissance de Dieu doivent voir que Sa puissance est libérée à travers notre faiblesse (cf. 2 Corinthiens 12:9). Réalisez que vous êtes faibles, que vous l'admettiez ou non, mais la puissance de l'humilité se trouve dans la reconnaissance et l'acceptation devant Dieu que nous ne pouvons vraiment rien faire de nous-mêmes. La puissance de Dieu n'est pas pour ceux qui ont un charisme naturel, du talent, des qualités de leader, une bonne éducation, de l'entraînement ou des « relations ». Dieu ne recherche pas des volontaires pour Le servir selon leurs propres convenances et envies, mais Il appelle des disciples qui seront prêts à renier leur vie. La chair ne sert à rien dans les choses spirituelles. La puissance de Dieu ne nous est pas révélée quand nous sommes fiers, mais quand nous sommes humbles. Toute démonstration de « puissance » qui se manifeste à travers un homme ou une femme qui est fier n'est tout simplement pas de Dieu et on ne peut pas lui faire confiance. Les dons spirituels peuvent être contrefaits, mais le fruit spirituel ne peut pas être contrefait. Nous reconnaîtrons le vrai du faux par les fruits, pas par les dons (Matthieu 7:20). La douceur est une qualité essentielle du fruit spirituel (Galates 5:23). Les dons peuvent accompagner les fruits, mais les dons ne peuvent jamais se substituer aux fruits.

Le secret est donc de...



SE SOUMETRE NOUS-MEMES A DIEU

Avons-nous besoin de la puissance de Dieu aujourd'hui? Recherchons-nous la Vie du Seigneur aujourd'hui? Désirons-nous qu'Il ait la prééminence dans nos vies aujourd'hui? L'attendons-nous avec impatience? Alors c'est maintenant le moment pour nous de Lui être soumis de façon inconditionnelle et de tout notre coeur. Nous ne devons pas repousser cela de jour en jour ou d'année en année. « Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge chaque jour de sa croix, et qu'il me suive » (Luc 9:23). Faisons-le maintenant, ne le remettons pas à plus tard. Si, de toute façon, nous devons prendre notre croix chaque jour, alors courbons la tête et abandonnons au lieu de lutter pour rester en vie, ce qui ne fera que prolonger notre agonie. Le secret pour vaincre est de mourir chaque jour.

Si Dieu fait grâce aux humbles, alors nous devrions vivre une vie de soumission pour que nous puissions saisir la grâce. Mourir au Moi, mourir à nos propres efforts, mourir à essayer, mourir à éviter. Arrêter de lutter, arrêter de combattre, arrêter de s'agiter, arrêter d'argumenter, arrêter de raisonner, arrêter de marchander, arrêter tout cela et capituler simplement, céder, abandonner et se prosterner devant Lui! L'humilité n'est pas quelque chose d'extérieur, mais une attitude de coeur qui dit « je ne vais pas résister à l'action de Dieu. Je ne vais pas argumenter avec le Seigneur. Je ne vais pas insister sur ma propre façon de voir, je reconnais et j'admets que sans Lui je ne peux rien faire. Je suis fini. Seigneur; je m'attends à toi pour faire en moi et à travers moi ce que je ne peux pas faire. » Mes amis, si nous pensons vraiment ce que nous disons alors nous passerons tout naturellement plus de temps à prier, plus dans temps dans la Parole, plus de temps à nous occuper du Seigneur, parce que nous réaliserons que nous ne savons rien et que nous ne pouvons rien faire sans l'entendre de sa part. Si Christ doit avoir la prééminence en toute chose c'est ICI que cela doit commencer. L'humilité c'est de n'offrir aucune résistance à l'action du Seigneur en nous.

Quand nous sommes soumis au Seigneur, nous trouvons la Grâce. Nous trouvons la paix. Toutes choses sont dans Ses mains, et IL fait toutes choses bien. Nous n'avons pas besoin d'avoir peur de ce que le diable ou les hommes peuvent nous faire. Etre soumis au Seigneur c'est être sous Ses bons soins, sous Sa conduite, sous Sa puissance, sous Sa protection. Qu'aurais-je à craindre? Que peuvent me faire les hommes? Que peut me faire le diable? Si je me suis humilié moi-même sous la main puissante de Dieu alors Il m'élèvera au moment opportun; Il me justifiera; Il combattra pour moi. Si notre soumission à Dieu est complète, si notre capitulation envers le Seigneur est totale, alors la victoire est assurée. Nous pourrons...



RESISTEZ AU DIABLE, ET IL FUIRA LOIN DE VOUS

Nous essayons si souvent de résister, mais nous sommes battus. Pourquoi? Simplement parce que nous essayons de résister au diable avant de nous être soumis à Dieu. Il y a un ordre précis qui doit être observé impérativement. Premièrement, nous devons comprendre le principe que Dieu résiste aux orgueilleux mais fait grâce aux humbles. C'est la fondation de tout ce que nous faisons. Deuxièmement, le mot « donc » signifie que ceux qui l'apprennent agiront en accord avec ce principe. Troisièmement, le résultat de leur soumission à Dieu sera qu'ils verront le diable fuir chaque fois et à chaque moment où ils lui résisteront. Le mot « fuir » signifie « partir terrorisé ». Comme c'est merveilleux! Comme c'est délicieux de voir le diable courir loin de nous terrorisé, au lieu du contraire! Cela devrait être l'expérience normale de tous les chrétiens. C'est la vie chrétienne normale, une vie qui est victorieuse.

Tout l'objectif de satan est de nous faire descendre de notre place en Christ (Ephésiens 2:6) et de nous perturber avec quelque chose de terrestre, de charnel, qui sape nos forces et diminue notre autorité spirituelle. Sachant cela, le Seigneur nous apprend à prier chaque jour « Délivre-nous du malin » (Matthieu 6:13ss). C'est à dire « Délivre-nous du terrestre, du charnel, du mondain, du Moi, du naturel, de l'humain, où satan a de l'influence pour nous faire du mal. Délivre-nous de tout ce qui nous bloque et nous distrait, et emmène-nous dans le Royaume de Ton Fils bien aimé, pour que nous puissions marcher par l'Esprit et la Vérité, dans les Cieux, en démontrant ta prééminence sur toutes choses. » Frères et soeurs, prier de cette façon c'est ce que veut dire résister au diable. Il ne peut pas tenir devant nous quand nous sommes sur le bon terrain et maintenons le Témoignage du Seigneur.

Si nous devenons impatients et sommes soumis à la chair alors nous devenons faibles. Réagir dans la chair diminue notre autorité spirituelle, et cela doit être évité à tout prix. Permettre à la chair de diriger, ne serait-ce qu'un moment, nous garantit la défaite contre un adversaire spirituel. « Nous rendons à Dieu notre culte par l'Esprit de Dieu, que nous glorifions en Jésus-Christ, et ne mettons point notre confiance en la chair » (Philippiens 3:3). Perdre toute confiance dans la chair c'est prendre place sur le terrain de l'Esprit. Aller à la rencontre de la chair avec la chair signifie que la victoire sera pour le plus fort, et il y a toujours quelqu'un de plus fort que vous selon la chair. Au lieu de cela, si les gens viennent vers vous selon la chair, laissez-les venir vers vous. S'ils veulent débattre et argumenter avec vous selon la chair, ne leur répondez d'aucune manière. S'ils attaquent sans raison, laissez-les attaquer, parce que le charnel, le naturel ne peut pas vaincre le spirituel. Celui qui est soumis au Seigneur a autorité sur celui qui ne Lui est pas soumis. La chair est surmontée par l'Esprit. La haine est surmontée par l'Amour. Les ténèbres sont surmontées par la Lumière. La mort est surmontée par la Vie. La Terre est surmontée par les Cieux. « Celui qui vient d'en-haut est au-dessus de tout » (Jean 3:31ss).

Nous n'offrons aucune résistance, aucune défense, aucun argument, aucune justification aux gens qui nous veulent du mal. Nous ne luttons pas contre la chair et le sang (Ephésiens 6:12). Nous résistons à satan, pas à des personnes. Nous nous tenons contre le diable, pas contre une personne. Nous nous tenons contre le diable, ne tentant aucune action contre les instruments que le diable utilise. Nous nous soumettons à Dieu, nous n'offrons aucune résistance aux hommes, mais nous tenons ferme contre l'adversaire spirituel. Extérieurement, devant les autres, nous apparaissons comme faibles. Mais intérieurement, devant Dieu, nous sommes forts. « Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses » (2 Corinthiens 10:3,4). Si nous combattons selon la chair alors nous sommes vidés de nos forces spirituelles. Si nous luttons selon l'Esprit alors nous sommes vidés de nos forces charnelles. Laquelle voulez-vous, l'autorité spirituelle, ou la puissance charnelle? Vous pouvez avoir celle que vous voulez, mais vous ne pouvez pas avoir les deux.

Nous sommes confrontés à des temps dangereux et périlleux. Le secret de la puissance spirituelle qui nous aidera à traverser ces temps est l'humilité. La chair nous fera échouer. Frères et soeurs, puisque nous ne pouvons pas éviter la faiblesse, nous ferions mieux d'en faire le meilleur usage. Acceptons l'action du Saint-Esprit sur nous et ne Lui opposons pas de résistance. « Humiliez-vous devant le Seigneur, et Il vous élèvera » (Jacques 4:10). Amen.


23/12/2017
0 Poster un commentaire

Être de bonne humeur! ( Chip Brogden )

 

    Nous vivons dans un monde stressant. Nous avons tous des difficultés, des problèmes, des défis et des besoins.

    Malgré cela, j'ai vu des gens surmonter des chances incroyables et se lancer sur des défis apparemment insurmontables: la mort d'un être cher, la perte d'une entreprise ou l'échec d'un mariage ou un déclin de leur santé. Ils le traversent, enlèvent les pièces et inspirent les autres à leur joie et à leur détermination.

    J'ai vu d'autres personnes avoir une panne complète sur les mêmes choses.

    Je me suis donc rendu compte que la vie n'est que de 10 p. 100, ce qui vous arrive et 90% de la façon dont vous choisissez de répondre à ce qui se passe. Les circonstances d'un homme l'amènent à bénir Dieu, tandis que les circonstances identiques d'un autre homme l'amènent à maudire Dieu. Un homme perd son emploi et entra dans la dépression; Un autre homme perd son emploi et commence son métier. Le stress affecte différentes personnes de différentes façons. Mais pourquoi est-ce?

    Des études ont montré que les symptômes émotionnels et physiques du stress ne sont pas causés par l'événement lui-même, mais par la façon dont nous percevons l'événement. Votre perception des choses devient votre réalité. Donc, si vous pensez que quelque chose est mauvais, vous réagirez mal. Si vous pensez que quelque chose n'est qu'un défi temporaire à surmonter, vous trouverez un moyen de le surmonter. Le stress peut être une force négative ou positive, selon la façon dont nous choisissons d'interpréter la vie. Apparemment, les choses n'ont aucun sens jusqu'à ce que nous leur attachions un sens. Une fois que nous décidons de ce que cela signifie, nous lui donnons le pouvoir de nous rendre amère ou mieux.

    Je ne propose pas que vous puissiez penser que les mauvaises choses sont vraiment bonnes, ou que vous pouvez transformer votre vie en pensant positivement. Ce n'est pas aussi simple. Mais les chrétiens ont une très bonne raison de penser aux défis de la vie d'une manière différente de celle du monde.

    Dans Jean 16:33, Jésus a dit: "Voici ce que je vous ai dit: en moi, vous aurez la paix. Dans le monde, vous aurez la tribulation; Mais soyez cordial, car j'ai surmonté le monde ".

    Jésus sait que le monde n'est pas propice à la paix ou à la vie sans stress. Il y a une certaine difficulté que nous pouvons nous attendre tout simplement parce que nous vivons dans un monde dangereux avec 7 milliards d'autres personnes.

    La Bible ne promet à personne un monde exempt de difficultés, de défis, d'épreuves et de tribulations. En même temps, Jésus ne veut pas que ses disciples soient submergés ou stressés. Je pense que c'est une chose importante à remarquer parce que cela nous dit quelque chose de l'attention et du souci de Dieu pour nous. Il s'inquiète de notre santé mentale et émotionnelle, tout comme il est préoccupé par notre santé spirituelle et physique. En plus de la vie éternelle, il nous offre une tranquillité d'esprit.

    Comment pouvons-nous alors évoluer vers une vie sans stress dans un monde fou? Nous devons accepter le fait que la vie est difficile, et nous devons nous rendre compte qu'en dépit de ces difficultés, Jésus nous offre la paix. Vos circonstances vous laisseront CHEER-full ou FEAR-full. En fin de compte, tout dépend de la façon dont vous choisissez de répondre à Dieu - et à la vie.

     


    24/06/2017
    0 Poster un commentaire

    Confus sur le but? Par Chip Brogden

      Je suis toujours répondre à des courriels de mon dernier message "pourquoi êtes-vous ici."

      Les réponses allaient de la simple et claire à la confusion et brumeux!

      Mais je vais avoir une bonne lecture de temps et de leur répondre.

      Je pensais que la réalisation de mon but était quelque chose que je devais atteindre.

      Ensuite, je me suis aperçu que But ne soit pas lié à l'accomplissement ou le succès.

      Laisse-moi expliquer.

      Une jeune personne va entraîner de nombreuses années pour atteindre les Jeux olympiques.

      Si vous leur demandez leur but, ils vont dire, «Pour gagner une médaille d'or."

      Supposons qu'ils entraînent dur, participer aux Jeux Olympiques, et de gagner cette médaille d'or tant convoitée.

      Avec la réalisation de leur objectif complet, on pourrait penser qu'ils seraient les gens les plus heureux du monde.

      En fait, tout le contraire qui se passe.

      Ils ont attaché leur but d'atteindre un objectif, et ils ont travaillé dur tous les jours pour atteindre cet objectif.

      Mais maintenant qu'ils ont accompli le but, ils ne sont plus un but.

      Et qui laisse leur demander, "Est-ce tout ce qu'il ya?"

      Les objectifs sont grands, mais objectifs ne sont pas la même chose que But.

      Les objectifs sont de «ce que je veux faire, et comment."

      Le but est de «qui je veux être, et pourquoi."

      Vous et moi pouvons tomber dans un piège de faux But - pensée de notre but en termes de ce que nous pouvons faire, accomplir, réaliser, ou de construire.

      Alors, quand nous ne pouvons pas «faire» ce que nous pensons que nous sommes censés «faire» alors nous pensons manqué notre but.

      Semble familier?

      Mais si votre but n'a rien à voir avec la réalisation ou la réalisation?

      Que faire si votre but est pas atteint un certain Big but, mais est simplement un état d'esprit et de cœur?

      Que faire si votre but est de «être»?

      Pour être un amant et adorateur de Dieu.

      Pour être un amoureux de l'humanité.

      Pour être une aide à d'autres.

      Pour être une voix d'encouragement.

      Pour être un disciple et l'élève de Jésus.

      Ce que nous sommes appelés à faire peut changer, mais ce que nous sommes appelés à être est assez cohérente.

      A différents moments de sa vie, un arbre peut se développer rapidement, ou lentement; elle sera maintenue immobile, ou plier avec le vent; il va se vêtir avec des feuilles, ou jeter ses feuilles; il va changer la couleur de ses feuilles, ou de produire des fruits.

      Mais peu importe ce que l'arbre ne, son but est "d'être un arbre."

      Soyez comme l'arbre.

      Différentes saisons exigent différentes actions.

      Donc, être flexible dans votre fait, mais persistant dans votre être.

      Ne pas attacher votre but (et le respect) vers le bas pour gagner votre version de la «Médaille d'or».

      Avoir un "Heart of Gold" à la place.

      Au lieu d'atteindre pour être heureux, apprendre à réaliser avec bonheur.

      Parce que même si vous avez fait tout ce que vous pouvez faire, vous serez toujours qui vous êtes.

       

      18/03/2017
      0 Poster un commentaire

      La couronne de la vie Par Chip Brogden

       



       
      «Sois fidèle jusqu'à la mort, et je te donnerai la couronne de vie ... 
      Celui qui vaincra ne sera pas blessé par la seconde mort." 
      -Apocalypse 2: 10,11

      T il couronne de vie vient à ceux qui perdent leur vie quotidienne afin de gagner sa vie quotidienne.Overcomers ne peut pas être blessé par la mort parce qu'ils sont déjà morts - non pas une fois, mais des milliers de fois: prendre la croix quotidienne, niant l' autonomie, et en suivant le Seigneur. Ainsi, le plus grand appel est de ne pas poser notre vie physique comme un martyr, mais de fixer notre vie Soi comme un disciple.

      Nous pouvons donner notre vie physique en un instant, mais pour prendre la croix quotidienne est le test le plus vrai, et beaucoup plus difficile. Il nous oblige à être «fidèles jusqu'à la mort.» Voilà le secret des Overcomers.

      Source: Embrassez la Croix par Chip Brogden

      15/10/2016
      0 Poster un commentaire