* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Islam-terrorisme


LES JIHADISTES CIBLENT L’ESPAGNE, PAR SOEREN KERN

 

Un document de l’État islamique affirme que depuis la création de l’Inquisition espagnole en 1478, l’Espagne « a tout fait pour détruire le Coran ». Ce texte ajoute que l’Espagne a torturé des musulmans, y compris en les immolant par le feu. L’État islamique en conclut que « l’Espagne est un Etat criminel qui usurpe notre terre ». Il appelle donc les djihadistes à « attaquer les routes aériennes et ferroviaires » et « à empoisonner la nourriture et l’eau » avec des insecticides….

 

 

« Nous allons tuer tous les infidèles espagnols « innocents » que nous trouverons en pays musulman et … que nous soyons d’origine européenne ou non, nous vous tuerons dans vos villes et villages conformément à notre plan ». — Document de l’État islamique, le 30 mai 2016.

 

« Nous récupérerons al-Andalous, par la volonté d’Allah. Oh cher Andalous ! Vous pensiez que nous avions oublié. Je jure par Allah que nous n’avons jamais oublié. Aucun musulman ne peut bannir de sa mémoire Cordoue, Tolède ou Xativa. Nombreux sont les musulmans fidèles et sincères qui ont juré de revenir à al-Andalous ». — Vidéo de l’Etat islamique, 31 Janvier 2016.

 

« L’Espagne est la terre de nos ancêtres et nous allons la reprendre avec la puissance d’Allah ». — Vidéo de l’Etat islamique, 7 Janvier, 2016.

Les islamistes ont intensifié leur guerre de propagande contre l’Espagne. Ces derniers mois, l’Etat islamique et d’autres groupes djihadistes ont produit une foule de de textes et vidéos appelant les musulmans à partir à la reconquête d’al-Andalous.

Al-Andalous est le nom que les Arabes ont donné à ces territoires de l’Espagne, du Portugal et de la France occupés par les conquérants musulmans (appelés aussi Maures) de 711 à 1492. Nombre de musulmans estiment que ces territoires perdus au fil de la reconquête chrétienne de l’Espagne appartiennent de toute éternité à l’Islam. La loi islamique, affirment-ils, leur donne le droit d’y rétablir la domination musulmane.

Un document récent de l’État islamique liste les torts que l’Espagne aurait causé aux musulmans depuis la bataille de Las Navas de Tolosa. Le 16 juillet 1212 en effet, les armées chrétiennes du roi Alphonse VIII de Castille ont bouté les souverains Almohades musulmans hors de la moitié sud de la péninsule ibérique. Plus de 100.000 musulmans ont été tués au cours de cette bataille, qui a représenté une victoire clé de la « Reconquista » opérée par les Rois Catholiques d’Espagne.

Le pamphlet de l’Etat islamique affirme que depuis la création de l’Inquisition espagnole en 1478, l’Espagne « a tout mis en œuvre pour détruire le Coran » torturant des musulmans et les immolant par le feu. L’État islamique en conclut que « l’Espagne est un Etat criminel qui usurpe notre terre ». Il appelle donc les djihadistes à « partir en reconnaissance des routes aériennes et ferroviaires en vue de les attaquer » et « à empoisonner la nourriture et l’eau » avec des insecticides.

Le document se conclut ainsi : « les actions de vos ancêtres sont notre raison d’agir »

Le 15 juillet 2016, l’Etat islamique a diffusé sa première vidéo de propagande avec sous-titres en espagnol. La qualité de la traduction, la précision des mots et le choix de la syntaxe, ont amené certains analystes à conclure que le traducteur était de langue maternelle espagnole et que le sous – titrage pouvait bien avoir été réalisé sur le territoire espagnol.

Le 3 juin, l’État islamique a diffusé une vidéo – « Mois du Ramadan, mois de conquête » – ou al-Andalous est mentionné quatre fois. L’Espagne est le seul pays non-musulman mentionné dans la vidéo.

Le 30 mai, l’Etat islamique a rendu public un document de deux pages rédigées en espagnol ou il menace directement l’Espagne. Le document précise :

« Nous tuerons tout infidèle « innocent » espagnol que nous trouverons en terre musulmane, et nous nous en prendrons à votre terre. Notre religion et notre foi vivent parmi vous, et même si vous ne nous avez jamais vu ni ne connaissez notre nom, même si vous ne savez pas de quelle origine nous sommes, européenne ou pas, nous vous tuerons dans vos villes et villages conformément à notre plan, de la même manière que vous tuez nos familles ».

Dans une vidéo diffusée le 31 janvier, un djihadiste espagnol de l’État islamique a informé l’Espagne qu’elle allait « payer le prix fort » pour avoir expulsé les musulmans d’al-Andalous. La vidéo de huit minutes inclut la déclaration suivante :

« Je le jure sur Allah, vous le paierez cher et votre mort sera extrêmement pénible. Nous récupérerons al-Andalous par la volonté d’Allah. Oh Andalous bien aimé ! Tu croyais que avions oublié. Par Allah, je le jure nous n’avons jamais oublié. Quel musulman pourrait bannir de sa mémoire Cordoue, Tolède ou Xativa ? Nombreux sont les musulmans fidèles et sincères qui ont juré de reprendre al-Andalous ».

 

Dans une vidéo de propagande de l’Etat islamique, un djihadiste armé et masqué avertit l’Espagne qu’elle « paiera le prix fort » pour l’expulsion des musulmans d’al-Andalous il y a de cela plusieurs siècles. Le sous-titre en espagnol affirme « Oh Andalous bien aimé ! Tu pensais que avions oublié. Je jure par Allah que nous n’avons jamais oublié. Quel musulman pourrait bannir de sa mémoire Cordoue, Tolède ou Xativa ? »

Le 7 Janvier, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), qui combat l’Etat islamique pour assurer son hégémonie en Afrique du Nord, a diffusé une vidéo appelant à des attentats à Madrid dans le but d’aider les musulmans à « libérer » les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla en Afrique du Nord.

Dans une autre vidéo, l’Etat islamique jure de libérer al-Andalous des non-musulmans. Un djihadiste doté d’un fort accent nord-africain annonce en espagnol :

« Je lance cet avertissement à la face du monde : nous vivons sous le drapeau du califat islamique Nous allons mourir pour lui jusqu’à la totale libération de nos terres occupées, de Djakarta à l’Andalousie Et je le proclame : l’Espagne est la terre de nos ancêtres ; nous la reprendrons avec l’aide d’Allah ».

Au cours des neuf premiers mois de 2016, 17 descentes de police ont permis l’arrestation de 33 djihadistes en Espagne, a indiqué le ministère espagnol de l’intérieur.

Plus récemment, deux espagnols d’origine marocaine – Karim El Idrissi Soussi, 27 ans, et un deuxième homme identifié sous le sigle O.S.A.A, 18 ans – ont été arrêtés à Madrid pour actions terroristes présumées. L’un des détenus est un étudiant en sciences informatiques âgé de 27 ans qui visionnait des vidéos de propagande djihadiste pendant les cours et menaçait de massacrer ses camarades.

Selon le ministère de l’intérieur, Soussi a a été arrêté par les autorités turques au moment où il franchissait la frontière syrienne pour rejoindre l’Etat islamique. Il a été expulsé de Turquie et reconduit en Espagne.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré que Soussi s’est radicalisé en novembre 2015, quand le centre de formation technique où il étudiait a observé une minute de silence en hommage aux victimes des attentats djihadistes de Paris. Les enseignants et les étudiants ont alors entendu Soussi crier des slogans en faveur des terroristes qui ont tué 130 personnes, dont 89 au Bataclan.

En d’autres occasions, Soussi a justifié publiquement les attaques djihadistes et affirmé que l’Etat islamique représentait un gouvernement idéal pour tous les musulmans. Selon le ministère de l’intérieur, Soussi s’est rendu presque tous les jours dans une bibliothèque publique pour se connecter à Internet et parcourir les sites djihadistes. Il aurait également créé de faux profils pour poster de la propagande djihadiste sur les réseaux sociaux. Soussi a aussi critiqué les soi-disant musulmans modérés et exprimé l’espoir qu’un jour, l’Espagne deviendrait un émirat islamique.

Soussi aurait aussi visionné des vidéos de propagande de l’Etat islamique pendant ses cours d’informatique et menacé à plusieurs reprises d’apporter des armes à l’école pour tuer ses camarades de classe.

L’autre djihadiste, O.S.A.A, a été arrêté pour « apologie du terrorisme djihadiste » et « auto-endoctrinement à des fins terroristes ». Le ministère de l’Intérieur n’a pas fourni d’autres détails.

Au total, 636 djihadistes ont été arrêtés en Espagne depuis les attentats ferroviaires de Madrid en mars 2004 qui ont tué 200 personnes et blessé plus de 2.000 autres.

Selon l’Institut Elcano de Madrid, les 150 djihadistes arrêtés en Espagne au cours des quatre dernières années, se répartissent comme suit : 124 (81,6%) se revendiquent de l’Etat islamique et 26 autres (18,4%) d’Al-Qaïda.

Un peu moins de la moitié (45.3%) des affiliés de l’Etat islamique sont citoyens espagnols et 41,1% sont Marocains. Les autres (13,6%) se répartissent sur plusieurs nationalités. Si l’on considère le lieu de naissance, 45,6% sont nés au Maroc et 39,1% en Espagne. Les autres (15,3%) sont nés dans différents pays.

Plus de la moitié (51,7%) sont des immigrés, mais 42,2% sont des descendants d’immigrés de deuxième et troisième génération. Les 6,1% sans antécédents migratoires sont vraisemblablement des Espagnols convertis à l’islam.

Si l’on considère le lieu de résidence, 29,8% ont été arrêtés à Barcelone, 22,1% dans l’enclave espagnole de Ceuta en Afrique du Nord et 15,3% à Madrid. Les autres ont été arrêtés dans plus d’une douzaine de localités différentes.

L’État islamique a subi des revers militaires au Moyen-Orient, mais la menace djihadiste reste intacte. Selon Florentino Portero spécialiste espagnol du terrorisme : « l’Etat islamique répond à des défaites militaires par plus de terreur ».

Soeren Kern est Associé principal du Gatestone Institute basé à New York. Il est également Associé principal pour la politique européenne du Estudios Estratégicos / Groupe d’Études Stratégiques basé à Madrid. Son premier livreGlobal Fire, – Incendie Mondial – sera publié en 2016.

 


06/10/2016
0 Poster un commentaire

ISLAM… RELIGION CONQUÉRANTE, PAR JOSEPH CASTANO

ob_d436b3_jose-terrorisme« J’ai beaucoup étudié le Coran (…) Je vous avoue que je suis sorti de cette étude avec la conviction qu’il y avait eu dans le monde, à tout prendre, peu de religions aussi funestes aux hommes que celle de Mahomet. Elle est, à mon sens, la principale cause de la décadence aujourd’hui si visible du monde musulman  (…) je la regarde comme une décadence plutôt que comme un progrès » (Alexis de Tocqueville)

 

Ce qui caractérise le plus la religion islamique, c’est qu’elle considère avec la plus grande assurance qu’elle est la « Révélation » ultime, que sa « législation » est la meilleure à laquelle le monde est invité à se soumettre et toutes les occasions sont bonnes pour rappeler ces principes immuables…

 

Or, depuis la fin de la guerre d’Algérie, dans la plus totale négligence –voire, indifférence-, nous sommes passés, subrepticement, d’une religion, l’islam, à un système totalitaire, l’islamisme. Et aujourd’hui, sous nos yeux ébahis, nous constatons avec effroi combien la haine de l’Occident (qui ne cesse de croître) ramène les arabes vers l’Islam, un Islam farouche, fanatique comme aux premiers âges…

En 1968, Abdallah Ghochach, juge suprême du Royaume hachémite de Jordanie s’exprimait en ces termes : « Le Djihad a été légiféré afin de devenir un moyen de propagation de l’Islam. En conséquence, les non-musulmans doivent venir à l’Islam soit de leur plein gré, soit de force par la lutte et le Djihad… La guerre est la base des relations entre les musulmans et leurs adversaires. »

Aujourd’hui, la haine de l’Occident ramène les arabes vers l’islam, un islam farouche, fanatique, comme aux premiers âges…

Tous les pays arabo/africains « colonisés » ont lancé en leur temps la guerre au nom de la « démocratie », de la « liberté » et de « l’indépendance »…  Nous avons connu cela en Algérie… Les islamistes la prolongent dans cette croisade qui s’appelle le « djihad », que l’Occident aveuglé par l’obstination chrétienne, la conscience humaine et la morale éprouve encore quelque peine à percevoir. Mais on ne la livre plus au nom des Evangiles ou des Philosophies, on se bat pour de chimériques recettes de bonheur, des fictions dangereuses, des illusions puériles… quand ce n’est pas pour tirer profit du commerce de la drogue, de la contrebande, des pillages et des prises d’otages ou, encore, donner libre cours en toute impunité, à de vils pulsions barbares.

Car la raison de tant de violence est bien là ! Sous couvert de « guerre sainte », c’est de banditisme qu’il s’agit en réalité ! On rackette, on pille, on enlève, on viole, on martyrise et on tue par plaisir, par sadisme, par intérêt, par profit, par ambition… Et cette bestialité n’a qu’un but : assouvir ses bas instincts et alimenter le trésor de guerre du crime organisé au nom de Dieu.

Qu’ils s’identifient TalibansAl-QaïdaAqmiShebab, Boko Haram, Hamas, HezbollahEtat islamique, on bourre leurs cartouchières de munitions, mais on leur donne aussi une musette gonflée de mensonges qui entretiennent leur colère. On incite les peuples à la haine en indiquant fallacieusement aux uns qu’ils se battent toujours pour les « mêmes misères » et aux autres que les temps sont venus de recommencer l’épopée. Et du Gange à l’Atlantique, l’Islam renoue des forces irrésistibles… Il faut préparer la grande fête de la guerre pour chasser les infidèles et, fusil au poing et bombes dans les valises (quand ce n’est pas sur eux), bâtir de nouveaux empires plus étonnants encore que ceux de la légende. Reviennent ainsi les terribles conditions humaines préconisées par la charia –la loi islamique- celles que nous avons déjà connues en Algérie : les hommes égorgés, décapités, émasculés, crucifiés, brûlés vifs ; les femmes violées, lapidées et vitriolées.

Aujourd’hui, l’Islam est enfermé dans une étrange contradiction. Il est entré en guerre au nom d’on ne sait quelle soif de bonheur contre la seule partie du monde qui peut lui en offrir au moins un reflet : l’Occident.

D’ailleurs, il ne trompe personne… C’est un faux prétexte ! Ce n’est pas de cela qu’il a soif… C’est de pouvoir !… C’est de puissance !… C’est de revanche !…

Il garde à l’Occident une inépuisable rancune de l’avoir aidé à combler un retard dans lequel il s’est assoupi à un  moment capital de l’évolution de l’humanité. Et aveuglé par ce ressentiment, il ne voit pas qu’il ne peut attendre que de lui l’initiation qui lui permettra de refaire totalement ce retard, c’est-à-dire aidera les théologiens et les penseurs à rendre au message divin son véritable sens et sa véritable destination. Et cette rancune alimentée par les déclarations des chefs terroristes de tous bords qui appellent à la lutte armée, au djihad, les théories des révolutionnaires, les vaticinations mystiques des religieux –cette rancune-là- se transforme en une haine monstrueuse et effrayante qui pousse jusqu’à une frénésie maladive les confuses nostalgies qui paralysent les peuples et les consument déjà. Ainsi, obsédés par la chimérique poursuite d’un rêve, ces peuples perdent jusqu’au sens de la liberté puisque l’anarchie qu’engendre leur intransigeance les met à la merci des « fous de Dieu ».

Les âmes chagrines disent que la conscience se révolte au spectacle de certains crimes. Nous sommes ici –comme hier, en Algérie- en présence du plus monstrueux florilège du crime qui puisse se concevoir. Ce n’est pas de guerre –au sens conventionnel du terme qu’il s’agit- mais d’extermination ! De massacres perpétrés dans des conditions atroces sur des innocents. Les images qui représentent ces égorgements, ces décapitations, ces visages mutilés au couteau, ces corps déchiquetés, ces femmes vitriolées, lapidées après avoir été violées, reculent les limites assignées à l’horreur. Ni l’amour, ni les bienfaits ne suffiraient à vaincre ce fléau, car ces trésors prodigués pendant des mois, des années, seraient –comme hier, en Algérie- ramenés au néant par un seul cadavre abandonné la gorge ouverte au travers d’une piste ou pendu à l’entrée d’un village.

Churchill s’est écrié un jour : « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ! ».

Dans cette logique, la guerre d’Algérie a produit des monstres tout aussi ignobles que ceux qu’il nous est donné de découvrir aujourd’hui et c’est parce que l’on s’est toujours désintéressé de ce douloureux passé que l’on voit, désormais, reproduites à l’identique, ressurgir tant de créatures du diable… et le diable n’apparaît généralement qu’à celui qui le craint.

 

José CASTANO

                                                                      

 

« Les religions chrétiennes furent sanglantes et meurtrières en s’éloignant de leurs textes tandis que l’Islam le fut en se rapprochant des siens » (Eric Conan)

 

Cet article est extrait du livre : TErreur Islamiste » (214 pages)

 

Source: http://jose.castano.over-blog.com/2016/09/islam-religion-conquerante.html


27/09/2016
0 Poster un commentaire

AUX ENFANTS DES VICTIMES DES ATTENTATS DE L’ISLAM DU 11 SEPTEMBRE 2001, PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG

 

Source :Dreuz info

11-septembre-des-policiers-et-pompiers-francais-new-york-dimanche

2 973 personnes ont été tuées par des musulmans lors des attentats du 11 septembre.

 

 

 

Au World Trade Center, 60 policiers, 343 pompiers, et 2 000 occupants et voisins des tours ont perdu la vie.

87 passagers à bord du vol 11 d’American, 60 sur le vol 175 de United.

125 personnels du Pentagon, 64 passagers du vol 77 d’American.

Et encore 44 personnes qui étaient à bord du vol 93 d’United.

Les musulmans ont également meurtri à vie plus de 10 000 enfants et membres des familles, qui chaque jour depuis 15 ans, vivent avec la perte de leur ou leurs parents.

L’un d’eux, après les attentats du 13 novembre à Paris, avait déclaré dans une vidéo :

« je sais ce que c’est que d’apprendre la mort de mon père à la télévision. »

La Chambre des représentants vient d’approuver à l’unanimité, c’est à dire de l’extrême gauche à la droite dure, des démocrates aux républicains en passant par les rares libertariens, Verts et indépendants, une loi qui permet aux victimes des attentats du 11 septembre 2001 de poursuivre l’Arabie saoudite en justice. Enfin.

En mai dernier, le Sénat avait également voté la proposition à l’unanimité.

Malgré cette rare unanimité, Barack Obama, pour protéger ses amis saoudiens, entend y mettre son veto et empêcher les enfants, les familles des victimes, de voir enfin les coupables identifiés, jugés, condamnés et punis.

Après le vote du Sénat, le porte-parole de la Maison-Blanche Josh Earnest avait déclaré « il est difficile d’imaginer que le président signe cette loi. »

Cela, sous l’odieux prétexte que « cela compliquerait les relations diplomatiques avec un allié clef de la région », avait osé la Maison-Blanche.

Si Obama met effectivement son veto, ce sera une gifle non seulement aux membres du Congrès considérés par lui comme des attardés mentaux incapables de comprendre la réalité géopolitique – alors que le bilan d’Obama en la matière est une catastrophe absolue, mais une des dernières preuves du mépris du président pour le peuple américain.

Il sera intéressant de voir comment Hillary Clinton réagira. Aura-t-elle le courage de se démarquer du président, dont elle espère le soutien électoral pour novembre ?

Bob Goodlatte, le président (républicain) du Comité législatif de la Chambre basse a déclaré à l’issue du vote que les actes de terrorisme international doivent bénéficier d’un statut exceptionnel en termes de responsabilité légale.

« Nous ne pouvons plus accepter que ceux qui blessent et tuent des Américains puissent se protéger derrière des vides juridiques, ce qui prive les victimes du terrorisme de recevoir justice. »

« Il y a toujours des considérations diplomatiques qui se mettent en travers de la justice, mais si un tribunal peut prouver que les Saoudiens sont complices des attentats du 11 septembre, ils doivent être tenus responsables, » a déclaré Chuck Schumer, sénateur démocrate de l’Etat de New York. Et il ajoute, visant le président Obama : « s’ils n’ont rien fait de mal, ils n’ont aucun souci à se faire. »

L’Arabie saoudite a toujours nié la moindre implication dans les attentats de 9/11, mais 15 des 19 jihadistes étaient d’origine saoudienne.

L’organisation Tuesday’s Children, en référence au mardi 11 septembre 2001, apporte son soutien à plus de 10 000 enfants et parents qui ont perdu des membres de leurs familles lors des attentats.

C’est à eux que je vous demande de penser, ce 11 septembre.

Le chantage

Le ministre des Affaires étrangères saoudiennes, Adel al-Jubeir, a menacé que si la loi est validée, son pays vendra les 750 milliards de dollars d’actifs américains, y compris des titres du Trésor.

Des documents récemment déclassifiés, les fameuses 28 pages de la commission d’enquête sur le 11 septembre, offrent des détails sur le soutien logistique que certaines des terroristes ont reçu, sur le sol américain, de personnalités proches ou reliées au gouvernement saoudien.

 

Les « 28 pages » font état de soupçons sérieux entre les liens qui relient la famille royale saoudienne et al-Qaïda.

Si Obama signe, ce qui est moins que probable, et que les enfants et familles des victimes peuvent poursuivre les responsables devant la justice, les premières victimes seront les millions d’abrutis qui pensent que 9/11 est une conspiration américaine, sioniste, du FBI, ou que sais-je encore — mais surtout pas un attentat de l’islam.

Mentir pour innocenter l’islam

Mémorial d'Owego, New York
Mémorial d’Owego, New York

Dans le même temps, mais je ne vais surprendre personne, un groupe d’activistes musulmans réclame que les mots « terroristes islamistes » soit effacés d’un mémorial du 11 septembre qui vient d’être érigé à Owego, dans l’Etat de New York, au prétexte que les mots promeuvent la haine des musulmans et les présente sous un jour négatif.

Le maire a refusé.

Donald Castellucci, maire de la petite ville de 20 000 habitants, a défendu le mémorial d’une déclaration admirable :

« Je ne vis pas dans un monde politiquement correct, » a expliqué Castellucci lors d’une conférence de presse. « Je vis dans un monde de faits historiques et de terrorisme, qu’il soit d’origine américaine, chrétienne, islamique, ou tout ce que vous voudrez. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.


12/09/2016
0 Poster un commentaire