* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

La Bonne Semence


La vie que Christ donne ( La Bonne Semence )

Que la parole du Christ habite en vous richement, vous enseignant et vous exhortant l'un l'autre en toute sagesse, par des psaumes, des hymnes, des cantiques spirituels, chantant de vos cœurs à Dieu dans un esprit de grâce.

Colossiens 3. 16

Nous entendons souvent parler du genre de vie que Christ donne à ceux qui se confient en lui. Je voudrais tirer quatre enseignements du verset ci-dessus, qui nous montre le genre de vie que Christ ne nous donne pas.

Le premier mot est habiter. Christ ne donne pas une vie éphémère, mais une vie éternelle et abondante. Il ne veut pas que nous lui rendions visite occasionnellement, mais il aimerait que sa Parole demeure en nous “richement”. Cela veut dire que nous devons nous immerger chaque jour dans la Parole de Dieu et dans la prière. “J'ai caché ta parole dans mon cœur, afin que je ne pèche pas contre toi” (Psaume 119. 11).

Le deuxième mot est sagesse. Christ ne donne pas une vie vide et insensée. Même quand nous sommes jeunes, nous pouvons commencer à puiser dans cette sagesse qui est “d'en haut” (Jacques 3. 17) et que l'on trouve en Christ. Nous parvenons “à toutes les richesses de la pleine certitude d'intelligence, à la connaissance du mystère de Dieu dans lequel sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance” (Colossiens 2. 2, 3).

La troisième expression, ce sont les verbes enseigner et exhorter. Christ ne donne pas une vie inutile. Nous n'avons pas besoin d'être des prédicateurs pour nous enseigner et nous exhorter l'un l'autre. “Fais-moi connaître tes voies, ô Eternel?! enseigne-moi tes sentiers. Fais-moi marcher dans ta vérité, et enseigne-moi” (Psaume 25. 4, 5). Ce qu'il a appris de Christ, chaque chrétien peut le transmettre à quelqu'un d'autre, et le faire de manière utile.

Le quatrième mot, c'est chanter. Christ ne donne pas une vie monotone. Satan voudrait nous le faire croire, mais en fait, quand le chrétien chante, il exprime la joie et l'enthousiasme de ce qu'il a trouvé en Christ. Nous avons le droit de chanter parce que nous avons été rachetés – “chantant et apportant la louange, de votre cœur, au Seigneur” (Éphésiens 5. 19).

G.W. Steidl

 


18/03/2019
0 Poster un commentaire

Jésus Christ, l'Homme de douleurs méprisé ( La Bonne Semence )

 
 
 
Il montera devant lui comme un rejeton, et comme une racine sortant d'une terre aride. Il n'a ni forme, ni éclat?; quand nous le voyons, il n'y a point d'apparence en lui pour nous le faire désirer. Il est méprisé et délaissé des hommes, homme de douleurs, et sachant ce que c'est que la langueur.

Ésaïe 53. 2, 3

Le caractère humble et doux du Seigneur Jésus se développant “comme un rejeton”, sans se mettre du tout en avant, était si contraire à ce que les fils d'Israël attendaient de leur glorieux Messie que leurs esprits étaient aveuglés sur le mystère de sa Personne. Il était bien “une racine sortant d'une terre aride”, car Israël était un lieu aussi désolé que le désert. Pourtant, de cette nation desséchée venait Celui dont le caractère présentait un grand contraste avec elle. Les fils d'Israël savaient comment se donner de belles apparences, et si Jésus avait fait de même, ils auraient pu l'accepter. Mais dans sa réelle humilité, dans son dévouement inébranlable envers Dieu, dans sa fidélité et sa grâce, ils n'ont vu aucune beauté.

Il a été “méprisé et délaissé des hommes, homme de douleurs”, mais Homme d'une grâce et d'une bienveillance parfaites, abondant en bonté envers tous. “Opprimé et affligé”, il n'ouvrait pas la bouche?; il était comme un agneau amené à la boucherie (v. 7). Dans ces choses mêmes où Israël ne trouvait rien d'attirant, le croyant discerne la beauté morale la plus exquise. Combien nos cœurs sont attirés vers lui dans l'adoration quand nous le voyons supportant beaucoup d'indignités, de mépris, et de moqueries – supportant tout cela dans l'humilité, la confiance et la dépendance de son Dieu et Père?!

“Son visage était défait plus que celui d'aucun homme” (52. 14). Son dos a été labouré par des fouets portant des pointes acérées (Psaume 129. 3?; Marc 15. 15). Meurtri et ensanglanté, il a été cruellement condamné à être crucifié. Évidemment, le monde ne pouvait voir aucune beauté en cela. Mais nous qui sommes sauvés, nous le contemplons avec adoration, pendu sur ce bois, et nous voyons une beauté morale qui surpasse toute autre beauté dans le monde entier. Mais il n'est plus sur la croix. Maintenant nous portons nos regards en haut pour le voir assis dans la gloire, à la droite de Dieu, rayonnant d'une beauté pleine de majesté infinie.

L.M. Grant

 


17/03/2019
1 Poster un commentaire

L'obéissance du croyant par amour pour Dieu ( La Bonne Semence )

Celui qui dit?: “Je le connais”, et qui ne garde pas ses commandements, est menteur, et la vérité n'est pas en lui. Mais quiconque garde sa Parole, en lui l'amour de Dieu est vraiment accompli.

1 Jean 2. 4, 5

Le cœur obéissant s'informe et s'assure de la volonté de Dieu, alors que la désobéissance ne trouve que des difficultés, des obstacles et des incertitudes. Un enfant dont le cœur n'est pas obéissant est prêt à se trouver des excuses?: Vraiment, je ne le savais pas… Tu ne me l'as jamais dit… Pourquoi ne me l'as-tu pas interdit avant?? – En revanche, un enfant obéissant suit le regard de son père ou de sa mère, sans même avoir entendu la moindre directive de leur part. Il sait très bien ce qui leur fera plaisir.

C'est ainsi que nous devrions chérir la volonté de notre Père comme des enfants obéissants. Ce n'est pas alors simplement garder ses commandements clairs, mais garder sa Parole, par amour. Garder la Parole de Dieu, c'est plus que faire ce qui est commandé. C'est désirer connaître par elle la volonté de Dieu pour faire ce qui lui plaît, sans attendre forcément un ordre positif?: en celui qui agit ainsi, “l'amour de Dieu est vraiment accompli”.

Nous trouvons donc l'exercice de l'obéissance comme étant le premier trait distinctif de la vie divine. Prenez l'homme le plus moral?: sur quoi se repose-t-il?? Il fait une chose ou une autre parce qu'il pense qu'elle est juste. C'est de cela qu'il se vante?: Je fais toujours ce que je crois être juste. Mais, même s'il est toujours cohérent et fait toujours une chose parce qu'elle est juste, il se trompe. Le vrai critère pour un croyant, et ce qui plaît à Dieu, c'est de ne pas faire une chose simplement parce qu'elle est juste, mais parce que c'est la volonté de Dieu. La vie formée par l'obéissance est d'une nature et d'une source tout à fait différentes. Faire les choses parce qu'elles sont justes, c'est se passer de Dieu et de sa Parole. C'est simplement faire de soi une idole. L'homme devient le juge de tout?: Je pense ceci, je fais cela, parce que je l'estime juste. Seule l'obéissance abaisse un homme et met Dieu à sa juste place. C'est seulement cela qui est juste.

d'après W. Kelly

 


16/03/2019
0 Poster un commentaire

Après la captivité à Babylone (8) ( La Bonne Semence )

Les prophètes, Aggée le prophète, et Zacharie, fils d'Iddo, prophétisèrent aux Juifs… au nom du Dieu d'Israël. Alors Zorobabel, fils de Shealthiel, et Jéshua, fils de Jotsadak, se levèrent et commencèrent à bâtir la maison de Dieu qui est à Jérusalem, et avec eux, les prophètes de Dieu qui les assistaient… Et les anciens des Juifs bâtirent et prospérèrent par la prophétie d'Aggée, le prophète, et de Zacharie, fils d'Iddo.

 

Un nouveau départ

Pour essayer d'empêcher la reconstruction du temple, les ennemis des Juifs avaient écrit au roi de Perse des accusations contre la ville de Jérusalem. Le roi a lui-même répondu, donnant ordre que la ville ne soit pas bâtie. Forts de cette lettre, les ennemis font rapidement cesser par la force la construction du temple. Ce triste état de choses durera jusqu'à la deuxième année du roi Darius.

À ce moment-là, Dieu suscite deux prophètes – Aggée et Zacharie – pour parler en son nom au peuple. Aggée, le premier, commence à prophétiser, et environ deux mois plus tard, le jeune prophète Zacharie se joint à lui. Aggée attire l'attention sur le fait que Dieu n'est pas satisfait en voyant le peuple se concentrer sur la construction de belles maisons pour eux-mêmes, tandis que son temple demeure dévasté. “Considérez bien vos voies”, leur dit Dieu, en les exhortant à bâtir son temple (Aggée 1. 4, 5). Dieu révèle ses voies à Zacharie et par son moyen au peuple également, en donnant finalement de nombreuses et précieuses promesses au sujet du Messie, le Seigneur Jésus. Les prophéties données par Aggée et Zacharie ont incité les chefs des Juifs à recommencer à bâtir le temple, et ces deux prophètes sont reconnus comme les ayant aidés. Nous aussi, nous devons “obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes” (Actes 5. 29).

Lorsque le peuple commence à agir selon les messages que Dieu lui a adressés par le moyen de ces prophètes, les ennemis écrivent à Darius, le nouveau roi, et lui rapportent les paroles et les actions des Juifs. Dieu “incline” alors “le coeur” de Darius (voir Proverbes 21. 1) pour leur répondre qu'il donne aux Juifs son plein accord et son plein soutien pour la reconstruction?!

E.P. Vedder

 


15/03/2019
0 Poster un commentaire

Le nazaréat du chrétien (4) ( La Bonne Semence )

Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à présenter vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui est votre service intelligent. Et ne vous conformez pas à ce monde?; mais soyez transformés par le renouvellement de votre intelligence, pour que vous discerniez ce qu'est la bonne, agréable et parfaite volonté de Dieu.

Romains 12. 1, 2

La marche par la foi de l'enfant de Dieu a lieu dans un monde toujours plus éloigné de Dieu, un monde dont les joies comme les aspirations (symbolisées par le vin et les boissons fortes) ne sont plus les nôtres. Le sentiment de notre propre incapacité se traduira dans une réelle soumission (symbolisée par la longue chevelure que porte normalement la femme comme ce qui caractérise sa position par rapport à l'homme selon 1 Corinthiens 11. 3) prouvée par une conduite obéissante. Enfin une sainte vigilance doit sans cesse être en éveil pour que nous soyons séparés du mal dont la pratique “produit la mort” (Jacques 1. 15).

Qu'en est-il de nous?? Nous reflétons si peu le Modèle parce que nous laissons agir le moi là où la vie de Christ seule devrait être vue. Apprenons de l'apôtre à réaliser comme lui la condition normale du chrétien, de tout chrétien, car tous y sont appelés?: “portant toujours, partout, dans le corps, la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus, aussi, soit manifestée dans notre corps” (2 Corinthiens 4. 10). Ce n'est pas un acte volontaire. Cependant l'engagement du cœur se discerne dans la façon de parler de Paul, ici très personnelle?: “Je suis crucifié avec Christ?; et je ne vis plus, moi, mais Christ vit en moi” (Galates 2. 20), qu'on peut rapprocher de ce qu'il dit des frères de Macédoine?: “ils se sont donnés eux-mêmes, d'abord au Seigneur” (2 Corinthiens 8. 5).

Pour Jésus, séparé dans le ciel, comme pour les siens qu'il veut séparés du monde (Jean 17. 19), le temps du nazaréat va bientôt prendre fin, quand sera exaucée sa prière?: “Père, je veux, quant à ceux que tu m'as donnés, que là où moi je suis, ils y soient aussi avec moi” (v. 24).

d'après A. Gibert

Seigneur, toi qui pour nous t'offris en sacrifice,

Remplis-nous de ferveur pour mettre à ton service

Nos jours, nos biens, nos corps, nos cœurs.

Donne-nous de marcher, malgré notre faiblesse,

Sous ton œil tutélaire et que par toi, sans cesse,

Nous soyons tous plus que vainqueurs.

C.F. Recordon

 


14/03/2019
0 Poster un commentaire