* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

La Bonne Semence


Le péché… qu'est-ce pour vous?? ( La Bonne Semence )

Comme, par la désobéissance d'un seul homme (Adam), beaucoup ont été constitués pécheurs, de même aussi, par l'obéissance d'un seul (Jésus), beaucoup seront constitués justes.

Romains 5. 19

(Jésus dit?: ) Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs à la repentance.

Luc 5. 32

Nous évoluons dans une culture où la notion de péché est remise en cause. Pour l'opinion générale, le meurtre, la trahison, le vol sont des fautes graves, si on les compare au fait de mentir, tromper, convoiter… Mais le péché, c'est plus que des mauvaises actions, et même que des paroles méchantes ou de mauvaises pensées?: c'est une force attachée à notre nature et héritée de nos parents, qui nous incite à vivre sans Dieu, et par conséquent en opposition à sa volonté.

Le mot “pécher”, à l'origine, signifie “manquer le but, faire fausse route”. Le but, c'est le modèle idéal de perfection reconnu par Dieu et accompli par Jésus, le Fils de Dieu, homme parfait. Comparé à lui, il est clair que tout homme a raté l'objectif que Dieu avait donné à sa créature. Nous sommes donc tous pécheurs (Romains 3. 23).

Même ceux qui n'ont pas volé ni commis de crime doivent bien reconnaître qu'il leur est arrivé de mentir ou d'avoir de mauvaises pensées?: nous qualifions parfois cela de faute légère, de peccadille. Mais le péché, quelle que soit sa gravité, nous éloigne de Dieu, il conduit au jugement, et à la condamnation. Cependant Dieu ne nous laisse pas sans espoir devant notre situation. Pour nous délivrer de cet état, il veut que nous admettions que nous sommes des pécheurs, il nous offre son pardon. Voulons-nous accepter ce pardon??

Par Jésus Christ “vous est annoncé le pardon des péchés, et… quiconque croit est justifié par lui” (Actes 13. 38, 39).

 


13/11/2018
0 Poster un commentaire

Seulement un “au revoir” (La Bonne Semence )

 

Mais moi, ô Éternel, je me suis confié en toi?; j'ai dit?: Tu es mon Dieu. Mes temps sont en ta main.

Psaume 31. 14, 15

Tu garderas dans une paix parfaite l'esprit qui s'appuie sur toi, car il se confie en toi.

Ésaïe 26. 3

Une chrétienne raconte?: J'étais hospitalisée pour un bilan de santé. Une cloison mobile séparait mon lit de celui d'une jeune malade atteinte d'un mal incurable. Le médecin qui la soignait avait renoncé à tout traitement curatif et, comme elle souffrait beaucoup, on lui administrait de fortes doses de calmants. Un jour, alors qu'elle répondait au téléphone, je l'entendis dire à son interlocuteur?: “Cela n'ira jamais mieux. Je veux rentrer à la maison. J'aimerais mourir chez moi”.

Ces derniers mots me transpercèrent. Elle allait mourir et elle le savait. Était-elle prête à rencontrer Dieu?? Je demandai au Seigneur de me donner les mots pour toucher son cœur. M'approchant de son lit, je lui ai parlé de Jésus, de son sacrifice à la croix qui nous donne la vie éternelle. Je lui ai répété la parole que Jésus a adressée à Nicodème et par laquelle tant de personnes ont été amenées à la foi?: “Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle” (Jean 3. 16).

Elle me regarda et, souriante, me dit?: “Moi aussi, vous savez, je suis croyante”. Le lendemain elle partait “pour mourir chez elle” et, comme je lui disais au revoir, elle me montra le ciel et me dit?: “Oui, au revoir?; nous nous retrouverons là-haut”.

 


12/11/2018
0 Poster un commentaire

Lettres aux assemblées?: Éphèse (1) ( La Bonne Semence )

(Jésus a dit?: ) Tu as de la patience, tu as supporté des afflictions pour mon nom, et tu ne t'es pas lassé?; mais j'ai contre toi que tu as abandonné ton premier amour.

Apocalypse 2. 3, 4

Lecture proposée?: Apocalypse 2. 1-7

La première des sept lettres que Jésus a adressées à son Église (ou Assemblée) est écrite à l'église d'Éphèse. Cette cité très commerçante était un centre religieux païen important. Il n'était pas facile d'être croyant à Éphèse, où les chrétiens avaient souffert à cause de leur foi. Le Seigneur le savait et appréciait cette fidélité, comme aussi leur travail, leur patience et leur vigilance à ne pas supporter les faux croyants. Cependant Jésus leur fait ce reproche?: “Tu as abandonné ton premier amour”. Quand ces chrétiens avaient cru au Seigneur Jésus, leur vie avait trouvé sa source et son zèle dans l'amour pour lui et la joie de le connaître. Mais au fil des ans, leur foi avait perdu sa fraîcheur. Sans se décourager, ils continuaient leurs activités chrétiennes. Mais, peut-être parce que leur service les absorbait trop, ils perdaient de vue le Seigneur lui-même. Un grand danger menaçait cette église?: l'eau coulait encore dans le ruisseau, mais sa source, le premier amour, avait tari.

Cette lettre à Éphèse, église du premier siècle, nous interpelle tous. Comme croyant, je peux perdre cette ferveur du premier amour pour mon Sauveur. Ni mes œuvres, aussi bonnes soient-elles, ni mon zèle pour la vérité, ne m'en préserveront. Pour faire les premières œuvres, il me faut regarder la réalité en face, sortir de ma religiosité, et entretenir une communion avec le Seigneur. Les premières œuvres découlent du premier amour… et non pas l'inverse. “Nous, nous aimons parce que Lui nous a aimés le premier” (1 Jean 4. 19).

 

(suite samedi prochain)

 


10/11/2018
0 Poster un commentaire

Face au déclin ( La Bonne Semence )

Prends ta part des souffrances comme un bon soldat de Jésus Christ.

2 Timothée 2. 3

Aux premiers jours de l'Église, lorsque le courant de la grâce divine affluait et amenait des milliers d'âmes rachetées dans son sein, la question portait sur le partage des triomphes de l'évangile plutôt que de ses souffrances. Mais quand notre regard se porte sur l’époque de Timothée, tout a changé. Paul, le bien-aimé, est un prisonnier solitaire à Rome, et le mal – les hérésies et les erreurs – progresse. Les “bornes” (Job 24. 2?; Osée 5. 10) étaient en danger d'être emportées par la vague d'apostasie (l'abandon de la foi) et de corruption.

Confronté à une telle situation, le croyant doit aujourd'hui, comme Timothée, “se fortifier dans la grâce qui est dans le Christ Jésus” (2 Timothée 2. 1). Il doit endurer des souffrances “comme un bon soldat de Jésus Christ”, être un exemple en tenant ferme les “saines paroles” de Paul à Timothée (1. 13) que nous avons dans ses épîtres, et se garder de “s'embarrasser dans les affaires de la vie” (2. 4). Il doit avoir une connaissance profonde des Saintes Écritures (3. 14-17). Il doit veiller en tout temps, et supporter les épreuves avec patience (4. 2-5).

Qui est capable de cela?? D'où viendra la puissance spirituelle?? Elle sera trouvée devant le propitiatoire – Jésus Christ dont le sacrifice sur la croix nous a réconciliés avec Dieu –, dans la présence du Père, en s'attendant au Dieu vivant avec sincérité et patience. Il est fidèle aussi dans le jour le plus sombre. C'est le privilège et la responsabilité de tout vrai croyant de s'élever au-dessus des influences hostiles qui l'entourent?; là, dans la tranquillité et la lumière de la présence du Père, il a les mêmes privilèges, uniques et précieux, que l'Église dans ses jours les plus lumineux.

C.H. Mackintosh

Jésus Christ est le même, hier, et aujourd'hui, et éternellement. Ne soyez pas séduits par des doctrines diverses et étrangères.

Hébreux 13. 8, 9

Si notre chair se consume Dans l'angoisse et le labeur,

Si nous goûtons l'amertume En te suivant, ô Sauveur,

Sur toi notre œil se repose Malgré notre infirmité,

Pour refléter quelque chose De ta sainte humanité.

H. Rossier

 


09/11/2018
0 Poster un commentaire

Mon Dieu est grand?! ( La Bonne Semence )

Les cieux ont été faits par la parole de l'Éternel… Il a parlé, et la chose a été?; il a commandé, et elle s'est tenue là.

Psaume 33. 6, 9

Le visage de mon ami est toujours accueillant et paisible. Aujourd'hui, il me raconte comment Dieu le soutient dans les grandes souffrances qu'il traverse. Il décrit lui-même les symptômes inconnus, parfois étranges, qu'il ressent dans son corps miné par la maladie. Il se pose des questions sur ce qu'il adviendra de lui les jours prochains. Mais, poursuit-il?: “Je suis en paix. Je ne peux pas l'expliquer, mais la paix de Dieu m'envahit, et elle surpasse toutes mes craintes et tous les raisonnements”.

Avec un sourire, il ajoute qu'un chapitre de la Bible l'encourage beaucoup depuis quelques jours?: “Au commencement Dieu créa les cieux et la terre… Et Dieu dit?: Que la lumière soit. Et la lumière fut… Et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres… Et Dieu dit…” (Genèse 1. 1-6). Dans ce texte d'introduction de la Bible, Dieu révèle qui il est, il souligne sa majesté, sa puissance et sa domination sur tout. Rien dans l'immense univers ne relève du hasard. Tout montre la maîtrise calme et ordonnée de celui qui appelle la création à l'existence. Chaque élément paraît en son temps, splendide, parfait, puis prend la place et la fonction assignées par Dieu. La composition finale est magnifique.

Ces paroles encourageaient mon ami. Il en retenait intérieurement ce message?: “Mon enfant, souviens-toi que ton Père est infiniment grand?; fais-moi entièrement confiance, sois assuré que tu peux me remettre toutes tes souffrances et tes questions, car je suis ton Dieu”.

Connaissez-vous le Dieu de mon ami, grand Dieu, seul Dieu juste et sauveur?? (Ésaïe 45. 21, 22)

 


08/11/2018
0 Poster un commentaire