* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

La pensée du jour ...


VEUX-TU ÊTRE GUÉRI(E) ? Paul Calzada

pdj-19-oct-site

 

 

Jésus, l’ayant vu couché, et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit : Veux-tu être guéri ? Jean 5.6

Cette question, alors qu’elle est adressée à un homme malade, peut paraître incongrue, cependant, c’est celle que Jésus lui a posée : "Veux-tu être guéri ?"

Il m’est arrivé de rencontrer des personnes qui ont été profondément blessées et malades, qui traînaient derrière elles un passé chargé de rejets, d’abandons, de violences et de maladies… Elles ont tendance à s’identifier tellement à ces blessures et ces douleurs qu’elles n’auraient plus l’impression d’exister si ces souffrances disparaissaient. Elles ont revêtu une identité de malades, et sans cette identité, elles ne sauraient vivre. Quand les blessures et la maladie forgent l’identité de quelqu’un, il arrive que la guérison ne puisse avoir lieu.

Quand les blessures et la maladie forgent l’identité de quelqu’un, il arrive que la guérison ne puisse avoir lieu. 

Tout responsable spirituel quel qu’il soit, se trouve, un jour ou l’autre, confronté à de telles situations douloureuses. Chargé d’aider ceux qui souffrent, il voudrait se montrer efficace, les conduire sur le chemin de la guérison, mais il rencontre un manque total de coopération. Il a le sentiment que ces personnes semblent se complaire dans leur état.

Toutes les ressources que Dieu nous donne, que ce soit la prière, la louange, la confiance dans ses promesses, l’assistance du Saint-Esprit, le pardon… ne peuvent opérer, si, au départ, il n’y a pas cette volonté déterminée et absolue de vouloir tirer un trait sur ce lourd passé de douleurs.

Je me souviens de cette personne qui a été une enfant non désirée. Maltraitée par sa propre mère, remplie de sentiments contradictoires, elle a commencé à développer une polyarthrite dès sa jeunesse. Elle a été accompagnée par diverses personnes qualifiées dans la relation d’aide et entourée de la prière de l’église qu’elle fréquentait. Mais elle ne s’en sortait jamais. Un jour, elle-même a décidé de sortir de son ghetto. Elle m’a dit alors : "Je voulais être guérie de mes blessures intérieures et de mes douleurs, mais j’aimais bien qu’on me plaigne. Je voulais, sans vouloir vraiment !" Dès ce moment, un changement s’est produit, elle a retrouvé la paix et progressivement ses douleurs ont disparu.

Remarquez qu’à la question posée par Jésus "Veux-tu être guéri ?", cet homme répond par une plainte : "Je n’ai personne…" Jésus ne fait pas cas de cette plainte, il sollicite la volonté de cet homme : "Lève-toi…"

Un conseil pour ce jour

Peut-être que le temps est venu, pour vous qui souffrez, de vous poser cette simple question : "Est-ce que je veux être guéri(e) ?" Considérez cette question avec transparence et vérité. Vous êtes seul(e) face à cette simple interrogation. Soyez honnête. Voulez-vous sortir de la position de victime et de malade dans laquelle vous avez vécu jusqu’à ce jour ? Si oui, placez votre confiance en celui qui s’est chargé de vos douleurs et qui vous dit : "Lève-toi !"


19/10/2019
0 Poster un commentaire

IL M’A TOUCHÉ(E)… Catherine Gotte Avdjian

pdj-18-oct-site

 

          Apprends-nous donc à bien compter nos jours, afin que notre cœur acquière la sagesse ! Psaume 90.12                             

Vous venez peut-être de "toucher le manteau de Jésus" pour recevoir une guérison et il vous a "touché(e)" en retour. Vous exultez et il y a de quoi ! Maintenant, qu’allez-vous faire ?

Repartir dans le brouhaha de vos activités, comme si rien ne vous était arrivé ? Oublier Celui-là même qui vous a tant donné comme ces 9 lépreux que Jésus a guéris et qui n’ont même pas daigné le remercier en retour ?  (Luc 17.17

"Mépriser le don de Dieu" et retomber dans vos anciennes addictions, celles-là mêmes qui ont été à l’origine de votre maladie ? Je pense à un jeune drogué qui s’était converti et qui avait été guéri miraculeusement du sida. Un jour, il est parti "avec la caisse de l’église" ; il est "retourné à son vomi."   (Proverbe 26.11)

Mal gérer ces années de "rab" pour lesquelles vous avez tant supplié comme le fit, jadis, le roi Ézéchias qui, après avoir vécu une vie remarquable, a chuté à la fin de ses jours ? "Que servirait-il à un homme de gagner des années de vie en plus, s’il perd son âme ?" (Marc 8.36)

Ou "faire fructifier" votre guérison en vivant dans la louange, la sainteté, le respect de votre corps et en racontant la grâce extraordinaire que Dieu vous a accordée ? Mon amie Rita, atteinte de myasthénie, s’est retrouvée clouée à une chaise roulante. Un jour, touchée par la grâce, elle se lève et se met à danser ! Elle écrit plusieurs livres avec son mari et parcourt le monde entier pour témoigner de ce que Jésus a fait pour elle. (Marc 5.19) Des années plus tard, elle est de nouveau attaquée dans son corps avec une infection à la hanche et la mise en place d’une prothèse. On lui dit que, désormais, c’est la canne qui l’attend. Mais, elle continue de croire contre toute espérance. Aujourd’hui, à 72 ans, elle parcourt 20 km à pied chaque jour ! Elle fait partie d’un groupe international de marcheurs et témoigne - même à un prince du Moyen Orient ! - désormais par le biais du téléphone.  

Une action et une prière pour aujourd’hui

Écouter et adorer :   https://www.youtube.com/watch?v=5m--ptwd_iI

Comment ne pas te louer pour ma guérison ? Je ne veux pas être ingrat(e) ni mépriser ce don que tu m’as accordé mais le faire fructifier en m’appliquant à la sagesse et en racontant tes merveilles. Amen.


18/10/2019
0 Poster un commentaire

IL N’Y A PAS DE GUÉRISON SANS PARDON Bob Gass

pdj-17-oct-site

 

 

Si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez […] Marc 11.25

Les offenses les plus difficiles à pardonner sont celles que nous infligent nos proches. Pourquoi ? Parce que nous devons vivre avec eux tous les jours ! Quand on est petit, les émotions sont si fortes que certaines blessures ne cicatrisent jamais. La souffrance est encore pire si l’agresseur fait partie de notre entourage. 

  • Une mère qui rejette son enfant au lieu de lui prodiguer son amour
  • Un père alcoolique auteur de violences ou d’abus sexuels

N’oubliez pas : Dieu ne vous pardonne que si vous pardonnez.

Les victimes de ces horreurs peuvent continuer à éprouver de l’amertume et de la colère bien des années après les faits. Cette colère qui rejaillit peut conduire à faire du mal aux gens qu’on aime. Quelle est la solution ? Le pardon. 

Archibald Hart définit le pardon comme "le fait d’abandonner mon droit de te blesser pour m’avoir blessé". Vos blessures ne peuvent guérir qu’à partir du moment où vous avez la maturité nécessaire pour pardonner à ceux qui vous ont blessé(e), qu’ils aient ou non demandé pardon. 

Jésus dit : "Et lorsque vous êtes debout en prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos fautes." (Marc 11.25

N’oubliez pas : Dieu ne vous pardonne que si vous pardonnez. Vous dites : "Mais si je leur pardonne, ils ont le champ libre." Non, vous avez le champ libre ! Libre de la souffrance et de l’amertume, Dieu peut vous bénir. Laissez l’offenseur et l’offense entre les mains de Dieu. Lui seul sait ce qu’ils ont fait et pourquoi ils l’ont fait. Dites-vous seulement qu’il n’y a pas de guérison sans pardon.

Une prière pour aujourd’hui

Père, aide-moi à pardonner à tous ceux qui m’ont blessé(e). Je veux aller de l’avant avec toi et recevoir ma guérison en ce jour. Amen.

 


17/10/2019
0 Poster un commentaire

DIEU PEUT RÉPARER TOUS LES DÉGÂTS Joyce Meyer

Dieu peut réparer tous les dégâts
"Or, sans la foi, il est impossible d'être agréable à Dieu, car celui qui s'approche de Dieu doit croire qu'il existe et qu'il récompense ceux qui le cherchent." Hébreux 11.6

J'ai été sérieusement abusée durant mon enfance. Ma vie était horrible ! Je ne me souviens pas avoir été heureuse durant mes vingt premières années. Mon esprit était dévasté, mes émotions étaient dévastées... ma vie entière était dévastée ! Mais je ne suis pas restée dans cet état. Dieu a guéri mes blessures, il m'a transformée et m'a permis de passer à autre chose. 

Soyez déterminé(e) à chercher Dieu au milieu de vos souffrances.

Aujourd'hui, j'ai une très bonne relation avec Dieu, je connais une paix et une joie réelles, j'ai de bonnes relations avec ma famille et mes amis et j'accomplis ce que Dieu m'a appelée à faire. 

Hébreux 11.6 nous dit que Dieu récompense ceux qui le cherchent. J'ai réalisé, avec du recul, que j'ai reçu de Dieu, de manière démultipliée, tout ce que j'avais sacrifié pour me rapprocher de lui et lui obéir. Et ce qu'il m'a offert en retour a toujours été bien meilleur que ce que je lui avais donné.

Vous pensez peut-être : "Mais Joyce, tu ne sais pas ce que je traverse actuellement. C'est tellement difficile !" Je vous comprends - je suis moi-même passée par de grandes épreuves. Mais Dieu récompense ceux qui le cherchent. Soyez déterminé(e) à le chercher au milieu de vos souffrances. Il est plus que capable de réparer tous les dégâts causés dans votre vie.

Une prière pour aujourd'hui 

Seigneur, je crois que tu peux réparer tous les dégâts qu'il y a dans ma vie. Au lieu d'être paralysé(e) par mes problèmes, je choisis de te chercher sincèrement. Je crois que tu me guéris en ce jour. Amen.


16/10/2019
0 Poster un commentaire

DANS LE COULOIR DE LA MALADIE, DIEU NE VOUS OUBLIE PAS... Yannis Gautier

Dans le couloir de la maladie, Dieu ne vous oublie pas...
Je ne mourrai pas, je vivrai, et je raconterai les oeuvres de l'Éternel. Psaume 118.17

« Yannis, la médecine m’avait condamné, je devais mourir ! Toutefois, Dieu avait mis une conviction sur mon cœur : "Je vais te guérir, tu vas vivre et tu pourras témoigner de ce que j’ai fait pour toi." » Quelque temps plus tard, cet homme fut guéri et aujourd’hui, il raconte les hauts faits de Dieu !

"Seigneur, c'est par tes bontés qu'on jouit de la vie, c'est par elles que je respire encore; tu me rétablis, tu me rends à la vie." (Ésaïe 38.16)

Dieu a mis une promesse sur votre cœur :
Je suis l'Éternel qui te guérit.

Vous traversez peut-être actuellement un couloir difficile que le monde nomme communément "maladie". Vous le traversez dans la souffrance et votre état a plongé votre entourage dans l’inquiétude. Néanmoins, dans ce tunnel jalonné d’examens douloureux et de rapports médicaux pessimistes, Dieu a mis une promesse sur votre cœur : "Je suis l'Éternel qui te guérit." (Exode 15.26) La parole est donnée et il appartient à Dieu de l’accomplir.  

Peut-être me direz-vous : "Je me suis emparé(e) de cette promesse mais le doute est là, car la maladie n’a pas disparu". À cette question j’aimerais vous dire que vos incertitudes, qui sont basées sur des faits  qui appartiennent au monde ici-bas, ne devraient en aucun cas être fondées sur une promesse de Dieu. Pourquoi ? En voici la réponse : "Dieu n'est point un homme pour mentir, ni fils d'un homme pour se repentir. Ce qu'il a dit, ne le fera-t-il pas ? Ce qu'il a déclaré, ne l'exécutera-t-il pas ?" (Nombres 23.19)

Décidez de serrer cette promesse sur votre cœur. Osez  y croire, car elle est vraie ; elle est vraie parce qu’elle vient de Dieu ! "Ainsi en est-il de ma parole qui sort de ma bouche : elle ne retourne point à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins." (Ésaïe 55.11)

 Une proclamation pour aujourd’hui 

 Seigneur, merci pour la guérison que tu m’accordes, au nom de Jésus !


15/10/2019
0 Poster un commentaire