* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Méditations ...


Donner le meilleur à Dieu ( Bernard Emkeyes )

 

Donner le meilleur à Dieu
 

Offrir ce que l’on possède de meilleur, c’est manifester son amour

une femme s’approcha de lui, tenant un vase d’albâtre, qui renfermait un parfum de grand prix; et, pendant qu’il était à table, elle répandit le parfum sur sa tête.
Matthieu 26 : 7

Sous prétexte qu’il ne fallait pas gaspiller un parfum de si grande valeur, les disciples s’indignèrent contre cette femme. Mais au contraire, Jésus vit en cet acte le désir de cette femme de Lui donner le meilleur de ce qu’elle possédait afin de Lui montrer son amour.

 

DONNER A UN COÛT

 

L’importance d’une offrande n’est pas déterminée par sa valeur commerciale, mais par ce qu’elle coûte à celui qui l’apporte.
Un jour, le roi David fit le dénombrement du peuple et cela déplut beaucoup à l’Éternel. Pour se faire pardonner, le prophète Gad lui dit d’offrir un sacrifice en l’honneur de Dieu. Seulement, le propriétaire de l’aire où devait s’élever l’autel voulait offrir à David le terrain et les animaux. Mais David refusa et dit :

Mais le roi dit à Aravna : Non ! Je veux l’acheter de toi à prix d’argent, et je n’offrirai point à l’Eternel, mon Dieu, des holocaustes qui ne me coûtent rien. Et David acheta l’aire et les boeufs Pour cinquante sicles d’argent.
2 Samuel 24 : 24

David avait compris que la valeur de son offrande dépendait de ce qu’elle lui coûtait personnellement.
Plus ce que nous donnons a de la valeur à nos yeux, plus grand est l’amour que nous manifestons par cet acte. Donner a un coût ! Mais c’est ce qui donne toute sa signification à notre geste ; il manifeste notre respect, notre amour, notre repentance.

 

LE MEILLEUR DE CE QUE NOUS POSSÉDONS

S’il a quelque défaut, s’il est boiteux ou aveugle, ou s’il a quelque autre difformité, tu ne l’offriras point en sacrifice à l’Eternel, ton Dieu.
Deutéronome 15 : 21

Lorsque le peuple hébreu faisait un sacrifice à Dieu, il fallait que l’animal ne présente aucun défaut. Sinon, l’offrande était considérée comme impure par Dieu, et Il l’a rejetée.
Ce passage nous montre combien Dieu mérite le meilleur. Il nous aime d’un amour éternel et Il pardonne nos offenses par sa grâce. En retour, Il doit être la priorité dans notre vie : cela inclut notre dîme et nos offrandes. Même si donner à Dieu nous amène à mettre de côté d’autres projets, faisons-le ! Car Dieu n’est pas oublieux ; au contraire, Il voit ce sacrifice et Il bénit au centuple.

 

LE MEILLEUR DE CE QUE NOUS SOMMES

 

Donner de l’argent n’est pas la seule façon de montrer à Dieu combien nous l’aimons. Nous le faisons également en Le plaçant en priorité dans notre emploi du temps : aller à l’Église le dimanche matin ; en utilisant nos dons et nos compétences pour Son service : chanter dans le groupe de louange ; en apportant notre soutien aux activités de l’Église : aider à organiser des événements.
Mais que ce soit dans notre emploi du temps, dans nos activités ou dans la manière d’utiliser nos compétences, nous devons réserver à Dieu la meilleure part dans tout ce que nous faisons.

 

Placer Dieu en priorité dans sa vie signifie Le mettre à la meilleure place. Pour cela, nous devons Lui offrir le meilleur. Donner a toujours un coût : plus celui-ci est grand, plus il manifeste notre reconnaissance et notre amour. Mais Dieu voit ce sacrifice et le bénit au centuple.

20/01/2021
0 Poster un commentaire

LA TERRE PEUT TREMBLER ( Charles Nicolas )

140154435_1030405124116184_3152223561122016242_n

 

 

“La terre peut trembler, avec tous ses habitants,
mais c'est moi qui la maintiens sur ses bases” Psaume 75.4
La prière de l'incroyant (car les incroyants prient, parfois), c'est : Seigneur, fais que la terre ne tremble pas, ni ses habitants. Et il ajoute : Fais que tout aille bien ! Et que je puisse continuer mes affaires normalement. Et parfois, il “touche du bois”, en plus.
La prière du croyant est différente. Il dit : La terre peut trembler, avec tous ses habitants, mais c'est toi qui la maintiens sur ses bases.
La différence est très grande. A quoi ressemble notre prière ?
Cela nous rappelle la prière des deux brigands sur la croix. Le premier dit à Jésus : Descends de la croix et fais-nous descendre aussi. Le second dit à Jésus : Souviens-toi de moi quand tu entreras dans ton règne. Il dit ça à un crucifié ! Comment peut-il dire cela ? C'est par révélation. Comme quand Pierre dit à Jésus : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus lui répond alors : Tu es heureux, Simon, mon Père te l'a révélé.
Si Dieu peut révéler qui il est, et qui est Jésus, à Pierre l'étourdi impulsif, ou à un brigand, ne peut-il pas nous le révéler à nous aussi ?
Dans le Psaume 75, tout à coup c'est le Seigneur qui parle : le psalmiste parle à Dieu (Nous publions tes merveilles, v.2) ; puis il parle de Dieu (Dieu est celui qui juge, v.8) ; et soudain Dieu parle, à la première personne : La terre peut trembler, avec tous ses habitants, mais c'est moi qui la maintient sur ses bases.
Il est vrai que là, il n'est pas question d'experts scientifiques, ni d'enquête journalistique, ni de sondage d'opinion... Ces choses peuvent bien exister, pourquoi pas ? Mais qu'est-ce qui peut remplacer une parole que Dieu lui-même fait entendre ? La foi qui n'entend pas ce que Dieu a à dire, sur quoi va-t-elle se poser – se reposer ?
Le mot révélation fait peut-être peur à certains. Lire une vérité dans la Bible, c'est déjà beaucoup, car c'est déjà une révélation, en tant que parole-écrite de Dieu.
Je dirais : Cela suffit par temps calme.
Mais par gros temps, cela ne suffit pas. Le Saint-Esprit doit prendre ce qui est écrit dans la Bible et l'écrire sur nos cœurs, sur des tables de chair, dit Paul. Je le cite : Vous êtes une lettre de Christ, écrite non avec de l'encre, mais avec l'Esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, sur les cœurs (2 Co 3.3). Sinon, nous bafouillerons et nous risquerons fort d'être emportés.
_
Nous ne savons pas si l'année 2021 sera meilleure ou pire que l'année 2020. Personne ne le sait. (Les vœux de bonne année ne pèsent pas lourd dans le destin du monde, vous savez...).
Le pire n'est ni certain, ni exclu. Je pense au COVID, mais pas seulement. Je pense aussi à l'intention plus ou moins avouée de nombreuses personnes influentes dans notre pays, qui veulent mettre la foi sous surveillance, sur la touche, au rang des traditions familiales comme les contes pour enfants. Le CNEF est préoccupé par cela. La FPF aussi, d'ailleurs.
Je pense aux enfants et aux jeunes (c'était le thème proposé pour ce soir). Comment vont-ils tenir si la Parole de Dieu n'est pas inscrite comme une révélation dans leurs cœurs ? Ils seront emportés.
Je pense à la population musulmane, assez nombreuse, assez désemparée d'entendre qu'en France Dieu n'existe pas. On a le droit d'y croire, mais il n'existe pas ! Comment vont-ils se situer ? Qu'avons-nous à leur dire ?
Je pense aux prédicateurs qui ont et auront de plus en plus de mal à dire, à la manière de Jésus : Il est écrit !
Je pense aussi au Psaume 119, que j'appelle “l'école de Jésus”, car j'imagine Jésus dire chacun de ces 176 versets. Je vais en lire 8, presque au hasard :
Tu fais du bien à ton serviteur, O Éternel ! selon ta promesse.
Enseigne-moi le bon sens et l'intelligence ! car je crois à tes commandements.
Avant d'avoir été humilié, je m'égarais ; maintenant j'observe ta parole.
Tu es bon et bienfaisant ; enseigne-moi tes statuts !
Des orgueilleux imaginent contre moi des faussetés ; moi, je garde de tout mon cœur tes ordonnances.
Leur cœur est insensible comme la graisse ; moi, je fais mes délices de ta loi.
Il m'est bon d'être humilié, afin que j'apprenne tes statuts.
Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche que mille objets d'or et d'argent.
Oui, Jésus a dit cela. Disons-le après lui !
Et pendant que nous le disons, laissons-le Seigneur graver ses propres paroles dans nos cœurs :
La terre peut trembler, avec tous ses habitants,
mais c'est moi qui la maintiens sur ses bases.
___________
 

20/01/2021
0 Poster un commentaire

LE MAÎTRE TROMPEUR

139693615_1029242607565769_4072634134590438338_o

 

 

Les faussaires, les imitateurs de tableaux, les faux-monnayeurs etc. ont un motif très lucratif d'encourir à la fois l'opposition de l'État et celle de leur propre conscience. Bien qu'ils ne paraissent pas dangereux, ils sont une menace pour la société.
Il en est de même du Prince des faussaires, mais assez étrangement, ce brillant imposteur semble travailler pratiquement sans opposition. Il n'y a aucune loi contre lui et personne ne dénonce ses activités. Peut-être parce qu'il prétend être un grand bienfaiteur, promettant le pouvoir, le bonheur, l'amour, la santé... à ceux qui veulent bien entrer dans son jeu.
Mais Jésus-Christ l'appelle « le père du mensonge » (Jean 8 v.44), la Bible le nomme « le diable, Satan, celui qui séduit la terre habitée toute entière » (Apocalypse 12 v.9). Il est assez subtil pour se déguiser en « ange de lumière » (2 Corinthiens 11 v.14) entraînant avec lui, sous la malédiction éternelle, ceux qui se laissent prendre par ses tromperies. Tout ce qu'il propose semble plaisant et beau, mais il s'agit en fait de pièges splendidement décorés et terriblement efficaces.
SON BUT
Ce maître trompeur a une passion dévorante : substituer son influence à celle de Dieu et attirer à lui le plus grand nombre possible. Des foules répondent complaisamment à son désir. On refuse de se confier en Dieu, et l'on entre dans le jeu de celui qui est le Trompeur.
SES MÉTHODES
La prédiction de l'avenir par des voyants, cartomanciens, diseurs de bonne aventure, les horoscopes, la lecture des lignes de la main, la baguette divinatoire, le pendule sidéral, le miroir magique, la boule de cristal... Ces pratiques et bien d'autres ne sont souvent que des attrape-nigauds, mais aussi le fruit de l'activité spirituelle du diable à travers ceux qui les pratiquent.
La magie blanche se présente ordinairement sous un manteau "naturel" ou "pieux", tandis que la magie noire travaille consciemment et directement avec le diable. Elle inclut le pouvoir de donner ou de guérir des maladies, le pouvoir de jeter des sorts...
Le spiritisme, la prétendue communication avec les esprits des morts par le moyen des médiums, (ces esprits sont des démons qui endossent la personnalité des personnes décédées, imitant leurs voix).
N'est-il pas tragique que tant de personnes bravent le juste jugement de Dieu pour quelques moments de puissance, de plaisir, de délivrance ou de soulagement trompeurs venant du diable ?
Nombreux sont les adeptes de l'occultisme qui prétendent que leur pouvoir vient de Dieu et qu'il sert à faire du bien à leur prochain (même s'ils en retirent une très large source de profit!). Mais quiconque connaît le vrai Dieu, lit et obéit à Sa Parole, sait qu'il n'en est rien car Dieu n'accorde pas sa puissance à ceux qui ne lui appartiennent pas et qui ne gardent pas sa Parole.
QUE DIT LA BIBLE ?
La Bible est le Livre de la Révélation divine et, seule, peut parler avec autorité, étant la PAROLE DE DIEU.
Son enseignement est très clair en ce qui concerne l'exercice des pouvoirs surnaturels ; ces pouvoirs ne sont pas niés, mais l'exercice en est formellement interdit : « Il ne se trouvera pas au milieu de toi ... ni devin, ni pronostiqueur, ni enchanteur, ni magicien, ni sorcier, ni personne qui consulte les esprits, ni diseur de bonne aventure, ni personne qui interroge les morts ; car quiconque fait ces choses est en abomination à l'Éternel » (Deutéronome 18 v. 10 à 12)
L'ACTIVITÉ DE SATAN
Satan et ses démons ignorent l'amour : « le diable a été meurtrier dès le commencement » (Jean 8 v.44) mais « Dieu est amour» (1 Jean 4 v.8). Dieu aime ; et Il nous a prouvé cet amour en envoyant son Fils unique ici-bas pour mourir pour des pécheurs (Romains 5 v.8). Le Christ a prouvé Son amour en acceptant de venir dans ce monde de péché et de rébellion contre Dieu pour offrir le salut et la guérison à une humanité malade du péché.
Satan et son armée de démons sont des experts de la déception. Que la curiosité envers leurs promesses alléchantes ne vous entraîne pas à partager leur sort ! « Alors le Seigneur dira : Allez-vous en loin de moi, maudits, dans le feu éternel qui est préparé pour le diable et ses anges » (Matthieu 25 v.41)
LE CHOIX
Vous avez un choix à faire car :
« Personne ne peut servir deux maîtres ; ou il haïra l'un et aimera l'autre, ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre » (Matthieu 6 v.24)
« Choisissez aujourd'hui qui vous voulez servir » (Josué 24 v.15)
Remettez votre être tout entier entre les mains du Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu, qui « a été manifesté pour qu'Il détruise les œuvres du diable » (1 Jean 3 v.8). Confessez Lui vos péchés, et Il vous pardonnera. Il fera de vous un enfant de Dieu. Alors vous jouirez aussitôt d'une vie nouvelle : la vie éternelle.
C'est la seule protection réelle contre le prince des faussaires, contre le Maître Trompeur !

18/01/2021
0 Poster un commentaire

LES ANNÉES PASSENT ,,,,,

138732796_1027418111081552_8203635307618735474_o

 

 

. Les années passent les unes après les autres, et au début de chacune d'elles, nous nous demandons : « Que nous apportera celle-ci ? » En fait, nous n'en savons rien, car l'avenir ne nous appartient pas. Dieu seul le sait. C'est pourquoi nous invitons ceux et celles qui ne l'ont pas encore fait à mettre leur pleine confiance en Lui. Lui seul connaît bien mieux que nous nos besoins qu'il peut et veut combler si, bien sûr, nous lui faisons confiance. Ces besoins sont très variés et nombreux : pour les uns, ce sera de l'argent, un travail, une situation meilleure ; pour d'autres, ce sera le bonheur dans le foyer, une entente conjugale ; pour d'autres encore, celui d'une meilleure santé... « La santé, c’est le principal ! » entendons-nous souvent en ce début d’année.
Savez-vous qu'il est des besoins plus grands encore, plus élevés, non pas d'ordre matériel ni physique, mais d'ordre spirituel et qui sont ceux de tous les humains sans exception ?
Que vous le réalisiez ou non, votre être tout entier soupire après quelque chose de meilleur, de plus solide, de plus durable. Vous avez besoin de paix, de repos, de vrai bonheur, de la vie éternelle. Tout cela, Dieu vous l'offre gratuitement dans la Personne de Jésus Christ.
Vous avez besoin de paix :
la paix de votre conscience quant à vos péchés. Vous n'êtes pas libre et vous êtes mal à l'aise sous le regard du Dieu saint et juste. Il est aussi le Dieu d'amour qui a donné son Fils unique. « Lui a fait la paix par le sang de sa croix » (Colossiens 1 v.20). Croyez en Jésus mort pour vos péchés, et vous aurez la paix avec Dieu et, par conséquent, la paix du cœur.
Vous avez besoin de repos.
« Venez à moi, dit Jésus, vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi, je vous donnerai du repos. » (Matthieu 11 v.28)
Venez à Jésus qui, à la croix, s'est chargé du poids de vos péchés de sorte qu'en croyant vous connaissiez le repos de votre conscience.
Votre âme immortelle a besoin de vie éternelle.
La Bible nous dit: « Celui qui croit au Fils de Dieu a la vie éternelle »
« Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle » (Jean 3 v.36 et 16)
Le “quiconque”, c’est qui que ce soit, donc vous, cher lecteur, chère lectrice.
Une nouvelle année en remplace une autre. Savons-nous si Dieu nous accordera d'en voir la fin ? On n'est même pas sûr du jour de demain (Jacques 4 v.14). Ne voulez-vous pas accepter maintenant, par la foi, Jésus comme votre Sauveur ? Votre besoin de paix, de repos, de vrai bonheur sera alors amplement comblé. Pas seulement pour un jour ou une année, mais pour toute la vie. Pas seulement pour cette vie présente, terrestre, mais aussi celle qui est à venir, au-delà de la mort. Connaître Jésus comme Sauveur, c'est avoir la vie éternelle, et une vraie relation avec Dieu, sûre espérance et guide de notre vie.
Plus que des vœux, c'est la prière instante que nous adressons à notre Dieu pour chacun des lecteurs qui ne Le connaissent pas comme leur Dieu Sauveur.

15/01/2021
0 Poster un commentaire

IL T’ATTEND

Lecture proposée : Luc 15.20-24
Mais le père dit à ses serviteurs : « Apportez vite la plus belle robe et l’en revêtez ; mettez-lui un anneau au doigt et des souliers aux pieds. Amenez le veau gras et tuez-le. Mangeons et réjouissons-nous … Luc 15.22
 
138601450_1026812621142101_4628678684084325981_o

 

 

Le contexte dans lequel nous vivons est extrêmement difficile. Les tentations sont nombreuses et faciles. Comment résister à la pornographie, à la drogue, à l’attrait du jeu, de l’argent et à tant d’autres séductions partout présentes ?
À moins d’une constante intimité avec le Maître, le chrétien n’est pas à l’abri, même du pire !
Et la pire tentation est alors le sentiment qu’il est trop tard alors ; que l’on est bien trop indigne pour revenir à Dieu. Mais relisez la parabole du fils prodigue ! J’y repensais à la lecture d’un témoignage présent au sein d’un mail reçu hier. Je vous le livre :
« Aussi loin que remontent mes souvenirs (à l’âge de 4 ou 5 ans), j’ai toujours aimé Jésus. Mais le péché m’a éloigné de lui pendant de longues années, et comme David, mes os se sont consumé. Je savais que le retour à Dieu serait incroyable, mais j’étais loin de la réalité. Cela fera bientôt 5 ans maintenant. J’ai expérimenté le Père courant vers moi et me prenant dans ses bras, Jésus frappant à la porte et entrant souper avec moi. Le pardon était tellement fort qu’il n’a même pas été évoqué. Luc 15 parle de la joie du berger retrouvant sa brebis perdue, et Jésus m’a clairement exprimé cette joie, et celle qu’il y a eu dans le ciel (Luc 15.7). Je n’ai pas les mots pour l’expliquer, mais je sais que vous comprenez ».
Oui, bien sûr, Jésus l’avait dit à sa manière : Je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance. Si vous vous êtes égaré, ébloui par les attraits trompeurs de ce monde, il n’est pas trop tard, revenez, le Père vous attend !

14/01/2021
0 Poster un commentaire