* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Oswald Chambers


Châtiment ( Oswald Chambert )

 

Ne méprise pas le châtiment du Seigneur, et ne perds pas courage lorsqu'il te reprend. (Hébreux 12:5)


Rien n'est plus facile que d'éteindre l'Esprit ; nous le faisons en méprisant le châtiment du Seigneur, en perdant courage quand il nous reprend. Si nous n'avons qu'une expérience superficielle de la sanctification, nous prenons l'apparence pour la réalité ; et quand l'Esprit de Dieu commence à nous avertir, nous disons : "Cela doit venir

du diable !"

 

N'éteignez pas l'Esprit, et ne le méprisez pas quand il vous dit : "Ne continue pas à être aveugle sur ce point ; tu n'es pas aussi avancé que tu le crois. Jusqu'ici, il ne m'a pas été possible de te le révéler, mais je le fais maintenant." Quand le Seigneur vous corrige ainsi, soumettez-vous à lui docilement. Laissez-le rétablir entre vous et lui

des relations normales.

 

"Ne perds pas courage quand il te reprend." Nous nous mettons à bouder Dieu, et nous disons : "Ce n'est pas ma faute. J'ai prié, et les choses ont mal tourné ; je vais tout abandonner." Réfléchissez à ce qui arriverait si nous parlions ainsi, dans n'importe quel autre domaine de

la vie !

 

Suis-je prêt à laisser Dieu me saisir par sa puissance, et faire en moi une oeuvre digne de Lui ? La sanctification n'est pas ce que je veux que Dieu fasse pour moi ; mais bien ce que Dieu veut faire pour moi selon sa propre pensée. Il faut qu'il amène mon âme et mon esprit à une soumission telle que, coûte que coûte, je le laisserai libre de me sanctifier totalement.

 


14/08/2018
0 Poster un commentaire

N'éteignez pas l'Esprit. ( Oswald Chambers )

 

N'éteignez pas l'Esprit. (1 Thessaloniciens 5:19)


La voix de l'Esprit est aussi douce que la brise, si légère qu'on ne peut la percevoir que si l'on vit en communion parfaite avec Dieu. Les avertissements de l'Esprit nous parviennent avec la plus extraordinaire douceur, et si nous ne sommes pas assez attentifs pour discerner sa voix, nous ne l'entendrons pas, et notre vie spirituelle se dégradera. Ces avertissements nous parviennent toujours comme un doux murmure, si

doux que seul l'Enfant de Dieu peut le percevoir.

 

Si en rendant votre témoignage vous revenez toujours sur le passé en disant : "Tel jour, il y a bien des années, j'ai été sauvé", alors prenez garde ! En effet, en marchant dans la lumière de Dieu vous n'avez nul besoin de revenir en arrière, vous vivez maintenant une merveilleuse communion avec Dieu. Mais si vous n'êtes plus dans la lumière de Dieu, vous devenez un chrétien romantique vivant de souvenirs et votre témoignage rend un son dur et métallique. N'essayez pas de camoufler par le souvenir d'expériences passées, un refus actuel de marcher dans la lumière. Quand l'Esprit vous avertit, arrêtez-vous et redressez ce qui est tortueux, sinon, inconsciemment vous

l'attristeriez.

 

Si Dieu vous fait passer par une épreuve et que vous avez presque remporté la victoire, mais pas pleinement, il vous soumettra alors à une nouvelle épreuve, mais il parlera moins fort que la première fois. Vous sentirez moins vivement la présence de Dieu et l'humiliation de ne pas lui avoir obéi sera plus grande. En continuant à attrister ainsi l'Esprit, le moment viendra où l'épreuve cessera parce que vous aurez attristé et éloigné l'Esprit. Mais si vous triomphez de l'épreuve, l'heure viendra où vous pourrez chanter à Dieu un cantique de louanges ! N'ayez aucune pitié pour ce qui déplaît à Dieu. Laissez Dieu vous en débarrasser, même si vous devez en souffrir.

 


13/08/2018
0 Poster un commentaire

Se reposer en Dieu. ( Oswald Chambers )

 

Pourquoi avez-vous peur, gens de peu de foi ? (Matthieu 8:26)


Quand nous avons peur, nous crions à Dieu instinctivement, mais le Seigneur a le droit d'exiger que ceux qui invoquent son nom aient en lui une confiance intelligente. Dieu s'attend à ce que ses enfants aient une telle confiance en lui, que d'autres puissent toujours compter sur eux dans les moments difficiles. Hélas ! Notre confiance en Dieu ne va que jusqu'à un certain point ; ensuite nous retombons dans la mentalité des incrédules qui, affolés, crient vers lui, lorsqu'ils sont à bout de ressources. Une telle attitude témoigne de notre manque de confiance. Il paraît dormir, et nous ne voyons rien d'autre que les vagues qui

déferlent sur nous.

 

"Gens de peu de foi !" Quel cinglant reproche pour les disciples ! "Une fois de plus vous n'avez pas compris !" Et quel reproche nous frappe nous aussi, quand nous comprenons soudain que nous aurions pu remplir de

joie le coeur de Jésus, en gardant en lui une confiance absolue.

 

À certains moments de la vie tout paraît calme et tranquille. Nous faisons de notre mieux, avec nos forces humaines ; mais c'est lorsque la tempête arrive qu'on voit tout de suite sur quel appui nous comptons. Si nous avons appris à adorer Dieu et à nous fonder sur lui, la tempête

révèlera que nous pouvons résister sans être brisés.

 

Nous avons fréquemment parlé de la sanctification comment la résumer ? Elle doit nous amener à nous reposer en Dieu, c'est-à-dire nous unir à Lui parfaitement. Par là non seulement nous serons irréprochables à ses yeux, mais nous lui donnerons aussi une joie profonde.

 


12/08/2018
0 Poster un commentaire

L'expérience qui nous forme. ( Oswald Chambers )

 

Élisée ne vit plus Élie. (2 Rois 2:12)


Vous avez le droit de vous appuyer sur Élie, celui que Dieu vous a donné pour vous guider, mais n'oubliez pas que le jour viendra où il vous sera enlevé. Vous vous dites : "Mais je ne peux pas poursuivre ma route

sans Élie", pourtant Dieu veut vous apprendre à avancer sans lui.

 

Élisée est seul pour passer le Jourdain (verset 14), symbole de la séparation. Vous avez vous aussi à traverser tout seul votre Jourdain, sans soutien, sans personne qui peut prendre cette responsabilité à votre place. Il vous faut maintenant mettre en pratique ce que vous avez appris. Il ne sert à rien de dire : "Je n'y arriverai pas." Vous êtes confronté à une nouvelle expérience et vous devez y faire face. Vous appuyant sur Dieu, il vous faut franchir votre Jourdain

seul.

 

Élisée est seul à Jéricho (verset 15), où Élie avait fait de grandes choses. Vous craignez de prendre une initiative hardie et de mettre Dieu à l'épreuve. Mais si vous restez fidèle à ce que vous avez appris avec Élie, Dieu vous accordera un signe

de sa présence.

 

Élisée est seul à Béthel (verset 23). Là, vous non plus ne saurez que faire, ce sera la fin de votre sagesse, c'est la sagesse de Dieu qui interviendra. Au moment où vous êtes sur le point de désespérer, où vous vous sentez complètement à bout, tenez ferme, demeurez fidèle à Dieu et sa vérité triomphant en vous fera de votre vie une source de bénédiction. Mettez en pratique ce que "votre Élie" vous a enseigné, mais ne cherchez plus son secours. Servez-vous de son manteau, et priez. Prenez la résolution de vous confier en Dieu seul.

 


11/08/2018
0 Poster un commentaire

Le chrétien et la souffrance ( Oswald Chambers )

 

Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leurs âmes au fidèle créateur, en faisant ce qui est bien. (1 Pierre 4:19)


Rechercher la souffrance est répréhensible, mais choisir la volonté de Dieu, même si elle implique la souffrance, est tout autre chose. Aucun chrétien normal ne recherche la souffrance pour elle-même ; comme Jésus, il recherche la volonté de Dieu, dut-il en souffrir. Un chrétien ne doit jamais s'immiscer dans la vie d'un autre chrétien, pour interrompre

la discipline de la souffrance.

 

Un chrétien qui fortifiera les autres chrétiens, et les affermira, réjouit le Seigneur. Ceux qui nous font du bien ne sont pas ceux qui s'apitoient sur nous ; ceux-là, au contraire, gênent notre marche, car en nous plaignant ils affaiblissent notre énergie. Un chrétien ne peut comprendre un autre chrétien que s'il se tient tout près du Sauveur. Si nous laissons un frère nous témoigner de la sympathie, aussitôt nous pensons : "Dieu me traite durement." C'est pourquoi Jésus a dit que la pitié de soi vient du diable (Matthieu 16:23). Ne calomnions pas Dieu ; il est facile de le faire car Dieu ne se défend pas, ne se venge jamais. Ne vous imaginez pas que Jésus éprouvait le besoin qu'on s'apitoie sur lui pendant sa vie terrestre. Il refusait la sympathie des hommes, car il savait trop bien, dans sa sagesse, que personne sur la terre ne pouvait comprendre son coeur. Il ne cherchait

de sympathie qu'auprès de son Père et des anges du ciel (Luc 15:10).

 

Remarquez que Dieu semble parfois "gaspiller" ses serviteurs. Au point de vue humain, il les place à des endroits où ils semblent inutiles. Nous disons : "Dieu me veut ici parce que je suis tellement utile !" Mais Dieu place ses serviteurs là où ils pourront le glorifier ; et nous n'avons pas à en juger nous-mêmes : il sait ce qu'il fait.

 


10/08/2018
0 Poster un commentaire