* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Parole du Jour


Devenir adulte ( Bob Gass )

 


25/05/2018
0 Poster un commentaire

La résurrection, vous pouvez y croire ! ( Bob Gass )

Aucun événement dans l’histoire n’a été autant scruté que la résurrection de Christ ! Les plus grands spécialistes se sont penchés sur la question. Parmi eux, Simon Greenleaf, professeur de droit à Harvard entre 1833 et 1848, considéré comme une des plus grandes autorités de tous les temps en matière de preuves juridiques dans l’Histoire. Lorsque Greenleaf s’est penché sur la résurrection et l’a examinée à la lumière de toutes les preuves légales, il en a conclu que c’était une réalité, un événement historique, et que toute personne qui en examinerait honnêtement les preuves en serait convaincue. C’est arrivé à Frank Morison, auteur anglais, qui avait entrepris d’écrire un ouvrage réfutant la résurrection de Christ. Finalement, le livre une fois achevé ne ressemblait en rien à celui qu’il avait espéré écrire ! Alors qu’il examinait les preuves, ce journaliste sceptique les avait trouvées tellement accablantes qu’il avait fini par les accepter et se convertir. Son livre qui a pour titre Who Moved the Stone? [Qui a roulé la pierre ?] détaille les évidences de la résurrection, et le premier chapitre s’intitule The Book That Refused to Be Written [Le livre qui a refusé d’être écrit]. Général nordiste pendant la Guerre de Sécession, l’avocat Lew Wallace entreprendra lui aussi d’écrire un livre pour réfuter la divinité de Christ et sa résurrection, et finira par la défendre dans son fameux livre Ben-Hur, considéré comme l’ouvrage le plus influent du dix-neuvième siècle. Christ est ressuscité ! Vos bien-aimés rachetés le seront aussi, et avec eux vous passerez l’éternité en présence de Dieu.

 


24/05/2018
0 Poster un commentaire

Si vous recrutez, priez pour le discernement ( Bob Gass )

John Maxwell écrit : « Il y a quelques années, je m’adressais à un groupe de cadres lorsque l’un d’eux m’a demandé quels étaient les principes que je suivais en matière de recrutement. Alors, à leur grand étonnement, je leur ai confié : “Je n’ai qu’une seule règle, je ne m’en occupe jamais. Et je vais vous dire pourquoi : je suis nul dans ce domaine. Mes antécédents de recruteur sont catastrophiques. À cause de mon optimisme et la trop grande confiance que j’accorde aux gens, je ne suis pas réaliste. Peu importe les signaux d’alerte pendant un entretien avec un candidat, je pense toujours pouvoir aider cette personne à progresser vers le succès. Ce n’est pas la bonne attitude. Pour réussir dans le recrutement, il faut des gens sceptiques, le genre d’individu qui n’engagerait même pas sa propre mère. Dès que j’ai cessé de recruter, mon entreprise a pris un tout nouvel essor.” Au début de mon discours, j’ai constaté que la première réaction de tous ces cadres était négative. Mais au fur et à mesure de mes explications, j’ai pu voir qu’ils appréciaient et respectaient ma franchise à propos de mes faiblesses. Il n’y a rien de pire que quelqu’un qui ne sait pas de quoi il parle, qui laisse les choses avancer au petit bonheur, et qui prétend être expert là où en fait il est incompétent. » Si vous avez de mauvais souvenirs en matière de recrutement, déléguez la tâche à ceux qui sont doués pour ça. Et si jamais vous devez le faire vous-même, priez comme Salomon : « Accorde donc à ton serviteur un cœur attentif […] pour discerner le bien du mal ! Car qui pourrait gouverner ton peuple, ce peuple si important ? »

 


23/05/2018
0 Poster un commentaire

Libérer les captifs (2) ( Bob Gass )

« Il les fit sortir des ténèbres et de l'ombre de la mort, et il rompit leurs liens » Ps 107.14

Dieu se charge de rendre les gens libres, corps et âme. Lorsque les Israélites étaient en esclavage : « Dans leur détresse, ils crièrent à l’Éternel, et il les sauva de leurs angoisses » (v.13). Jésus délivre encore, jour après jour : « Si donc le Fils vous rend libres, vous serez réellement libres » (Jn 8.36). Alors suivez ces étapes vers la liberté : 1) criez à l’Éternel. Il a dit : « Vous me chercherez et vous me trouverez, car vous me chercherez de tout votre cœur » (Jér 29.13). La plainte des Israélites était sincère, et Dieu répond toujours aux cris du cœur. Pour être délivré(e), avouez d’abord que vous dépendez totalement de lui. Ne cherchez pas à tout régler vous-même. La Bible dit : « Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car il prend soin de vous » (1P 5.7). 2) nourrissez-vous de l’Esprit. Jésus a dit : « Je suis le pain vivant […]. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement » (Jn 6.51). Si vous vous imprégnez de la Parole et partagez vos sentiments dans la prière, il allégera votre fardeau et nourrira votre âme. Jésus est venu « pour proclamer aux captifs la délivrance, […] pour renvoyer libres les opprimés » (Lu 4.18). Prenez le temps de méditer la Bible jusqu’à ce que vous compreniez comment l’appliquer dans votre vie. La connaissance sans la pratique est vaine. La liberté passe par une nourriture biblique quotidienne, et la mise en pratique de ce que vous avez appris à votre situation présente. « Heureux l’homme […] qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel, et qui médite sa loi jour et nuit ! » (Psalm 1:1-2 NCV). Faites-le, jour après jour, et soyez libre !

 


22/05/2018
0 Poster un commentaire

Libérer les captifs (1) ( Bob Gass )

Pendant quatre cents ans, les Israélites étaient esclaves de la tyrannie des Égyptiens qui les opprimaient et leur rendaient « la vie amère » (Ex 1.14). Beaucoup d’entre nous pouvons faire le parallèle avec ce sentiment d’impuissance qui nous étreint lorsque nous songeons à nos propres combats. Excès de nourriture, alcool, drogue, sexe, argent, mauvaises fréquentations, nous avons tous connu cette sensation d’impuissance alors que nous tentions vainement de nous en libérer. L’échec peut engendrer un désespoir chronique qui nous fait abandonner toute nouvelle tentative. Brisé et abattu, Israël a crié à l’Éternel et il a répondu : « J’ai bien vu la misère de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu son cri à cause de ses oppresseurs, car je connais ses douleurs » (Ex 3.7). Et voici comment Dieu montre sa compassion à leur égard : « Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens et pour le faire monter de ce pays […] dans un pays découlant de lait et de miel » (v.8). Aujourd’hui encore, Dieu peut faire la même chose pour vous. Pour qu’Israël soit délivré, il a fallu sacrifier un agneau pascal immaculé. Ils ont appliqué son sang sur le linteau de leur porte et l’ange de la mort les a épargnés. La Bible dit : « Christ, notre agneau pascal, a été sacrifié » (1Co 5.7). Jésus-Christ, notre agneau sacrificiel, a versé son sang pour nous libérer de tout esclavage. Quels sont vos combats aujourd’hui ? Vous pouvez être délivré(e) de la captivité, non par vos propres efforts qui sont vains, mais en croyant en ce Dieu qui répond aux cris de son peuple.

 


22/05/2018
0 Poster un commentaire