* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Sa Parole pour aujourd'hui


Toucher les gens de Samarie (3) ( Bob Gass )

 

Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes.” 1 Co.1.27

Est-il facile de toucher “les gens de Samarie” ? Non, mais Jésus nous a montré le chemin. Voyons comment Il a abordé la femme samaritaine près du puits de Sychar. Il ne l’a pas invité à l’un de Ses grands bains de foule ni ne l’a pas encouragée à entrer dans une synagogue où Il allait prêcher. Il lui a demandé à boire ! Il s’est mis ainsi à sa portée et a réclamé son aide. Imaginez-vous vous approcher d’une prostituée ou d’un drogué et lui demander de vous aider à entrer en relation avec d’autres de leur milieu ? “Les gens de Samarie” ont besoin de sentir que d’autres ont besoin d’eux. Rahab était dans ce cas : les espions avaient besoin d’être hébergés par elle. Elle devait les protéger avant d’être sauvée par eux, elle et toute sa famille. Trop souvent dans nos églises nous faisons le contraire et nous nous étonnons ensuite que trop peu des gens que nous avons secourus soient prêts à nous écouter ensuite. Scott Larson écrit: “Les gens de Samarie sont des éléments essentiels dans le plan divin de bouleverser notre monde. Aimer nos ennemis et bénir ceux qui nous maudissent n’est pas facile, mais comme l’exemple d’Etienne nous le prouve, une telle attitude peut changer le cours de l’histoire.” Etienne, sous la pluie de pierres qui allait le tuer pria “Seigneur pardonne-leur ce péché” (Ac 7. 60).Dieu répondit à sa prière et Saul rencontra Jésus sur le chemin de Damas. qui parmi les chrétiens de l’époque aurait pu imaginer que peu de temps après que Saul, devenu Paul, serait l’instrument choisi par Dieu pour remplir les rangs de Son Eglise? Et qui sait combien de “gens de Samarie” deviendront eux aussi des instruments entre Ses mains pour toucher des milliers d’autres personnes ?

 


16/01/2019
0 Poster un commentaire

Toucher les gens de Samarie (2) ( Bob Gass )

 

“Philippe, descendu dans une ville de la Samarie, y prêcha le Christ... Et il y eut une grande joie dans cette ville.” Ac 8. 5,7

Etudions un peu plus la ville de Samarie et la région qui porte le même nom. En raison de l’animosité des “purs” juifs à l’encontre de leurs voisins de Samarie, ceux-ci, pour se rendre de Galilée (où Jésus habitait) en Judée (où se trouvait Jérusalem), préféraient faire un long détour par Jéricho afin d’éviter de traverser la Samarie. Jésus au contraire prit la route la plus courte et rencontra près d’une petite ville appelée Sychar une femme avec laquelle Il eut une conversation intéressante. Notez que Jésus dévoila le secret de la vraie adoration due à Son Père, non pas à Ses disciples, mais à une Samaritaine aux mœurs plus que douteuses. C’est également le seul passage des Evangiles où toute une ville se convertit à la foi en Jésus. Après une telle expérience, on pourrait imaginer que les disciples auraient aimé y demeurer plus longtemps. Au contraire ils ont hâte de retourner à Jérusalem. Il faudra une persécution féroce pour obliger les apôtres à quitter la ville sainte. C’est Philippe qui s’y rend le premier (Ac 8) et découvre alors que la majorité de la population accueille son message “avec joie”. Le souvenir du passage de Jésus avait certainement marqué tous les esprits. Plus tard Pierre et Jean viennent épauler Philippe dans son ministère et annoncent l’Evangile à travers la région. Aujourd’hui les villages de Samarie sont les prisons, les cliniques pour drogués et malades atteints du Sida, les refuges pour les SDF, les banlieues mal famées, où les gens ont le plus soif d’entendre la Bonne Nouvelle. Jésus déclare ouvertement: “ Venez, vous qui êtes bénis de Mon Père ; héritez le royaume qui a été préparé pour vous...” (Mt 25. 34). Qui sont-ils, ces “justes” qu’Il félicite ? Ceux qui ont recueilli l’étranger, nourri l’affamé, vêtu celui qui était nu, soigné le malade,rendu visite au prisonnier, aidé la veuve et l’orphelin, bref, ceux qui tout simplement se sont rendus à Samarie pour prendre soin de ses habitants. Ferons-nous partie de ces “justes” ?

 


15/01/2019
0 Poster un commentaire

Toucher les gens de Samarie (1) ( Bob Gass )

 

“Vous serez Mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'au bout du monde.” Ac 1.8

Ce sont les dernières paroles de Jésus avant de quitter Ses disciples : “Vous allez recevoir une force, celle de l'Esprit Saint qui descendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'au bout du monde.” Jérusalem, la ville où se trouvaient alors les disciples du Christ, représente les gens de notre communauté, voisins, amis, collègues de travail...etc. Nous n’avons pas besoin d’aller très loin pour les trouver. Ils vivent tout autour de nous. La Judée, ce sont les gens qui habitent plus loin, peut-être dans un pays étranger, mais qui nous sont semblables, des gens de notre culture, de notre éducation, des gens que nous rencontrons parfois au cours de nos voyages. Et le bout du monde représente tous ces pays où nos églises envoient des missionnaires que nous soutenons de nos dons et nos prières. Mais la Samarie ? Où se trouve t-elle ? Au temps de Jésus les juifs méprisaient ces “chiens” (lisez Mt 15. 26-27), qui vivaient dans “le nord” et adoraient des idoles païennes. La Samarie représente le pays des oubliés, des laissés pour compte, les SDF, les étrangers, les prostituées, les drogués... en bref tous ceux dont la vie, le comportement nous rendent mal à l’aise. Parfois nous les rejetons pour d’étranges raisons : Jonas s’enfuit loin de Dieu pour ne pas avoir à prêcher aux Ninivites. Pourquoi ? Parce qu’ils étaient cruels ou parlaient un étrange langage ? Non, parce qu’il craignait que Dieu leur pardonne leurs péchés s’ils se repentaient ! Même si d’autres personnages de la Bible ont gravement enfreint la loi divine (Moïse, David, Rahab, Paul), nous continuons à faire une distinction entre les “bons” (nous en général !) et les “mauvais” (la plupart des autres !). Or Paul affirme : “Dieu ne fait pas de différence entre les gens” (Ro 2. 11). Veillons à faire de même !

 


14/01/2019
0 Poster un commentaire

Entre les mains du potier (2) ( Bob Gass )

 

“Le vase... fut manqué comme cela arrive avec l’argile dans la main du potier. Il en refit donc un autre vase.” Jr 18. 4

Dieu aurait moins de problèmes s’Il se servait d’argile véritable pour former des hommes et des femmes selon Son bon plaisir. Le procédé pour créer Adam commença avec une forme humaine modelée par Dieu à partir de la terre. Il souffla ensuite Son esprit en elle et nous avons eu le premier homme. Depuis Il se contente de choisir des êtres humains pour en faire Ses disciples, Ses ouvriers, Ses ambassadeurs. La difficulté surgit quand nous voulons faire notre volonté, suivre nos impulsions et nos désirs ou profiter égoïstement des talents qu’Il a placés en nous. Il sait qu’en agissant ainsi nous risquons non seulement de gaspiller notre vie et nos talents, mais aussi de passer à côté du rôle auquel Il nous avait destinés sans bénéficier de Ses bénédictions. Il doit intervenir en écrasant entre Ses doigts le vase mal formé que nous sommes devenus, et le modeler à nouveau pour faire jaillir de l’argile le vase dont Il a besoin. Personne n’aime être brisé, pourtant seul cette action radicale du potier peut faire jaillir de l’humble motte d’argile le vase magnifique qu’Il envisageait de former. Quand l’ange du Seigneur est apparu devant Gédéon, Il l’a interpellé avec ces mots : “Vaillant guerrier”. Or Gédéon était en fait un poltron ! (Jg 6. 27). Dieu n’avait pas encore achevé la transformation de Gédéon, mais Il voyait déjà ce qu’il deviendrait s’il Lui obéissait. La patience est de mise si nous souhaitons devenir le vase que Dieu voit en nous. Non seulement Il nous formera pour que nous puissions accomplir tout ce qu’Il a prévu pour nous, mais Il mettra aussi dans notre cœur le désir et la volonté de Lui plaire : “Dieu travaille en vous et Il vous rend capable de vouloir et de faire les actions qui Lui plaisent” (Ph 2. 13). Tout ce qu’Il nous demande c’est de Lui faire confiance !

 


14/01/2019
0 Poster un commentaire

Entre les mains du potier (1) ( Bob Gass )

 

 

“Vous êtes dans Ma main comme l'argile dans la main du potier.” Jr 18. 6

Un jour Dieu dit à Jérémie d’aller dans l’atelier d’un potier afin de lui expliquer comment Il agissait dans la vie de chacun d’entre nous. Lorsque nous marchons dans le droit chemin et accomplissons la volonté divine, nous sentons que nous faisons des progrès. Mais quand le chemin devient escarpé et que nous trébuchons, nous avons l’impression que Dieu nous a abandonnés à notre “triste sort”. Néanmoins Dieu ne rejette jamais l’argile avec laquelle Il travaille. Si le résultat ne Lui convient pas, Il la remodèle jusqu’au jour où Il se sent satisfait de ce qu’Il a accompli et de l’utilisation qu’Il pourra en faire. Souvenez-vous que “Celui qui a commencé en vous un si bon travail va le continuer jusqu'au bout, jusqu'au jour où le Christ Jésus viendra” (Ph 1. 6). Vous demeurez un chef-d’œuvre en construction tant que le Seigneur n’est pas revenu. Deux vérités nous interpellent : 1- Dieu a prévu un usage précis pour chaque morceau d’argile qui se trouve entre Ses mains. Chacun d’entre nous a un rôle à jouer dans Ses plans, mais le choix ne nous appartient pas. Seul le Saint Esprit décide de notre place dans le corps de Christ (1 Co. 12.18). 2- C’est Son droit de nous modeler comme Il le juge bon. Nous sommes d’abord des fruits de Sa création, et ensuite Il nous a “achetés” au prix de la vie de Son fils. N’essayons pas d’échapper au tour du potier, même si nous devons souffrir un peu entre Ses doigts. Demeurons malléables, sans nous “assécher” ou nous endurcir, par manque de reconnaissance envers Lui, comme les enfants d’Israël au désert.

 


12/01/2019
0 Poster un commentaire