* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Sa Parole pour aujourd'hui


UNE JUSTICE QUI FAIT GRÂCE ( Bob Gass )

155112399_10224406822540168_5642402742212420903_n

 

 

“Éternel, écoute ma prière, prête l’oreille à mes supplications! Exauce-moi dans Ta fidélité, dans Ta justice.” Ps 143.1
Le psaume 143 est un psaume dit de pénitence. Aujourd’hui, ce terme a presque totalement disparu de notre vocabulaire. Il s’agit, à l’origine, du regret d’avoir offensé Dieu, et la volonté de ne plus recommencer. Progressivement, cette disposition est devenue une mortification imposée pour revenir à de meilleurs sentiments en passant parfois par une sanction : faire pénitence ! Le pénitencier est devenu un établissement carcéral dans lequel sont enfermées les personnes condamnées à des travaux forcés pour payer une dette à la société. Le psaume de pénitence peut donc avoir un ton grave, amer, pesant et douloureux. Or, David expose la peine et la souffrance dont il est frappé et qui le taraudent intérieurement sans que n’interviennent des pressions externes et des sanctions humaines. Il a pris conscience de son état de pécheur devant Dieu et, loin de se trouver des excuses ou des circonstances atténuantes, refusant de se cacher derrière son titre de roi, il exprime ses regrets et son état de tristesse absolue à son Seigneur. Il est triste de rater sa vie de croyant et ainsi de décevoir son Maître. Il lance un appel vibrant à son Dieu et il espère en “Sa fidélité et en Sa justice”. L’appel à la justice divine est étonnant parce qu’en même temps, David dit : “N’entre pas en jugement, car aucun vivant n’est juste devant Toi” (v. 2). De fait, David ne pense pas à la rétribution suite à un jugement basé sur la Loi, mais il s’attend à la Loi d’Amour et de miséricorde, qui est l’essence même de Dieu. Il sait que, sous le signe de la législation, il est totalement perdu ; c’est pourquoi il compte sur la justice généreuse qui, tout en étant juste, est aussi expression de grâce. L’apôtre Jean, bien des siècles plus tard, et après avoir expérimenté la venue du Messie, déclare, en écho à David : “Si nous confessons nos péchés, Il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité” (1 Jn 1. 9).

27/02/2021
0 Poster un commentaire

SI VOUS PENSIEZ LE MÉRITER ! ( Bob Gass )

155145960_10224414147483287_2343084969559146790_n

 

 

“Seigneur, je ne suis pas digne de Te recevoir, mais dis seulement une parole…” Mt 8. 8
Il vous est peut-être arrivé de penser que votre chemise (monsieur) ou votre robe (madame) était blanche, mais voilà qu’une personne se place à vos côtés, avec un vêtement immaculé, et dévoile un blanc relatif. Votre vêtement s’est terni, grisé ; sa splendeur n’est plus ! Certains publicitaires, pour vanter telle ou telle lessive, jouent ainsi sur le contraste. Il faut parfois une confrontation pour corriger l’impression, ou pour noter la parfaite différence. Que dire alors du fossé qui sépare le Dieu trois fois saint de l’homme pécheur. Quel choc ! Quelle différence ! Si un linge peut être lavé, rien ne peut changer la condition de l’homme face à Dieu, sauf… Sauf si la perception évidente du contraste entre l’excellence de Dieu et la bassesse de l’homme conduit ce dernier à la reconnaissance du besoin impérieux d’être changé, purifié, lavé, blanchi. Cette démarche, qui fait appel à la conscience du besoin de conversion, passe par la prière modeste du pécheur réclamant la grâce de son Seigneur. Cet acte courageux réclame, de la part du pécheur, lucidité, abnégation, humilité et une réelle capacité à dissoudre ses prétentions. Mais attention, la repentance n’est pas méritoire, et ce n’est pas elle qui accorde le pardon et le salut. La délivrance vient essentiellement de Dieu et c’est parce que nous nous repentons que Dieu nous donne accès à Sa personne. Ce n’est pas la repentance qui efface la faute, mais la bonté de Dieu. Ce n’est pas elle qui apaise la colère de Dieu, mais Son Amour. Ce n’est pas elle qui nous acquitte de notre dette, mais c’est le sacrifice de Jésus. La repentance ne nous donne pas les faveurs de Dieu ; tout est bienveillance de Sa part. Le seul mérite que nous pouvons recevoir suite à notre repentance, c’est d’avoir enfin porté un regard lucide sur notre condition. Si vous croyez que Dieu vous a pardonné à cause de votre repentir, vous n’avez pas tout compris de Lui. Corrigez donc votre notion du mérite !

27/02/2021
0 Poster un commentaire

Vous devez bien ça à vos enfants ! ( Bob Gass )

20210225

 

 

 

“Me voici, moi et les enfants que Dieu m’a donnés.” Es 8.18

Peut-être ne pourrez-vous jamais offrir à vos enfants tout ce que vous aimeriez leur donner, mais vous leur devez au moins ça : 1- Les écouter ! Un garçon disait à l’un de ses amis : “J’ai l’impression de n’être qu’une virgule. Quand nous avons une conversation, mon père commence toujours par me dire quelque chose. Quand je lui réponds, il s’empresse de marquer une virgule. Oh, il ne m’interrompt pas mais quand j’ai fini, il reprend après la virgule, comme si je n’avais rien dit ou comme si je n’existais que dans cette virgule !” Comment voulez-vous comprendre vos enfants si vous ne leur accordez jamais de temps, et si vous ne faites aucun effort pour vraiment écouter ce qu’ils ont à vous dire ? 2- Croire en eux ! Un professeur de chant dit un jour à Caruso, alors qu’il n’était qu’un enfant : “Vous n’avez absolument aucun talent !” Parents, assurez-vous que vos enfants entendent bien vos encouragements et vos félicitations. Soyez les premiers à les soutenir. Aidez-les à devenir plus sûrs d’eux-mêmes. Bâtissez leur foi et leur assurance afin qu’ils soient plus tard capables d’affronter les obstacles de la vie. 3- Les comprendre ! Trouvez ce qu’ils ont dans le cœur ! Si vous tentez de les contrôler sans les comprendre vous perdrez beaucoup de temps précieux. Que savez-vous d’eux ? De leurs problèmes à l’école, de leurs héros, de leur musique, de leurs amis, de leurs émois et de leurs peurs, de leurs rêves ? Si vous admettez que vous n’en savez pas grand-chose, alors changez votre approche dès aujourd’hui ! 4- Leur faire voir Dieu à travers vous ! Avez-vous entendu l’histoire de ces trois garçons en train de parler de leurs pères respectifs ? Le premier dit : “Mon père est ami avec le maire !” Le second affirme : “Mon père est ami avec le préfet !” mais le troisième les regarde en souriant avant de dire d’un air condescendant : “Mon père, lui, il est ami avec Dieu !” Parents, connaissez-vous Dieu ? Si vous ne Le connaissez pas encore, il est temps que vous Lui abandonniez votre vie sans plus tarder.


25/02/2021
0 Poster un commentaire

C’est son plan, pas le notre ! ( Bob Gass )

154072868_10224391145868261_569604077305355473_n

 

 

C’est Lui… qui nous a appelés… non à cause de nos bonnes actions… mais à cause de Son propre plan.” 2 Tm 1.9
Si vous considérez que vous pourrez facilement remplir la mission que Dieu vous a confiée, il y a de fortes chances que cette mission ne soit pas divine ! Les missions divines sont à la dimension de Dieu : vous ne pourrez jamais les accomplir tout seul, sans Son aide, car Il nous a appelés, “non à cause de nos bonnes actions… mais à cause de Son propre plan.” Par exemple, Dieu confia à Moïse la mission d’ affronter Pharaon, le dictateur le plus craint de la terre en ces temps-là, pour exiger qu’il laisse partir tous ses meilleurs ouvriers afin qu’ils aillent adorer un Dieu en qui il ne croyait pas ! De plus Moïse devait convaincre un peuple d’Israélites entêtés de quitter l’Egypte pour partir vers l’inconnu ! Savez-vous ce que Moïse répondit à Dieu: “Envoie plutôt Aaron !” Une autre fois Dieu demanda à Jonas d’aller à Ninive, la ville la plus violente et corrompue du monde afin de dire aux habitants, qui n’avaient jamais entendu parler de Jonas, et encore moins de son Dieu, qu’ils allaient mourir s’ils ne se repentaient pas tout de suite ! La réponse de Jonas? “Quand part le prochain bateau pour le bout du monde ?” Quand Dieu appela Jérémie pour prêcher à un peuple endurci, égoïste, et bien peu attentif, celui-ci se mit à se plaindre si fort que son nom a donné le mot “jérémiade” ! Aimeriez- vous avoir ça sur votre CV ? Aujourd’hui, si vous vous sentez totalement incapable de remplir la mission qu’iI vous confie, alors vous êtes en bonne compagnie : celle d’Abraham, de Gédéon, d’Esther et pas mal d’autres ! Aucun d’entre eux ne se précipita pour dire : “Pas de problème, je peux régler ça tout seul !”, mais Dieu n’appelle jamais quelqu’un à travailler pour Lui, mais plutôt à travailler à Ses côtés, ce qui est la garantie du succès !

24/02/2021
0 Poster un commentaire

La valeur du sang ( Bob Gass )

20210223

 

 

 

“… le sang… Je vous l’ai donné afin qu’il serve d’expiation…” Lv 17. 11

Devons-nous améliorer nos églises, les rendre plus attirantes et chaleureuses ? Bien sûr ! Devons-nous développer nos dons afin de mieux servir Dieu ? Sans aucun doute ! Mais il y des choses que ni l’atmosphère de nos églises ni la diversité de nos talents ne pourront accomplir. Seul le sang de Jésus peut vous arracher à une famille prisonnière d’une condamnation à mort et vous placer au sein d’une autre où vous allez trouver le pardon, la paix et un sens nouveau à votre vie, sans parler d’une demeure céleste que même les plus riches de cette terre ne peuvent imaginer. N’avez-vous jamais entendu parler du “salaire du péché”? Chaque acte de révolte de votre part est comptabilisé sur votre ardoise et un jour il faudra payer. Vous pouvez retarder l’échéance, mais en fin de compte l’ardoise doit être réglée. Et comme monnaie valable, Dieu ne connaît que le sang de Jésus ! “Le sang, Je vous l’ai donné afin…” Expiation veut dire que votre ardoise est effacée, que le fossé entre vous et Dieu est comblé, que vous faites partie de Sa famille. Le sang de Jésus marque aussi une ligne sur le sable, que Satan n’ose pas franchir. “Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage. (Ap 12. 11). Chaque fois que vous témoignez de ce que le sang de Jésus a accompli pour vous, vous réduisez Satan au silence. Chaque fois que vous “invoquez le sang”, il est obligé de reculer. Il n’a pas d’autre alternative. Dans l’Exode, même l’ange de la mort devait passer outre une fois que le sang de l’agneau avait été placé sur le chambranle de la porte. Et il en va de même aujourd’hui. Méditez sur la valeur du sang de Jésus. Apprenez à vous servir de sa puissance et marchez de victoire en victoire.


23/02/2021
0 Poster un commentaire