* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Sa Parole pour aujourd'hui


Que ton re?gne vienne… (2) ( Bob Gass )

92994688_3304025129609998_681329663099797504_n

 


“Mon royaume n’appartient pas à ce monde…” Jn 18. 36

Selon les prophéties bibliques, au temps fixé par Dieu, notre époque s’achèvera avec le retour de Jésus venu établir Son royaume de mille ans, suivi ensuite par l’accomplissement ultime du plan éternel de Dieu avec la création de nouveaux cieux et d’une nouvelle terre (Ap 21. 1). Lorsque Jésus reconnaît devant Pilate qu’Il est roi, Il s’empresse de préciser que Son royaume n’appartient pas à ce monde. Si cela avait été le cas, assure-t-Il, Ses serviteurs se seraient battus pour L’empêcher de tomber entre les mains des chefs religieux juifs (v. 36). La Bible est claire sur ce point : nous ne verrons pas le royaume de Jésus pendant notre époque (Lc 17. 20-24), car ce royaume ne sera établi qu’après le retour du Roi des rois. Toutes les prophéties concernant Jésus verront leur conclusion quand Celui-ci montera sur le trône de David et règnera sur le monde à partir de Jérusalem, Sa capitale. Après Sa résurrection, Jésus déclara à Ses disciples : “il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit de moi dans la Loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes” (Lc 24. 44). Aujourd’hui Jésus habite les cieux, et y restera “jusqu’à ce que vienne le temps où tout sera renouvelé, comme Dieu l’a annoncé par ses prophètes depuis longtemps déjà” (Ac 3. 21). Ne vous laissez donc pas séduire par les faux prophètes qui prétendent que nous pouvons œuvrer à l’établissement du royaume de Christ dans le monde où nous vivons, au lieu de concentrer nos efforts sur le rôle qu’Il nous a confié, et qui est de faire des disciples de toutes les nations, et de les préparer au retour de Christ. Notre combat doit être de sauver des âmes perdues, pas de restaurer une planète qui se désintègre. La Bonne Nouvelle qu’il nous appartient de proclamer n’est pas un pseudo-évangile social destiné à encourager une paix universelle et durable où Jésus n’est pas le Roi, mais d’annoncer le retour d’une personne Jésus-Christ Lui-même !


08/04/2020
0 Poster un commentaire

UE TON RÈGNE VIENNE...(1) ( Bob Gass )

92684328_10221536096893821_6096023340080693248_n

 

“Que ton règne vienne…” Mt 6. 10

Jésus nous a donné l’exemple d’une courte prière pour nous enseigner comment prier (Mt 6. 9-13 ; Lc 11. 2-4). Beaucoup d’entre nous, élevés dans une famille chrétienne, avons appris par cœur cette prière et l’avons récitée à maintes reprises. Pour être honnêtes, à l’avoir répétée si souvent au cours de notre enfance, nous avons cessé peu à peu de penser à sa signification. Dans ces quelques phrases, Jésus nous a laissé une liste de simples requêtes à adresser à Dieu, notre Père, six au total. La première est de prier pour l’avènement du royaume de Dieu. Combien de fois avons-nous médité sur l’importance de ces quelques mots : “que Ton règne (ou Ton royaume) vienne” ? Avons-nous vraiment compris qu’en prononçant ces mots nous réclamons le retour de Jésus-Christ sur notre terre et l’établissement de Son royaume ici-bas (Ap 20) ? Nous prions ainsi pour que Jésus revienne en tant que Roi des rois et Seigneur des seigneurs ! L’espoir le plus extraordinaire et glorieux pour nous tous est contenu dans cette requête. La prophétie d’Esaïe 9. 6-7 s’accomplira alors littéralement lorsque Jésus reviendra régner : Cet “enfant qui nous est né, Dieu Lui a confié l’autorité… Il doit étendre Son autorité et assurer une paix sans fin. Il occupera le siège royal de David et régnera sur Son royaume, pour l’affermir et le maintenir en établissant le droit et la justice de Dieu, dès maintenant et pour toujours”. Pour le moment Satan, le père du mensonge, est le leader de notre monde en perdition (Jn 12. 31 et 16. 11). Bien que vaincu par Christ à la croix, l’heure de sa destruction n’a pas encore sonné, et il tourne comme un lion enragé à la recherche de quelqu’un à dévorer (1 P 5.8 ). Le jour où Jésus apparaîtra en tant que roi et juge suprême, Satan sera lié pour mille ans et mis hors-jeu. Ne nous lassons donc pas de prier que cette prophétie s’accomplisse vite : “Que Ton règne vienne…”


07/04/2020
0 Poster un commentaire

Une femme de vraie foi. ( Bob Gass )

91893671_3299171616762016_1476505401544409088_n

 


“Noé entra dans l’arche avec ses fils, Sem, Cham et Japhet, et avec eux, la femme de Noé et les trois femmes de ses fils” Gn 7. 13

Nous ne connaissons ni son nom ni les dates de sa naissance et de sa mort. Nous ignorons tout de ses origines, mais nous savons qu’elle était la femme d’un des hommes les plus importants de son époque, même si ses contemporains ne cessaient de le ridiculiser. Reconnu pour sa foi puissante, son mari, Noé, est cité par Dieu comme l’un des trois personnages de l’Ancien Testament les plus renommés pour leur foi (Ez 14. 20). Plus tard Jésus et Pierre parleront tous les deux de Noé en le citant en exemple (Lc 17. 26-27 ; 2 P 2. 5). La femme de Noé vécut à une époque de corruption morale sans précédent. Elever trois enfants dans la crainte de Dieu ne devait pas être facile. Non seulement les tentations étaient partout pour détourner ses trois garçons du droit chemin, mais en plus les moqueries et les vexations de leurs camarades d’école pouvaient les décourager. “Madame Noé” devait être une femme particulièrement courageuse et affermie dans sa propre foi pour ne pas jeter l’éponge et dire à son mari, comme la femme de Job : “Maudis Dieu et meurs !” (Jb 2. 9). Elle ne le quitta pas alors que tous le traitaient de fou, elle ne discuta pas non plus sa décision de construire une arche et de s’y enfermer plus tard. Elle ne se plaignit pas d’avoir à tout abandonner de sa vie passée ni de recommencer une vie dans un monde bien différent où elle n’avait plus d’amis ni de voisins. Notre époque est pleine de “madame Noé”, des femmes de foi qui se battent pour élever leurs enfants dans la crainte de Dieu au sein d’une famille soudée, des femmes qui épaulent leur mari tout en travaillant parfois loin de chez elles. Le mariage selon Dieu est un partenariat entre deux individus à la personnalité différente, mais unis pour accomplir la mission que Dieu leur a confiée. “Souvenez-vous de la femme de Noé” aurait pu nous dire Jésus !


06/04/2020
0 Poster un commentaire

N’ignorez pas le pouvoir de Satan ! ( Bob Gass )

index

 

 

“Pardonnons… afin que nous ne soyons pas dupes de Satan.” 2 Co 2.10-11

L’image que vous avez de Dieu détermine votre manière de vivre et beaucoup de vos attitudes. Et quelle image avez-vous de Satan ? S’accorde-t-elle avec le portrait que la Bible nous dévoile sur notre “adversaire, le diable, qui rôde comme un lion rugissant, cherchant qui dévorer” (1 P 5. 8) ? Le diable et ses sbires étaient présents à chaque étape de la vie et du ministère de Jésus. Loin de les ridiculiser ou de minimiser leur pouvoir, Jésus luttait pour libérer de l’esclavage de Satan les âmes qu’Il rencontrait (Lc 13.16). Il enseignait que l’ennemi cherche sans cesse à détourner les gens de la vérité (Jn 8. 44) et du salut (Lc 8. 12). Ses disciples affirmèrent plus tard que Jésus “parcourait le pays en faisant le bien et en guérissant tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable” (Ac 10. 38). Pouvons-nous affirmer, comme Paul, que nous connaissons les intentions de Satan ? Remarquez le mot “connaissons”. Loin de céder à des émotions dangereuses de peur incontrôlée devant la puissance satanique ou au contraire d’exaltation exagérée à l’idée que Dieu nous a donné tout pouvoir sur l’ennemi, Paul déclare que nous devons “connaître” les plans de Satan. Ce qui exige une lecture assidue de la parole de Dieu. Toutes les maladies mentales, dépressions, tendances suicidaires ne sont pas nécessairement liées aux puissances des ténèbres. La Bible n’enseigne pas cela. Nous devons donc exprimer de la prudence et tester “les esprits” comme le faisaient les Béréens (Ac 17. 10-11). Mais nous ne devons pas non plus tomber dans l’autre extrême qui serait d’adopter la culture de notre temps pour laquelle rien n’existe en dehors des réalités physiques déterminées par la science. La clef de notre réussite, Paul nous la dévoile dans sa lettre aux Ephésiens (6. 10-13). Sa parole pour vous aujourd’hui est finalement “demeurez fermes” !


05/04/2020
0 Poster un commentaire

Apprenez les lec?ons du palmier ! ( Bob Gass )

index

 

 

“Les justes pousseront tels que le palmier.” Ps 92. 13

Si vous avez besoin d’être encouragé, pensez au palmier ! 1- On peut attaquer son tronc sans parvenir à le tuer. Pour la majorité des arbres, la sève qui se trouve juste sous l’écorce véhicule tous les éléments nutritifs nécessaires à leur survie : si vous coupez une bande d’écorce autour de leur tronc tous les arbres meurent, excepté le palmier. Même sans écorce, il continue à vivre et à pousser, car sa sève coule en son cœur. Imitez-le ! Ne laissez pas les circonstances triviales de la vie vous faire dérailler de votre destin. Demeurez les yeux fixés sur les promesses que Dieu vous a faites, même si elles tardent à se réaliser ! 2- Le vent peut courber le palmier en deux sans parvenir à briser son tronc. Les ouragans les plus féroces abattent la plupart des arbres, mais pas le palmier. Il résiste aux vents les plus violents, même si ses palmes en viennent à toucher le sol. Après le passage de la tempête, il se redresse, plus solide que jamais. Vous avez été créé pour pouvoir courber l’échine sous les tempêtes de la vie, sans pour autant être brisé. Dieu a promis qu’Il “vous fortifiera pleinement… pour que vous puissiez tout supporter et persévérer jusqu’au bout, dans la joie” (Col 1. 11). En apprenant à persévérer malgré les difficultés vous découvrez que Dieu est prêt à vous confier davantage de responsabilités et de bénédictions. 3- La profondeur de ses racines excède la hauteur de son tronc. Alors que la majorité des racines des arbres ne s’enfoncent que de quelques mètres, au plus, sous le sol, celles du palmier sont capables d’aller très profond chercher l’eau dont il a besoin. David a écrit : “Comme un cerf soupire après l’eau des ruisseaux, de même mon âme soupire après toi, ô mon Dieu” (Ps 42. 1). Le plan de Dieu est que vous établissiez de profondes racines, que vous restiez toujours “greffé” sur Lui, que vous ne soyez jamais déraciné par les épreuves, que vous portiez du fruit sans jamais être balayé par les tempêtes. Si vous devez affronter une crise difficile, ne dites pas : “Pourquoi, ô mon Dieu, as-Tu permis cela ?” mais plutôt : “Que veux-Tu m’apprendre à travers ces difficultés ?” Puis faites-Lui confiance et redressez-vous après l’orage, plus solide qu’avant !


04/04/2020
0 Poster un commentaire