* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Sa Parole pour aujourd'hui


Ami de Dieu (5) ( Bob Gass )

 

 

“Je vous ai appelés amis...” Jn 15. 15

L

a quatrième condition nécessaire pour devenir l’ami de Dieu est l’obéissance. Nous pensons d’habitude que l’obéissance implique une relation de supériorité : nous devons obéissance à nos parents, à notre patron, à un officier supérieur, mais pas vraiment à un ami. Paradoxalement Jésus a affirmé : “Vous êtes Mes amis si vous faites ce que Je vous commande” (Jn 15. 14). L’amitié réelle n’est pas un sentiment de passivité. Quand Jésus nous demande d’aimer les autres, d’aider ceux qui sont dans le besoin, de nous garder de l’impureté, de pardonner, et d’amener d’autres personnes à Lui, l’amour devrait nous encourager à Lui obéir tout de suite ! Les grandes opportunités surviennent souvent une seule fois dans la vie d’un homme, mais de petites occasions de prouver notre obéissance surviennent chaque jour, provoquant un sourire de bonheur sur le visage de Dieu. Il apprécie davantage notre simple obéissance que toutes nos chorégraphies religieuses les plus élaborées ! Ecoutez : “L’obéissance vaut mieux que les sacrifices et l’observation de Sa parole vaut mieux que la graisse des béliers” (1 S 15. 22). Au début du ministère de Jésus, Dieu a annoncé : “Celui-ci est Mon fils bien-aimé en qui J’ai mis toute mon affection” (Mt 3. 17). Savez-vous ce que Jésus avait fait pendant trente ans pour plaire à Dieu? La Bible ne nous dit qu’une seule chose : “Il était soumis...” (Lc 2. 51). Trente années passées à plaire à Dieu et résumées en trois mots : “Il était soumis” ! Et cette relation que Jésus avait avec Son Père, Il désire que vous l’ayez aussi avec Lui !

 


25/05/2018
0 Poster un commentaire

Amis de Dieu (4) ( Bob Gass )

 

 

“Je vous ai appelés amis...” Jn 15. 15

L

a troisième condition nécessaire pour devenir l’ami de Dieu est l’honnêteté. Dieu ne s’attend pas à ce que vous deveniez parfait, mais Il s’attend à ce que vous soyez toujours honnête avec Lui. Si la perfection était nécessaire, personne ne deviendrait Son ami! Dans la Bible, les amis de Dieu étaient toujours honnêtes envers Lui quant à leurs émotions, même au point de se plaindre ou de discuter avec Lui ! Pourtant Dieu acceptait cela naturellement, l’encourageait même. Dieu a écouté avec grande patience David l’accuser de ne pas être juste, de l’abandonner ou de le trahir ! Dieu n’a pas réduit Jérémie en cendres, lorsque celui-ci l’accusa de s’être moqué de lui ! Job a exprimé toute son amertume devant Dieu qui en fait l’a félicité d’avoir été honnête, tandis qu’Il a condamné ses amis pour avoir manqué de droiture. “Vous n’avez pas parlé de Moi avec droiture, comme l’a fait mon ami Job... mon ami Job priera pour vous et J’exaucerai sa prière” (Jb 42. 7-8 LM). Pour devenir l’ami de Dieu, vous devez partager avec Lui vos vraies émotions et pensées, pas ce qui vous semble “religieusement correct” ! Tant que vous ne comprendrez pas que Dieu se sert de tout dans votre vie pour votre bien, vous conserverez de l’amertume à Son égard dans votre coeur ; vous vous plaindrez de votre apparence physique, de votre couleur de peau, de votre nationalité, de votre milieu social, de votre passé, de vos blessures morales, en fait de tout ce que vous aimeriez changer en vous si vous étiez Dieu ! Lui exposer toute votre amertume est le début de la guérison. N’est-ce pas encourageant de se rendre compte que les amis de Dieu étaient très semblables à nous-mêmes ! Au lieu de cacher leurs vrais sentiments derrière des clichés religieux, ils les Lui déclaraient ouvertement. Les exprimer ainsi prouve un degré supérieur d’intimité avec Lui !

 


24/05/2018
0 Poster un commentaire

Amis de Dieu (3) ( Bob Gass )

 

 

“Je vous ai appelés amis...” Jn 15. 15

P

our devenir l’ami de Dieu, il faut également penser sans cesse à Ses paroles. Comment espérez-vous devenir Son ami si vous ignorez ce qu’Il vous dit. Vous ne pouvez prétendre aimer Dieu si vous ne Le connaissez pas, et cela n’est possible qu’à travers Sa Parole. Ecoutez : “Le Seigneur se révélait à Samuel par Sa parole” (1 S 3. 21). Dieu utilise toujours la même méthode ! Bien que vous ne puissiez passer toute votre journée à étudier la Bible, vous pouvez méditer Sa Parole à tout moment de la journée, vous souvenant de versets que vous avez mémorisés ou que vous venez de lire. La méditation n’est pas un procédé très compliqué ni un rituel mystique, c’est une simple concentration de l’esprit : tout le monde peut apprendre à le faire ! Lorsque vous ne cessez de penser à un problème qui vous préoccupe, cela s’appelle se faire du souci. Lorsque vous ne cessez de penser à la Parole de Dieu, cela s’appelle méditer. Si vous êtes capable de vous faire du souci, vous êtes aussi capable de méditer ! La seule différence c’est que vous pensez à la solution plutôt qu’au problème ! Plus vous méditerez la Parole de Dieu, moins vous vous ferez de souci. David a dit : “Combien j’aime Ta loi ! Elle est tout le jour l’objet de ma méditation” (Ps 119. 97). A mesure que vous passez davantage de temps à méditer la Parole de Dieu, vous en découvrez mieux les secrets. “L’amitié de Dieu est pour ceux qui Le révèrent. Avec eux seulement partage-t-Il les secrets de Ses promesses” (Ps 25. 14 LM). Si vous voulez devenir l’ami de Dieu, restez toujours en conversation avec Lui et méditez sans cesse Sa Parole !

 


23/05/2018
0 Poster un commentaire

Il vous bénit pour une raison précise ! ( Bob Gass )

 

 

“Aussi vous aurez toujours tout ce qu'il vous faut...” 2 Co 9. 8

S

i votre plus cher désir est de faire connaître le royaume de Dieu, Il vous instruira pour que vous en tiriez profit (Es 48. 17). Voilà pourquoi Paul a écrit : “Celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème généreusement moissonnera aussi généreusement. Que chacun donne comme il l’a résolu dans son coeur, sans tristesse ni contrainte, car Dieu aime celui qui donne avec joie. Et Dieu peut vous combler de toutes Ses grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne oeuvre” (2 Co 9. 6-8). Méfiez-vous de ceux qui se servent de vos dons pour accomplir leurs propres desseins. Méfiez-vous aussi de ceux qui paralysent votre foi et vous font douter du bien-fondé de votre générosité, si vous vous attendez à recevoir des bénédictions de Dieu. La Bible dit : “Honore le Seigneur avec tes biens, avec les prémices de tout ton revenu, alors tes greniers seront remplis à ras bord, et tes cuves regorgeront de vin nouveau” (Pr 3. 9-10). Remplacez seulement “greniers” et “cuves” par “compte d’épargne” et “investissements” ! La question la plus importante est la suivante : voulez-vous être un fardeau pour les autres, ou aider à porter le fardeau des autres ? Dieu veut que vous soyez assez “riche” pour réaliser Son plan pour votre vie, et qu’en plus vous ayez suffisamment pour aider les autres. Voulez-vous avoir juste assez pour emmener votre famille au restaurant, ou suffisamment pour nourrir aussi des enfants affamés, financer l’impression de Bibles, et aider votre église à mettre en oeuvre sa vision ? Paul insiste sur la raison qui devrait motiver notre prospérité : “Il a répandu ses bienfaits, il a donné aux pauvres” (2 Co 9. 9). Votre prière aujourd’hui devrait être : “Seigneur, bénis-moi afin que je puisse devenir une bénédiction dans Ton royaume !”

 


19/05/2018
0 Poster un commentaire

N'acceptez pas ces quatres mensonges ! (2) ( Bob Gass )

 

“Là où le péché a abondé, la grâce a surabondé...” Rm 5. 20

E

xaminons deux autres mensonges que nous sommes tentés d’accepter : 3- puisqu’il nous est impossible de nous débarrasser du péché, à quoi bon essayer ? Bien que nous ne puissions être libérés totalement de l’emprise du péché tant que nous vivons ici-bas, nous pouvons connaître la victoire sur les tentations que nous rencontrons. Dieu nous a créés avec le privilège du libre arbitre. Nous avons donc le choix de résister à la tentation. Au lieu de la considérer comme inévitable, choisissons de nous appuyer sur la puissance de Jésus pour la surmonter. Nous connaîtrons des défaites, mais aussi des victoires. Les défaites seront des leçons pour l’avenir et les victoires nous encourageront à nous rapprocher de Lui. Paul écrit : “Ne permettez plus au péché d’exercer sa domination sur votre corps mortel ni de se servir de vos membres pour vous asservir à ses convoitises... Refusez de lui obéir... Présentez-vous à Dieu et placez-vous à Sa disposition. Offrez-vous entièrement à Lui... Car votre maître n’est plus le péché” (Rm 6. 12-14). Si Dieu nous a libérés de l’esclavage du péché, c’est afin que nous puissions Lui obéir. 4- notre péché est trop grave, nous ne sommes pas sûrs que Dieu veuille nous pardonner. Certains croyants vous donneront l’impression que votre péché vous a séparé de Dieu et que vous êtes revenu à la case départ. Il vous faut repartir à zéro comme si vous aviez perdu votre salut. Ne souscrivez pas à un tel mensonge qui en fait est une expression d’orgueil. Aucun péché n’est trop grand que Dieu ne puisse le pardonner. Le péché entraîne parfois des conséquences que vous devrez assumer le reste de votre vie. Pensez au péché de David : l’épée, lui déclara Nathan, poursuivra ta famille jusqu’à tes derniers jours. Dieu lui pardonna néanmoins. Dieu nous a aussi promis qu’en croyant à Jésus mort sur la Croix et ressuscité, Il nous avait acceptés comme Ses enfants et Il n’abandonne jamais Ses enfants. Il n’y a donc aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ” (Rm 8. 1).

 


18/05/2018
0 Poster un commentaire