* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Sa Parole pour aujourd'hui


L'Exemple de Jacob (1) ( Bob Gass )

 

 

“Jacob dit à Siméon et à Lévi : Vous m'avez porté malheur...” Gn 34. 30

E

lever des enfants est une responsabilité importante. Jacob était-il à la hauteur de son rôle de père ? On peut en douter. Il savait que ses enfants étaient portés à la violence, mais il préférait rester passif face à leur conduite. Quand ses deux aînés se vengent du viol de leur soeur Dinah en massacrant tous les hommes de la ville de Sichem, Jacob réagit en leur disant : “Vous avez attiré le malheur sur moi en me rendant odieux aux habitants du pays... ils se rassembleront contre moi, ils m'attaqueront, et je disparaîtrai, moi et ma maison” (Gn 34. 30). Remarquez le nombre de fois où il mentionne “je” et “moi” ! Or quelle avait été la réaction de Jacob en apprenant que son unique fille avait été violée et demeurait séquestrée dans la maison de son agresseur ? Jacob semblait ne penser qu’à lui-même. Est-il étonnant de voir ses fils ensuite se comporter comme lui ? Juda déclare à ses frères, au sujet de Joseph dont ils veulent se débarrasser : “Quel intérêt est-ce que nous avons à tuer notre frère et à cacher sa mort ? Il vaut mieux le vendre aux Ismaélites...” (Gn 37. 26-27). Et Siméon de dire un peu plus tard : “L'enfant n'est plus là. Et moi, qu'est-ce que je vais devenir maintenant ?” (v. 30). Tel père tel fils, ne croyez-vous pas? Qu’apprendre de l’exemple de Jacob ? 1- que nous ne pouvons pas demeurer passifs face au comportement de nos enfants. Sinon nous risquons de saper leur confiance en eux-mêmes, et les rendre aigris et rebelles. Elever des enfants sans s’intéresser à eux équivaut à s’imaginer faire preuve de foi sans les oeuvres qui la prouvent (Jc 2. 14). 2- que nous devons les observer, apprendre à connaître leurs inclinations, être au courant de leurs fréquentations, comprendre l’influence que la société peut avoir sur eux. Si avoir des enfants est une bénédiction divine (Ps 127. 3), ne négligeons pas de leur prouver que chaque aspect de leur vie nous intéresse!

 


20/07/2018
0 Poster un commentaire

Encouragez-vous les autres ! ( Bob Gass )

 

 

“Les paroles agréables sont... salutaires pour le corps.” Pr 16. 24

T

ommy avait de graves problèmes à l’école : il n’arrivait pas à suivre le rythme de la classe. Après des mois de patience et de soutien personnel, son instituteur décida de rencontrer sa maman pour lui conseiller de retirer le petit garçon de l’école, en raison de son manque de progrès. Mais la mère de Tommy décida de se battre pour aider son fils. Elle croyait qu’il était capable de faire mieux et qu’il lui suffisait de l’encourager. Elle décida de le scolariser chez elle, l’empêchant de se décourager lorsqu’il échouait et le poussant à faire davantage d'efforts. Que devint Tommy? Il grandit et devint un inventeur célèbre, propriétaire de plus de mille brevets, parmi lesquels l’invention du phonographe et de l’ampoule électrique. Vous avez deviné son nom : Thomas Edison ! L’amour et la patience sont capables de faire jaillir des hommes des richesses insoupçonnées ! Voilà pourquoi Salomon a écrit : “Les paroles agréables sont... salutaires pour le corps”! Et vos paroles, comment pourriez-vous les décrire ? Vos conversations sont-elles émaillées de paroles d’encouragement ou de critiques ? Quelle impression les gens de votre entourage ressentent-ils quand ils vous écoutent ? Se sentent-ils rabaissés par vos commentaires ou au contraire encouragés à faire de leur mieux, ayant découvert, grâce à vous, le potentiel qui sommeillait en eux ? Aux yeux de Dieu, toute mauvaise herbe peut se transformer en une rose! Son livre, la Bible est un livre plein d’espoir. Vous y lirez comment Jonas, malgré sa révolte initiale, bénéficia d’une seconde chance pour accomplir la mission que Dieu voulait lui confier et comment Ninive, l’une des plus grandes cités antiques, se tourna vers Dieu (Jon 3. 1). Vous y découvrirez comment le fils prodigue cessa de gaspiller sa vie et put revenir au bercail (Lc 15. 11), et comment Pierre, l’homme qui avait renié son Seigneur, devint plus tard l’un des chefs respectés de l’église du Nouveau Testament et accepta de mourir en martyr pour défendre la cause de Christ. Voulez-vous une place d’honneur dans le royaume de Dieu ? Alors, encouragez les autres et aidez-les à développer leur potentiel !

 


19/07/2018
0 Poster un commentaire

La vengeance (3) ( Bob Gass )

 

 

“Ne rendez pas le mal pour le mal... Répondez au contraire par la bénédiction, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin de recevoir vous-mêmes la bénédiction.” 1 P 3. 9

C

elui qui a été victime d’une calomnie ou d’une trahison, d’un abandon ou d’une malveillance quelconque a souvent envie de riposter. Il veut faire payer en rendant le mal pour le mal. Les réseaux dits sociaux véhiculent ainsi des propos virulents et malfaisants de plus en plus cruels, et souvent injustes. Les gens blessés peuvent faire appel à des stratégies et à des imaginaires hallucinants pour épancher leur soif de vengeance. Ils ont alors l’impression d’être surpuissants. Mais l’illusion est grande et le soulagement rare. Gérard Bonnet, psychanalyste et auteur d’un ouvrage sur la vengeance, signale : “Il faut repenser la chose qui a fait mal pour la placer sur un autre plan. Au lieu de la colère, avoir de la compassion pour la personne qui agresse. Si on a le sentiment qu’une telle attitude est impossible, c’est parce que l’on n’arrive pas à en parler. Si on veut un vrai soulagement dans son affect, il faut partager.” Une personne, longtemps sous l’emprise de gens qui lui faisaient du mal, a découvert le message de l’Évangile et prend désormais appui sur sa foi. Elle témoigne en ces termes : “Je suis parvenue à transcender mon besoin de vengeance et l’ai transformé en prières pour mes bourreaux.” Jésus propose de passer par Lui pour déposer à Ses pieds nos fardeaux. Nous pouvons lui confier ce qui fait mal, et dans ces confidences intimes, chacun peut enfin profiter d’une oreille attentive et d’une prise en compte, pour ne pas dire prise en charge. Marcel Achard, écrivain et académicien connu pour ses comédies légères et ses pièces de boulevard, écrit pourtant ceci qui ne manque pas de profondeur : “Nous n’aurons pas trop de notre vie entière pour remercier le Christ d’avoir remplacé la vengeance par la grâce, le pardon et l’amour.” N’êtes-vous pas d’accord ?

 


18/07/2018
0 Poster un commentaire

La vengeance (2) ( Bob Gass )

 

“Tu ne te vengeras pas et tu ne garderas pas rancune envers les membres de ton peuple, mais tu aimeras ton prochain comme toi-même.” Lv 19. 18

L’

enfant, dans une cour de récréation ou dans le jardin public, entend parfois un de ses parents lui dire, suite à une dispute anodine qui suscite les pleurs et la rage : “Ne te laisse pas faire !” Plus tard, l’adolescent entendra : “Tu ne dois pas te laisser marcher sur les pieds !” Autant de consignes qui finissent par encourager tous les désirs de vengeance pouvant surgir d’un quotidien mouvementé. À chaque étape de notre vie, nous subissons des coups et des blessures souvent injustes. C’est alors que notre idéal de justice est en berne. Ce poison peut envenimer les choses longtemps parce qu’il est souvent difficile de se venger. Sans soulagement, nous pouvons rester dans l’aigreur et la rancune pendant des années. Est-ce une solution ? En nous vengeant d’une trahison ou d’une humiliation, nous pensons restaurer notre propre image et redevenir maîtres du jeu. Hélas, la vengeance est une justice sauvage, comme le disait le philosophe du XVIe siècle Francis Bacon. Le psychanalyste Gérard Bonnet insiste aujourd’hui : “Se venger pour survivre, c’est une maladie, une névrose dont il faut guérir.” De fait, le besoin de se venger entraîne la mise en place d’un programme destructeur qui fait appel à ce qui est le plus sale et le plus vil au fond de chaque personne. L’apôtre Paul évoque la colère, laquelle est souvent proche de la vengeance, et à ce propos, il recommande : “Que le soleil ne se couche pas sur votre colère. Ne donnez pas accès au diable.” La vengeance est la colère des faibles. Gérard Bonnet signale encore : “Au lieu de la vengeance, il faut avoir pitié de la personne qui vous a fait du mal. Celui qui pardonne met à mal l’autre parce qu’il le prive du mal qu’il voulait infliger. C’est ainsi que les premiers martyrs chrétiens ont eu raison de l’Empire le plus puissant du monde.” Cette analyse inattendue vaut témoignage !

 


17/07/2018
0 Poster un commentaire

La vengeance (1) ( Bob Gass )

 

 

“Mes amis, ne vous vengez pas vous-mêmes… C’est à Moi qu’il appartient de faire justice…” Rm 12. 19

C’

est un proverbe français qui affirme que “la vengeance est un plat qui se mange froid”. Pour certains, elle est mauvaise conseillère, pour d’autres, elle libère. La vengeance est une réaction proche de la colère et du besoin impérieux de justice. Le vengeur est un justicier sans masque. Selon Gérard Bonnet, psychanalyste, la vengeance est inscrite en l’homme dès sa plus tendre enfance. Il ajoute : “C’est donc une réaction très humaine, mais l’humain étant cruel, l’éducation doit canaliser les pulsions violentes et sadiques que la vengeance peut engendrer”. Tiré du latin, ce terme désigne à l’origine “réclamer justice”. Voilà qui semble noble. Or, la vengeance s’éloigne de la justice lorsqu’elle est personnelle, et quand elle cherche à rendre le mal pour le mal. C’est la fameuse loi du Talion : oeil pour oeil et dent pour dent ! Loi contre laquelle Jésus a pris position. Pourtant, le besoin irrépressible de vengeance doit-il être à la hauteur de la souffrance perçue, et surtout, soulage-t-il celui qui, de blessé, devient blessant ? Rien n’est moins sûr ! Il y a une surenchère catastrophique dans l’acte de se venger, et l’illusion que la blessure sera guérie lorsqu’on aura “fait justice”. Plutôt que d’entrer dans la spirale froide et obsédante du désir de vengeance, certains ripostent par le mépris, l’indifférence, le silence, ou attendent que la roue tourne. Mais est-ce suffisant pour celui qui rumine des années entières sans oublier. C’est une audace, de la part de la Bible, de dire : “Ne vous vengez pas vous-mêmes. C’est à Moi (Dieu) qu’il appartient de faire justice !” De fait, en proposant cette autre piste, Dieu nous évite de manipuler un venin qui empoisonne celui qui le manipule.

 


16/07/2018
0 Poster un commentaire