Souffle de vie - * JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Souffle de vie


VIVRE UNE VIE SOUS L’EXAMEN DE LA PAROLE DE DIEU David Wilkerson

 

 

Quand je lis les exploits des hommes de Dieu dans l’Ancien Testament, mon cœur brûle. Ces serviteurs étaient tellement chargés de la cause de Dieu qu’ils ont accompli des œuvres puissantes qui stupéfient les chrétiens d’aujourd’hui.

Un de ces hommes était Esdras : un homme de Dieu qui a éveillé sa nation toute entière à Dieu. L’Écriture dit que Dieu avait Sa main sur Esdras et Esdras a attesté : “Fortifié par la main de l’Éternel, mon Dieu, qui était sur moi”  (Esdras 7:28). Dieu a étendu la main, enveloppé Esdras et l’a transformé en un homme différent.

Pourquoi Dieu a-t-Il fait cela ? Il y avait des centaines de scribes en Israël à l’époque et ils avaient tous reçu ce même appel d’étudier et d’expliquer la Parole de Dieu au peuple. L’Écriture nous donne la réponse : “Car Esdras avait appliqué son cœur à étudier et à mettre en pratique la loi de l’Éternel, et à enseigner au milieu d’Israël les lois et les ordonnances” (Esdras 7:10). Esdras a pris la décision de chercher la Parole de Dieu par-dessus tout et d’y obéir. Et il ne s’est jamais détourné de cette décision.

Esdras n’a pas vécu une expérience surnaturelle qui l’a amené à aimer les Écritures. Dieu ne lui a pas dit : “Tu vas conduire 50 000 personnes à la repentance et accomplir Mon œuvre, mais pour cela tu vas avoir besoin de puissance, de force, de pureté et d’autorité spirituelle. Ces choses ne s’obtiennent qu’en connaissant et en obéissant à Ma Parole. Demain, tu vas te réveiller avec une faim grandissante d’étudier Ma Parole.”

Non, ce n’est pas du tout comme cela que les choses se sont passées. Esdras s’appliquait à connaître les Écritures longtemps avant que Dieu ne place Sa main sur lui. Il s’est disposé à se laisser examiner par la Parole, à être lavé par elle et, en conséquence, Dieu l’a oint.

Bien-sûr, l’onction de Dieu est surnaturelle, mais Il pose Sa main sur ceux qui se dévouent entièrement à la connaissance et à l’obéissance à Sa Parole. C’est là que l’onction commence. Personne ne peut espérer un attouchement de Dieu s’il n’est pas passionné par l’Écriture.

 


20/11/2018
0 Poster un commentaire

Entière confiance ( Plaire au Seigneur )

Il y avait un homme malade, Lazare, de Béthanie, village de Marie et de Marthe sa sœur… Les sœurs envoyèrent dire à Jésus: Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. Jn 11:1,3

L’information que les deux sœurs font parvenir à Jésus est une prière indirecte. En effet, implicitement, c’est bien une requête, une demande d’intervention qu’elles lui adressent par ce message. Les deux sœurs ne doutent nullement de l’amour du Seigneur et elles ne se trompent pas: Jésus aimait Marthe, et sa sœur, et Lazare (v. 5). Elles ne doutent pas non plus de sa toute-puissance, comme Marthe le déclare: Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort (v. 21). C’est parce qu’elles ont une entière confiance en Jésus qu’elles se bornent à l’aviser de la maladie de leur frère. Ne sait-il pas mieux qu’elles comment il convient d’agir? Pourquoi lui dicteraient-elles la conduite à tenir?

Leur confiance ne sera pas déçue, mais d’une part la réponse se fera un peu attendre, et d’autre part elle viendra sous une forme à laquelle elles ne s’attendaient pas du tout, nous le savons: celle de la résurrection de Lazare.

C’est un encouragement pour nous à faire entièrement confiance à Dieu, c’est-à-dire à ne pas seulement croire qu’il peut intervenir, mais à être également certains que son amour apportera la meilleure solution à notre problème. Quand nous-mêmes, ou l’un des nôtres, traversons la maladie ou l’épreuve, nous ne savons pas toujours ce qu’il faut demander au Seigneur. Ne nous culpabilisons pas si nous ne pouvons formuler une prière aussi précise que l’homme qui demandait trois pains à son voisin. Nous pouvons faire appel à l’amour de Dieu et lui dire: Pense à celui que tu aimes….

Quel réconfort de pouvoir nous confier en Dieu de cette manière lorsque nous le prions pour tel de nos enfants ou de nos amis, dont nous ne connaissons pas exactement les circonstances présentes, en lui disant tout simplement: Celui que tu aimes…!

C’est aussi une belle manière d’honorer Dieu que de faire confiance à son amour, à sa sagesse et à sa puissance.

 


20/11/2018
0 Poster un commentaire

DESIRER LE RENOUVEAU DU SAINT-ESPRIT Gary Wilkerson

 

 

“Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ?” (2 Corinthiens 6:14).

Tu te demandes peut-être pourquoi ton esprit se sent si engourdi. Ou pourquoi tu n’as pas la puissance de témoigner comme tu le voudrais. Ou pourquoi tes prières semblent si faibles. C’est peut-être parce qu’il y a trop de ce monde, trop de restes de la chair, en toi.

Tu écoutes peut-être le mauvais genre de musique ou tu regardes des programmes malsains à la télé ou sur internet. Et qu’en est-il des gens avec lesquels tu t’associes ? Est-ce qu’ils te poussent à devenir davantage comme Jésus ou sont-ils charnels, à la recherche du plaisir et te conduisent-ils loin de Lui ?

“C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur” (6:17). Être séparé de quoi ? De la communion avec des choses qui ne sont ni pures ni saintes, des choses qui sont fausses, sans amour et qui causent les divisions. Des choses qui sont à l’origine d’une séparation entre toi et les autres, qui diminuent ta foi, ton amour et ta vie de prière.

En fait, Dieu a peut-être déjà parlé à ton cœur à propos de certaines de ces choses et Il dit : “Débarrasse-toi d’elles. Prends le temps de les ôter de ta vie. Sois séparé d’elles !” Et quand tu le feras, l’Esprit te renouvellera. La grâce de Dieu va t’entourer et te rendre capable de déclarer que ces souillures font partie du passé. La défaite face au Malin qui tente de diminuer ta foi, ta force, ta puissance, c’est du passé !

Dieu ne nous demande pas de nous séparer de certaines choses parce qu’Il est un genre de policier moral qui s’assure que nous faisons exactement ce qu’Il dit. Non, c’est parce qu’Il est un Père qui t’aime et prend plaisir à ce que tu fasses ce qui est bien. Et Il se réjouit quand tu

vis une vie glorieuse, précieuse, remplie de merveilles.

 

 


19/11/2018
0 Poster un commentaire

Ces douloureux «pourquoi» (2) ( Plaire au Seigneur )

Pourquoi ne suis-je pas mort dans la matrice? Job 3:11

Pourquoi ne pardonnes-tu pas ma transgression? Job 7:21

Pourquoi caches-tu ta face? Job 13:24

Pourquoi, ô Éternel! te tiens-tu loin? Ps 10:1

Je dirai à Dieu… pourquoi m’as-tu oublié? Ps 42:9

Éveille-toi! Pourquoi dors-tu Seigneur? Ps 44:23

Éternel, pourquoi as-tu rejeté mon âme? Ps 88:14

Pourquoi suis-je sorti du ventre? Jer 20:18

Pourquoi nous as-tu frappés? Jer 14:19

La souffrance physique et morale a fait jaillir de la bouche de ces hommes ces douloureux «pourquoi» et bien d’autres encore. Certaines questions montrent clairement que leur auteur n’avait pas connaissance de la révélation que nous avons maintenant. Par exemple, depuis que Jésus s’est offert en sacrifice pour que nos péchés soient pardonnés, nous ne pourrions pas dire à Dieu, même dans une grande souffrance: Pourquoi ne pardonnes-tu pas ma transgression?

Il est pourtant vrai que les voies mystérieuses de Dieu ont de tout temps, et encore aujourd’hui, soulevé beaucoup de «pourquoi» dont nous aurons la réponse un jour, quand nous connaîtrons comme nous avons été connus (1Co 13:12).

Sans comprendre aujourd’hui, nous nous inclinons devant notre Dieu dans la soumission, car nous savons que toutes choses travaillent ensemble pour le bien de ceux qui aiment Dieu (Ro 8:28).

Mais le plus douloureux «pourquoi» a retenti un jour, dans le silence de Golgotha: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? (Mt 27:46). Celui qui a poussé ce cri de détresse est pourtant le Fils de Dieu! Pourquoi, oui pourquoi est-il abandonné, Lui dont la vie n’a été que pureté, amour et consécration? C’est qu’il porte, en son corps, sur la croix, comme un pesant fardeau (Ps 37:8), les péchés de tous ceux qui voudront être purifiés. Il en subit, jusqu’au bout, le jugement devant Dieu.

Comme croyants pour qui Jésus s’est donné lui-même, soyons conscients que nous sommes la réponse merveilleuse au plus douloureux des «pourquoi»: celui de Golgotha.

 


19/11/2018
0 Poster un commentaire

Ces douloureux «Pourquoi» (1) ( Plaire au Seigneur )

Dans la multitude des pensées qui étaient au-dedans de moi, tes consolations ont fait les délices de mon âme. Ps 94:19

Quand les difficultés ou les épreuves nous atteignent personnellement, ou touchent ceux qui nous sont chers, de douloureux «pourquoi» montent dans nos esprits. Ceci n’est pas nouveau. Nous avons beaucoup de compagnons de souffrance qui les ont prononcés avant nous dans la Bible.

Les «pourquoi» de Rebecca

Isaac implora l’Éternel pour sa femme, car elle était stérile, et l’Éternel l’exauça: Rebecca, sa femme, devint enceinte. Les enfants se heurtaient dans son sein. Sa réaction devant cette situation difficile: S’il en est ainsi, pourquoi suis-je enceinte? (Ge 25:21,22, Segond). Elle semble souffrir de la lutte de ses jumeaux dans son ventre. Elle interroge l’Éternel qui lui révèle alors ce qu’il va faire des deux enfants à naître. Apportons, comme Rebecca, nos «pourquoi» à Dieu. Il nous instruira de ses pensées.

Les «pourquoi» de Moïse

Moïse, avec Aaron son frère, a la mission grande et difficile de libérer le peuple hébreu de son esclavage en Égypte. La première tentative auprès de Pharaon est un échec; pire, elle aggrave la souffrance du peuple. Alors Moïse se tourne vers l’Éternel et lui dit: Seigneur, pourquoi as-tu fait du mal à ce peuple? Pourquoi donc m’as-tu envoyé? (Ex 5:22). Aussitôt Dieu le rassure: Tu verras maintenant ce que je ferai au Pharaon (6. 1). Comme Moïse, nous avons souvent, dans la souffrance, une vision étroite de ce que Dieu veut faire.

Israël est maintenant dans le désert, guidé, nourri et protégé par Dieu. Cependant, le peuple se plaint; il tombe dans la convoitise et méprise la manne de Dieu (No 11:1,4,6). Moïse, profondément attristé par l’état du peuple, prononce devant Dieu deux «pourquoi» où percent cette fois de l’irritation et un état d’esprit centré sur lui-même (v. 11); oui, la tâche de conduire le peuple est très lourde, mais sa foi en la puissance de Dieu a faibli (v. 22).

Dieu répond à Moïse par une question qui contient toute la réponse: La main de l’Éternel est-elle devenue trop courte? Tu verras maintenant si ce que je t’ai dit t’arrivera ou non (v. 23). Quand les circonstances nous pressent, rappelons-nous combien Dieu nous a souvent protégés et délivrés. Sa puissance ne change pas!

 


18/11/2018
0 Poster un commentaire