* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Souffle de vie


Projets divins (2) ( Plaire au Seigneur )

Que votre cœur ne soit pas troublé… je vais vous préparer une place. Et si je m’en vais et que je vous prépare une place, je reviendrai et je vous prendrai auprès de moi. Jn 14:1-3

Nous avons vu hier ce que Dieu a préparé pour assurer le bonheur d’Israël et le plan, élaboré avant la fondation du monde, pour la bénédiction des chrétiens sur la terre. Or, ce plan vise plus loin que la scène terrestre; c’est ce qui nous occupera aujourd’hui.

Le Seigneur sait que le moment de quitter la terre pour aller auprès de son Père est arrivé (Jn 13:1). Il sait que sa mort troublera profondément ses disciples. Il les rassure donc et dirige leurs pensées vers le moment où il reviendra pour les prendre auprès de Lui, en enlevant du monde tous ceux qui lui appartiennent. C’est le moment décrit par l’apôtre Paul en 1Co 15:51-57 et 1Th 4:15-18. Ces derniers versets se terminent par une pensée très proche des paroles de Jésus à ses disciples: Nous serons toujours avec le Seigneur.

Or, si Jésus va préparer cette place, il ne donne aucun détail à ce sujet. Mais comme Dieu a préparé Canaan pour Israël, le Seigneur prépare une place pour ses rachetés afin que là où il est, ils y soient eux aussi. Pourquoi? Pour qu’ils voient la gloire que le Père lui a donnée (Jn 17:24), cette gloire dont il a été couronné pour avoir glorifié Dieu sur la terre, ajoutée à celle qu’il possédait de toute éternité (Jn 17:4,5). Les chrétiens seront donc témoins de cette gloire au cours du règne millénaire de Christ, inauguré dans la joie d’un jour de noces, retentissant des Alléluia universels (Ap 19:1-8). La splendeur inouïe de la sainte cité décrite en Ap 21:9-27 dépasse toute imagination; elle est la forme imagée sous laquelle l’Église est décrite comme associée au règne de Christ, à titre d’épouse. Puis, l’état éternel succède au règne; aucune description ne nous en est donnée, mais alors Dieu sera tout en tous (1Co 15:28). Il habitera avec les hommes et sera lui-même avec eux, leur Dieu (Ap 21:3).

Gloire de Christ, présence de Dieu, tel est l’avenir que Jésus a préparé pour les siens. Oui, je viens bientôt dit-il, et nous répondons: Amen, viens Seigneur Jésus!

 


23/05/2019
0 Poster un commentaire

Projets divins (1) ( Plaire au Seigneur )

Voici, j’envoie un ange devant toi, pour te garder dans le chemin, et pour t’amener au lieu que j’ai préparé. Ex 23:20

L’Éternel vient de donner la Loi à Israël. Avant même qu’elle soit édictée, le peuple s’engage à la respecter, mais il le fait avec légèreté, car il compte sur ses propres forces.

Dieu sait que les bonnes intentions du peuple ne l’empêcheront pas de transgresser la Loi et qu’il subira ainsi des sanctions. Dieu connaît aussi les dangers extérieurs auxquels le peuple sera exposé et sait que, sans l’intervention de l’ange qu’il envoie pour le garder, Israël ne parviendra jamais, par ses propres moyens, à vaincre ses ennemis. Or le but final de Dieu est d’amener Israël dans un pays préparé pour lui et promis aux patriarches (Abraham, Isaac et Jacob).

Moïse en parle comme du pays de la promesse. Sa joie intense déborde en évoquant l’abondance des richesses de Canaan, source de la reconnaissance du peuple: Tu béniras l’Éternel, ton Dieu, à cause du bon pays qu’il t’a donné (De 8:7-10). Et que dire du lieu proprement dit qui se réfère plus précisément à Jérusalem, l’endroit choisi par Dieu pour y faire habiter son nom! Jérusalem, lieu de culte, lieu des fêtes et des offrandes à l’Éternel, lieu où le peuple est invité à se réjouir (De 12:5,7,12 16:15).

Combien ces descriptions sous-entendent les préparatifs de Dieu pour assurer le bonheur d’Israël! Elles annoncent, en image, les bénédictions que Dieu nous invite à acquérir par la foi comme résultat de l’œuvre de Christ sur la croix. Canaan est l’image des lieux célestes en Christ. Là, nous jouissons des immenses richesses de sa grâce évoquées avec tant de chaleur et d’éloquence dans les chapitres 1, 2 et 3 de l’épître aux Ephésiens. Comme Moïse parlant de Canaan, Paul est transporté de joie et d’admiration en parlant des résultats inestimables du plan de Dieu. Il nous a élus, prédestinés, comblés dans le Bien-aimé, scellés du Saint Esprit, vivifiés, ressuscités… Cette abondance de bénédictions, objet du mystère tenu caché de tout temps en Dieu prévu et préparé dès l’éternité, est maintenant révélée pour le bonheur du chrétien.

Encouragé, fortifié, capable de comprendre et de connaître l’amour du Christ, le chrétien, rempli de reconnaissance, proclame: À lui gloire dans l’assemblée dans le Christ Jésus! (Ep 3. 21).

 


22/05/2019
0 Poster un commentaire

Reconnaître son talent, connaître son objectif ( Bob Gass )

« Ne vous en écartez pas ; sinon, vous vous rallierez à du néant, qui n'apporte ni profit ni délivrance » 1S 12.21

 

Pour connaître la réussite dans ce que Dieu vous demande de réaliser, vous devez connaître votre talent et votre objectif. Quand vous êtes au clair et convaincu de ces deux choses, il vous faut ensuite montrer deux qualités : la discipline et la détermination. Fritz Kreisler, un des plus grands violonistes de tous les temps, les possédait. Dès qu’il se produisait au Carnegie Hall de New York, la foule se pressait pour l’écouter. Mais le chemin vers le succès n’a pas été facile. Durant sa petite enfance, il n’a qu’une envie : jouer du violon. Ses parents lui payent donc des leçons de musique. Mais Fritz ne progresse pas aussi vite que prévu et au bout de quelques années, il laisse tomber les cours. Les années suivantes, à la fac en tant que jeune adulte, il étudie la médecine mais ne termine pas ses études. Il s’engage dans l’armée et ne parvient pas à monter en grade. Il explore d’autres domaines mais échoue à chaque fois. Lorsqu’il réalise que seule la musique lui a réussi, il retourne chez sa professeure et lui dit : « Je veux reprendre le violon. » Elle lui répond : « Très bien, je te reprends comme étudiant à condition que tu acquières la qualité indispensable pour devenir un grand violoniste. Tu dois faire preuve d’une détermination sans faille. » Voici donc les étapes vers le succès : 1) Identifier votre talent. 2) Connaître votre objectif. 3) Vous consacrer au projet quel que soit le temps qu’il faudra. 4) Faire confiance à Dieu pour bénir vos efforts.

 


21/05/2019
0 Poster un commentaire

Christ d’abord ( Plaire au Seigneur )

Les choses qui pour moi étaient un gain, je les ai considérées, à cause du Christ, comme une perte. Plus encore, je considère toutes choses comme une perte à cause de l’excellence de la connaissance du Christ Jésus mon Seigneur, à cause de qui j’ai fait la perte de toutes et je les estime comme des ordures, afin que je gagne Christ, et que je sois trouvé en lui n’ayant pas ma justice qui vient de la Loi, mais celle qui est par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu, moyennant la foi. Php 3:7-9

Le Juif Saul commence une belle carrière dans le monde. Il est doté des plus grands avantages que l’on peut souhaiter à son époque: citoyen romain, il est né à Tarse, une ville renommée pour sa culture; il possède une intelligence très grande, il est brillant dans des études théologiques. Il devient un pharisien engagé de la secte la plus intransigeante. Un bel avenir de leader religieux semble lui être assuré.

Alors qu’il dirige une troupe de militants pour aller persécuter les chrétiens à Damas, en Syrie, le Seigneur Jésus l’arrête subitement en l’interpellant du ciel. Après trois jours de luttes intérieures, Jésus remporte la victoire: celui qui le persécutait en persécutant les saints, va devenir Paul, un apôtre dévoué à la cause de Christ.

Pour Paul, une seule chose compte maintenant: vivre pour Christ. Tous les avantages qu’il possédait précédemment, il les regarde comme des ordures, lorsqu’il les compare avec la gloire de vivre en Christ, avec Christ et pour Christ.

Dans le monde d’aujourd’hui, règne le culte de la prospérité et du plaisir. On recherche le pouvoir dans tous les milieux et à tous les niveaux de la société. Beaucoup s’attachent au « paraître » et donnent une importance primordiale à leur image. Or, c’est dans un tel monde que nous vivons, et son influence se fait trop souvent sentir dans les choix fondamentaux des chrétiens.

Comment trouverons-nous la force de résister aux pressions de cet environnement? En nous laissant remplir par l’amour de Christ pour nous. Mieux nous saisirons, comme Paul, son amour, sa grâce, sa majesté, moins les choses de la terre auront de l’intérêt et plus nous nous attacherons à lui et aux choses célestes, qui durent éternellement.

 


21/05/2019
0 Poster un commentaire

La pâque juive et le chrétien ( Plaire au Seigneur )

Je suis l’Éternel… Et je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous, et il n’y aura point de plaie à destruction au milieu de vous, quand je frapperai le pays d’Égypte. Ex 12:13

L’Éternel avait conduit en Égypte Jacob et ses fils. Quatre cents ans plus tard, Dieu entend le cri de son peuple, esclave dans ce pays, qui soupire sous les mauvais traitements. Il prépare un serviteur, Moïse, élevé à la cour du Pharaon, pour le délivrer. Mais le souverain du pays refuse de laisser partir le peuple. Des «plaies» s’abattent sur l’Égypte jusqu’à ce terrible jugement qui doit atteindre, dans chaque famille, les premiers-nés des hommes ou des bêtes.

Dieu donne un moyen à son peuple afin de l’épargner: dans chaque famille, sacrifier un agneau mis de côté à cet effet, mettre son sang sur l’extérieur de la porte et en manger la chair (Ex 12:7,8). Que de questions les Israélites ont-ils dû se poser! Que de craintes durant cette nuit! Pourquoi le peuple serait-il épargné? Serait-il moins pécheur que les Égyptiens? Josué rappellera qu’Israël a aussi servi les dieux égyptiens (Jos 24:14) sur lesquels Dieu va exercer des jugements.

Les Israélites peuvent reconnaître dans le sacrifice demandé le geste accompli par leurs pères pour rencontrer Dieu: le sacrifice d’un animal. Il leur faut ajouter foi au moyen choisi par Dieu: un agneau par maison (Ex 12:3).

Le chrétien comprend la valeur symbolique d’une telle circonstance: Notre pâque, Christ, a été sacrifiée (1Co 5:7). En effet, le sang de l’agneau de la pâque, sans défaut, qui mettait le premier-né à l’abri de la colère de Dieu, est une image du sang de Christ, versé à la croix.

Comme cet Israélite en Égypte, le croyant était aussi coupable que les autres hommes. Mais il a accepté le salut proposé par Dieu en Jésus. Il est ainsi mis à l’abri du jugement de Dieu. Cette mort substitutive de Christ, reconnue par Dieu, à laquelle le croyant accorde foi, nourrit sa vie spirituelle (Jn 6:55). C’est ce qu’illustre de façon concrète la pâque juive pour le chrétien.

 


20/05/2019
0 Poster un commentaire