* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Un Message d'Amour ...


La manne du Matin

 

Ephésiens 3.18-19

Et que, enracinés et fondés dans la charité, vous puissiez comprendre, avec tous les saints, quelle en est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, Et connaître l’amour de Christ, qui surpasse toute connaissance, afin que vous soyez remplis de toute la plénitude de Dieu.

 

 

La révélation de l’Amour de Dieu, que peut-on désirer qui soit meilleur? Sans nul doute, l’âme qui est convaincue de cet Amour ne peut qu’être parfaitement contentée. Bien sûr, c’est une bonne chose que de savoir que Dieu est Amour. Néanmoins, quelle différence lorsque nous le croyons et le réalisons pour notre propre vie, n’est-ce pas? C’est un rassasiement de chaque instant! Le cœur ne peut qu’être joyeux et c’est un festin continuel! Certainement, cet amour déborde, il se partage et ne peut se vivre égoïstement.

D’ailleurs, les Écritures exhortent les saints à se réunir pour prier ensemble, pour se réjouir ensemble! C’est tous ensemble que nous croissons dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ! Tous ensemble, nous découvrons l’Amour que Dieu a déployé pour nous par le moyen de Son Fils! Croyons-le, c’est au milieu du rassemblement des frères que Dieu envoie la bénédiction et la vie pour l’éternité.

C’est pourquoi, désireux d’être plongés dans cette rivière d’amour, retrouvons-nous régulièrement entre bien-aimés! Réunissons-nous autour du Seigneur Jésus. N’en doutons pas, là où deux ou trois sont assemblés en Son Nom, Il se trouve au milieu d’eux! Quel privilège extraordinaire, n’est-ce pas? Cela ne nous encourage-t-il pas à la communion fraternelle? Pourquoi nous priverions-nous d’une grâce si excellente? Qui mieux que le Christ Lui-même peut nous révéler Son Amour? N’hésitons plus, joignons-nous à l’assemblée des saints! Allons recevoir, et nous réjouir, avec eux du témoignage si extraordinaire de l’Amour de Dieu pour l’humanité!

 


16/07/2019
0 Poster un commentaire

La manne du Matin

 

Actes 14.22

Fortifiant l’esprit des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et leur représentant que c’est par beaucoup d’afflictions qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu.

 

 

Bien que bousculés et éprouvés en ce monde, ne perdons pas de vue notre objectif. Quelle est donc cette récompense après laquelle nous courons? Quel est ce prix que nous désirons saisir avec tant d’ardeur? Ne l’oublions jamais, il s’agit du salut de nos âmes. Oui, la foi que nous portons au Seigneur Jésus est d’un prix inestimable. La connaissance que nous avons de Lui est tellement plus précieuse et désirable que toutes autres choses. Comparativement, et sans aucune exagération, tout le reste est comme de la boue!

Sans doute, cela ne parait pas encore aujourd’hui, mais nous sommes riches, bien plus riches que les plus fortunés de ce siècle. En doutons-nous? Voici, eux disparaissent avec leurs richesses. Ils ne possèdent aucune espérance. Leur conception de la vie ne peut-elle pas se résumer ainsi: « Mangeons et buvons car demain nous mourrons »? Qui pourrait envier cela? N’est-ce pas d’une tristesse infinie? En ce qui nous concerne, les choses sont bien différentes! Nous servons Christ le Seigneur. Grâce à Lui, nous possédons une espérance vivante. Nous croyons qu’Il nous donne la vie éternelle! C’est pourquoi, ne nous affligeons pas outre mesure des difficultés du temps présent. Certes, elles font partie de notre pèlerinage. Néanmoins, pendant l’épreuve, rappelons-nous que l’Oeuvre est accomplie. Le Christ a tout accompli. Ne craignons pas, croyons seulement! Comptant sur la grâce de Dieu, gardons la foi coûte que coûte!

Bien entendu, nous savons qu’étroite est la porte et resserré le chemin qui mènent à la vie. Garder la foi n’est pas sans peine, nous en sommes probablement tous convaincus. Nous sommes engagés dans un combat et une lutte de tous les jours. Personne ne peut le nier. Portons nos regards sur le Seigneur et faisons-Lui confiance! Sur le chemin, ne laissons rien ni personne nous décourager. Ne laissons rien ni personne nous ravir le prix! Même si nous venions à connaître de douloureuses chutes, ne restons pas à terre! Relevons-nous, nous avons un Sauveur puissant! Coûte que coûte, marchons et persévérons! Rien ne doit jamais nous faire perdre espoir. Aucun obstacle ne doit jamais nous sembler trop grand pour nous empêcher d’invoquer le Nom du Seigneur! En Christ, l’accès au trône de la grâce nous est garanti, toujours! En définitive, soyons-en persuadés, si nous perdons la foi, nous perdons tout.

 


15/07/2019
0 Poster un commentaire

La manne du Matin

 

Matthieu 18.11-13

Car le Fils de l’homme est venu pour sauver ce qui était perdu. Que vous en semble? Si un homme a cent brebis, et qu’il y en ait une égarée, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf sur les montagnes, pour s’en aller chercher celle qui s’est égarée? Et s’il arrive qu’il la trouve, je vous dis en vérité qu’il en a plus de joie, que des quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont point égarées.

 

 

Heureux le peuple dont l’Éternel est le Dieu! Que dirons-nous davantage? Ne sommes-nous pas heureux si nous appartenons au nombre des brebis du Seigneur Jésus? Croyons-le, il n’est pas de situation qui soit meilleure. Réalisons-le, le Seigneur a soin de nous. Il se met en peine pour nous. Il nous aime. Quelle grâce incomparable! Si nous nous égarons, Il vient à notre recherche jusqu’à ce qu’Il nous trouve enfin. Non, c’est une certitude, Il ne renoncera jamais à nous! Voici, nul ne peut ravir ne serait-ce qu’une brebis de Sa main. Elles sont en parfaite sécurité.

Cette parole n’est-elle pas d’un grand réconfort pour nous? En temps troublés, n’est-ce pas la seule assurance dont nous avons besoin? Celui qui nous fait paître est fidèle. Quand bien même nous marcherions dans la vallée de l’ombre de la mort, là aussi Il serait avec nous. Si nous le savons, que craindrons-nous? Certainement, nous avons tout à gagner à garder la Parole du Seigneur. Bien des douleurs nous seront sans doute épargnées! C’est pourquoi, veillons à toujours nous rendre attentifs à la voix du bon Berger.

En définitive, que nous est-il demandé de plus sinon de L’écouter et Lui obéir? Non, qu’il ne nous arrive pas d’agir par fierté. Ne délaissons pas le troupeau pour suivre notre propre voie. Pensons-nous savoir mieux que le Seigneur la voie à suivre? Quelle prétention folle! En réalité, c’est en nous écartant du giron du Berger que nous nous mettons en danger. Vraiment, sommes-nous prêts à prendre ce risque? Nous le savons, les loups ravisseurs n’ont aucun scrupule à prendre pour cible les brebis sans défense. Ne soyons pas insensés, tout joyeux de nous savoir aimés du Seigneur, restons derrière Lui et, où qu’Il nous conduise, marchons! Résolus à agir ainsi, soyons-en persuadés, il ne nous arrivera jamais de nous perdre!

 


14/07/2019
0 Poster un commentaire

La manne du Matin

 

Matthieu 11.28-30

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug, et apprenez de moi, parce que je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmes; car mon joug est aisé, et mon fardeau léger.

 

 

Rien ne nourrit vraiment en ce monde, rien n’y comble réellement l’âme. N’est-ce pas vrai? Ne reconnaissons-nous pas que, parmi toutes les choses qui se font sous le soleil, rien ne peut procurer un réel repos? Tout y est superficiel. Il n’existe aucun remède efficace que l’homme puisse appliquer à l’âme troublée. En dépit des efforts consentis, le mal ronge toujours. Il est toujours fatigué et chargé. Voici, lorsque l’homme sent sa misère, qui soulagera sa peine? Lorsque l’homme est accablé par sa culpabilité et par la pensée de la colère de Dieu qui doit s’abattre bientôt sur lui, qui le délivrera de ses angoisses? Une évidence s’impose, aucune réponse humaine n’est en mesure de répondre à ces besoins. Le salaire du péché c’est la mort. L’homme n’y peut rien changer. En définitive, tout ce que le monde peut donner, ce sont des occupations pour tenter de le distraire et de détourner son regard de cette vérité effrayante. Pourtant, à quoi bon la nier? Serait-elle anéantie pour autant? Non, bien évidemment.

Mais alors, sommes-nous condamnés à vivre recroquevillés sous ce lourd fardeau toute notre vie? Certes, si salut il doit y avoir, il doit nécessairement venir d’en haut! Une question brûle sans doute toutes les lèvres à ce stade, existe-t-il un salut? Oui! Il se trouve dans le Nom de Jésus-Christ! Dieu nous a suscité un puissant Sauveur en la Personne de notre Seigneur Jésus. C’est Lui qui est notre Paix. C’est Lui qui nous délivre de la servitude. Quiconque croit en Lui reçoit par Son Nom la rémission des péchés. Que cherchons-nous encore? Ici se trouve la délivrance pour nos âmes. Celui que le Fils affranchit est véritablement libre. La possibilité nous est donnée de relever la tête et de reprendre courage! N’est-ce pas une nouvelle tout à fait extraordinaire? Ne serions-nous pas fous si nous tardions encore à répondre à l’Appel de la grâce?

Voici, cette invitation au repos perdure encore aujourd’hui: »Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous soulagerai. »

 


13/07/2019
0 Poster un commentaire

La manne du Matin

 

1 Corinthiens 11.24-26

Et ayant rendu grâces, il le rompit, et dit: Prenez, mangez; ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi. De même aussi, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi, toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez de ce pain, et que vous buvez de cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.

 

 

Si le Seigneur n’était pas venu, si le Seigneur n’avait pas souffert la croix, que serions-nous devenus? Y avons-nous déjà songé? Si nous ne pouvions nous réjouir de l’alliance faite en Son sang, de laquelle nous sommes participants par la grâce de Dieu, quel serait notre espoir? Certes, le salut nous est offert gratuitement par la foi. Néanmoins, quel grand prix a été consenti pour nous le rendre accessible! Peut-être, lorsque la marche parait longue et difficile, avons-nous besoin de nous en souvenir.

Sans doute, il se peut que les circonstances de nos vies, les soucis et les épreuves qui sont notre lot, viennent parfois à nous voiler l’éclat de l’Amour de Dieu. Oui, peut-être la fatigue est-elle si grande que le découragement et le désespoir paraissent être à la porte. Véritablement, nous avons besoin de nous remémorer l’Oeuvre accomplie par notre Sauveur. Il s’est donné Lui-même pour nous. Le corps de Jésus-Christ a été brisé et Son sang a coulé.

Nous le savons, mais combien de fois l’oublions-nous? Combien de fois, happés par ce monde, oublions-nous l’Amour qu’Il est venu manifester de la part du Père? Oui, en regardant à Lui, en considérant Ses blessures et Ses souffrances, nous nous souviendrons que nous sommes aimés. Cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Nous nous rappellerons alors de l’intensité de cet Amour et nous aurons le force de repartir, encouragés et reconnaissants. Nous saurons que nous ne sommes ni délaissés ni abandonnés. Quelle grâce sans pareille, n’est-ce pas?

Non, qu’il ne nous arrive jamais de mépriser l’âme las et fatiguée. Plutôt, entretenons-la de l’Amour de Dieu manifesté dans toute sa plénitude en Jésus-Christ. Parlons-lui de ce grand Sauveur, des grandes souffrances qu’Il a endurées par amour. Parlons à cette âme de l’alliance nouvelle et éternelle qui a été scellée en Son sang et des glorieuses perspectives qu’elle nous ouvre! Elle ne pourra que tressaillir d’allégresse! Elle ne pourra qu’exprimer louange et reconnaissance! Certes, personne ne peut rester insensible à cela!

 


12/07/2019
0 Poster un commentaire