* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Besoin d’une réforme ou d’un réveil ? ( par R. DOULIERE )

Ephésiens 5

 

Ainsi parle l’Éternel : Voici, je prépare contre vous un malheur ; je médite un projet contre vous. Revenez chacun de votre mauvaise voie, réformez vos voies et vos œuvres !

Jérémie 18.11

Nous voici théoriquement sorti du confinement. Mais il est bien évident que les choses ne peuvent, du jour au lendemain, redevenir ce qu’elles étaient. D’ailleurs, ce serait tragique si nous n’avions rien appris de la crise. N’est-il pas évident que la sagesse réclame une refonte de nos comportements.

Jérémie y invitait Israël trois fois par la même invitation pressante : Réformez vos voies et vos œuvres (7.3 ; 26.13). Mais la réforme souhaitée à bien des égards aura-t-elle lieu ? Est-elle possible ? Qu’en est-il à notre échelle de chrétiens ou d'église?

Voici ce qu’écrivit Charles Nicolas dans un article intitulé « Besoin d’une réforme ou d’un réveil ? » publié l’hiver dernier dans le bulletin de l’Association des Compagnons pour l’Évangile (n° 167) :

BESOIN D’UNE RÉFORME OU D’UN RÉVEIL ?

En réalité, il n’y a pas de réforme possible, dans la vie d’une personne ou dans l’Église, sans Réveil : réveil des consciences, réveil des intelligences, réveil des volontés ! Et il n’y a pas non plus de Réveil authentique qui puisse demeurer sans Réforme, c’est-à-dire sans que, Dieu étant placé en premier, toutes choses soient ébranlées pour trouver leur juste place.

Il y a Réforme si la Parole de Dieu est reçue comme ayant autorité. Maiis c’est le cas aussi pour les Réveils. Il y a réveil quand l’Esprit révèle la seigneurie de Jésus-Christ. Mais cette seigneurie est aussi la condition de toute Réforme véritable. La repentance est la clé des Réformes. C’est aussi la clé des Réveils. C’est pourquoi, toute Réforme coûte ; et tout Réveil également, car l’un et l’autre impliquent une soumission de l’être tout entier : intelligence, sentiments, volonté.

Enfin, Réforme et Réveil ne sont pas accueillis et mis en œuvre sans prières persévérantes ? Celles-ci témoignent concrètement d’un retour à la vie normale de la foi : celle du chrétien et celle de l’Eglise. Et cette vie normale de la foi réside dans la recherche de la présence du Seigneur que la prière favorise tellement.

Réforme et Réveil ont en commun l’attachement au double mais unique témoignage de l’Écriture qui donne la vie. Écriture sainte et esprit saint sont toujours d’accord ! Pourquoi la part de l’une ou la part de l’autre devrait-elle être détruite ? Le Sola scriptura (l’Écriture seule) de la Réforme du 216e siècle n’est pas un refus de l’action de l’Esprit. C’est l’affirmation du contrôle par l’Écriture. C’est pourquoi une saine théologie est nécessaire aux Réveils. Or, la vie chrétienne n’est ni une théorie ni un idéal.

En réalité, toute Réforme voulue par Dieu, petite ou grande, est précédée d’une illumination de la conscience, d’une vision, donnée par Dieu, de sa sainteté, du péché, de la grâce. En chassant les marchands du temple ; Jésus a rappelé la vocation de ce dernier à « être une maison de prière », réveillant les consciences endormies de ceux de sa génération et rétablissant la vraie place et la vraie fonction de la maison de Dieu. Sommes-nous conscients que chaque chrétien, chaque église locale constitue une « maison » de Dieu, c’est-à-dire un lieu saint, ce qui signifie séparé du mal et consacré à Dieu ?

Par son autorité et sa sainte colère, Jésus ne nous invite-t-il pas à réformer notre manière de vivre, trop souvent encombrée de beaucoup de choses inutiles ou contradictoires ? La question que l’homme d’aujourd’hui devrait entendre pourrait être celle-ci : Les progrès dispensent-ils l’homme moderne d’avoir à opérer des choix ? Ou bien serait-il possible de tout concilier ? Y a-t-il dans nos vies, nos habitudes, des réalités qui irritent Dieu, qui retardent son action, qui nous privent de sa présence ?

Le Réveil est le résultat de l’action puissante de l’Esprit et dépend de la seule grâce de Dieu. Mais c’est tout autant l’obéissance à un commandement : Réveille-toi, toi qui dors ! (Éphésiens 5.14).

C. NICOLAS



20/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1016 autres membres