* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Bien vieillir comme l’aigle ( Paul Calzada )

 

“C’est lui qui rassasie de biens ta vieillesse, qui te fait rajeunir comme l’aigle.” (Psaume 103.5).

De nos jours, l’un des objets de la recherche scientifique est l’étude du vieillissement. Quiconque feuillette les revues scientifiques peut constater tout l’intérêt qui est porté à ce sujet. Toutes ces études ont pour objet de retarder le plus possible ce phénomène naturel.

Or, parmi les oiseaux, certaines espèces d’aigles ont une longévité assez étonnante au vu de leur intense activité.

Ce compagnon des hautes cimes, avec son œil perçant, est décrit dans le livre de Job en ces termes : “L’aigle place son nid sur les hauteurs. C’est dans les rochers qu’il habite…De là, il épie sa proie…Ses petits boivent le sang.” (Job 39.30/33).

Ce texte nous parle de trois choses importantes : sa demeure, sa vue et ses petits.

Au sujet de sa demeure, l’aigle place son nid sur les rochers les plus élevés.

Le croyant n’a qu’un seul et sûr refuge, Jésus le Rocher des siècles. Quand l’ennemi veut nous assaillir, nous pouvons nous réfugier en Christ et dire avec le psalmiste : “Mon Dieu, mon rocher où je trouve un abri.” (Psaume 18.3).

Le stress est certainement un facteur de vieillissement, or, lorsque nous développons l’aptitude à nous élever au-dessus des tempêtes de la vie, en trouvant un refuge en Jésus notre rocher, n’y a-t-il pas là une belle occasion de laisser notre stress de côté ?

Au sujet de sa vue, l’aigle a une vue perçante, il voit loin. Sa vision est claire, il discerne un lapereau ou un mulot au milieu des herbes et taillis. Qu’en est-il de la vision du croyant ? De son discernement ? Dieu veut que nous sachions “discerner les choses les meilleures” (Philippiens 1.10) ; “le bien et le mal”, comme le dit l’auteur de l’épître aux hébreux (Hébreux 5.14) ; “la volonté du Seigneur, ce qui est bon agréable et parfait”, comme le dit Paul dans Romains 12.2 ; “les temps dans lesquels nous sommes”, comme le rappelle Paul dans Romains 13.11 ; “le corps du Seigneur” comme cela nous est demandé dans 1 Corinthiens 11.29.

L’aigle est un bon formateur pour les petits aiglons ; il leur apprend à boire le sang nous dit ce texte de Job. D’autre part, au fur et à mesure que les aiglons grandissent, il leur retire la paille du nid pour qu’ils découvrent le contact avec le rocher.

Tout chrétien est invité à amener d’autres personnes à découvrir la valeur du sang de Jésus et à les encourager à s’appuyer uniquement sur Jésus le Rocher des siècles (Hébreux 9.22) ; (1 Corinthiens 10.4).

Ma prière en ce jour :

C’est en toi que je veux me réfugier, aide-moi à avoir de plus en plus de discernement et à enseigner aux autres à compter sur toi Seigneur. Amen !



07/08/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 932 autres membres