* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Chaque pas compte ! par Annabelle Sourdril

 
 

Marcher de progrès en progrès

La vie est comme un chemin, et lorsque nous sommes trop absorbés par la destination finale, nous pouvons trouver le voyage très long. Joyce Meyer a dit qu'il fallait apprendre à apprécier le voyage. Nous ne pouvons pas apprécier le voyage si nous n'apprenons pas à apprécier chaque pas.

1 Au reste, frères, puisque vous avez appris de nous comment vous devez vous conduire et plaire à Dieu, et que c'est là ce que vous faites, nous vous prions et nous vous conjurons au nom du Seigneur Jésus de marcher à cet égard de progrès en progrès.

Trop de gens ont leurs yeux tellement fixés sur le point d'arrivée, qu'ils sont découragés avant même de commencer à avancer : “Qu'est-ce que mon pas va changer ? Même si j'en faisais dix, je ne serais toujours pas arrivé. Si au moins on pouvait me pousser, m'y amener, ou si j'avais une voiture…”

On prend souvent l'exemple du verre à moitié vide ou à moitié plein pour juger si une personne est d'un tempérament plutôt optimiste ou pessimiste. Face aux progrès, on peut aussi avoir deux réactions différentes. Il y a celui qui rend gloire à Dieu pour le chemin parcouru, et celui qui se désole de tout le chemin qu'il lui reste à parcourir.

Les progrès font partie du chemin vers la réussite

Chaque progrès, c'est un pas qui nous rapproche du résultat final. Mépriser ses progrès, c'est se ralentir soi-même. Si un enfant a 5/20 en maths, puis réussit à avoir 10/20, a-t-il échoué ? Non, cet enfant a doublé sa note et a atteint la moyenne. Nous devrions alors le féliciter et l'encourager pour ses progrès évidents pour tous !

Un enfant qui commence à marcher fait un premier pas, tombe, puis se relève, et recommence… Le premier pas est souvent l'occasion d'une grande joie pour les parents. Ils l'encouragent et le félicitent. La plupart des parents ne disent pas : “Oh, ce n'est qu'un pas. On pourra lui dire bravo quand il saura courir !”

Dieu porte ce même regard bienveillant sur ses enfants. Il est fier lorsque nous faisons notre premier pas. Mais il est aussi fier lorsque nous nous relevons après être tombés.

La mentalité religieuse de la réussite immédiate amène la condamnation et le découragement. Cela ne vient pas de Dieu. Le diable voudrait nous faire croire que notre petit pas est misérable et qu'il ne fait pas de différence. Il n'y a rien de plus faux. Chaque pas compte, car chaque pas est un pas de plus dans notre marche avec le Seigneur. Chaque pas est un progrès.

Finalement, chaque pas est un succès !

 

Photo de Annabelle Sourdril

Annabelle Sourdril

Enseignante & Animatrice de Parole de Femmes

 



07/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 776 autres membres