* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Comment réagissons-nous ? ( Plaire au Seigneur )

Rejette ton fardeau sur l’Éternel, et il te soutiendra; il ne permettra jamais que le juste soit ébranlé. Ps 55:22

Les chapitres 19 et 20 du second livre des Rois nous apprennent que le roi Ézéchias a reçu deux lettres, l’une outrageante, l’autre séductrice.

La première de ces deux lettres vient de Sankhérib, roi d’Assyrie, ennemi implacable d’Israël. Ses armées ont déjà envahi une partie du royaume de Juda et sont maintenant tout près de Jérusalem. Il cherche à effrayer les habitants de Jérusalem et à les pousser à se rendre. Sa lettre contient des outrages contre Dieu.

Ézéchias la lut, et monta dans la maison de l’Éternel, et Ézéchias la déploya devant l’Éternel. Et Ézéchias pria l’Éternel (2Ro 19:14,15). Sage démarche de ce roi pieux! Dans ce jour de détresse et de châtiment pour lui et pour son peuple, il place sa cause entre les mains de Dieu. Il est assez petit à ses propres yeux pour comprendre que ce n’est pas lui qui a été outragé, mais le Dieu vivant (2Ro 19:16). Il en appelle à sa toute puissance (2Ro 19:15). Dieu répond à sa foi: un ange de l’Éternel anéantit l’armée assyrienne et Sankhérib repart à Ninive.

Quand nous sommes pris à parti, plaçons notre cause par la prière entre les mains de notre Dieu. Elle sera mieux défendue que par quiconque.

La deuxième de ces lettres vient du roi de Babylone (2Ro 20:12). Elle s’accompagne d’un présent, car le roi de Babylone a appris qu’Ézéchias est en convalescence, relevant d’une grave maladie. Nous ne connaissons pas le contenu de la lettre, mais le roi cherchait certainement, en termes flatteurs, à créer une alliance avec Juda contre l’Assyrie. Bien que cette lettre vienne de Babylone, Ézéchias tombe dans le piège: il écoute les messagers du roi et leur dévoile tous ses trésors. Le prophète Esaïe doit lui dire de la part de Dieu: Tout… sera porté à Babylone; il n’en restera rien (2Ro 20:17). Pourquoi donc Ézéchias n’a-t-il pas ouvert cette lettre devant Dieu comme la première? Il lui aurait montré le piège sournois qui lui était tendu!

Dans l’adversité, comme dans la prospérité, apportons tout à Dieu… même des faits qui nous paraissent sans gravité et sans conséquence.

 



17/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 862 autres membres