* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Dieu, ni silencieux, ni lointain ( Laurent Guillet )

Dans la Bible nous lisons ce texte :
   
Jusqu'à quand, Éternel ! m'oublieras-tu sans cesse ? Jusqu'à quand me cacheras-tu ta face ? Jusqu'à quand aurai-je des soucis dans mon âme, et chaque jour des chagrins dans mon cœur ? Jusqu'à quand mon ennemi s'élèvera-t-il contre moi ? Regarde, répond-moi, Éternel, mon Dieu ! Éclaire mes yeux afin que je ne m'endorme pas dans la mort, afin que mon ennemi ne dise pas : Je l'ai vaincu ! Et que mes adversaires ne soient pas dans l'allégresse, si je chancelle. (Psaume 13 : 1-5)

 

"Jusqu'à quand ?" Telle est la question de cet homme dans la Bible. Comme lui peut-être, vous pensez que Dieu vous a oublié et qu'il a caché sa face. Les soucis sont là, présents dans votre vie plus que tout autre chose, engendrant du chagrin dans le cœur et vous pensez que vos ennemis sont au-dessus de vous, plus forts que vous. C'est donc un cri

du cœur.

 

On peut le résumer en disant : "Dieu m'a oublié !" L'oubli, l'abandon, sont des sentiments terribles qui sont parfois présents dans nos vies, dans nos cœurs. On a l'impression d'être négligé, de ne pas compter, surtout de ne pas être aimé. La solitude - être seul face à la vie, face à toutes les difficultés - la solitude la plus extrême, peut-être,

c'est de dire : Dieu n'est pas là, même lui m'a oublié !

 

L'apôtre Paul, en son temps, quand il écrivait aux chrétiens d'Éphèse, pouvait leur dire en leur rappelant leur passé, qu'ils étaient sans espérance et sans Dieu dans le monde. En est-il vraiment ainsi ? Je vous invite à écouter cette anecdote qui est un témoignage. Il s'agit d'un pasteur qui rendait visite à une personne de sa paroisse : il l'a trouvée très déprimée. Elle avait le sentiment que Dieu ne se souciait pas de ce qui lui arrivait. Elle était-là, assise, abattue avec son bébé dans les bras. Le pasteur lui dit : S'il vous plaît, voulez-vous laisser tomber votre enfant par terre ? Effarée et indignée par cette demande insolite, elle refusa. Le pasteur continua : Combien d'argent faut-il que je vous donne pour que vous le fassiez ? Mais, mais… Je ne le ferai pour rien au monde, dit-elle, en serrant son enfant de toutes ses forces. Vous ne le feriez pas ? Non, répondit-elle ! Et vous pensez réellement aimer votre enfant davantage que Dieu n'aime les siens,

dit-il ? Ces simples paroles aidèrent la foi de cette femme à grandir.

 

Il nous arrive souvent de réagir comme cette brave dame, de penser que Dieu nous a oubliés. Or, j'aimerais vous dire cette bonne nouvelle : Dieu n'est ni silencieux, ni lointain. Dans la Bible, l'apôtre Paul expliquera cela aux habitants d'Athènes, en son temps, et il leur dira entre autres : "Dieu a fait toutes les nations humaines qui habitent sur la face de la terre, issues d'un seul homme. Il a déterminé les temps fixés pour eux, les bornes de leur demeure afin qu'ils cherchent Dieu, pour le trouver si possible en tâtonnant, or il n'est pas loin de chacun de nous car en lui nous avons la vie, le mouvement et l'être." Je vous invite à considérer ces paroles à nouveau. Si vous lisez ceci, c'est un

signe que Dieu n'est pas loin, qu'il s'intéresse encore à vous.

 

Peut-être pensez-vous que les chrétiens, que l'église est composée de gens saints qui sont rectilignes, toujours avec Dieu et qui n'ont jamais

péché. Cette image n'est qu'une auréole : je vous dis "non".

 

L'église chrétienne est composée avant tout de personnes, qui peut-être comme vous, ou en tout cas comme cet homme de la Bible, disait : "Jusqu'à quand Dieu m'abandonnera ?" Être-là, à lire, je le répète, c'est certainement une preuve que Dieu vous cherche, qu'il vous aime et qu'il cherche à vous atteindre par sa Parole, par son Esprit. "Dieu n'est pas loin de chacun de nous", dit Paul. Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est annoncé comme étant Emmanuel, Dieu avec nous, non pas Dieu contre nous, Dieu à côté de nous et cette parole est toujours vraie

aujourd'hui.

 

Dans les évangiles, il y a un récit assez surprenant. Un jour, le Christ passait dans un village et il y avait là un aveugle qui mendiait. Quand il a su que c'était le Christ qui passait, cet homme, sans ne rien voir, simplement cette perception de la présence du Christ, s'est mis tout d'un coup à crier, à ameuter tout le monde. Alors qu'on cherchait à le faire taire, le Seigneur Jésus a dit : "Approchez-le, faites-le venir" et cet homme, avec la conviction que Christ était-là, que sa vie pouvait en être bouleversée, transformée, est venu, s'est approché. Quand Jésus lui a dit : "Que veux-tu que je te fasse ?", "Seigneur, que je recouvre la vue." L'évangile nous raconte le récit d'un miracle extraordinaire de cet homme guéri, délivré. Personne n'a pu le faire taire. Certainement la foi, la conviction que le Christ qui est là,

pouvait faire quelque chose pour lui.

 

Cher ami, vous êtes peut-être un peu comme cet homme : aveugle, dans les ténèbres, ne sachant pas trop où est Dieu. Mais dans votre cœur il peut y avoir cette conviction : il est là. Il n'est pas loin de chacun de vous. Ainsi, que la foi en vous vous fasse crier et dire : "Seigneur, je sais que tu es là, je sais que tu peux faire quelque chose." Dieu

parle, il le fait d'une manière ou d'une autre.

 

Dans l'Ancien Testament, il y a un homme qui a été fortement éprouvé. Tout le monde a entendu parler de lui en tout cas : il s'appelle Job. On a dit : "Pauvre comme Job", c'est faux ! Job était riche, il a été pauvre et il est redevenu très riche. Je vous invite à écouter ces quelques paroles qu'il a prononcées : "Dieu parle cependant, tantôt d'une manière, tantôt d'une autre, et l'on n'y prend point garde… Par la douleur aussi l'homme est repris sur sa couche, quand une lutte continue vient agiter ses os." Job sait de quoi il parle et il sait que

Dieu lui a parlé en tout cas, même au travers de la souffrance.

 

Cher ami, je répète cette déclaration : Dieu parle aujourd'hui encore. Comment ? Simplement par les chrétiens, qui sont des témoins, non pas des fanatiques, des illuminés, mais des hommes, des femmes d'aujourd'hui comme vous et moi, qui ont quelque chose à dire par rapport à leurs expériences de foi, de rencontre avec Dieu, de salut, de délivrance, de

vie changée.

 

Dieu parle aussi par sa Parole et je vous invite à lire la Bible, à croire la Bible et à la mettre en pratique. La foi vient, à l'écoute, à la lecture de cette parole de Dieu. Puis, un peu pour rejoindre Job, Dieu parle par les circonstances. Que ce soit comme lui, au travers d'une expérience bien douloureuse ou que ce soit quand tout va bien, comme à ces hommes du Nouveau Testament auxquels l'apôtre Paul va dire : "Dans les générations passées, Dieu a laissé toutes les nations suivre leur propre voie quoiqu'il n'ait cessé de rendre témoignage de ce qu'il est par ses bienfaits, en vous donnant du ciel les pluies et les saisons fertiles, en vous comblant de nourriture et de bonheur dans le cœur".

Actes 14 :16-17.

 

Cher ami, que vos circonstances soient favorables ou pas, Dieu veut vous parler. Il ne nous a pas oubliés. Il nous a envoyé Jésus-Christ, son Fils, le Sauveur. Dieu n'est pas loin, il est tout près de vous, il vous

rejoint par sa Parole.

 

Que vous soyez chrétien mais doutant de la présence de Dieu en ce moment dans votre vie, ou que vous cherchiez encore qui est Dieu, soyez assuré d'une chose certaine :
   
Aujourd'hui, il vous parle !

 

Comme toujours, il y a deux possibilités car nous sommes libres. Dieu ne s'impose pas : il est, en quelque sorte, un gentleman. Ne pas y faire attention, ne pas écouter cette parole, comme Job le dit : "Dieu parle tantôt d'une manière, tantôt d'une autre, mais l'homme n'y prête pas toujours attention." C'est le premier choix, ou alors y faire attention et prendre au sérieux cette parole, prendre au sérieux cette main tendue de Dieu. Cher ami, pour terminer, je vous invite vraiment de tout cœur,

à saisir cette main tendue.

 

 

 

 

 



14/05/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 767 autres membres