* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

D’où vient la dîme ? ( Paul Calzada )

“Melchisédek bénit Abram… Et Abram lui donna la dîme de tout” (Genèse 14.19/20).

Voici le premier texte où il est fait mention de la dîme. Avant cet instant, il est parlé des offrandes faites par les patriarches, tels Abel, Noé… (Genèse 4.4 et 8.20).

Comme eux, Abraham fit de nombreuses offrandes à Dieu en élevant des autels tout au long de ses déplacements (Genèse 12.7 et 8 ; 13.18). Mais dans Genèse 14, après qu’Abraham fut revenu vainqueur de Kedorlaomer, il est dit qu’il offrit au sacrificateur Melchisédek la dîme de tout.

Abraham n’a pas institutionnalisé la dîme, comme une offrande à renouveler tous les ans, ou toutes les semaines, il l’a offerte spontanément, une seule fois, à l’occasion de cette

rencontre spéciale avec Melchisédek.

Nous retrouvons mention de la dîme, des années plus tard, dans la bouche de Jacob, petit-fils d’Abraham : “Jacob fit un vœu, en disant : Si Dieu est avec moi et me garde pendant ce voyage que je fais, s’il me donne du pain à manger et des habits pour me vêtir, et si je retourne en paix à la maison de mon père, alors l’Éternel sera mon Dieu ; cette pierre, que j’ai dressée pour monument, sera la maison de Dieu ; et je te

donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras” (Genèse 28.20/22).

Si nous savons à qui Abraham donna la dîme de tout (Melchisédek), il n’est fait mention pour Jacob d’autre destinataire que Dieu, ce qui laisse supposer qu’il s’engageait à offrir le dixième des animaux de ses troupeaux, sur l’autel de Béthel, à son retour.

La démarche de Jacob est très intéressante car il s’engage à donner la dîme après que Dieu l’aura béni. En effet, il pose diverses conditions à Dieu : “Si Dieu est avec moi… s’il me donne du pain et des vêtements… si je reviens en paix… alors je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras”. Ce n’est pas Dieu qui lui demande la dîme, c’est Jacob qui la propose. Ce n’est pas Dieu qui dit à Jacob : “Si tu t’engages à me donner la dîme, alors je te bénirai”, mais c’est Jacob qui s’engage volontairement à exprimer ainsi sa reconnaissance à Dieu. Souvenons-nous de ce grand principe : nous ne sommes pas invités à donner pour recevoir, mais nous choisissons de donner parce que nous sommes conscients que tout ce que nous avons vient

de lui.

Comme Abram, Jacob n’institutionnalise pas la dîme, mais il s’engage à la donner de son propre chef, et en une seule fois, lors de son retour.

Dans ces deux cas, la dîme n’est pas une institution divine, elle est une offrande unique, volontaire et

spontanée, de la part d’hommes reconnaissants.

 

Ma prière en ce jour :

Merci Seigneur pour tout ce que tu me donnes ; en retour, reçois mon offrande comme une expression de ma reconnaissance et de mon adoration.

 

 



06/12/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 806 autres membres