* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Entrer dans le royaume de Dieu ( Plaire au Seigneur )

index

 

 

Ils retournèrent à Lystre, Iconium, et Antioche: ils fortifiaient l’âme des disciples, les exhortaient à persévérer dans la foi, et les avertissaient que c’est par beaucoup d’afflictions qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu. Ac 14:21,22

Après les persécutions subies par Paul et Barnabas et leur départ mouvementé, les disciples de Lystre, Iconium et Antioche n’ont pas dû avoir la vie facile de la part de leurs concitoyens. C’est pourquoi, les deux messagers de l’Évangile prennent à cœur de repasser dans ces villes qui les avaient si méchamment chassés. Ils tiennent à encourager leurs frères et sœurs à persévérer dans la foi.

Ils ne leur promettent ni la prospérité dans leurs entreprises, ni les richesses, ni la considération d’autrui. Au contraire, ils leur déclarent que c’est par beaucoup d’afflictions qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu.

Ne nous méprenons pas sur cet avertissement de Paul qui nous concerne également. Oui, on entre dans le royaume de Dieu par la nouvelle naissance (Jn 3:5); mais la porte franchie, il faut avancer, pénétrer plus profondément dans le domaine de Dieu. Pour le chrétien sur la terre, le royaume de Dieu c’est vivre dans le monde selon les enseignements de Dieu, et non pas selon les habitudes ou les objectifs du monde. C’est cette différence qui lui vaut de l’opposition de la part de ceux qui l’entourent.

Paul est un bon exemple de la meilleure manière d’entrer dans le royaume de Dieu: il va dans le monde pour annoncer l’Évangile, rassembler les croyants autour de Christ et libérer du judaïsme les chrétiens d’origine juive. Résultat: il a été persécuté toute sa vie, mais l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ (lui) sera richement donnée (2Pi 1:11).

La moins bonne manière, c’est de se contenter d’être sauvé: on a son billet d’entrée pour le ciel, on se contente de rester près de la porte et on vit le plus caché possible pour rencontrer le minimum de difficultés.

Bien sûr nous ne sommes pas tous appelés à parcourir les routes du monde pour annoncer l’Évangile. Mais chacun de nous, là où il a été placé, peut faire l’œuvre d’un évangéliste: il trouve son bonheur à obéir à son Roi, malgré, peut-être, l’incompréhension de son voisinage et même parfois de ses proches.



11/11/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 933 autres membres