* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Incompatibilité fondamentale ( Plaire au Seigneur )

images (3)

 

 

C’est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l’idolâtrie. Je parle comme à des personnes intelligentes: jugez vous-mêmes de ce que je dis. La coupe de bénédiction pour laquelle nous bénissons, n’est-elle pas la communion du sang de Christ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas la communion du corps du Christ? Car nous, qui sommes un grand nombre, sommes un seul pain, un seul corps: en effet, nous participons tous à un seul et même pain.1Co 10:14-17

Corinthe, du temps de l’apôtre Paul, est une grande ville où se côtoient toutes sortes de peuples, de cultures et de religions. Toute la vie sociale est imprégnée de paganisme: par exemple, la viande vendue à la boucherie provient le plus souvent d’animaux sacrifiés à une divinité.

Les chrétiens qui viennent du paganisme n’ont pas tous compris que leur conversion à Jésus Christ entraîne un profond changement dans leur vie. C’est pourquoi l’apôtre leur démontre avec force l’incompatibilité fondamentale qui existe entre Christ et les idoles. Quand ils participent à la cène du Seigneur, les chrétiens déclarent qu’ils ont une part avec Christ, qu’ils ont été sauvés par sa mort et par son sang versé, qu’ils lui appartiennent exclusivement.

De leur côté, les païens offrent des sacrifices aux idoles par dévotion aveugle, pour s’assurer leurs faveurs. Quel rapport peut-il y avoir entre le Christ Jésus, le Fils de Dieu, et des idoles qui ne sont rien mais derrière lesquelles se cachent des démons?

Un peu plus loin dans ce chapitre (v. 32), nous lisons que la société de ce temps-là est composée de personnes appartenant à trois corps religieux: l’assemblée de Dieu (les croyants nés de nouveau), les Juifs et les Grecs (les païens). Impossible d’appartenir à deux de ces ensembles à la fois!

En partageant un seul et même pain, nous montrons nettement que nous appartenons à cet ensemble chrétien, l’Église, qui constitue un seul corps, le corps de Christ.

Aujourd’hui, on ne sacrifie plus d’animaux aux dieux grecs ou romains. Les idoles n’ont pas pour autant disparu de notre civilisation. Voudrions-nous leur sacrifier du temps, de l’argent, des forces? Souvenons-nous qu’il y a incompatibilité totale entre Jésus Christ et les idoles (