* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

La dîme dans la Nouvelle Alliance ( Paul Calzada )

“Mais malheur à vous, pharisiens ! Parce que vous payez la dîme de la menthe, de la rue, et de toutes les herbes, et que vous négligez la justice et l’amour de Dieu : c’est là ce qu’il fallait pratiquer, sans omettre les autres choses” (Luc 11:42).

Dans les Évangiles, Jésus fait mention de la dîme à deux reprises. C’est toujours en relation avec les juifs religieux qui se faisaient un honneur de pratiquer la loi. C’est ce que nous voyons dans le verset du jour, et également dans la parabole du publicain et du religieux faisant leur prière : “Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes…je donne la dîme de tous mes revenus. Le publicain, se tenant à distance … disant : O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur.” (Luc 18:10/14).

Dans ces deux cas, Jésus souligne la satisfaction, quelque peu vaniteuse, de ceux qui donnaient la dîme. Il ne condamne pas le fait de donner la dîme, mais il condamne le fait de

tirer quelque gloire personnelle de la donner.

C’est comme si Jésus disait : Vous êtes satisfaits de donner la dîme, mais Dieu juge quelles sont vos motivations, il n’attend pas après vos dîmes, mais il attend de trouver chez vous de l’humilité et de l’amour. Retenons ceci : Jésus s’adressait à des religieux qui se glorifiaient d’observer la loi. Puisque la loi était leur référence, Jésus leur dit qu’ils doivent continuer à donner les dîmes, sans négliger la justice et l’amour de Dieu. A ceux qui veulent observer la loi, Jésus dit : “Si vous donnez vos dîmes, vous n’avez fait qu’une seule partie de ce que Dieu demande, observez

toute la loi”.

Relevons aussi que Jésus n’a jamais directement enseigné la dîme à ses disciples. Il a simplement renvoyé à la pratique de la dîme, ceux qui voulaient être justifiés par les œuvres de la loi.

Ensuite ce n’est qu’au chapitre 7 de l’épître aux Hébreux que l’auteur mentionne la dîme. Il fait référence à la rencontre d’Abraham avec Melchisedech. Il ne donne pas un enseignement sur l’importance de donner la dîme, mais il cherche à démontrer que ce Melchisedech est une figure de Christ. N’oublions pas que tout texte sorti de son contexte n’est qu’un prétexte.

En dehors de ces trois allusions à la dîme, nous ne trouvons aucune autre recommandation nous invitant à la donner. Par contre, nous sommes invités à être généreux, à donner des offrandes, à faire autant de bonnes œuvres que Dieu nous en donne l’occasion. Nous sommes invités à donner, non comme un devoir religieux à accomplir, mais avec la générosité qu’inspire l’amour

de Dieu et du prochain.

 

Une question en ce jour :

Mon offrande est-elle inspirée par l’amour, ou par une disposition légale ?

 

 



06/02/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 903 autres membres