* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

La mort de l’Europe sera violente, douloureuse et islamique, par Guy Milière

Le titre que je donne à cet article est le titre que j’avais, à l’origine, prévu de donner à un article que j’ai écrit en anglais, publié sur le site du Gatestone Institute à New York, et permis à Dreuz de reproduire. L’article s’appelait «  Le futur islamique de l’Europe. » 

 

Quand je l’ai écrit, les attentats de Barcelone venaient d’avoir lieu. Je savais qu’il y aurait d’autres attentats, et les attentats se multiplient. Les auteurs d’attentats n’utilisent pas tous des voitures ou des camions. Ils peuvent fabriquer des bombes et les mettre dans des sacs en plastique. Ils peuvent utiliser des couteaux, des marteaux, des armes à feu s’ils en ont à portée de main. Ils peuvent tuer une vingtaine de personnes, parfois davantage, ou simplement faire quelques blessés.

 

S’il y a des cadavres et des carnages, c’est beaucoup mieux du point de vie de ceux qui sèment la terreur. S’il n’y en a pas, la terreur fonctionne quand même

L’important est qu’ils agissent, car le but de la terreur est de semer l’effroi, l’angoisse, une peur générique, de susciter, depuis là, la soumission, de changer le mode de vie des populations, de pousser les dirigeants politiques à adopter des attitudes et des discours montrant qu’ils passent dans la position attendue d’eux, celle de dhimmi. S’il y a des cadavres et des carnages, c’est beaucoup mieux du point de vie de ceux qui sèment la terreur. S’il n’y en a pas, la terreur fonctionne quand même.

Et de fait, en Europe occidentale, la terreur fonctionne. L’effroi, l’angoisse et la peur sont là, la soumission aussi. Le mode de vie des populations a changé. Tout un chacun sait que dans une rame de métro, dans un bus, dans une salle de spectacle, dans un avion, dans un commerce, tout peut arriver, à n’importe quel moment. Et les proclamations disant qu’il faut vivre comme si de rien n’était sonnent faux : même ceux qui disent vivre comme si de rien n’était ne peuvent ignorer les risques et ne les ignorent pas. Chacun sait pourquoi les portiques de sécurité se multiplient et pourquoi prendre l’avion prend très longtemps, mais nul ou presque ne le dit.

Les dirigeants politiques se comportent en dhimmi : ils se précipitent à chaque fois devant les caméras pour dire que l’islam n’est pas coupable ou pour édulcorer en parlant d’ « incident”, de dépression nerveuse, de radicalisation en détachant le mot de l’adjectif islamique, devenu presque tabou. Les journalistes, à de rares exceptions près se comportent eux aussi en dhimmi.

Ce qui prend place sous l’effet de la terreur est un fatalisme, une acceptation du destin qui se dessine.

Dirigeants politiques et journalistes anesthésient. Certains d’entre eux semblent réellement aveugles tant leur cerveau a été essoré. D’autres pensent qu’en anesthésiant, des vies seront épargnées. Les premiers s’en prennent à ceux qui disent la vérité parce qu’ils sont aveugles et que le chloroforme qui va de pair avec l’essorage leur a rongé le cerveau. Les seconds s’en prennent eux aussi à ceux qui disent la vérité parce qu’ils pensent que la vérité va exacerber la violence et multiplier les djihadistes.

Ni les premiers ni les seconds n’éviteront quoi que ce soit.

L’Europe ne sera pas à majorité musulmane avant plusieurs décennies, mais elle sera courbée devant l’islam bien plus tôt que cela. Elle l’est déjà très largement.

Se courber devant l’islam ne lui évitera pas les actes de terreur. Il importe d’expliquer pourquoi.

Je vais publier dans quelques semaines un livre que j’ai appelé L’ombre du djihad, et le livre donnera les explications à ceux qui ne les connaîtraient pas déjà. Il donnera des détails à ceux qui les connaissent.

J’aimerais être optimiste. Je n’ai aucune raison de l’être. Je comprends ceux qui se battent, et je pense qu’il faut se battre et rester debout, même si la bataille semble perdue.

Je pense devoir dire que la mort de l’Europe vient. Je pense que la mort sera violente. Je pense qu’elle sera douloureuse.

Je pense qu’elle sera islamique.

Après le plus récent attentat à Londres, Theresa May a relevé le niveau d’alerte et désigné l’ennemi: Google, et quelques autres réseaux sociaux. Que nul ne dise qu’elle ne désigne pas l’ennemi!

Le maire musulman de Londres et les maires musulmans d’autres villes britanniques ont parlé comme la maire gauchiste de Barcelone fin août: l’ »ouverture” et la “diversité culturelle” vont rester ce qu’ils sont.

Emmanuel Macron, qui vient de gérer triomphalement la destruction subie par l’île de Saint-Martin, apporte son soutien à Theresa May, Angela Merkel aussi. Une superbe équipe prête à aller de l’avant.

 

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Note MAV: Un chrétien fataliste n’est pas un chrétien.  Jésus veut faire de nous de guerriers, qui combattent le bon combat. Nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, nous pouvons lutter spirituellement contre l’islam

 

—>par l’intercession pour que les musulmans ouvrent les yeux sur cette idéologie tueuse qui les rend captifs. On peut cibler des gens proches géographiquement, ce qui ouvre la route à l’évangélisation.

 

—>Par l’apport de l’évangile à ces populations musulmanes souvent mises depuis des siècles sous terreur par cette religion sexiste, polygame et mortifère. Les conversions des musulmans sont toujours spectaculaires: ils passent, encore plus que d’autres, des ténèbres de l’obscurantisme religieux à la lumière de Christ, avec la découverte de l’amour de Dieu. Le mot « amour » n’est pas prononcé dans le Coran. Le mot amour est écrit 105 fois dans la Bible, et le verbe aimer environ 500 fois.

Jésus n’a pas dit son dernier mot sur l’Europe et sur la France. Mais c’est souvent quand tout semble perdu que les gens se retournent, pour regarder dans la bonne direction et appeler à l’aide le Tout-Puissant !



17/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 781 autres membres