* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

La Pentecôte ( Laurent Guillet )

Adoration_5_Paysage_Soleil-1280x640

 

 

Dialogue avec un témoin de la Pentecôte !

La Pentecôte est un événement qui a marqué l’histoire de l’Église. Ce jour-là, des choses surnaturelles se sont produites. Elles ont été vues et sues par beaucoup de personnes. Ce fut une expérience qui marqua les premiers croyants au point de donner une autre dimension à leur foi et à leur manière de vivre leur christianisme.

Notre reporter a rencontré un témoin de ces événements.

Le reporter : Merci d’être avec nous. Vous étiez à Jérusalem le jour de la Pentecôte, pouvez vous nous décrire comment les choses se sont passées à la Pentecôte ?

Le disciple : Le mieux, pour moi, c’est de vous les lire dans le livre des Actes des apôtres. Il est écrit ceci au chapitre 2 :

« Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup, il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. »

Le reporter : Alors, c’est ce qui a été vu ?

Le disciple : C’est ce qui a été vu. Mais quand même, l’apôtre Pierre a donné quelques précisions puisque les gens qui étaient là ont été bouleversés par tout qui s’est passé et naturellement, ça nécessitait une explication. C’est ce qui a amené les gens à se poser des questions d’autant plus que certains ont entendu parler dans des langues qu’ils connaissaient, mais il y a eu des langues que personne ne connaissait. Et le miraculeux était que, les gens qui parlaient ces langues n’en connaissaient aucune. C’est un miracle du Saint-Esprit ; c’est surtout l’accomplissement de la prophétie du prophète Joël lorsque Pierre la rappelle en disant :

« Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions et vos vieillards auront des songes. »

Et il parle plus loin de

« Faire paraître des prodiges, des miracles »

et même :

« Quiconque se tournera vers le Seigneur sera sauvé. »

Le reporter : Alors donc, il y a ce qui a été vu, ce qui a été entendu et cet événement surnaturel parce que les apôtres ont parlé des langues qu’ils n’avaient jamais apprises ?

Le disciple : C’est cela. Et au nombre de ces langues qui étaient nombreuses, il y avait eu le Parthe, le mède, l’élamite, il y avait l’arabe, des langues de Phrygie, de Pamphylie, etc. même de l’égyptien, qui étaient parlées. Ces gens ne les avaient jamais apprises. C’est un miracle de la part de Dieu.

Le reporter : Alors, la Pentecôte fut pour les gens qui y ont assisté un événement aussi bien visuel qu’audio – ou audiovisuel — qui a provoqué des réactions diverses ! 

Le disciple : Ceux qui ont compris les langues qui étaient leurs langues maternelles — puisque des gens étaient venus de tout le monde d’alors, le monde romain, pour adorer à Jérusalem — ces gens, attirés par le bruit, ont entendu des langues qui étaient les leurs. Et ils ont même précisé que les gens qui parlaient ces langues racontaient des merveilles de Dieu. Par contre, il y a eu tout un tas de profanes qui eux ne connaissaient que leur langue maternelle et qui, en entendant les apôtres qui recevaient le Saint-Esprit et qui étaient dans une sorte de ravissement, d’extase — mais d’une façon raisonnable, spirituelle et vraie — ont dit :

« Ces gens sont pleins de vin doux. »

Ils ont cru qu’ils étaient ivres.

Le reporter : C’est justement à cause de cette réaction, de ces moqueurs — il y a eu des gens perplexes et étonnés — que l’apôtre Pierre a été obligé de donner des précisions pour ne pas qu’il y ait de confusion entre des gens pleins de vin doux et des gens remplis du Saint-Esprit.

Le disciple : La précision qu’il a d’abord faite, c’est qu’il a rappelé les paroles du prophète Joël que j’ai citées tout à l’heure, à savoir :

« Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair. »

Il est intéressant de se poser la question : pourquoi Dieu, au travers du prophète Joël, a souhaité que Son Esprit soit répandu sur toute chair ? N’oublions pas que Joël a exercé son ministère dans un temps où la piété était bien défectueuse en Israël. Et Dieu, voyant que les hommes étaient dans l’incapacité de vivre pleinement leur foi, a décidé, non seulement de les sauver un jour en nous donnant Jésus-Christ comme Sauveur, mais de surcroît, de donner son Esprit.

Et voilà pourquoi Jésus a dit :

« Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit, et vous serez mes témoins. »

Le Saint-Esprit, en effet, donne sa puissance au croyant. Le don du Saint-Esprit, ce n’est pas un sceau ou un brevet de perfection. C’est une force, une puissance que Dieu nous donne pour vivre pleinement notre foi avec vérité.

Le reporter : Alors, il n’y a pas de différence pour les races puisque vous avez précisé : « sur toute chair » et également dans le domaine des âges et des générations. Il est parlé de fils, il est parlé de vieillards, de jeunes.

Le disciple : C’est exact. Voici ce que dit le texte :

« Sur vos fils, vos filles, vos jeunes gens, vos vieillards, sur mes serviteurs, sur mes servantes, dans ces jours-là, dit le Seigneur, je répandrai de mon Esprit. »

Et l’apôtre Pierre, s’adressant à tout son auditoire, a pu dire :

« La promesse »

en parlant du don du Saint-Esprit,

« Elle est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. »

Voilà pourquoi nous aussi, gens du 21e siècle, nous sommes au bénéfice de cette même bénédiction et appelé à vivre les mêmes expériences.

Le reporter : À votre avis, est-ce que les croyants étaient préparés à cela ou cette chose est-elle arrivée à leur insu ?

Le disciple : Oh, je sais bien que Dieu a toujours eu soin d’annoncer à l’avance ce qu’il ferait, car Dieu a toujours parlé à l’avance. Or, le prophète Joël qui vivait dans ce 8e ou 9e siècle avant Jésus-Christ et qui annonçait avec précision la venue de l’Esprit ajoute ceci :

« Après cela »

Dans le texte de Joël. Dans le Nouveau Testament, c’est traduit :

« Dans les derniers jours ».

Mais ce que nous devons savoir, c’est que, quand le prophète Joël a dit :

« Après cela »,

Il parlait déjà d’un retour vers Dieu, d’une conversion à Dieu, d’un abandon de ses péchés, de ses fautes et de ses transgressions.

Et puis ensuite, le Nouveau Testament nous donne toutes une série de détails concernant l’annonce de la venue du Saint-Esprit et, en particulier, c’est le Seigneur Jésus qui nous donne ces précisions.

Le reporter : Est-ce que l’on peut dire que c’est plus particulièrement dans un évangile que le Seigneur Jésus donne un enseignement sur le Saint-Esprit et sur ses manifestations ?

Le disciple : Oui, l’évangile qui donne le plus de précisions, c’est celui de Jean. C’est là que Jésus a soin de nous donner toutes sortes de précisions. Par exemple, Jésus dit, dans l’évangile de Jean au chapitre 14, verset 16 :

« Moi je prierai le Père et Il vous donnera un autre consolateur afin qu’Il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité. »

Un petit peu plus loin au verset 26, Il dit ceci :

« Mais le consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toute chose et vous rappellera tout ce que j’ai dit. ».

Plus loin, au chapitre 15, verset 26, le Seigneur Jésus déclare :

« Quand Il sera venu, le consolateur que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité qui vient du Père, Il rendra témoignage de Moi. »

Au chapitre 16 et au verset 8 :

« Et quand Il sera venu » en parlant du consolateur, « Il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice et le jugement. »

Et au verset 13 :

« Et quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, Il vous conduira dans toute la vérité. »

Nous pourrions continuer longtemps comme cela, notamment en citant Jésus qui dit ce qui est rapporté dans le livre des Actes des apôtres :

« Vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit, vous recevrez une puissance et vous serez mes témoins. »

Le reporter : Alors, il est un fait évident : on s’aperçoit que la ville de Jérusalem a basculé du côté du Christ après la Pentecôte, suite à cette visitation de l’Esprit Saint et à la prédication de l’apôtre Pierre. Je voudrais essayer de voir avec vous, si cette expérience de Pentecôte est unique ou si elle a pu se renouveler ? Est-ce que cette expérience du baptême du Saint-Esprit s’est renouvelée après la Pentecôte ou est-ce simplement une expérience pour la Pentecôte ?

Le disciple : N’oublions pas cette déclaration de Dieu :

« La promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. »

Quand l’expression dit : « tous ceux qui sont au loin », il ne s’agit pas tout simplement de ceux qui sont éloignés par des distances kilométriques, mais cela s’adressait aux générations qui allaient se succéder les unes derrière les autres. Mais déjà, nous le voyons dans le livre des Actes, lorsque les apôtres Pierre et Jean ont comparu devant le sanhédrin après être retournés vers les leurs, ils ont prié ensemble et le Saint-Esprit est descendu sur eux. Ensuite, dans la Samarie, lorsqu’on a prié pour les nouveaux croyants, le Saint-Esprit est descendu sur eux. 

Lorsque Pierre prêche dans la maison d’un certain païen qui croyait en Dieu nommé Corneille, le Saint-Esprit descend sur eux. Plus tard, l’apôtre Paul qui prêche à Éphèse prie pour ces nouveaux croyants et, là aussi, le Saint-Esprit est venu sur eux. Puis, au cours des âges, épisodiquement, l’Église a eu des sursauts, des réveils religieux comme l’on disait, et il s’est produit des événements analogues. Aujourd’hui encore, dans ce 21e siècle, des hommes et des femmes qui croient en Dieu, qui s’attendent à Lui et qui croient dans ses promesses, expérimentent cette bénédiction merveilleuse du baptême dans le Saint-Esprit.

Le reporter : Vous admettez et vous affirmez qu’il est possible aux chrétiens en 2020 de vivre la même expérience que ces chrétiens de Jérusalem ? 

Le disciple : Je répète la déclaration biblique qui est celle-ci :

« Pour tous ceux qui sont au loin en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. »

Il faut que les croyants de notre génération, qui ont souvent tant de peine à afficher leur foi, sachent que la promesse du Saint-Esprit est pour eux afin qu’ils deviennent, dans leur génération et là où Dieu les a placés de véritables témoins du Christ et qu’ils vivent une foi authentique, une vie chrétienne enthousiaste et débordante, car c’est comme cela qu’il faut vivre sa foi.

Le reporter : C’est un vaste sujet que nous ouvrons là, mais il serait quand même bien de souligner ce que l’Écriture nous donne comme exhortation quant au Saint-Esprit.

Le disciple : La première chose que je voudrais citer, c’est cette parole de Paul dans les Éphésiens au chapitre 4 et au verset 23 :

« Soyez renouvelés par le Saint-Esprit dans votre intelligence “.

Dans une époque comme la nôtre, où la confusion est énorme au niveau de la religion, je crois que les croyants, les chrétiens, ont besoin d’être renouvelés par le Saint-Esprit dans leur intelligence. Ensuite, il nous est dit de :

« Ne pas attrister le Saint-Esprit de Dieu par lequel vous avez été scellés. »

Selon la manière de se conduire, on risque d’attrister le Saint-Esprit qui est une personne divine. Voilà pourquoi la conduite du croyant doit être intègre, pure, sainte. Et enfin, cette merveilleuse parole de l’apôtre Paul, cette exhortation :

« Soyez remplis de l’Esprit. »

Cette exhortation est suffisante pour nous enthousiasmer à rechercher cette bénédiction.

Le reporter : Alors un mot pour finir : Que pouvons-nous dire aux croyants qui nous lisent maintenant ?

Le disciple : Je rappelle encore cette parole de l’apôtre Pierre :

« La promesse est pour vous, pour vos enfants, pour tous ceux qui sont au loin en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. »

Et cette parole de Jésus :

« Si quelqu’un a soif »,

Il parle là du Saint-Esprit, si quelqu’un a soif de cette bénédiction

« Qu’il vienne à moi et qu’il boive et des fleuves d’eau vive jailliront de son sein comme dit l’Écriture. » 



01/06/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1022 autres membres