* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

La “ville” de la paix parfaite ( Bob Gass )

index

 

 

“Dieu est dans cette ville, elle ne tombera pas. Le jour se lève, et déjà, Dieu est là pour l’aider.” Ps 46.6

“Dieu est dans cette ville, elle ne tombera pas !” Les menus tracas de la vie nous déstabilisent si souvent, qu’il semble presque inimaginable de vivre aujourd’hui sans subir de contrainte. Nous est-il possible d’arriver à ce lieu où Dieu réside où rien ne peut nous ébranler, nous troubler, nous voler notre paix ? La réponse pour l’apôtre Paul était un oui sans détour. Malgré les difficultés qui l’attendaient à Jérusalem et que le Saint-Esprit lui avait annoncées déjà, il affirmait n’accorder aucun prix à sa vie. Au contraire il se réjouissait de ses ennuis, de ses souffrances, des mauvais traitements qu’il avait reçus (Rm 5. 3-5). Parce qu’il avait atteint cette “ville” où Dieu réside, Paul était certain que rien ne pouvait le forcer à perdre “cette paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence” (Ph 4. 7). Apprendre à Lui faire confiance en tout est le seul moyen de vivre dans cet espace de tranquillité absolue. Nous lisons : “Le vainqueur, J’en ferai une colonne dans le temple de Mon Dieu…” (Ap 3. 12). Commentant ce verset, Hannah W Smith a écrit : “Devenir aussi solide et inébranlable qu’un pilier dans la somptueuse demeure de Dieu est un objectif digne de tous nos efforts. Atteindre ce but ultime vaut bien d’endurer les épreuves nécessaires à notre formation.” Quand Dieu défend une ville, elle est imprenable, comme la montagne de Sion (Ps 125. 1). Quand Dieu réside dans notre cœur, même si les catastrophes s’accumulent aux alentours, le calme règnera en nous, Le monde ne peut offrir une telle paix intérieure ni ne vous voler la nôtre. Le psalmiste a écrit : “Ceux qui comptent sur le Seigneur sont comme le mont Sion : il est inébranlable, il demeure toujours”. C’est après l’annonce de la disparition de ses quatre enfants dans un naufrage que Horatio Spafford écrivit le chant “Quand la paix, comme une rivière, accompagne mes pas, quand la tristesse me submerge comme les flots de la mer, quelles que soient les circonstances, Tu m’as appris à dire : tout est bien, tout est bien dans mon âme…”



18/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1026 autres membres