* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

La voie du juste et la voie du méchant ( Graines d'Ensemencement )

photo_5001_33346652

 

 


Heureux l'homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s'arrête pas sur la voie des pécheurs, et qui ne s'assied pas en compagnie des moqueurs, mais qui trouve son plaisir dans la loi de l'Éternel, et qui la médite jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près d'un courant d'eau, qui donne son fruit en sa saison, et dont le feuillage ne se flétrit point : Tout ce qu'il fait lui réussit. Il n'en est pas ainsi des méchants : Ils sont comme la paille que le vent dissipe. C'est pourquoi les méchants ne résistent pas au jour du jugement, ni les pécheurs dans l'assemblée des justes ; car l'Éternel connaît la voie des justes, et la voie des pécheurs mène à la ruine. (Psaumes 1:1-6)



Un feuillage toujours vert ne signifie pas que l'arbre soit préservé des bourrasques et des tempêtes. Le croyant bien enraciné dans la Parole de Dieu deumeure cohérent et conséquent dans son comportement, malgré les tentations qui surviennent.

La voie du juste (versets 1-3)

Comme dans le Sermon sur la montagne (Matthieu 5:1-12), le comportement du juste est placé sous le signe d'une béatitude : "Heureux est l'homme...". Le psalmiste annonce, d'une manière positive, la joie de celui qui s'abandonne à la volonté de Dieu. Cette joie ne naît pas de l'accomplissement d'une règle de morale quelconque, mais trouve sa source dans une relation d'amour qui s'établit entre le Dieu de l'alliance et le croyant fidèle. Mais aimer, c'est aussi savoir dire "Non !" à la mesquinerie, à l'hypocrisie et au mépris.

La voie du méchant (versets 4-6)

Un symbole, inspiré de la vie rurale, ouvre la deuxième partie de ce psaume, celui du vannage. Imaginons la scène : après le battage, l'aire est recouverte de tas de blé et de bale ; le vanneur lance le tout en l'air. Que voit-il ensuite ? Le blé qui pleut à ses pieds et la bale légère qui s'envole au vent. Tel est l'injuste : son inconsistance stérile s'oppose à la stabilité féconde du juste. Ce qui importe, dans tout cheminement, c'est l'aboutissement (verset 6) : d'un côté, Dieu "connaît" la voie des justes ; de l'autre côté, la voie du méchant s'avère être un chemin sans issue.

Jean Zumstein a dit : "Que la Bible reçoive (...) le lecteur qu'elle mérite. Non pas un lecteur servile et crédule qui agite des moulins à prière, mais un lecteur adulte qui sait mobiliser toutes les ressources de sa curiosité, de son intelligence, de son sens critique, de sa sensibilité, de son expérience pour se laisser interpeller par le témoignage."



21/10/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1030 autres membres