* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Le fruit de la patience ( Paul Calzada )

“Soyez donc patients, frères, jusqu’à l’avènement du Seigneur. Voici, le laboureur attend le précieux fruit de la terre, prenant patience à son égard, jusqu’à ce qu’il ait reçu les pluies de la première et de l’arrière-saison” (Jacques 5.7).

En prenant comme image celle du laboureur, l’apôtre Jacques nous exhorte à la patience. Tout agriculteur sait que le fruit ne peut se récolter qu’après tout le temps nécessaire à sa

maturation. Il faut attendre patiemment le temps de la récolte.

Lorsque j’étais enfant, il m’est arrivé de vouloir imiter mon père en semant dans un petit coin du jardin quelques graines de haricot. Je n’ai jamais rien récolté car, dans mon impatience, je venais gratter la surface du sol pour voir les haricots germer. Ce faisant, je coupais sans m’en apercevoir, les invisibles germes, et détruisais toute possibilité de cueillette. Mon impatience était la cause de cette absence de fruit. Si nous voulons voir la grâce opérer dans nos vies, comme dans la vie de ceux pour qui nous prions, il nous faut ce fruit de la patience.

Il y a quelques années en arrière, alors que les communications téléphoniques passaient par des opératrices, l’une de ces opératrices donna à quatre reprises successives, un faux numéro à un monsieur. Après le quatrième faux numéro, cet homme, sans perdre patience, demanda poliment à cette opératrice s’il lui était possible d’essayer encore une fois de tenter la connexion. Cette patience et cette politesse impressionnèrent l’opératrice, au point qu’elle en parla à sa collègue. Cette dernière lui dit : “Je connais bien ce monsieur, c’est l’un des pasteurs de l’assemblée où je vais”. Alors, l’opératrice dit à sa collègue chrétienne : “Tu m’as souvent invitée à venir à ton église, j’ai souvent refusé d’y venir, mais dimanche prochain j’irai avec toi, car la patience de ce pasteur m’a touchée, et j’ai envie d’écouter son message”. Elle vint, elle fut convaincue par le message de l’Évangile, et s’est convertie.

Alors que le figuier n’a pas donné du fruit, le vigneron implore la patience du propriétaire pour attendre encore une année : “Le vigneron lui répondit : Seigneur, laisse-le cette année ; je creuserai tout autour, j’y mettrai du fumier. Peut-être à l’avenir donnera-t-il du fruit” (Luc 13.6/9). Mais qui est ce vigneron si patient ? Jésus nous le dit : “Mon Père est le vigneron” (Jean 15.1). Oui, Dieu use de patience envers chacun de nous afin que nous portions le fruit d’un esprit doux et paisible. Dans sa patience, le Seigneur n’éteint pas le lumignon qui fume (Matthieu 12.20). Il garde l’espoir

d’une restauration qui sera accompagnée de beaux fruits.

 

Un conseil pour ce jour :

Comme Dieu est patient à votre égard, vous aussi soyez patient ; espérez toujours et encore, et le fruit de la patience produira une abondante moisson.

 

 



17/08/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 918 autres membres