* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Le maître de la vigne ( Plaire au Seigneur )

téléchargement

 

 

Un homme planta une vigne… puis il la loua à des vignerons et s’en alla hors du pays. La saison venue, il envoya un esclave aux vignerons pour recevoir d’eux du fruit de la vigne; mais eux le prirent, le battirent et le renvoyèrent à vide… Il avait encore un unique fils bien-aimé; il le leur envoya, lui aussi, le dernier, en se disant: Ils auront du respect pour mon fils. Mais ces vignerons-là dirent entre eux: Celui-ci est l’héritier; venez, tuons-le, et l’héritage sera à nous… Que fera donc le maître de la vigne?Mr 12:1-9

C’est à Jérusalem, aux chefs religieux des Juifs, que Jésus adresse cette parabole. Il leur annonce de façon imagée que le privilège de conduire spirituellement le peuple de Dieu leur sera bientôt ôté et confié à d’autres.

La mission de ces chefs religieux - les vignerons - aurait dû être celle de Dieu: faire porter du fruit au peuple pour glorifier Dieu. Or ils recherchent leur intérêt personnel. Ils rejettent le propriétaire, ses droits et leur engagement. Ils veulent s’affranchir de leur statut de locataires pour s’approprier cette vigne, c’est-à-dire le peuple d’Israël que Dieu a confié à leurs soins. Ils suivent la logique du diable qui s’est emparé de la terre. Leur orgueil et leur cupidité accaparent tellement leur esprit qu’ils usent sans scrupule de la violence pour atteindre leurs objectifs. Ils battent, tuent et rejettent tous les serviteurs que Dieu leur envoie pour les rappeler à leur devoir.

Finalement, Dieu leur envoie son propre Fils, son unique Fils bien-aimé, mais ils le tuent aussi. Il ne reste plus de ressource. La patience de Dieu prend fin envers son peuple, mais pas envers l’humanité, ce qu’exprime le fait qu’il donne la vigne à d’autres.

Le Seigneur utilise encore une autre image pour montrer aux chefs du peuple qu’ils le rejettent comme des maçons le feraient d’une pierre quelconque. Mais il annonce aussi que, après sa mort et sa résurrection, Dieu lui donnera une place prééminente, comme maîtresse pierre d’angle d’une nouvelle maison. C’est l’Église, l’édifice de Dieu, faite de pierres vivantes tirées de toutes les nations par l’œuvre de Jésus (1Pi 2:4-8).

Dieu rompt le cycle de méchanceté et d’envie dans lequel s’est plongé l’homme. Il ouvre la voie du pardon, du salut à quiconque croit. C’est la victoire de Dieu.



03/05/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1051 autres membres