2-04_11_2019-Message-Evandis-Dernières-paroles-1024x640

 

 

 

Après avoir posé la couronne sur la tête de son fils Salomon et après lui avoir livré tout ce qu’il avait préparé pour la construction du Temple de Jérusalem, le roi David prononce ses dernières paroles.

2 Samuel 23:1 :

Voici les dernières paroles de David. “Déclaration de David, fils d’Isaï, déclaration de l’homme haut placé, de celui que le Dieu de Jacob a désigné par onction, du doux musicien d’Israël.
L’Esprit de l’Éternel parle par moi et c’est sa parole qui est sur ma langue.
Le Dieu d’Israël a parlé, le rocher d’Israël m’a dit : Celui qui règne parmi les hommes avec justice, celui qui règne dans la crainte de Dieu, est pareil à la lumière du matin quand le soleil brille et que la matinée est sans nuages : après la pluie, ses rayons font sortir de terre la verdure. Il en va de même pour ma famille devant Dieu, puisqu’il a conclu une alliance éternelle avec moi, en tous points bien réglée et bien gardée.
Il fera pousser tout mon salut et tous mes désirs.
Les méchants, eux, sont tous comme des ronces dont on se débarrasse et que l’on ne prend pas avec la main.
Celui qui les touche s’arme d’un outil en fer ou du bois d’une lance, et on les brûle au feu sur place.”

C’est toujours touchant de lire les dernières paroles des hommes. C’est en quelque sorte leurs dernières volontés.

Maintes et maintes fois en regardant sa vie, David a dû se dire :

“Qui suis-je  pour avoir été l’objet de tant de bonté de la part de Dieu ? Qui suis-je pour qu’Il ait fait avec moi une alliance éternelle, en tous points bien réglée et offrant pleine sécurité ?”

Oh que nos dernières paroles exaltent le Dieu qui est fidèle à son alliance. David est humble. Jusqu’à sa dernière heure il se souvient de son origine modeste et reconnaît que de la poussière le Seigneur retire le pauvre, du fumier il relève l’indigent, pour les faire asseoir avec les grands. et il leur donne en partage un trône de gloire.

David est appelé l’oint du Dieu de Jacob. Bien-aimés, demeurons dans l’onction jusqu’au bout. Qu’il ne soit jamais dit de nous : L’huile a cessé de les oindre !

Chantons la fidélité de Celui qui nous gardera jusqu’à la fin.