* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

LES TROIS PARABOLES DE LUC 15

148965686_1044132079410155_870451170325103186_o

 

 

Le chapitre 15 de l’Evangile selon Luc nous relate 3 paraboles que Jésus prononça pour nous montrer la joie au ciel pour un seul pécheur qui se repent.
Le pécheur nous est présenté sous 3 formes :
- Celle de la brebis perdue cherchée par le bon Berger qui est Jésus, le Fils de Dieu (Jean 10 v.11)
- Celle de la drachme perdue cherchée soigneusement par la femme qui nous parle du travail du Saint Esprit.
- Celle du fil prodigue attendu par le Père.
* * *
La brebis perdue et retrouvée
Jésus dit cette parabole à ceux qui lui reprochaient d'accueillir les pécheurs et de manger avec eux :
« Quel est l’homme parmi vous, qui, s'il a cent brebis et en a perdu une, ne laisse les quatre-vingt-dix-neuf au désert pour aller après celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il l’ait trouvée ? Quand il l’a trouvée, il la met sur ses épaules, tout joyeux ; puis, de retour à la maison, il appelle les amis et les voisins et leur dit : Réjouissez-vous avec moi, car j’ai trouvé ma brebis, celle qui était perdue. Je vous dis qu’ainsi il y aura de la joie au ciel pour un seul pécheur qui se repent, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance. »
(Luc 15 v.4 à 7)
Contrairement à la plupart des animaux domestiques, la brebis ne possède pas l’instinct qui lui permet de retrouver son chemin lorsqu’elle s’est égarée. Elle est incapable de revenir au bercail sans y être conduite. La Bible dit que « nous étions tous errants comme des brebis » (Esaïe 53 v.6) et Jésus lui-même était ému de compassion en voyant la foule, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger (Marc 6 v.34).
Le pécheur perdu est incapable de revenir à Dieu par ses propres moyens. C’est pourquoi Jésus, le divin Berger, « est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Luc 19 v.10)
L’amour du Sauveur ne se fatigue pas : le bon Berger va à la recherche de sa brebis qu’il aime « jusqu’à ce qu’il l’ait trouvée » et quand il l’a trouvée, il ne la laisse pas marcher sur le chemin inverse seule, « il la met sur ses épaules tout joyeux » jusqu’au retour à la maison. Le Seigneur – le bon Berger qui a donné sa vie pour ses brebis (Jean 10 v.11) – prend soin de chacun de ses rachetés jusqu’au bout ; il nous porte sur ses épaules jusqu’à notre arrivée dans la maison du Père où nous serons introduits par lui-même pour être avec lui pour toujours (Jean 14 v.2-3). Quelle joie ce sera !
* * *
La drachme perdue et retrouvée
Jésus dit encore :
« Ou quelle est la femme qui, ayant 10 drachmes, si elle en perd une, n'allume pas une lampe, et ne balaie pas la maison, et ne cherche pas soigneusement jusqu'à ce qu'elle l'ait trouvée ? Et l'ayant trouvée, elle appelle les amies et les voisines, en disant : "Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé la drachme que j'avais perdue."
Ainsi, je vous le dis, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent. » (Luc 15 v.8 à 10)
La drachme est une pièce de monnaie grecque valant environ un denier romain, le salaire journalier d’un ouvrier.
Comme cette pièce de monnaie porte l’image du souverain qui l’a émise, l’homme a été créé à l’image de son Créateur. Mais si la pièce est perdue, à quoi peut-elle servir ? Encore moins qu’une brebis, cette chose inerte ne peut revenir elle-même à sa fonction. Elle est l’image de l’homme mort dans ses fautes et ses péchés (Ephésiens 2 v.1).
Sans la femme allumant la lampe et cherchant soigneusement en balayant la maison, la drachme resterait à jamais perdue dans la poussière. De même, sans le travail de l’Esprit de Dieu apportant la lumière et cherchant dans les balayures de ce monde, l’homme resterait à tout jamais dans son état de mort spirituelle.
Quelle joie quand la femme trouve sa drachme perdue ! Joie qu’elle partage avec les amies et les voisines : « Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé la drachme que j'avais perdue. »
« Il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent. »
"On peut remarquer qu’il n’est pas dit qu’il y a de la joie au ciel pour tous les pécheurs qui seront sauvés, ce qui est vrai, mais pour un seul qui se repent. Cela montre la grandeur de l’amour de Dieu, l’importance d’une âme à ses yeux." (Samuel Prod'hom)
* * *
Oh ! quelle joie éclate dans le ciel,
Lorsqu'un pécheur répondant à l'appel
Du Sauveur qui l'invite,
Tous ses péchés sont ôtés pour jamais !
Jésus lui donne et la vie et la paix,
Et dans son sein l'abrite.
Adrien Ladrierre
* * *
A suivre...
La semaine prochaine : Le fils perdu et retrouvé.


13/02/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1036 autres membres