* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Manger, être rassasié et bénir les autres ( Paul Calzada )

thI956Y5FR.jpg


« Tous mangèrent et furent rassasiés » (Marc 6.42 ; Marc 8.8).

Dans ces deux récits, nous retrouvons cette même parole. Non seulement ils ont mangé, mais encore il faut retenir qu’ils ont mangé à satiété.
Il m’est arrivé d’aller dans certains restaurants, où le service et la présentation sont des plus sophistiqués, mais d’où l’on repart avec la faim. L’œil a peut être apprécié la beauté des couleurs, mais l’estomac est resté sur sa faim !

Par contre, dans ces récits, Marc précise qu’ils furent rassasiés. Jésus ne fait pas les choses à moitié, il accomplit tout à merveille. Sa provision est abondante. C’est ce que le psalmiste a exprimé dans le psaume 23 lorsqu’il parle du Bon Berger en disant : « Il restaure mon âme… et ma coupe déborde ».
En s’offrant sur la croix, Jésus a prononcé ces paroles extraordinaires : « Tout est accompli ». Tout est accompli, la provision du Seigneur est inépuisable.
Dans les deux cas, nous voyons que Jésus a nourri, non quelques dizaines de personnes, mais des milliers (cinq-mille hommes lors du premier rassemblement, et quatre-mille hommes lors du deuxième).

Quelle abondance ! Imaginez l’intendance qui serait nécessaire pour nourrir une telle multitude ! Or, c’est avec des ressources insignifiantes que Jésus y est parvenu ! L’abondance du Seigneur a jailli d’une toute petite offrande (cinq pains et deux poissons dans le premier cas, sept pains dans le deuxième cas). C’était chaque fois une goutte d’eau dans un océan de besoins ! Mais heureusement qu’il y avait eu le don de « cette goutte d’eau » !
Ceux qui offrirent ce peu de nourriture, mangèrent, furent rassasiés, et permirent que des multitudes soient nourries et rassasiées.

Avec le peu que nous lui offrons, le Seigneur peut combler notre vie et bénir des multitudes.
Edouard Monod (1842-1898). Ce deuxième enfant d’une fratrie de neuf garçons, n’avait ni fortune ni une solide santé, mais encore jeune, il offrit sa vie à Christ. C’est lui qui a composé ce chant : « Seigneur je n’ai rien à t’offrir… « . Il fut pasteur à Marseille. Cet homme, sans fortune, créa trois asiles pour les personnes âgées sans ressource, et aida de nombreuses personnes à sortir de l’alcoolisme destructeur.

Un conseil pour aujourd’hui :
Comme il y a deux-mille ans, Jésus veut rassasier votre âme, votre esprit, votre vie toute entière. Offrez-lui votre vie, et non seulement vous serez béni, mais vous deviendrez un canal de bénédiction pour d’autres. Ce que tu donnes au Seigneur, deviendra une source de bénédiction pour un grand nombre.



02/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 949 autres membres