Mon Église ( Paul Calzada ) - * JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Mon Église ( Paul Calzada )

“Tu es Pierre et sur cette pierre (ce rocher), je bâtirai mon Église” (Matthieu 16.18).

Qui n’a jamais utilisé cette expression : “mon “Église” pour parler du lieu où il se rend pour ‘assister’ à un

office religieux ?

Nous avons vite fait de nous approprier cette Église (quelle qu’en soit la dénomination), en oubliant que le seul propriétaire de l’Église c’est Jésus-Christ. Alors qu’il s’adresse à son disciple Pierre, Jésus déclare que l’Église est à lui.

Il est très important de souligner que, dans ce texte, Jésus emploie deux mots différents pour le mot “pierre”. Cette phrase pourrait être traduite : “Tu es “galet” et sur ce “rocher” je construirai mon Église”. De quel rocher s’agit-il ? Le verset 16, qui précède, répond à cette interrogation ; en effet le “rocher” auquel Jésus fait allusion est la déclaration de Pierre : “Tu es le Christ le Fils du Dieu vivant”. Le rocher, c’est Christ. L’Église est à Christ, et il est le rocher sur lequel l’Église est bâtie.

Nous approprier ce qui lui appartient c’est du vol. Depuis que Jésus a fondé son Église, des milliers d’usurpateurs, au cours des siècles, n’ont cessé de chercher à la lui voler. Combien de fois ai-je entendu tel ou tel pasteur (et cela m’est arrivé dans mes jeunes années), tel ou tel croyant parler de “son Église” ! Or, les expressions “mon Église” ou “notre Église” ne se trouvent nulle part dans les écrits du Nouveau Testament où cependant le mot “ecclésia”, c’est-à-dire “Église” se retrouve plus de cent fois.

Par contre les expressions “Église de Christ” ou “Église de Dieu” reviennent plus de 10 fois. Jésus est appelé le “chef” de l’Église. Dans l’épître aux Colossiens nous lisons :

“Christ est la tête du corps de l’Église … son corps, qui est l’Église” (Colossiens 1.18 et 25). L’Église est le ‘corps de Christ’.

Rien ne nous appartient plus que notre corps. Donc si l’Église est le corps de Christ, l’Église appartient à Christ.

Certains pourraient avancer que l’adjectif possessif est employé dans Hébreux 10.25 où il est écrit : “N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns”. Il faut souligner que le mot traduit ici par assemblée n’est pas le mot ‘ecclésia’ mais le mot ‘épi-syn.-agogé’. Ce mot on le retrouve dans 2 Thessaloniciens 2.1, où il est traduit par : “notre réunion avec lui”. “Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion avec lui…” L’idée est de ne pas abandonner la perspective finale du grand rassemblement final lorsque l’Église sera enlevée à la rencontre du

Seigneur.

 

Une remarque pour ce jour :

N’oublions jamais que l’Église est à Christ et que nous appartenons, à lui et lui seul. Nous sommes l’Église, mais l’Église est à lui.

 

 



01/11/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 789 autres membres