* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

Motifs de louange ( Plaire au Seigneur )

2b9dcf083bd01400b65af1f7ac2d8ed8

 

 

Qu’est-ce que l’homme, que tu te souviennes de lui, et le fils de l’homme, que tu le visites?… Éternel, notre Seigneur! que ton nom est magnifique par toute la terre!Ps 8,4,9
Éternel! qu’est-ce que l’homme, que tu prennes connaissance de lui?… le fils de l’homme, que tu tiennes compte de lui?… Ô Dieu! je te chanterai un cantique nouveau.Ps 144,3,9

David, l’auteur des deux psaumes cités, pose deux questions qui l’amènent à des conclusions très voisines, applicables au chrétien d’aujourd’hui.

Dans le psaume 8, David est émerveillé en contemplant les merveilles de la création. Déjà à son époque, et malgré l’absence des moyens actuels pour scruter l’univers, la création, dans sa beauté et son immensité, proclame la puissance éternelle et la divinité du Dieu créateur (Ro 2:19,20). La Parole abonde en descriptions des détails de la création, du cèdre majestueux du Liban jusqu’à l’hysope qui sort du mur (1Ro 4:33). Et l’homme, n’a-t-il pas été créé de façon admirable (Ps 139:14)? Ces nombreux versets ont pour but d’établir la grandeur des œuvres de Dieu et la magnificence de son nom, afin que nous lui en rendions la gloire (1Ch 16:26-29).

L’étonnement de David quant à l’intérêt de Dieu pour l’homme se retrouve au psaume 144; cependant, cette fois, c’est le sentiment de la fragilité de l’homme, son insignifiance, la vanité de sa vie, son incapacité d’échapper à l’esclavage qui l’amène à la même question. D’ailleurs, si la Parole est riche en descriptions de la nature, elle n’en abonde pas moins en portraits de la condition de l’homme: un ver (Job 25:6), une ombre, de l’herbe (Ps 102:11), un souffle (Ps 78:39), une vapeur (Ja 4:14). Et pourtant, malgré sa petitesse, l’homme est l’objet de l’amour de Dieu, de sa grâce et de sa miséricorde. Aussi Dieu a-t-il sacrifié son Fils, Jésus Christ, pour faire, de quiconque croit, son enfant et un adorateur qui exprime son adoration par un cantique nouveau.

Un poète a dit: «Est-il possible, ô Dieu, qu’un fils de la poussière… devienne ton enfant?» Nous avons la joie de répondre «Oui, je crois et j’adore».



21/04/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1051 autres membres