* JESUS REVIENT *

* JESUS REVIENT   *

“Où, SEIGNEUR ?” by Claude Houde

1378866653_293_900x600x0.jpg

 

Abraham a construit un autel d'obéissance et de confiance quand il ne savait pas il où il devait aller. Il y a des moments dans nos vies où nous demandons, avec de l'angoisse dans le cœur : “Où, Seigneur ?” Nous avons une décision à prendre, sans direction claire. Le “où” du croyant peut concerner sa carrière, ses études, où aller à l'école, s'il faut déménager, où aller à l'église, quelle direction prendre après une tragédie ou une maladie. Dans tous ces “où,” nous devons construire un autel de confiance où nous remettons tout entre Ses mains. La foi qui construit un autel lorsque l'on ne sait pas où aller ne sera jamais déçue. Dieu bénira, pourvoira et protégera tandis que nous grandirons dans notre confiance en Lui. Abraham a également construit un autel de foi quand il ne savait pas quels étaient les “quoi, comment, ou pourquoi” de Dieu.

C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait. C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère...C’est pourquoi d’un seul homme, déjà usé de corps, naquit une postérité nombreuse comme les étoiles du ciel, comme le sable qui est sur le bord de la mer et qu’on ne peut compter” (Hébreux 11:8-9 et 12).

Il y a tellement de substance et de poids spirituel dans ces quelques versets. L'épreuve d'Abraham se trouvait dans le fait d'attendre – il ne connaissait pas le “quand” de Dieu. L'accomplissement semblait sans cesse être repoussé et la promesse semblait s'évanouir petit à petit, les doutes devenant un “mont Everest” d'incrédulité. Il en est venu à un stade où il n'avait absolument plus aucune idée de la façon dont Dieu pouvait bien accomplir ce qu'Il avait promis. Dans ce passage de l'épître aux Hébreux, l'auteur fait référence à la promesse que Dieu avait faite à Abraham qu'il aurait un fils. Pour Sarah et Abraham, cela avait toujours été difficile, tellement difficile à croire, mais maintenant, ils contemplaient un océan sans fin d'impossibilités, aussi loin que pouvait porter leur regard. C'était une situation dans laquelle la seule ressource était la foi de “reconstruire” un autel, pour pouvoir recevoir.

Abraham avait affronté cette guerre contre l'incrédulité pendant toute sa vie. Comme toi et moi, à de nombreuses reprises, il s'est retrouvé dans de féroces batailles de foi contre l'adversaire et il a été déchiré par la douleur de l'angoisse qui provenait de ce questionnement sans fin qui est le lot commun de tout croyant : Quand ? Comment ? Pourquoi ? Où, Seigneur ?



26/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1017 autres membres